background preloader

Restaurants paris

Facebook Twitter

Paris 2e : Yoko, bon plan nippon. L’équipe de salle © GP C’est le bon plan nippon du moment côté Bourse, ouvert depuis peu par le groupe Black Code qui possède quelques Kinugawa et Orient-Extrême et joue ici le Japon en version relax et moins cher.

Paris 2e : Yoko, bon plan nippon

Le cadre est sobre, sans chic, façon snack amélioré, le service sourit, l’accueil est gracieux, les formules bento bienvenues, les mets rodés, sous la houlette d’un chef exécutif japonais, qui laisse la bride sur le coup à une équipe aux origines diverses et variées. Gyoza © GP Tataki de saumon © GP Et celle-ci s’en tire avec les honneurs. Céviche de bar © GP Black cod sauce miso © GP. Paris 20e : une terrasse en or. Service © GP Orso Filippi, qui vécut dix ans en Australie et travailla dans le digital, s’est pris de passion pour ce rade chic et tendance de Belleville, sis en haut du parc éponyme, offrant vue plongeante sur tout Paris.

Paris 20e : une terrasse en or

Le lieu est amusant, sympathique, ouvert, offrant un brunch couru le dimanche, les boissons à toute heure, le happy hour de 16h à 20h en semaine, et une cuisine dans le vent de l’époque signée d’un jeune ancien de chez Senderens et Fréchon au Bristol. En terrasse © GP En vedette, la splendide terrasse est vite prise d’assaut au moindre rayon de soleil et les petites assiettes façon « brunch de printemps » genre casse croûte mi-campagnard mi-citadin (soupe de melon, œufs brouillés au bacon croustillant, pancake banane et myrtilles) ont bien jolie mine. Paris 4e : Helmi booste Julien. Jean-Baptiste au service et Hermi Derbal © GP Helmi Derbal, vous le connaissez: il faut le chef de Patrice Hardy à la Truffe Noire de Neuilly puis au Rendez-vous des Camionneurs.

Paris 4e : Helmi booste Julien

Le voilà devenu le chef de Julien, cette ex boulangerie 1900 muée en table de charme, sous la houlette d’Alexandre Chapon, en bordure du Marais, face à la Seine et à l’île Saint-Louis. Le cadre de boudoir chaleureux n’a pas changé. Paris 14e : la belle Assiette du dimanche. Patrick Rathgeber © GP Ce fut jadis le refuge de « Tonton » le dimanche, en compagnie de Georges Kiejman et Pierre Bergé.

Paris 14e : la belle Assiette du dimanche

C’était alors le domaine de Lulu Rousseau. L’Orillon Bar (Paris 11e arr.) : simplement barfait ! – FoodMag. Pourquoi apprécie-t-on un restaurant ?

L’Orillon Bar (Paris 11e arr.) : simplement barfait ! – FoodMag

Parce que l’on y mange bien constitue une réponse évidente, qui tombe sous le sens commun. Mais elle largement insuffisante pour justifier certaines envies irrépressibles d’y revenir encore et encore. L’assiette est un pré-requis, le contrat de base irréductible. Plus que l’assiette, il faudrait peut-être se pencher sur la notion de caractère du restaurant, sur sa capacité à toucher le mangeur et lui faire passer une émotion sincère et partagée : la vraie réponse se trouve dans la surface de « contact » entre le client et le restaurant. Si les tables multi étoilées sont fortiches côté assiette, elle patine souvent dans la semoule côté empathie.

Salle de l’Orillon Bar (crédit – Lisa Klein Michel) Restaurant Paris 9ème. Restaurant parisien Au Petit Riche : cuisine traditionnelle bourgeoise, Bd Haussmann, Rue Lafayette. Restaurant Paris 9ème. Restaurant parisien Au Petit Riche : cuisine traditionnelle bourgeoise, Bd Haussmann, Rue Lafayette. Le Réciproque restaurant - Accueil.

Michelin 2017 : les 40 tables oubliées – ATABULA. Nul n’est parfait.

Michelin 2017 : les 40 tables oubliées – ATABULA

Le guide Michelin 2017, dont la sélection a été annoncée jeudi 9 février, propose 616 tables étoilées en France, dont 70 nouvelles. Reste que, selon Atabula, le Bibendum a oublié quelques tables sur sa route. Voilà 40 tables qui auraient pu prétendre à une meilleure reconnaissance de la part du guide (liste non exhaustive). Ils auraient dû gagner la troisième étoile Alexandre Couillon – La Marine (Noirmoutier) Son nom revient depuis deux ans dans la shortlist des chefs triplement étoilables. Les 20 meilleures tables de 2016 à Paris. Les restaurants ont beaucoup donné, cette année.

