background preloader

Restaurants

Facebook Twitter

Les pâtes, une passion française. Au début du confinement, elles avaient littéralement disparu des rayons de supermarché.

Les pâtes, une passion française

Spaghettis, pennes, macaronis… A l’instar de Panzani, les grands groupes du secteur ont doublé leurs ventes. Pour les Français, impossible d’imaginer cuisiner sans pasta : en 2019, selon FranceAgriMer, 98 % d’entre eux avaient acheté au moins une fois dans l’année les indémodables féculents. L’histoire d’amour entre les Français et les pâtes n’est pas nouvelle, mais elle devient de plus en plus torride. Et sophistiquée. S’ils s’entichent toujours de coquillettes, ils tendent aujourd’hui à les préférer issues de l’agriculture biologique : les pâtes bio ont vu leurs ventes augmenter de 20 % en 2019.

. « Il existe une variété presque infinie de pâtes. En parallèle, la restauration a connu une véritable révolution. Giovanni Passerini n’est plus seul à mener cette croisade culinaire. « Cela fait environ cinq ans que des restaurants italiens “authentiques” commencent à émerger, estime-t-il. Hôtel Paris Relais Saint-Germain - Savourer les restaurants. Les Meilleur, de père en fils Savoie. Délicieux de s’égarer dans le cocon labyrinthique de La Bouitte.

Les Meilleur, de père en fils Savoie

Des chambres à la réception, on se perd facilement au détour des petits couloirs aux murets de pierres sèches et escaliers tournicotant vers des alcôves boisées, galeries décorées d’art populaire savoyard, salles à manger de maison de poupées ou à l’allure de grange, à moins que derrière une porte de ferme, on ne découvre le luxe d’un spa aux parfums de plantes sauvages. A Saint-Marcel (1 500 m d’altitude), l’un des vingt-deux hameaux de la commune Saint-Martin-de-Belleville (3 000 habitants), en Savoie, plusieurs strates de chalets semblent s’être imbriqués pour faire de la « petite maison » (« bouitte » en patois local) originelle, l’hôtel-restaurant le plus voluptueux de la Tarentaise.

« La chair du chevreuil est plus délicate à la sortie de l’hiver » : Olivier Nasti, chef étoilé et chasseur expert. Adolescent, du côté de Belfort, Olivier Nasti se payait sa première mob en vendant le fruit de sa pêche et de ses cueillettes de champignons.

« La chair du chevreuil est plus délicate à la sortie de l’hiver » : Olivier Nasti, chef étoilé et chasseur expert

Jeune quinqua, il règne désormais en chef doublement étoilé sur le village de Kaysersberg (Haut-Rhin), en sublimant le produit de sa chasse dans le restaurant gastronomique – La Table d’Olivier Nasti – et la winstub (taverne alsacienne) qu’abrite Le Chambard, le vaste hôtel de charme que lui et son épouse, Patricia, tiennent depuis l’an 2000. 75 à l’Epi d’Or, Piège Cuisine Bistrot. La promesse Tel que présenté sur son compte Instagram @alepidorparis, le nouveau restaurant d’Élodie et Jean-François Piège, rue Jean-Jacques Rousseau à Paris, apparaît comme : – La quintessence du bistrot parisien où il fait bon « partager » une mousse de foie avec cornichons. – Un lieu éclairé « à la bougie » où le casson (sol typique du genre) dispute la carte de l’authenticité au bar en bois et zinc. – Un temple du pâté en croûte et du riz au lait, où le semainier est une déclinaison inventive des classiques français.

