background preloader

Restaurants

Facebook Twitter

Les meilleurs restaurants chinois à Paris. Les restaurants chinois à Paris sont si nombreux qu’il n’est plus nécessaire d’aller à Belleville ou dans le 13e arrondissement pour manger chinois.

Les meilleurs restaurants chinois à Paris

Ces dernières années, avec l’afflux d’étudiants et de touristes chinois, on assiste à l’arrivée d’une nouvelle vague de restaurants chinois de qualité. Ces établissements cherchent à se distinguer par leur originalité dans un marché tiré vers le bas par la plupart des traiteurs chinois présents à chaque coin de rue ou presque. L’occasion de découvrir d’autres aspects de la cuisine chinoise et de défaire quelques préjugés !

Les meilleurs restaurants chinois à Paris La sélection des internautes. Dans les caves des chefs... on mange aussi. Déguster des vins nature accompagnés d'assiettes bien troussées : c'est ce que proposent de grands noms de la cuisine.

Dans les caves des chefs... on mange aussi

Ces échoppes conviviales attirent les gourmets qui s'y régalent à des prix abordables. Il jongle avec ses casseroles et ses gamelles derrière le comptoir de La Cave à Michel, entre une salamandre et une plaque à induction. Romain Tischenko, chef et patron du Galopin, place Sainte-Marthe à Paris, a repris depuis un an, avec son frère, la cave à vins mitoyenne de son restaurant. Laissant les commandes de sa première enseigne à son équipe bien rodée, le jeune et brillant cuisinier préfère désormais officier, seul, dans 1 m2 de cuisine. « Ici, je suis tranquille, je fais ce que je veux selon mes envies », se réjouit-il tout en assemblant des petites assiettes de « tartare de veau, radis et faisselle » et « haddock, pommes de terre, raifort ».

Une approche gastronomique Carnet d'adresses. Bon, beau, sain et bon marché : le défi des cantines modernes. De nouveaux établissements parisiens se sont lancé un défi : que chacun puisse manger bon et sain pour le prix d’un fast-food (ou presque).

Bon, beau, sain et bon marché : le défi des cantines modernes

Il y a trois mois, Le Bichat, un modeste restaurant du 10e arrondissement, a fait des petits dans tout Paris. D’un bout à l’autre de la capitale naissaient Le Grand Bréguet (rue Bréguet), Le Myrha (rue Myrha) et Le Boétie (rue La Boétie). D’ici à quelques semaines, c’est à Pantin que verra le jour… Le Pantin, dans l’ancien bâtiment des Magasins généraux.

Ouvertes sept jours sur sept en service continu, ces nouvelles cantines proposent de généreux bols de légumes cuits et crus, de céréales et de légumineuses, avec ou sans protéines animales, ainsi que des soupes, des citronnades et des gâteaux, le tout cuisiné sur place, avec des produits bio et majoritairement locaux. Pour certains chefs, réconcilier le très bon et le pas cher est un défi quotidien – et une vocation. Adresses. Critique gastronomique : le talent d’Achille. Le chroniqueur de « M Le magazine du Monde » s’est rendu dans le nouveau restaurant de Pierre Jancou dans le 11e arrondissement de Paris.

Critique gastronomique : le talent d’Achille

Il y a dans la cuisine de Pierre Jancou comme une musique répétitive à rythmes courts. Une sorte d’ivresse de derviche tourneur, se rapprochant par sillons de son îlot central. Et Bordeaux gagna Gagnaire. Pour succéder à Joël Robuchon aux manettes du restaurant La Grande Maison, le chef mise sur des associations originales.

