background preloader

La politique du livre: enjeux et mutations, La politique du livre (1979-2010). - Politiques publiques

La politique du livre: enjeux et mutations, La politique du livre (1979-2010). - Politiques publiques
Paris 8e. Salon du livre au Grand Palais. Stand Flammarion. © La Documentation française Photo : Lionel Fourneaux Pourquoi une politique du livre et de la lecture ? Les raisons traditionnellement avancées pour justifier l’organisation et l’intervention de l’État en matière de livre sont de trois ordres : la création des conditions de la diversité de la création et de la diffusion, la conservation et la valorisation du patrimoine écrit, le soutien à la lecture publique. La politique du livre s’inscrit dans un cadre institutionnel et budgétaire dans lequel le ministère de la Culture et de la Communication, avec les établissements publics sous sa tutelle, occupent une place prépondérante. Le soutien public à l’économie du livre s’exerce essentiellement selon deux modalités : la première est de nature juridique, avec la loi de 1981 sur le prix du livre ; la seconde est de nature financière, avec un ensemble de dispositifs d’aide directe en faveur de l’économie du livre.

http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/politique-livre/index/

Related:  Politiques publiques du livrePolitiques du livreDéfis actuels

Le Syndicat national de l'édition s'invite dans la campagne présidentielle 2017 Madame, Monsieur, A l’approche des prochaines échéances électorales, alors que notre pays entre dans un moment de débat, d’interrogations et de mises en perspectives, la place du livre dans notre société, le soutien à la lecture, notamment des plus jeunes, devraient compter parmi les ambitions majeures des candidats à la plus haute fonction de la République. Pourtant, à ce jour, force est de constater que les enjeux culturels, si essentiels, ne sont pas au cœur de la campagne présidentielle. Économie du livre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le problème spécifique de l'économie du livre est la tension entre le rôle central des livres comme vecteurs et expression d'une culture et leur nature de produits industriels fabriqués par des sociétés commerciales[1]. De ce fait, l'accent est mis sur l'étude des relations économiques et contractuelles entre les auteurs, les maisons d'éditions et les libraires, ainsi que sur les modes de l'intervention publique, qu'il s'agisse de la mise en place d'infrastructures (bibliothèques publiques) ou d'actions législative (prix unique du livre). Éléments descriptifs[modifier | modifier le code] La lecture et l'édition[modifier | modifier le code]

Réforme du contrat d'édition Lors de cet événement marqué par la signature d’un accord précisant les modalités d’application du nouveau contrat puis de l’arrêté étendant ses dispositions à l’ensemble du secteur, Fleur Pellerin a salué la mobilisation et l’effort collectif de négociation qui ont permis d'aboutir à cette réforme. La ministre a déclaré : « La réforme du contrat d’édition marque une réforme du droit d’auteur telle que nous n’en avions pas connu depuis plus de cinquante ans. C’est la preuve que le droit d’auteur est souple, qu’il est capable de s’adapter aux grandes évolutions de notre temps. Loi relative au prix du livre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le prix unique du livre n'est pas une spécificité française et d'autres pays ont, ou ont eu, un système équivalent[2] mais l'intervention de l'État dans ce domaine est exceptionnelle. Au lieu de privilégier la concurrence, cette loi édicte une politique culturelle en créant une obligation légale et générale[3] dans ce domaine. La loi Lang s'impose quelle que soit la volonté des acteurs et diffère des pratiques étrangères comme le Net Book Agreement (NBA) en Grande-Bretagne. En France, la pratique du prix unique reste toujours considérée par certains comme une forme de corporatisme à l'instar de Me Mathieu Laine qui écrit que cette loi est la preuve, selon lui de l'« archaïsme corporatiste français »[4] mais il est difficile de connaître précisément l'avis de la population et des professionnels sur le sujet[5]. Cette loi représente une restriction à la liberté du commerce et a donc fait l'objet de nombreuses batailles juridiques.

La censure littéraire existe-t-elle encore en France en 2014 ? - PluMe d'EscaMpettePluMe d'EscaMpette Peut-on tout écrire, en 2014 en France, sans le moindre risque, dans une totale liberté ? La réponse venant immédiatement à l'esprit, c'est "oui". Au XIXe siècle, beaucoup d'auteurs sont entrés en croisade pour montrer qu'il n'y a aucune morale dans l'art, et qu'il ne doit donc y avoir aucun bâillon concernant la plume d'un écrivain. Le temps où Sade fut embastillé pour mauvaises mœurs est révolu. Celui où Wilde fut lui aussi incarcéré à Reading, pour délit d'homosexualité, se passait dans une Angleterre puritaine fin de siècle et non aujourd'hui dans le pays des Droits de l'Homme.

Prix unique du livre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En France, le prix unique du livre est régi par la Loi Lang (loi n° 81-766 du 10 août 1981 modifiée relative au prix du livre). Dans la terminologie anglo-saxonne, on le désigne soit par Net Book Price Agreement, en référence à l'accord interprofessionnel aboli au Royaume-Uni en 1995, soit, plus fréquemment, par Fixed Book Price. Historique du prix fixe du livre[modifier | modifier le code] Mise en place[modifier | modifier le code] Littérature jeunesse et censure – Monde du Livre Adèle Leproux, éditions du Rouergue : « Tous à poil ! a sa place dans une bibliothèque “idéale” pour enfants, à côté des classiques et de bien d’autres livres. » (PHOTO : D.R) Personne n’a pas pu passer à côté de la polémique lancée par Jean-François Copé à propos de l’album paru aux éditions du Rouergue, Tous à Poil ! de Claire Franeck et Marc Daniau. Cependant, ce cas ne représente qu’un exemple parmi d’autres.

Peut-on encore censurer un livre aujourd'hui ? Mardi 26 Février 2013, la justice française se retrouve à nouveau devant l'éternel débat de la censure. Dominique Strauss Khan (DSK) souhaite voir "Belle et Bête", le livre de Marcela Iacub, retiré des ventes. Cet ouvrage raconte leur liaison, de janvier à août 2012. Celui qu'elle nomme le "mi-homme mi-cochon" l'attaque au nom de "l'atteinte à la vie privée". Jamais vraiment résolue, cette question taboue en France resurgit : faut-il oui ou non faire passer la liberté d'expression avant l'intimité de la personne ?

Related: