background preloader

Inégalités urbaines

Facebook Twitter

Existe-t-il un modèle singapourien de développement urbain ? 1Singapour constitue un cas doublement emblématique en matière de développement, d’abord parce qu’en quelques décennies cette cité-État dépourvue de ressources naturelles, de capitaux et de savoir-faire est devenue une ville globale qui suscite aujourd’hui autant l’admiration que l’envie notamment à Kuala Lumpur et à Jakarta et, ensuite, parce que l’État singapourien dont l’action en matière de développement ne s’est jamais démentie, a réussi sa mutation passant d’un rôle d’entrepreneur actif à un rôle de régulateur pointilleux. 2En quelques années, les autorités singapouriennes ont réussi à doter la ville d’une image compétitive.

Existe-t-il un modèle singapourien de développement urbain ?

Singapour fait aujourd’hui figure de ville fonctionnelle, propre, sûre, accueillante, où multinationales et cadres étrangers sont assurés de disposer d’une gamme de services très étendue ainsi que, et ce n’est pas le moindre paradoxe dans un pays où l’action de l’État est omniprésente, de taux d’imposition et de charges sociales très faibles. Figure 1. Économie d’un méga-bidonville. Recensé : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Dharavi : From Mega-Slum to Urban Paradigm, New Delhi : Routledge, Series Cities and the Urban Imperative, 2013, 400 p.

Économie d’un méga-bidonville

Le bidonville de Dharavi jouit d’une grande notoriété. Située au cœur de Mumbai, cette étendue de 3 km², sur laquelle vivent quelques 800 000 habitants, est récemment devenue le centre de toutes les attentions. Économie d’un méga-bidonville. Login. DICO dp. Thierry Paquot, Désastres urbains. Les villes meurent aussi. 1Le modèle de la ville actuelle, produit de la société de consommation, n’est-il qu’un modèle unique ?

Thierry Paquot, Désastres urbains. Les villes meurent aussi

Est-il possible d’envisager la ville sous une autre forme ? C’est en tout cas les questions que l’auteur soulève dans cet essai de philosophie, qui a pour vocation de révéler le coté obscur des villes. Thierry Paquot expose dans cet ouvrage une vision personnelle du monde urbain, en s’appuyant sur ses propres observations ainsi que sur ses lectures diverses. A Medellin, le téléphérique ranime les quartiers pauvres. A Medellin, le téléphérique n'est pas une attraction touristique, mais un moyen de transport irremplaçable.

A Medellin, le téléphérique ranime les quartiers pauvres

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Delcas - MEDELLIN ENVOYÉE SPÉCIALE Au-dessus des faubourgs qui s'étalent à flanc de montagne, les cabines rutilantes se balancent doucement dans le ciel. Antonia Gomez, 57 ans, ferme les yeux. "Je n'ai jamais pu m'habituer au vertige, explique-t-elle. Mais je gagne 2 heures et demie de transport par jour. " La ville intelligente n’aime pas les pauvres ! En préparation du prochain OuiShare Fest sur le thème des villes qui aura lieu du 5 au 7 juillet 2017 à Paris, l’équipe de Ouishare, la communauté « dédiée à l’émergence de la société collaborative », organisait une première table ronde sur un sujet d’autant plus provocateur que posé en forme d’affirmation : « la Smart City n’aime pas les pauvres !

La ville intelligente n’aime pas les pauvres !

» Vérifions ! Les critiques du concept mouvant de ville intelligente sont de plus en plus nourries. Si le numérique et la technologie ont bien investi les villes, force est de constater que ce n’est pas selon le scénario que prévoyait la Smart City, qui était plutôt celui d’un contrôle et d’une optimisation des fonctions de la ville par les grands acteurs de la ville. Comme le soulignait très bien Clément Pairot sur Ouishare Mag, la tension que provoque une forme de technologisation de la ville semble incompatible avec sa diversité sociale. Est-on déjà dans la ville intelligente ? Log In - New York Times. Quel avenir pour les villes? Bienvenue !

Quel avenir pour les villes?

{* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} [Chronique] Nigeria: cachez ces pauvres que je ne saurais voir - Hebdo. Lagos a accueilli le 11 février la deuxième édition de son marathon.

[Chronique] Nigeria: cachez ces pauvres que je ne saurais voir - Hebdo

Une course gratuite pour les participants. Le vainqueur, un Kényan a empoché 50 000 dollars, tout comme la gagnante de l'épreuve. Cette course est financée par l'Etat de Lagos et une grande banque de la place qui explique dans sa communication que « des gens sains et en bonne santé sont une bonne chose pour l'économie et donc pour la banque ». Les vulnérabilités résidentielles en questions. La plupart des pays du monde connaissent aujourd’hui des déséquilibres des marchés immobiliers, amenant à une surproduction chronique de logements à destination des catégories aisées et à une faiblesse structurelle de la production de logements à faibles prix, en particulier dans le secteur locatif (Marcuse et Van Kempen 2000).

Les vulnérabilités résidentielles en questions

Dans de nombreux pays des Suds, le logement non réglementaire s’est intensément développé sans que la part de l’habitat dégradé en centre-ville ou en proche périphérie ne régresse (Dureau et al. 2001). Les difficultés sur les marchés du logement sont également très fortes dans la plupart des pays européens, qu’elles soient liées à la financiarisation du logement, comme en Espagne, ou à la faiblesse structurelle de l’offre de logements sociaux, comme en Italie (Balchin 1996 ; Cordón et Leal 2006 ; Lévy-Vroelant et Tutin 2010 ; Massot 2007). ▼ Voir le sommaire du dossier ▼ Partage de l’espace inégal et mixité sociale – Inégalités sociales et parcours de vie.

Les causes de la ségrégation urbaine découlent directement de logiques économiques dues aux dynamiques des systèmes capitalistes, entrainant des inégalités de revenus entre les classes, qui se traduisent par une position inégale de l’occupation de l’espace dans la métropole et par une inégalité d’indépendance de choix.

Partage de l’espace inégal et mixité sociale – Inégalités sociales et parcours de vie

En effet, l’accès à la ville s’effectue sous le mode marchand, et répond donc aux logiques de l’offre et de la demande. Plus les revenus sont inégaux entre les groupes sociaux, plus la capacité de payer est inégale, ce qui fera augmenter le pouvoir d’achat de certains groupes sociaux au détriment d’autres. Trois types d’acteurs participent à la formation des quartiers : d’abord les promoteurs immobiliers, ensuite les coopératives et organismes de logements sociaux, et enfin la production individuelle de logement.

Réduire les vulnérabilités plutôt qu'éradiquer la pauvreté. 1La pauvreté, au niveau mondial, reste avant tout un phénomène rural.

Réduire les vulnérabilités plutôt qu'éradiquer la pauvreté

Cependant l'environnement urbain est devenu le milieu de vie de la moitié des habitants de la planète. La transformation urbaine des modes de vie et des activités touche une population encore plus nombreuse. Elle s’accompagne de la création de ce qu'on appelle couramment de « nouvelles pauvretés ». Il est donc nécessaire d'aborder la question de la pauvreté et du développement sous l’angle de l'environnement urbain et de l'urbanisation des conditions de vie. Métropoles en débat : (dé)constructions de la ville compétitive. Antoine Le Blanc, Jean-Luc Piermay, Philippe Gervais-Lambony, Matthieu Giroud, Céline Pierdet, Samuel Rufat (dir.)

La compétitivité, un horizon incontournable de la ville ? Aucune ville n’y est en tout cas insensible, ni les favorites des classements internationaux, ni celles ne pouvant prétendre qu’à une place régionale, ni même les autres, reléguées de la hiérarchie mondiale mais impatientes de faire bonne figure. Cet ouvrage a précisément pour objectif d’interroger une telle unanimité. Que signifie au juste ce terme de « compétitivité » dont toutes les villes usent voire abusent ?