75 à l’Epi d’Or, Piège Cuisine Bistrot

L’épreuve du réel Le lourd rideau de velours rappelle que ce lieu a hébergé bien des secrets. Lire aussi Une toque pour deux. Restaurants franco-coréens à Oberkampf. Le guide MICHELIN sur Twitter : "#NosTablesàSuivre Après le succès de Balagan (à #Paris aussi), Assaf Granit, chef israélien, a ouvert Shabour dans le 2e arrondissement. Au programme, étonnantes recettes créatives, à déguster au comptoir autour de la cuis. 75 Restaurant : Fleur de pavé, une cuisine épanouissante. Le couscous, arme de réconciliation massive. La Rochevilaine, une ode à l'iode. Restaurant du chef Sébastien Chambru à Fuissé. Restaurant : au Joël Robuchon-Dassaï, l’union saké. Cocktails : « Je compose mes mélanges comme de la musique » Au Botaniste, le bar du palace Shangri-La à Paris, le chef barman Clément Emery réinvente l’art de la mixologie avec sa bibliothèque de saveurs. « Je suis un autodidacte.

Cocktails : « Je compose mes mélanges comme de la musique »

J’ai appris toutes les bases des alcools par moi-même. Pour créer mes recettes, je prends une feuille blanche. Je cherche alors des saveurs comme s’il s’agissait de notes. » Ses préparations sont faites maison, ses sirops par exemple. Il met six mois à mettre au point les vingt cocktails présentés sur la carte, éditée une fois par an et conçue comme un herbier. L'adresse : L'Archeste. Quand les japonais s'emparent de notre vocabulaire culinaire c'est souvent pour écrire des merveilles.

L'adresse : L'Archeste

L'Archeste ne fait pas exception. Dans un décor sobre, zen, qui tranche avec l'immeuble Haussmannien de la rue de la Tour qui l'abrite, le restaurant du chef japonais Yoshiaki Ito ( ex chef d'Hiramatsu) propose un menu surprise. Sur les tables de chêne clair et cuir, cet amoureux des beaux produits travaille une cuisine de marché. Restaurant : CAM import-export, suprême orient. #ATableAvecFrançoisSimon Oublions la déco brut et branchée, le service qui prend son temps, le minimalisme de la carte.

Restaurant : CAM import-export, suprême orient

Le très vivace chef Eseu Lee, coréen, sublime cette adresse parisienne en vue. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par François Simon Dans une autre vie, c’était une bonne vieille boutique de tours Eiffel miniatures. Le lieu a été conservé dans son jus. A Paris, l’œuf mayo contre-attaque. La cuisine populaire fait un retour remarqué.

A Paris, l’œuf mayo contre-attaque

De nouvelles adresses, qui pratiquent le fait maison et des prix abordables, revendiquent une filiation avec les bistrots parisiens du XIXe siècle. Pour la nouvelle chronique « Cuisinez-moi », la journaliste Elvire von Bardeleben a rencontré le chef français dans une modeste cantine laot… Alain Senderens, pionner de l’accord parfait entre mets et vins. Le chef Alain Senderens est mort le 25 juin 2017, laissant en héritage le concept du vin au verre, et une cuisine d’abord conçue pour les bouteilles qui l’accompagnent.

Alain Senderens, pionner de l’accord parfait entre mets et vins

Insatiable curieux, le cuisinier trois étoiles de L’Archestrate (Paris 7e), puis de Lucas Carton (Paris 8e), laisse en héritage des plats signatures tels le homard à la vanille, le canard Apicius ou le foie gras de canard au chou. Mort le 25 juin à l’âge de 77 ans, il fut aussi un pionnier dans la quête de l’accord parfait entre mets et vins, imaginant les plats qui iraient le mieux avec les meilleures bouteilles (et non l’inverse) et des menus-dégustation déclinés suivant un principe de vins au verre, repris depuis par quantité de restaurants. Les meilleurs restaurants chinois à Paris. Les restaurants chinois à Paris sont si nombreux qu’il n’est plus nécessaire d’aller à Belleville ou dans le 13e arrondissement pour manger chinois.

