background preloader

G3 : L’Asie du Sud et de l'Est : les défis de la croissance

Facebook Twitter

Cours G3 I.+II. Planbureau voor de Leefomgeving. La population en cartes interactives - Les graphiques/ les cartes. Riziculture. Croissance démographique chinoise. Ili, Nalati Grassland. Maha kumbh mela 2013. Le dessous des cartes - De la démographie aux choix politiques - 24 septembre 2011. Les approches japonaise et coréenne sur la politique familiale. La Corée du Sud a fait ces dernières années l’expérience d’une « évolution de la famille » très rapide : baisse de la natalité, vieillissement de la population, croissance rapide du taux de mariages multinationaux.

Les approches japonaise et coréenne sur la politique familiale

Une comparaison avec la politique familiale coréenne permet de faire apparaître certaines questions propres au Japon. La baisse de la natalité et le vieillissement démographique dans l’Asie orientale L’un des problèmes politiques communs à toutes les sociétés d’Asie orientale concerne la nécessité de se doter d’un système d’aide sociale efficace avec des ressources limitées, adapté à la baisse de la natalité et au vieillissement rapide de leurs populations. Pour affronter en douceur ces problèmes, la répartition des ressources financières doit être revue, à la fois à l’intérieur d’une même génération mais aussi entre la jeune et la vieille génération. Baisse record de la population japonaise en 2013 - Zoom.

La population japonaise pourrait chuter d’un tiers entre 2010 et 2060 selon une estimation du gouvernement.

Baisse record de la population japonaise en 2013 - Zoom

Le Japon compte aujourd’hui 126 millions de personnes. En 2060, les plus de 65 ans représenteront près de 40% du total contre plus de 20% aujourd’hui. Certains pensent que le gouvernement laisse délibérement sa population diminuer plutôt que de s’ouvrir à l’immigration. Indicadores sobre Desarrollo Humano - Google Public Data Explorer. Miracle japonais. Un produit par pays. Coût du travail. La Chine délocalise à son tour sa production - Asie-Pacifique. Il y a quelques années, la Chine était la destination privilégiée des délocalisations d'entreprises européennes et américaines.

La Chine délocalise à son tour sa production - Asie-Pacifique

Avec l'augmentation des coûts en Chine un mouvement inverse s'amorce. Des entreprises chinoises produisent désormais en Ethiopie, Indonésie et Egypte. L'augmentation des salaires et des coûts de fonctionnement en Chine sont à l'origine d'un mouvement de délocalisation des entreprises chinoises. Ces dernières cherchent dans des pays à plus faible niveau de vie un moyen de préserver leur marge. C'est ainsi qu'elles se sont tournées vers l'Afrique et s'installent en Ethiopie. En Ethiopie, le coût de la main d'oeuvre et la production locale de cuir ont permis l'implantation d'usines de chaussures qui seront vendues aux Etats-Unis et en Europe. Le Vietnam, eldorado des délocalisations. Le pays se tourne de plus en plus vers les services à haute valeur ajoutée.

Le Vietnam, eldorado des délocalisations

Samsung, Canon, Foxconn, Neon Led, Hazan Group… qu'ils soient coréens, chinois ou japonais, tous les grands groupes asiatiques y sont installés. L'an dernier, plus de 200 sociétés nippones, confrontées aux conséquences du tsunami et de la catastrophe de Fukushima, ainsi qu'aux inondations en Thaïlande, sont parties s'implanter au Vietnam, y investissant 1,4 milliard d'euros. En juillet 2011, le français SEB y a racheté le numéro un local des ventilateurs, Asian Fan, pour en faire sa tête de pont en Asie. Et en décembre de l'année dernière, Nokia a fermé son usine roumaine pour la délocaliser dans le nord du pays.

Si les premiers investissements étrangers au Vietnam concernaient des secteurs bas de gamme, dans le textile ou les chaussures notamment, et l'industrie légère pour profiter des bas salaires du pays, ils sont désormais de plus en plus orientés vers des domaines très sophistiqués et vers les services. Tata brands - Tata group. Carte lieux de fabrication iphone. Samsung-Apple-iPhone-4.png (PNG Image, 595 × 1192 pixels) - Scaled (84%) Yangshan : le port de la démesure. Carte_inde.jpg (JPEG Image, 681 × 546 pixels) Carte PIB Chine. Dépendance énergétique Chine. Près d'un Indien sur trois vit sous le seuil de pauvreté. Trois cent cinquante six millions d'Indiens – soit près d'un tiers de la population – vivaient sous le seuil de pauvreté en 2010.

Près d'un Indien sur trois vit sous le seuil de pauvreté

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Julien Bouissou Trois cent cinquante six millions d'Indiens – soit près d'un tiers de la population – vivaient sous le seuil de pauvreté en 2010. Mais celle-ci a reculé de 7,3 % par rapport à 2005, selon les chiffres publiés lundi 19 mars par le Commissariat au Plan indien. Derrière cette bonne nouvelle se cachent toutefois de fortes inégalités et une méthode de calcul contestée. La réduction de la pauvreté est plus forte dans les campagnes que dans les villes, et pas nécessairement dans les Etats qui, comme le Bihar, ont connu une forte croissance ces dernières années.

Selon Abhijit Sen, du Commissariat au Plan, les programmes publics de redistribution des richesses expliqueraient au moins pour moitié le recul de la pauvreté. >> Lire aussi notre reportage : En Inde, Google Earth sert à réhabiliter les bidonvilles.

Compo Japon-Chine

L'éthiopie, usine de la Chine....