background preloader

Inégalités et classes sociales; justice sociale

Facebook Twitter

Les prénoms, révélateurs des discriminations du bac. Le sociologue Baptiste Coulmont publie chaque année son « Projet mentions », qui associe, pour chaque prénom, le taux d’obtention d’une mention « très bien« au bac.

Les prénoms, révélateurs des discriminations du bac

A l’issue de la publication des résultats, il donne au Monde.fr la primeur de son « classement » du bac 2016 (à retrouver en bas de cet article ) et explique sa démarche. En France, les inégalités sont tellement fortes qu’un seul indice, le prénom, suffit à les déceler. Chaque année depuis 2012, je récupère les résultats nominatifs au bac (général et technologique) et je croise, sur mon blog, les prénoms des candidats avec leur mention. Démarche iconoclaste ou paradoxale : quelle idée d’étudier ensemble ces deux choses ! D’un côté, le résultat d’un choix parental intime basé sur la psychologie individuelle ou le goût pour certaines sonorités ou certaines références, a priori détaché de la position sociale.

Les écarts de réussite s’installent dès l’école primaire. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aurélie Collas En dépit des politiques et des discours sur l’égalité des chances, le système scolaire français reste fortement marqué par des écarts de réussite.

Les écarts de réussite s’installent dès l’école primaire

Il ne parvient pas à réduire ce « noyau dur » d’élèves en difficulté, qui sont en grande majorité issus de milieu social défavorisé. La dernière étude en date, réalisée par le service statistique du ministère de l’éducation nationale, la DEPP, vient confirmer ce constat. Publiée mardi 21 juin, elle montre que dans l’ensemble, à la fin de l’école primaire, près de 20 % des élèves n’ont pas les bases suffisantes en français ; ils sont environ 30 % dans ce cas en mathématiques et en sciences. FPORSOC11h VE33Redis. Piketty1998d. Le principe d’égalité. Les inégalités sociales ont nettement reculé en 2013. INFOGRAPHIES/VIDÉO - La réduction des inégalités amorcée en 2012 s'est accentuée, en raison d'une baisse des revenus financiers et d'une hausse des impôts pour les plus aisés.

Les inégalités sociales ont nettement reculé en 2013

Les plus modestes ont bénéficié d'une revalorisation des prestations sociales. Le niveau de vie des Français s'est stabilisé en 2013, selon les dernières données de l'Insee publiées ce mardi. Le revenu disponible* médian - c'est-à-dire que la moitié de la population se situe au dessus et l'autre en dessous - d'une personne vivant dans un ménage s'élève à 20.000 euros annuels, soit 1667 euros par mois. Il est quasiment inchangé en euros constants (- 0,1 %) par rapport à 2012. Pour une famille composée d'un couple avec deux enfants de moins de 14 ans, il se situe à 42.000 euros par an, soit 3500 euros par mois.

Un recul de la pauvreté et des inégalités? Vraiment? Première page de Libération du 22 septembre 2015.

Un recul de la pauvreté et des inégalités? Vraiment?

Titre énorme : « Inégalités : la courbe s’inverse. » Je ne sais pas si cela a permis de booster les ventes de cet exemplaire, mais cela n’a pas boosté favorablement mon jugement sur certaines pratiques éditoriales. C’est comme si on annonçait l’inversion de la courbe du chômage parce qu’un petit recul a été enregistré pendant un mois particulier, ou l’inversion du réchauffement climatique en raison d’une seule année de répit. Sur le marché de l’emploi, le diplôme protège un peu moins qu’avant. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Benoît Floc'h Faire des études, et après ? Une étude du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), publiée jeudi 24 septembre, rappelle que poursuivre des études supérieures ne garantit pas une entrée sans encombre sur le marché du travail.

C’est même de moins en moins le cas. Ce rappel sonne comme un coup de semonce, alors que l’Etat vient de fixer de nouveaux objectifs éducatifs : le 17 septembre, le président de la République a souhaité que 60 % d’une classe d’âge soit diplômée du supérieur (contre 44 % aujourd’hui) d’ici à 2025. La veille, son secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, Thierry Mandon, se réjouissait de voir la France basculer plus vite que prévu dans la « société de la connaissance » en accueillant cette année 65 000 étudiants de plus à l’université. Mais après ? En outre, comme dans l’enseignement scolaire, les origines sociales pèsent lourd sur les études. La seule licence protège mal du chômage. La pauvreté recule en France… sauf chez les retraités.

Le constat peut paraître étonnant, mais c'est en tout cas une bonne nouvelle : la pauvreté recule en France.

La pauvreté recule en France… sauf chez les retraités

Le nombre de personne vivant sous le seuil de pauvreté est passé de 8,82 à 8,65 millions entre 2012 et 2013, selon l'Insee. Ramené à l'ensemble de la population, le taux de pauvreté diminue de 14,3% à 14%. Pour rappel, une personne pauvre, selon la définition retenue par l'Insee, possède un niveau de vie inférieur à 1.000 euros par mois (soit 60% de la médiane). Ce niveau de vie représente la somme des revenus d'un ménage (salaire, allocation chômage, pension de retraite, placements…), diminuée des prélèvements fiscaux et sociaux directs (impôt sur le revenu, taxe d'habitation, CSG...) et rapportée à chaque personne composant ce foyer.