background preloader

ECOMMERCE

Facebook Twitter

E-commerce et profitabilité : LE challenge à venir pour les marques. La crise économique, la baisse du pouvoir d'achat, la concurrence mondiale, autant de paramètres obligeant les e-marchands à redoubler d'efforts pour rester dans la course...

E-commerce et profitabilité : LE challenge à venir pour les marques

État des lieux En lisant l’article paru sur le Journaldunet.com expliquant les raisons selon lesquelles le panier moyen de l’e-commerce ne cesse de baisser en France, on ne peut s’empêcher de penser que la course vers l’e-commerce reste féroce. Il incombe donc aux e-marchands de redoubler d’efforts afin d’obtenir une profitabilité en ligne durable.L’une des principales raisons de cette baisse est que l’e-commerce se banalise et se fond désormais dans le monde du retail physique : les consommateurs achètent plus facilement en ligne mais ils consomment également des produits de tous les jours, que l’on peut trouver dans n’importe quel chariot au supermarché.

Un seul et unique défi Comment trouver la marge de profit qui leur permettra de rester compétitifs : tel est le défi ultime pour les marques et les distributeurs. E-commerce : la grande distribution court encore après Amazon. Le 15 juin 1963, Carrefour ouvrait le premier hypermarché français dans l'Essonne et inaugurait ainsi une nouvelle forme de consommation en période de forte croissance. 50 ans après, les habitudes d'achat des Français continuent à évoluer fortement avec l'essor du Drive (commande sur Internet, retrait en magasin) et des sites marchands (livraison à domicile ou ailleurs).

E-commerce : la grande distribution court encore après Amazon

Ces nouveaux modes d'achat répondent à la demande croissante des consommateurs désirant faire leurs courses plus rapidement. Les grandes enseignes de la distribution, qui sont su développé leur modèle en France comme à l'international, sont ainsi confrontées à l'irruption de nouveaux acteurs dans les produits de grande consommation, les « pure players » comme Cdiscount et Amazon. Les géants de la distribution ont déjà réagi en développant leurs différentes offres en ligne : le Drive est ainsi une offre spécifique qui impose d'avoir la logistique des grands réseaux physiques. «La grande distribution doit se réinventer» VIDÉO - Ouvertures de supermarchés plus petits, essor du e-commerce...

«La grande distribution doit se réinventer»

Les grands distributeurs tels Auchan, Carrefour et Système U ont entamé leur «révolution commerciale», décrypte l'économiste Philippe Moati. Ils s'appellent Carrefour, Système U ou encore Auchan. Géants de la grande distribution en France, leur stratégie se résume en une phrase: «On est passé d'une distribution de masse à un commerce de précision». Ces mots célèbres de Jean-Charles Naouri, PDG de Casino, illustrent parfaitement les défis des industriels pour ferrer et fidéliser une clientèle qui n'a plus rien à voir avec celle des Trente Glorieuses.

«Depuis cette époque, les comportement de consommation se sont considérablement métamorphosés, explique Philippe Moati (1), auteur de «La nouvelle révolution commerciale» (chez Odile Jacob), paru à la mi-septembre. La grande distribution reste trop timide vis à vis du commerce en ligne. Peu d'industries ont autant d'expérience que les distributeurs dans l'adoption des ruptures digitales, à commencer par l'arrivée du e-Commerce à la fin des années 1990.

La grande distribution reste trop timide vis à vis du commerce en ligne

Pourtant, après une décennie d'adaptation aux nouveaux usages en ligne des consommateurs, la révolution digitale n'est pas encore aboutie, loin s'en faut, chez les acteurs de la distribution. Les dernières innovations digitales, telles que le mCommerce (= commerce sur terminaux mobiles) et le sCommerce (= commerce via les réseaux sociaux comme facebook), commencent déjà à redistribuer les cartes parmi les compétiteurs du secteur, au profit, souvent, des nouveaux arrivants, qui adoptent le digital avant même d'ouvrir une enseigne. Dans le contexte actuel de compétition mondialisée qui met face à face petits et grands commerçants de tous les pays, qu'ils soient des acteurs traditionnels ou bien des pure players, une transformation digitale trop timide peut vite être fatale.