Les 20 meilleures tables de 2016 à Paris

Jusqu'à rappeler qu'ils étaient aussi le miroir d'une époque. Ils ont encore témoigné d'une capitale pleine de mordant, où le petit bouclard vindicatif côtoie la grande table, aujourd'hui, réinventée. S'il fallait ne retenir que vingt adresses, ce serait celles qui suivent. Paris 16e : Kura en hiver. Yoshihiro Suzuki et Jérôme Bracco © GP Ce Japonais de charme du quartier de la Muette, sis non loin de la jolie gare de la Boulainvilliers, on la connaît par coeur.

Paris 16e : Kura en hiver

Drivée par un assureur français tombé amoureux du Japon, Jérome Bracco, proposant les mets et les desserts savants d’une équipe 100% nippone, elle charme au gré de formules habiles et de menus malicieux. Foie gras sauce miso © GP. Paris 12e : une cure de jouvence avec Romain Thibault. Romain Thibault © GP Neuf et sympa, joli et bon, à l’ancienne et d’aujourd’hui: comme une cure de jouvence, la maison de Romain Thibault, à côté de l’hôpital Saint-Antoine, témoigne d’une belle santé.

Paris 12e : une cure de jouvence avec Romain Thibault

Tomy & Co, meilleur grand bistrot  du moment. LA CRITIQUE D'EMMANUEL RUBIN - Tomy Gousset, révélé chez Pirouette, traverse la Seine et s'offre un belle adresse du côté des Invalides.

Tomy & Co, meilleur grand bistrot  du moment

Source Figaroscope Si la bistronomie a encore un semblant de sens, c'est assurément du côté de chez celui-là. Révélé il y a cinq ans au Pirouette des Halles, Tomy Gousset change de rive, se fait un printemps en automne et s'offre une indépendance en même temps qu'une belle branche de bistrot, dans l'un de ces faux plis du quartier Invalides. Gousset pas du genre à retourner le tablier comme d'autres la casaque, à cuisiner girouette pour les beaux becs des airs du temps, épatant à prouver qu'une solide culture culinaire n'interdit ni le beau geste, ni le ressort créatif. L'héritier désigné, frais et direct, des Camdeborde, Etchebest, Doucet. Avec qui? Une, deux, trois assiettes: langue de bœuf en fine tartelette: travail en dentelle et en assaisonnement gribiche (la tarte un peu résistante). Service? L'addition? Quelle table? Hai Kai. Paris, 5e: Alliance, ou la gastronomie française selon Toshitaka Omiya - L'Express Styles.

La pomme de terre. C'est le nom du plat. Le maître d'hôtel vous le vend même comme le plat-signature de la maison. Une patate de variété allians (comme par hasard) retaillée par une fine lame japonaise affûtée au Cinq, à l'Arpège et à l'Agapé Substance, dans un chic salon de goût aux tonalités grèges... A table avec François Simon : un joli dîner chez Pétrelle. Notre chroniqueur gastronomique a découvert, dans le 9e arrondissement de Paris, une table hors du temps qui fleure bon le terroir. Il doit en exister encore, quelques adresses comme celle-ci. Royalement larguées dans le temps. À peine apparaissent-elles sur les écrans. Elles n’intéressent quasiment plus personne. Critique gastronomie : Mensae, un bistrot au top. [Le verdict de François Simon] Un duo de cuisiniers immortalisé dans « Top Chef » est aux commandes de ce restaurant du 19e arrondissement de Paris.

Lorsqu’une table culmine dans les classements, fait chavirer la critique, logiquement, c’est qu’il y a de la roche sous l’anguille. Un duo de cuisiniers immortalisé dans « Top Chef » (Thibault Sombardier et Kevin d’Andréa) est aux commandes de ce bistrot bonhomme établi dans le 19e arrondissement de Paris, entre Belleville et les Buttes-Chaumont. L’endroit est vivant (sonore, diront les grincheux), la carte dense et, tout de suite, le ton est donné avec le poulpe grillé, sauce vierge. L’assiette est jolie, digne d’un Instagram. Le dressage joue l’oblique et une colorisation très graphique. Arrive alors le merlan rôti avec des petits pois à la française. Les 20 tables de l'été 2016 à Paris. Comme chaque été, voici notre sélection des nouvelles tables! Vingt parmi tant d'autres, vingt piochées pour leur jolie façon d'assaisonner la capitale. On y découvre l'appétit solide de l'Est parisien, le bel élan transalpin, les ultimes plaisirs du coin de la rue, la revanche des maisons majuscules.

