background preloader

May 2o16

Facebook Twitter

Eurodad.org - The false EU promise of listing tax havens. Added 27/May/16 This week, European Union finance ministers agreed to establish a common EU blacklist of so-called “non-cooperative jurisdictions” – in other words, tax havens.

Eurodad.org - The false EU promise of listing tax havens

With one tax scandal unfolding after the other, listing and sanctioning tax havens may seem like a good solution. However, as tempting as it may sound, this EU exercise is doomed to fail – and here’s why. The proposal for a common blacklist stems from the European Commission’s external strategy on tax, which was published this January. However, tax havens are not an external matter to the EU, quite the contrary – some of the world’s most powerful tax havens are to be found in Europe. For example, a new report from Oxfam uses European Commission (EC) data to analyse the role of the Netherlands as a corporate tax haven.

Only a year ago, in June 2015, the EC made an attempt to publish a list of countries considered to be uncooperative on tax matters. Interview FvG gourverneur 20160519. Interview FvG gourverneur 20160510. Déficit : Bruxelles épargne l'Espagne et le Portugal pour préserver la reprise. ICIJ Offshore Leaks Database. Deuxième attaque de hackers contre le réseau banquier international. Washington (AFP) - Des hackers ont réussi à accéder au système de messages interbancaires Swift, qui est censé être ultra-sécurisé et sert à transférer des milliards de dollars chaque jour, dans ce qui semble être une deuxième attaque de ce type, selon les médias américains.

Deuxième attaque de hackers contre le réseau banquier international

Selon une lettre que Swift -Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication- s'apprête à envoyer vendredi à ses utilisateurs, les méthodes de ces hackers présentent des similitudes avec l'attaque qui avait permis en février à des malfaiteurs de dérober 81 millions de dollars sur un compte de la Banque centrale du Bangladesh auprès de la Réserve fédérale à New York. Cette fois-ci, les hackers ont visé une banque commerciale, dont Swift ne précise pas le nom, et ont réussi à s'en approprier les codes pour envoyer, via Swift, des messages au nom de la banque. The Real Target of the Panama Papers. Pepe Escobar connects the dots.

The Real Target of the Panama Papers

So this is the way the Panama Papers end. Not with a bang—as in “Putin hiding US$2 billion”; you all remember the original headlines. LuxLeaks : «Vous ne ferez pas fuir les multinationales en acquittant Antoine» Point d’orgue d’un procès luxembourgeois sous haute surveillance internationale (1).

LuxLeaks : «Vous ne ferez pas fuir les multinationales en acquittant Antoine»

Mardi, David Lentz, le procureur du Grand-Duché a requis dix-huit mois de prison avec sursis contre le lanceur d’alerte Antoine Deltour, mais aussi contre Raphaël Halet, autre ancien auditeur du cabinet Pricewater-houseCoopers (PWC). Et une simple amende pour le journaliste Edouard Perrin, qui avait obtenu d’eux des documents internes démontrant la course au moins-disant fiscal du Luxembourg, au bon soin des multinationales. Les LuxLeaks, donc. Au procès LuxLeaks, le procureur refuse de faire des exceptions pour les lanceurs d’alerte. Depuis le début du procès LuxLeaks, il incarne l’intransigeance de l’Etat luxembourgeois.

Au procès LuxLeaks, le procureur refuse de faire des exceptions pour les lanceurs d’alerte

Mardi 10 mai, tout en convenant de multiples circonstances atténuantes, le procureur d’Etat adjoint David Lentz n’a pas changé sa position sur le fond. Oui Antoine Deltour et Raphaël Halet, les deux « soi-disant lanceurs d’alertes », comme il les a qualifiés, sont bien des voleurs qui ont « dérobé » des documents à leur employeur, le cabinet PwC, avant de les remettre à un journaliste de Cash Investigation (France 2), Edouard Perrin. De son côté, celui-ci, a « fait fi des règles déontologiques et morales » du journalisme, en cherchant à se les procurer. Concernant MM. "L'inévitable sortie de l'euro" : pour un Grexit de gauche... Sortir ou non de l’Euro ?