Peur du changement L'oubli des opérations internes. Drive : quand grande distribution et e-commerce font bon ménage. La grande distribution se réinvente et résiste à la crise. Alors que l’Etat n’a pas encore réduit son train de vie, les ­Français, eux, ont bien été obligés de se serrer la ceinture.

La grande distribution se réinvente et résiste à la crise

Le ­matraquage fiscal continuel depuis deux ans, associé à une inexorable hausse du chômage, a formé une lourde chape de plomb sur le moral des ménages. Pas étonnant, dans ces conditions, que la consommation (– 0,4 %) et le pouvoir d’achat (– 0,9 %) aient enregistré, en France, un repli en 2012. L’Hexagone n’a pas été un cas isolé en Europe. Si le Royaume-Uni et l’Allemagne ont un peu mieux résisté à la ­violente crise de la dette souveraine, les pays du Sud ont été beaucoup plus durement frappés.

E-commerce vs magasin: 4 idées reçues à dépasser. Vos clients sont passés (presque) tous au e-commerce, et vous ?

e-commerce vs magasin: 4 idées reçues à dépasser

Cette interrogation lancée aux commerçants, petits et grands, comme un défi, est le fil conducteur du nouvel ouvrage de Catherine Barba " le magasin n'est pas mort ". Un petit guide malin et pédagogique sous-titré " comment réussir la transition numérique de votre activité en 15 sujets clés ", publié en partenariat avec des sponsors (Fevad - Fédération du e-commerce et de la Vente à Distance, Banque Populaire, DGCIS du ministère de l'économie...) disponible gratuitement en téléchargement (notamment sur le site de la Fevad). Catherine Barba, entrepreneure pionnière hexagonale de la toile (OMD Interactive, Cashstore.fr, Malinea, et dernièrement CB Group) est une expert du e-commerce et du digital. Devenue business angel elle investit aujourd'hui dans des start-up innovantes de la toile (Leetchi.com, Sojeans.com....). Extraits du chapitre 3: le quizz des idées reçues. 1. 2. 3. 4.

Problèmes

ECC-Net - European Consumer Centre Belgium. La grande distribution va gagner la bataille du e-commerce. Plus simple, plus pratique, plus rapide, plus compétitif et plus performant... les consommateurs connaissent les qualités de la grande distribution.

La grande distribution va gagner la bataille du e-commerce

Après des années de discrétion dans le monde du e-commerce, ces marchands sortent leurs griffes et séduisent tous les jours de nouveaux clients. Pour l'acheteur : l'essayer c'est l'adorer ! Quand on écoute Jeff Bezos, patron d'Amazon, le premier but d'un (e)commerçant est de servir le client ! Url?sa=t&rct=j&q=leroy%20merlin%20et%20l'e-commerce&source=web&cd=8&cad=rja&ved=0CF4QFjAH&url=http%3A%2F%2Fwww.marquesetreseaux.

L'e-commerce, un marché arrivé à maturité. Les Français ont dépensé 16 % de plus en achats en ligne au deuxième trimestre, selon une étude publiée mardi.

L'e-commerce, un marché arrivé à maturité

Le panier moyen est reparti à la hausse après deux ans de baisse. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Cécile Prudhomme Les Français ont dépensé 12,2 milliards d'euros sur Internet au deuxième trimestre, indiquent les chiffres publiés mardi 24 septembre par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

C'est 16 % plus qu'il y a un an, après une progression de 14 % au premier trimestre. C'est toutefois en deçà des 19 % de hausse enregistrés en 2012. L'e-commerce va franchir la barre des 50 milliards. Sociétés : Les distributeurs rattrapent leur retard de l'e-commerce. Les chaînes de magasins proposent de plus en plus le retrait des commandes en ligne.

Sociétés : Les distributeurs rattrapent leur retard de l'e-commerce

Ce service gratuit permet d'économiser les frais de livraison et de simuler les achats d'impulsion. Distributeurs classiques versus e-commerçants, deuxième round. Ces dernières années, les premiers n'ont cessé de perdre des clients au profit des seconds. Plus besoin de faire la queue sur grosbill.com ou sarenza.com, qui proposent des prix bien plus bas grâce à des coûts fixes moins importants que la Fnac ou Minelli. Vous utilisez un bloqueur de publicité Pour poursuivre la lecture de nos articles, nous vous proposons deux solutions :