background preloader

Substances dangereuses

Facebook Twitter

Le Comité d'Orientation rend son rapport sur le dépistage du cancer du sein. La consultation citoyenne organisée par Marisol Touraine porte un regard critique sur le dépistage mammographique organisé La qualité des auteurs de ce rapport donne beaucoup de poids à ses conclusions.

Le Comité d'Orientation rend son rapport sur le dépistage du cancer du sein

Il s’agit de personnalités qualifiées issues d’horizons divers et surtout indépendantes du programme actuel de dépistage, sélectionnées par l’Institut National du Cancer. Je ne vais pas vous résumer ce rapport, il suffit de lire les recommandations du Comité à partir de la page 127. En gros, le flou autour des preuves de l’utilité et de l’innocuité de ce dépistage mammographique ne permet pas de le recommander aveuglément à toutes les femmes. À mon sens, le point-clé de ce rapport est la stigmatisation du caractère partiel et partial de l’information apportée actuellement aux femmes sur les avantages attendus et sur les risques associés à ce dépistage. Ma mère est morte d’un cancer du sein à 65 ans, suis-je concernée par ce qui suit ? Non. L'aluminium est un produit très dangereux pour votre santé. L'aluminium est très présent dans notre quotidien...

L'aluminium est un produit très dangereux pour votre santé

Autant pour cuisiner, pour emballer des plats qu'on souhaite conserver... Ou encore dans des produits que l'on utilise tous les jours ! Malheureusement, on ignore trop souvent que l'aluminium est un des métaux lourds les plus dangereux pour la santé. Une utilisation à surveiller de près Cuisiner des papillotes est souvent un régal pour le palet mais ce n'est pas du tout bon pour votre santé... Alors que l'information était peu répandue, l'un des premiers signalements remontait à 8 ans en arrière.

"La dose tolérable est de 8,5 milligrammes par jour" Bien que présent, le danger resterait infime. Malgré tout, mieux vaut faire attention à l'utilisation de l'aluminium. Vous êtes déjà abonné ? Les opioïdes tuent de plus en plus. Certains esprits critiques ont commencé à montrer du doigt le système médical et ses prescripteurs : des médecins et des spécialistes bien intentionnés qui, trop souvent, administrent des opioïdes excessivement puissants dans le but de soulager des douleurs modérées.

Les opioïdes tuent de plus en plus

Or, si on cherche un peu plus loin, on se rend compte qu’un autre facteur important mérite d’être examiné : celui du rapport entre la formation médicale et l’influence exercée par les sociétés pharmaceutiques. En règle générale, l’emploi du terme « épidémie » est hyperbolique, mais cela ne semble pas s’appliquer à la situation actuelle.

Tout juste la semaine dernière, le médecin en chef de la Colombie-Britannique, Perry Kendall, a déclaré que la province était aux prises avec une « situation d’urgence en matière de santé publique » provoquée, dans une large mesure, par le nombre alarmant de surdoses associées à l’usage des opioïdes d’ordonnance. Au Québec, le taux de mortalité lié aux opioïdes a doublé de 2000 à 2009. Le fructose, un additif problématique? Tandis que le sucre est soupçonné de jouer un rôle dans l’épidémie d’obésité, des chercheurs dénoncent les dangers de l’utilisation de plus en plus massive de sirop de fructose-glucose par l’industrie alimentaire.

Le fructose, un additif problématique?

Les explications de la biologiste Anne-Françoise Burnol. Si l’on tient compte des apports par les aliments industriels, on s’aperçoit qu’au cours du XXe siècle la consommation annuelle de sucre raffiné est passée en France de 2 à 35 kilogrammes par personne. Parallèlement à l’augmentation de la consommation de sucre, on a assisté à l’émergence d’une épidémie de maladies métaboliques, comprenant l’obésité, le diabète de type 2 et la stéatose hépatique non alcoolique. Le lien entre utilisation du téléphone ­portable et apparition de tumeurs cérébrales est confirmé.

Pour la première fois en France, une loi est adoptée sur l’encadrement de l’exposition aux ondes électro-­magnétiques.

Le lien entre utilisation du téléphone ­portable et apparition de tumeurs cérébrales est confirmé

C’est le début d’une reconnaissance du danger des radiofréquences sur la santé. Parmi les études publiées récemment, celle de l’Inserm confirme bien le lien entre l’utilisation intensive du téléphone ­portable et l’apparition de tumeurs cérébrales. Mais où commence l’« utilisation intensive » ? Et pour quels consommateurs ? Les réponses sont inquiétantes. Depuis janvier 2013, Camille a téléphoné 1 433 heures avec son portable. D’après l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), les 67 millions de Français détenteurs d’une carte Sim téléphonent en moyenne 3 heures et 4 minutes par mois.

Le Pr Dominique Belpomme, cancérologue, parle d’un « déni scientifique » face à une future « catastrophe sanitaire » Les 5 pires produits chimiques que vous consommez régulièrement. La consommation des aliments transformés contenant des produits chimiques augmente la quantité de graisses dans le corps et provoque l’obésité.

Les 5 pires produits chimiques que vous consommez régulièrement

Certains de ces produits chimiques appelés «obésogènes» poussent le corps à stocker la graisse même si on diminue la consommation des calories. Les effets sont complexes : certains de ces produits chimiques augmentent le nombre des cellules graisseuses, et élargissent leur taille. D’autres, influencent l’appétit, les envies, et la façon dont le corps brûle les calories. En plus des obésogènes, d’autres produits alimentaires synthétiques peuvent rendre triste et déprimé. Voici les 5 produits chimiques à éviter : 1. Plusieurs médicaments comme les hormones de croissance, les stéroïdes et les antibiotiques sont régulièrement donnés aux animaux pour les engraisser avec moins de nourriture.

Comment les éviter : Il faut consommer les viandes et les produits laitiers biologiques (de préférence de production locale). Cancer et herbicides : Monsanto préfère s’en prendre aux scientifiques. Un agriculteur pulvérise du glyphosate sur son champ de maïs dans l’Illinois, aux Etats-Unis, le 1er juin 2010 (Seth Perlman/AP/SIPA) Vous ne connaissez pas le glyphosate ?

Cancer et herbicides : Monsanto préfère s’en prendre aux scientifiques

En fait, si. C’est Monsanto qui a vendu le premier ce produit chimique, en 1974, via son célèbre Roundup.