Un parcours pour se convaincre, si besoin était, que la saison qui flotte sur Paris, c'est d'abord celle de l'énergie. Source Figaroscope Meilleur «tout le monde en cause»: DAROCO Cet été, comme souvent, l'Italie a le dos bien large et les nouvelles adresses de se planquer derrière pour faire courir les appétits solaires. Le plat à ne pas laisser filer. Paris 9e: d’exquises canailles.

Nicolas et Marie-Caroline © GP C’est le bon coût du 9e du moment. Et l’un des tous bons de Paris: un menu à midi en or (à 24 € tout compris), qui se transforme en 35 € le soir. On ajoute les idées du jour, les produits de qualité, la main légère de Nicolas Pando, natif d’Arles, formé à Baumanière et chez Ducasse au Louis XV, l’accueil souriant de Marie-Caroline, lyonnaise, passée chez Bocuse à Collonges – qui ont travaillé tous deux à Québec au Ritz-Carlton de Montréal sur Sherbroke, sous le sceau de Daniel Boulud -, le service prompt, les belles idées vineuses, le cadre simple mais charmeur, avec ses tables en bois, ses vraies serviettes, son mini salon style Lounge à l’entrée.

Bref, un lieu qui charme par sa sincérité, sa franchise et sa modestie. Salade de thon © GP Mousse de foie de volaille © GP. Critique gastronomique : Au bon Vivant. [Le verdict de François Simon] Cette semaine, le chroniqueur de « M Le magazine du Monde » est allé dans ce restaurant du 10e arrondissement de Paris. Pierre Touitou a 22 ans. Dix-neuf des meilleurs restos de Paris d’après trois guides gastronomiques. LA CARTE. Paris 12e: la sensation Virtus.

Paris 6e: les plaisirs de la maison Trama. Top 10 des bistrots-hôtels parisiens. Le site de réservation d’hébergement en ligne Booking.com dévoile le classement des meilleurs restaurants bistronomiques de Paris. Ce concept, qui allie cuisine d’un grand chef et prix abordables, est présent dans des lieux d’excellence. 1. Le bistrot de l’Hôtel Edgar Situé au cœur de Paris, à deux pas du musée des Arts et Métiers, l’Hôtel Edgar se distingue par ses plats provenant de la mer. Jean-Louis Nomicos est heureux de vous accueillir dans son restaurant Les Tablettes, 16 Avenue Bugeaud 75016 Paris. [Restaurant] Paris, 14e: Anthocyane, pigment chic de la rue Daguerre - L'Express Styles. A l'heure de se mettre enfin à leur compte, ils ont osé. Paris 17e: découvrez l’Escient! Chalet de L'Oasis - Parc de Saint Cloud. INFOSBAR - Trends-Bars & Cocktails - À télécharger maintenant ! [Restaurant]Paris, 6e: La Gentiane, un amour de bistrot montagnard - L'Express Styles.

On connut Pierre Cheucle brossant les faims de Lyon dans le sens de la crinière, à grand renfort de quenelles gonflées à bloc et d'indiscutables tartes à la praline rose. C'était Chez Marcel, un impayable bistrot confit dans son papier peint d'avant-guerre et ses banquettes en Skaï vermillon. Paris 8e: retour à l’Evasion. Laurent Brenta et Rachid Amzali © GP Trop de temps sans retourner à l’Evasion! La maison de Catherine et Laurent Brenta joue toujours la halte canaille, chic, charme, luxueusement popu, toute voisine de l’église Saint-Augustin. La carte des vins inscrite à l’ardoise et les crus au verre jouent toujours les domaines d’exception, la découverte franche et les cuvées de charme, comme cet incroyable puligny-montrachet de Lucien Muzard et ce châteauneuf du pape tout voisin de Rayas, domaine Eddie Féraud et fils, qui donneraient envie de prendre place ici juste pour eux.

Paris 6e: le nouvel Alcazar est arrivé ! Paris 11e: Brooklyn à Charonne. Notre vieil ami Albert Nahmias a eu le coup de coeur pour Yard. L'Ordonnance, bistrot Paris 14ème - restaurant Paris - L'Ordonnance (Paris 14e) ou le souvenir d'Audiard. L'Office, restaurant Paris 9e - l'Office est toujours une affaire. Juste le zinc, restaurant Paris 8e - le trio du zinc. Paris 1er: la délicatesse d’Adeline. Paradis, restaurant Paris 10e - pas tout à fait le Paradis... Les 20 meilleures tables de 2015 à Paris.