"L'inévitable sortie de l'euro" : pour un Grexit de gauche...

Ce n’est plus la question. Il faut se demander quand, comment, et avec qui. La gauche doit au plus vite surmonter ses hésitations et ses fausses querelles pour présenter un plan bien à elle, susceptible de convaincre. La participation aux négociations avec les créanciers sur l’hallucinant paquet des 5,4 + 3,6 milliards révèle quelque chose de plus grave que l’impasse programmée du gouvernement Tsipras : l’incapacité du capitalisme grec, organiquement affaibli, à se reproduire dans le contexte économique de compétition de l’Eurozone – même en imposant aux couches populaires les conditions les plus insupportables.

Cette vérité amère, des acteurs politiques et même des économistes radicalement systémiques qui se situaient jusqu’ici dans la logique de « l’euro à tout prix » en prennent conscience depuis peu et sont contraints maintenant sous la pression écrasante des faits, de rechercher fiévreusement des solutions alternatives. Assouplissement quantitatif : la BCE donne des dizaines de milliards d'euros aux banques privées. Confronté à l’aggravation inévitable de la crise systémique du capitalisme et alors que la fuite en avant dans une pression euro-austéritaire toujours plus dure contre les travailleurs ne peut qu’alimenter la déflation pour préserver à court terme les profits de la classe capitaliste, la Banque Centrale Européenne poursuit sa politique dite d’Assouplissement Monétaire L’assouplissement quantitatif ou « l’hélicoptère monétaire » pour les banques privées Les traités européens fixent un unique objectif à la Banque Centrale Européenne (BCE), c’est à dire à l’Euro : la stabilité des prix.

Assouplissement quantitatif : la BCE donne des dizaines de milliards d'euros aux banques privées

Le lanceur d’alerte des « Panama papers » explique pour la première fois sa démarche. On ne savait jusqu’à présent quasiment rien du mystérieux lanceur d’alerte à l’origine des « Panama papers », à part le pseudonyme qu’il utilisait dans ses communications sécurisées avec les journalistes allemands de la Süddeutsche Zeitung : « John Doe », un nom fréquemment utilisé pour désigner une personne anonyme dans les administrations anglo-saxonnes.

Le lanceur d’alerte des « Panama papers » explique pour la première fois sa démarche

Un mois après le début des révélations conjointes du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et de ses 109 médias partenaires, dont Le Monde, sur la base de 11,5 millions de documents qu’il a fournis, le lanceur d’alerte a décidé d’en dire un peu plus sur lui-même et sa démarche, en transmettant un manifeste intitulé « La révolution sera numérique » à la Süddeutsche Zeitung.

L’effondrement du système monétaire fiduciaire occidental a peut-être commencé… Chine, Russie : le retour à l’étalon-or Le 19 avril 2016, la Chine sortait les nouveaux yuans soutenus par l’or.

L’effondrement du système monétaire fiduciaire occidental a peut-être commencé…

Ces deux dernières années, le rouble russe était pleinement soutenu par l’or. Personne dans les médias occidentaux n’en parle. Comment l'accord de libre-échange Tafta pourrait laminer l'agriculture européenne. Quelles seraient les conséquences sur le secteur agricole de la signature de l’accord de libre-échange Tafta, actuellement en cours de négociation entre l’Europe et les États-Unis ?

Comment l'accord de libre-échange Tafta pourrait laminer l'agriculture européenne

Au-delà des impacts sanitaires – OGM, rinçage chimique des volailles ou utilisation des hormones de croissance dans l’élevage porcin –, le Tafta provoquerait une augmentation des importations et une chute de revenu conséquente pour les agriculteurs européens. Au point de bouleverser complétement le visage de l’agriculture européenne. Explications. On parle beaucoup des risques du Tafta, le traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis, pour les normes sanitaires et environnementales du vieux continent. Traité Transatlantique : menaces sur la santé et l’environnement et le climat - Monde. En bleu foncé, l’Union européenne et les Etats-Unis. En bleu clair, les Etats de l’ALENA et de l’AELE susceptibles de rejoindre le TTIP.