background preloader

Alternatives

Facebook Twitter

Vers un capitalisme vertueux. Terrifique. The Civic Crowd.

Coopératives, SCOP et SCIC

Monnaies complémentaires. L'aventure Symbiotique. SYMBA IDF est la monnaie destinée aux organisations symbiotiques (entreprises, associations…) d’Île de France pour relocaliser l’économie, créer des échanges vertueux et développer la richesse économique, sociale, environnementale et culturelle du territoire : Convaincus que les citoyens et les entreprises ont leur rôle à jouer dans le développement et l’avenir de leur territoire, nous créons une société coopérative pour permettre aux humains de reprendre le contrôle sur le pouvoir de l’argent et de décider collectivement de leur avenir.

L'aventure Symbiotique

Ce projet initié en Octobre 2013 et soutenu par la Région Île de France vise à rassembler un réseau de confiance des entreprises locales qui existent déjà et valorisent l’humain et la nature en même temps que le développement économique. La coopérative (sous forme juridique SCIC) permet de devenir co-propriétaire du système de notre région. Avantages et intérêt à devenir sociétaire : Avantages pour une organisation à faire partie du réseau SYMBA : Www.economie-symbiotique.fr. Connecting the Collaborative Economy. Alternatiba à Paris, c'est parti ! Six mois après l’organisation d’Alternatiba à Bayonne, le collectif Alternatiba Ile-de-France a vu le jour dimanche 2 février.

Alternatiba à Paris, c'est parti !

Objectif : réaliser des dizaines de villages des alternatives d’ici 2015, date de la conférence sur le climat COP 21 qui aura lieu au Bourget. Ile de France - Un site utilisant Alternatiba. Ce dimanche 2 février, dans le nord-est parisien, le fond de l’air est vert.

Ile de France - Un site utilisant Alternatiba

Un vert profond, pareil aux couleurs d’Alternatiba, ce grand rassemblement des alternatives contre le changement climatique qui a pris racine en 2013, à Bayonne. Depuis, ces racines ont donné naissance un peu partout, en France, à de jeunes pousses prêtes à s’élancer vers d’autres mondes possibles. Sur la route des utopies concrètes. Les sites collaboratifs réclament le soutien de Bercy. Ce sont des entreprises d'un nouveau genre.

Les sites collaboratifs réclament le soutien de Bercy

Des enteprises du numérique, des sites internet qui proposent des services entre particuliers : co-voiturage, location de logements ou dîner chez l'habitant, échange d'appartements, mutualisation d'achats, etc Ces entrepreneurs se sont réunis, mardi 25 juin, à Bercy pour un "BercyJam" au cours duquel ils ont pu faire part de leurs besoins et doléances à Fleur Pellerin. Des demandes multiples Création d'un statut à part entière, labellisation, fiscalité ad hoc (TVA réduite) pour les sociétés et clarification pour les utilisateurs (franchise fiscale), aide au financement par le biais de prêts participatifs et/ou incitations en direction des investisseurs : les demandes ont fusé. "Allez-y, c'est Noël", a lancé l'un des participants à ses acolytes lorsqu'il s'est agit de suggérer à l'Etat comment aider financièrement ces entreprises d'un nouveau genre.

Enercoop : le succés rentable de l'électricité verte. A aucun moment je n’ai dit que la politique actuelle d’EDF était la bonne, je dis simplement que ce n’est pas aux citoyens a se lancer dans cette comédie de produire de l’énergie et qui participe a la fin de la destruction du service publique, en tout cas de la façon dont vous le faites actuellement.

Enercoop : le succés rentable de l'électricité verte

Je dis surtout que vous ne remplacerai jamais le service publique et que, en jouant aux producteurs, vous ne faite qu’aider les Vinci et Bouygues qui visent a détruire totalement EDF, a en prendre la place et a se faire du fric. Pendant ce temps, fini les missions de service publique et c’est, je présume, avec joie que vous engrangerai les bénéfice d’un hiver rigoureux même aux prix des pauvres qui seront coupés sur vos ordres directes, vous les "producteurs" au nom de l’impossibilité financière pour l’entreprise de ne pas être payée.

Je constate aussi que vous ne répondez rien concernant la biomasse et les toitures des pauvres sans capteurs. Onze logiques économiques qui changent le monde. Source image : Tout changement social doit concevoir son économie.

Onze logiques économiques qui changent le monde

Et alors que s’ouvre aujourd’hui à Paris le OuiShareFest, premier événement européen entièrement dédié à l’économie collaborative, j’avais envie de donner suite à ce billet et faire le point sur un ensemble de termes qui reviennent souvent dans l’actualité pour qualifier les modèles économiques émergents et à venir qui cherchent à fournir des réponses aux enjeux du siècle.

L’économie coopérative Commençons avec le plus ancien de ces modèles, qui relève de l’économie sociale et solidaire. Les premières coopératives de consommation sont apparues à la fin du XVIIIe siècle afin de promouvoir une économie plus sociale. La coopérative est l'avenir de l'entreprise. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Clémentine Autain, gérante de la société coopératice de production (SCOP) du mensuel "Regards" Là où la SNCF puis Louis Dreyfus Armateurs (LDA) ont renoncé, des salariés de Seafrance imaginent investir leurs indemnités de licenciement pour remettre à flot les navires qui relient la France à l'Angleterre.

La coopérative est l'avenir de l'entreprise

A l'imprimerie Hélio-Corbeil, dans l'Essonne, on s'apprête à sauver une centaine d'emplois par la reprise de l'activité en société coopérative ouvrière de production (SCOP). Les salariés de Fralib (Unilever), qui fabriquaient le thé Lipton, planchent sur une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), qui permet d'associer salariés, collectivités publiques et entreprises privées. La coopérative se rêve, se discute, se construit. L'idée de créer une société coopérative et participative apparaît de plus en plus comme une solution envisagée par les salariés d'entreprises menacées. « Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l’État et le marché » La notion de « biens communs » attire de plus en plus l’attention et l’intérêt de divers acteurs du changement social.

« Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l’État et le marché »

Qu’il s’agisse d’écologie, de défense des services publics, de culture ou de technologie, les biens communs – ou, plus simplement, les « communs » – ont pour principal attrait de dessiner une alternative pratique aux logiques de commerce et de contrôle, mettant l’accent sur la coopération et le partage, et redonnant du pouvoir et de l’autonomie aux simples citoyens. La notion de « biens communs » est invoquée à propos de choses très différentes entre elles, depuis la gestion collective des ressources naturelles jusqu’à Linux et Wikipedia, en passant par la préservation des traditions indigènes, les services et infrastructures publics, les coopératives et l’économie solidaire, les jardins partagés et les AMAP… Difficile parfois de trouver un fil conducteur. Basta ! Un texte venu du futur, et Alzheimer : la piste Baulieu. Un autre monde est possible ! Changer le monde. Alterconso.

Décroissance / altercroissance. Changer de banque > banques éthiques.

Crowdfunding / finance participative