Comment se fait-il que les autorités des villes les plus pauvres de la planète, pourtant incapables de concourir, se laissent prendre elles-mêmes à ce discours ? Justice et injustices spatiales - La ville et la justice spatiale. 1 D’après une présentation faite lors du colloque « Justice et injustice spatiales », Université Par (...) 1L’EXPRESSION « JUSTICE SPATIALE » ne s’est diffusée que très récemment et, encore aujourd’hui, géographes et aménageurs ont tendance à éviter l’usage explicite de l’adjectif « spatial » lorsqu’ils analysent la quête de nos sociétés contemporaines pour plus de justice et de démocratie.

Soit la spatialité de la justice est ignorée dans ces travaux, soit elle est fondue (et souvent vidée de sa substance) dans des concepts apparentés tels que justice territoriale, justice environnementale, urbanisation de l’injustice, réduction des inégalités régionales, voire plus largement encore dans la quête générique d’une ville juste et d’une société juste. 2 Seeking Spatial Justice, University of Minnesota Press, 2010. L’équité urbaine : un choix politique. Dossier : La ville équitable Question 1 Quels sont les enjeux de l’équité urbaine ?

D’une manière générale, qu’est-ce qu’une ville équitable et en quoi est-ce un enjeu ? De votre point de vue d’élu, les mutations métropolitaines à l’œuvre aujourd’hui aggravent-elles ou au contraire peuvent-elles améliorer la question de l’équité urbaine ? Question 2. Où est passé le peuple ? Compte rendu thématique Anne Clerval, « Rapports sociaux de race et racialisation de la ville » Didier Fassin et Éric Fassin (sous la dir. de), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société français Félix Boggio Éwanjé-Épée et Stella Magliani-Belkacem (coord.), Race et capitalisme. Mobilité et pauvreté. Page 25 à 45 Création de nomades urbains et appauvrissement. Impact des politiques d'éradication des camps de squatters à Delhi Page 47 à 64 Croissance urbaine, statut migratoire et choix résidentiels des ouagalais. Vers une insertion urbaine ségrégée ? GAC15 Fragility Violence Conflict Strengthening Resilience Fragile Cities pager 2015.

Objectif 11: Villes et communautés durables. JSSJ1 1fr3. La rénovation urbaine par la démolition : photographies et analyses. La pauvreté est avant tout urbaine. La France pauvre n’a rien de périphérique. La France périurbaine a-t-elle été abandonnée. Guilluy, le Onfray de la géographie. Main Report – WORLD CITIES REPORT 2016. La France périphérique, débat autour d’un livre. GB: à Brixton, des commerçants frondeurs face à la gentrification - Le Parisien. La métropole parisienne : une mosaïque sociale de plus en plus différenciée. A Saint-Etienne, le centre-ville miné par la pauvreté. Inégalités socio-urbaines: la complexité des évolutions en zones métropolitaines - le blog geodatas. Ac ina 12. Ap ina 31. Fractures françaises. De la rue-faubourg à la rue « branchée » : Oberkampf ou l'émergence d'une centralité des loisirs à Paris.

Le Bronx, des flammes aux fleurs : combattre les inégalités socio-spatiales et environnementales au cœur de la ville globale. San Francisco, métropole inégale. Shrinking city. Wealth Divides. IEM2017 Santiago du Chili les contrastes d une metropole emergente. Chroniques / Coupe du monde et Jeux olympiques à Rio de Janeiro : quel « legs urbain » ? Inequality in Mexico's biggest city. Carnet de recherche / Villes en voie d'extinction. GENTRIFICATION ET CONFLITS D’UN QUARTIER DANS LA MONDIALISATION. Le cas de Palermo Viejo, Buenos Aires. IEM2012 Mumbai projets urbains et bidonvilles. Le système urbain indien : une construction ancienne en changement rapide. Singapour, modèle du logement social. Singapore: Distribution by age and gender. La flambée des prix de l’immobilier creuse les inégalités en Chine. Désirs de ville et convoitises foncières. Pourquoi le Maroc domine le classement des 100 villes africaines où il fait bon vivre.

CLIQUE TALK : En Afrique du Sud, les inégalités vues du ciel, 25 ans après la fin de l'apartheid. Quand la vulnérabilité autorise l’exploitation : l’arnaque, une pratique ordinaire en copropriétés dégradées.