background preloader

Répression / Persécution / Expulsions

Facebook Twitter

Libye. Le coût humain de l’hypocrisie européenne par Matteo de Bellis. Quand il a vu les bateaux au loin, Issa a su qu'il allait vivre.

Libye. Le coût humain de l’hypocrisie européenne par Matteo de Bellis

C'était en juillet 2014 et il avait passé des heures dans la mer, accroché à un réservoir de carburant en plastique, tandis que des femmes, des hommes et des enfants se noyaient autour de lui. Le petit canot pneumatique qui était censé leur permettre à tous de rejoindre l’Italie avait coulé deux heures à peine après avoir quitté la côte libyenne. Sur les 137 personnes qui, selon Issa, se trouvaient à bord, 49 seulement ont survécu. Issa, originaire du Burkina Faso, n'a pas été secouru par un navire de passage, mais capturé par les garde-côtes libyens. Au lieu d'être emmené, comme il l'avait espéré, dans un port italien où il aurait été en sécurité, il a été renvoyé en Libye et remis à la police. . « J’avais les mains attachées dans le dos. », a-t-il raconté. « J’étais allongé sur le sol, visage contre terre, et ils me donnaient des coups de ceinture et de câble électrique dans le dos. » [Brexit] Ce sont des moments effrayants pour les personnes racisées.

Que peut-on écrire de définitif sur le vote par la Grande-Bretagne de quitter l’Union européenne, alors même que cet événement sismique continue de produire ses effets ?

[Brexit] Ce sont des moments effrayants pour les personnes racisées

En tant que personne racisée [people of colour], essayer là maintenant de donner un sens à mon pays me fait sentir comme si j’étais en quelque sorte désincarnée. Ma propre pensée parait séparée de mon corps. Je ne suis pas à ma place. Je suis vulnérable. Comment pourrais-je ne pas l’être ? Aujourd’hui – en réalité durant la campagne référendaire – nous avons été rendues très visibles dans notre différence. Le paradoxe de ce référendum a été que celles et ceux qui ont connu les plus hauts niveaux de migration se sont avéré-e-s être les moins inquiet-e-s à ce sujet.

Ceci, en fin de compte, est la raison pour laquelle j’ai voté pour rester. Denis Lemasson : « Une guerre contre les réfugiés qui ne dit pas son nom. Aujourd’hui médecin généraliste dans le 18e arrondissement de Paris, Denis Lemasson, à peine son diplôme en poche, s’est engagé à Médecins sans frontières (MSF).

Denis Lemasson : « Une guerre contre les réfugiés qui ne dit pas son nom

Il fut l’un des premiers à rentrer dans un Grozny en ruine, puis son engagement l’a conduit en Afghanistan. Il vient de publier Nous traverserons ensemble (1), un roman qui raconte l’odyssée de jeunes Afghans qui, fuyant la guerre et les talibans, ont échoué là, à Paris, square Villemin. Nous sommes en 2008. La journée, ils errent le long du canal Saint-Martin. Le soir, ils font la queue pour manger une mauvaise soupe. À la lecture de votre ouvrage, on découvre l’incroyable odyssée de ces jeunes gens pour fuir l’Afghanistan. Denis Lemasson J’étais en Afghanistan comme médecin au début des années 2000 pour Médecins sans frontières. « Il n’y a pas d’autre alternative que celle-ci : hospitalité et droit d’asile, ou barbarie ! Nous citoyens des pays membres de l’Union Européenne, de la zone Schengen, des Balkans et de la Méditerranée, du Moyen-Orient ainsi que d’autres régions du monde qui partagent nos préoccupations, lançons un appel d’urgence à nos concitoyens, à nos gouvernants et à nos représentants dans les assemblées parlementaires nationales et au Parlement Européen, ainsi qu’a la Cour Européenne des Droits de l’Homme et au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés : Il faut sauver et accueillir les réfugiés du Moyen-Orient !

« Il n’y a pas d’autre alternative que celle-ci : hospitalité et droit d’asile, ou barbarie !

Depuis des années, les migrants du Sud de la Méditerranée fuyant la misère, la guerre et la répression se noient en mer ou se fracassent contre les grillages. Quand ils réussissent à traverser, après avoir été rançonnés par des filières de trafiquants, ils sont refoulés, incarcérés ou rejetés dans la clandestinité par des États qui les désignent comme des « dangers » et comme des « ennemis ». Il s’agit d’une grande catastrophe humanitaire. 3 Mars 2016. Obstacle Course to Europe - A policy-made humanitarian crisis at EU borders - Publications. Réduction des allocations de subsistance pour demandeurs d’asile. Les associations gestionnaires de structures d’hébergement craignent un défaut de trésorerie pour le versement des allocations.

Réduction des allocations de subsistance pour demandeurs d’asile

Applicable depuis le 1er novembre, la réforme de l’asile votée en juillet 2015 touche aussi les revenus de subsistance versés aux exilés, le temps que leur demande soit examinée. Désormais, ceux qui refuseront une attribution là où les places sont disponibles pourront se voir refuser l’accès à leur allocation. Par ailleurs, ceux qui accepteront d’être dirigés à l’endroit indiqué par l’administration ne toucheront plus les mêmes sommes. Cette situation est le résultat de la fusion de l’allocation temporaire d’attente (ATA) et de l’allocation mensuelle de subsistance (ASM) dans une « Allocation pour demandeur d’asile » (ADA). Jolie Môme - Ils arriveront quand même.

Europe

France.