Et Bordeaux gagna Gagnaire

Tout avait pourtant bien commencé. Fin 2014, La Grande Maison ouvrait, « aboutissement des passions respectives de deux grands hommes de la gastronomie française », selon son communiqué de presse. Avec cet établissement, Bernard Magrez – homme d’affaires, propriétaire de vignobles et mécène –, alias « l’homme aux 40 châteaux », et Joël Robuchon, le chef le plus étoilé au monde, devaient enfin apporter à Bordeaux cette troisième étoile qui lui manquait tant. La Grande Maison ne lésinait pas sur le décor dans cet hôtel particulier face à l’Institut culturel Bernard Magrez : velours et tentures, moquettes épaisses et murs tapissés de soie naturelle, lustres de Baccarat, carte des vins somptueuse… Le communiqué n’a pas tardé. Des tarifs revus à la baisse. Restaurant dans l'Orne à Moutiers au Perche avec terrasse et cheminée, plats faits maison, produits frais régionaux.

Quelques exemples* d'entrées…

Restaurant dans l'Orne à Moutiers au Perche avec terrasse et cheminée, plats faits maison, produits frais régionaux

Pierre Sang on Gambey, une nouvelle expérience culinaire. Pierre Sang Boyer. Crom'exquis. Les fils qui marchent dans les pas de leur père ne manquent pas.

Crom'exquis

C'est le cas de Pierre Meneau (fils de Marc, chef multi-étoilé de L'Espérance, à Vézelay), qui a baptisé son restaurant du nom de ces boulettes créées par papa et dont les saveurs explosent en bouche. A défaut de papa, j'y invite mon vieil oncle. Nous commençons par des « crom'exquis » (au foie gras et à l'andouillette), qu'on nous recommande de mettre en bouche avant de les croquer sans — comme le fait tonton — éclabousser la table et les voisins ! « Oh, c'est malin ça ! » râle-t-il, alors qu'on efface les dégâts. Yam'Tcha - Restaurant 1 étoile MICHELIN 75001 Paris 01. Ils sont parfois magiques, les linéaments du grand art, où l'incandescence n'est que... simplicité.

Yam'Tcha - Restaurant 1 étoile MICHELIN 75001 Paris 01

Adeline Grattard a reçu un don rare, celui du sens - voire de l'omniscience - du produit. Dans sa nouvelle adresse de la rue Saint-Honoré (à cinquante mètres à peine de la précédente), cette jeune chef choisit deux ou trois ingrédients, et ils occupent tout l'espace. Ni démonstration technique ni esbroufe, rien que de subtiles associations, rarement vues, et qui paraissent pourtant très naturelles. Formée auprès de Pascal Barbot (L'Astrance) et installée quelques années à Hong Kong, elle marie des produits d'une extrême qualité, principalement de France et d'Asie : le homard s'unit au tofu et au maïs, le bar s'associe aux huîtres... Le tout se déguste avec une sélection rare de thés asiatiques, autre source d'accords très convaincants (yam'tcha, en chinois, c'est "boire le thé").

Les inspecteurs du guide MICHELIN. Bertrand Grébaut : “Avoir un style affirmé reste le plus difficile pour un cuisinier” - Sortir. Représentant d'une génération qui a dépoussiéré la cuisine gastronomique, le chef de “Septime” se tient à l'écart des réseaux sociaux et reste concentré sur une éthique écologique et locavore.

Bertrand Grébaut : “Avoir un style affirmé reste le plus difficile pour un cuisinier” - Sortir

Il a baptisé son restaurant Septime en clin d'œil au tyrannique patron de resto incarné par Louis de Funès dans Le Grand Restaurant. RESTAURANT. On a testé Masa, restaurant étoilé de Boulogne-Billancourt - L'Express Styles. Masa, 112, avenue Victor-Hugo, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), 01-48-25-49-20, Fermé le samedi et le dimanche.

RESTAURANT. On a testé Masa, restaurant étoilé de Boulogne-Billancourt - L'Express Styles

A l'heure où le goût et l'ego font bon ménage, les chefs ne sont plus seulement cuisiniers. Désormais ils sont aussi "mijoteurs d'émotions", "envoûteurs de papilles" ou "pisteurs de gourmandise".