Les meilleurs restaurants chinois à Paris

Ces dernières années, avec l’afflux d’étudiants et de touristes chinois, on assiste à l’arrivée d’une nouvelle vague de restaurants chinois de qualité. Ces établissements cherchent à se distinguer par leur originalité dans un marché tiré vers le bas par la plupart des traiteurs chinois présents à chaque coin de rue ou presque. L’occasion de découvrir d’autres aspects de la cuisine chinoise et de défaire quelques préjugés ! Les meilleurs restaurants chinois à Paris. Dans les caves des chefs... on mange aussi. Déguster des vins nature accompagnés d'assiettes bien troussées : c'est ce que proposent de grands noms de la cuisine. Ces échoppes conviviales attirent les gourmets qui s'y régalent à des prix abordables. Bon, beau, sain et bon marché : le défi des cantines modernes. De nouveaux établissements parisiens se sont lancé un défi : que chacun puisse manger bon et sain pour le prix d’un fast-food (ou presque).

Il y a trois mois, Le Bichat, un modeste restaurant du 10e arrondissement, a fait des petits dans tout Paris. D’un bout à l’autre de la capitale naissaient Le Grand Bréguet (rue Bréguet), Le Myrha (rue Myrha) et Le Boétie (rue La Boétie). D’ici à quelques semaines, c’est à Pantin que verra le jour… Le Pantin, dans l’ancien bâtiment des Magasins généraux. Ouvertes sept jours sur sept en service continu, ces nouvelles cantines proposent de généreux bols de légumes cuits et crus, de céréales et de légumineuses, avec ou sans protéines animales, ainsi que des soupes, des citronnades et des gâteaux, le tout cuisiné sur place, avec des produits bio et majoritairement locaux.

Pour certains chefs, réconcilier le très bon et le pas cher est un défi quotidien – et une vocation. Critique gastronomique : le talent d’Achille Paris. Le chroniqueur de « M Le magazine du Monde » s’est rendu dans le nouveau restaurant de Pierre Jancou dans le 11e arrondissement de Paris. Il y a dans la cuisine de Pierre Jancou comme une musique répétitive à rythmes courts. Une sorte d’ivresse de derviche tourneur, se rapprochant par sillons de son îlot central. Ainsi, on l’a connu à La Bocca, La Crémerie, Racines, Vivant, Vivant Cave, Heimat et le voici depuis peu chez Achille, son tout nouveau restaurant situé près du cimetière du Père-Lachaise. Sa trajectoire bondissante a quelque chose d’Henry de Montherlant, à savoir « tout ce qui est atteint est détruit ». Pierre est donc de retour, le pied encore endolori par une fâcheuse chute qui pendant les travaux lui brisa le talon, d’où le nom de sa nouvelle table. Et Bordeaux gagna Gagnaire. Pour succéder à Joël Robuchon aux manettes du restaurant La Grande Maison, le chef mise sur des associations originales.

Tout avait pourtant bien commencé. Fin 2014, La Grande Maison ouvrait, « aboutissement des passions respectives de deux grands hommes de la gastronomie française », selon son communiqué de presse. Restaurant dans l'Orne à Moutiers au Perche avec terrasse et cheminée, plats faits maison, produits frais régionaux. Quelques exemples* d'entrées… Crom'exquis Paris. Les fils qui marchent dans les pas de leur père ne manquent pas. Yam'Tcha - Restaurant 1 étoile MICHELIN 75001 Paris 01. Bertrand Grébaut : “Avoir un style affirmé reste le plus difficile pour un cuisinier” - Sortir. Représentant d'une génération qui a dépoussiéré la cuisine gastronomique, le chef de “Septime” se tient à l'écart des réseaux sociaux et reste concentré sur une éthique écologique et locavore. Il a baptisé son restaurant Septime en clin d'œil au tyrannique patron de resto incarné par Louis de Funès dans Le Grand Restaurant.

RESTAURANT. On a testé Masa, restaurant étoilé de Boulogne-Billancourt - L'Express Styles.