background preloader

La terre chauffe

Facebook Twitter

La banquise arctique pourrait complètement disparaître d'ici à quatre ans. La fonte des glaces de mer du pôle Nord s'accélère au point qu'elles pourraient avoir totalement disparu, en été, entre 2015 et 2016, selon Peter Wadhams, de l'université de Cambridge. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric La fonte de la banquise arctique s'accélère au point qu'elle pourrait avoir totalement disparu en été d'ici à quatre ans. C'est la mise en garde de l'un des plus grands spécialistes du sujet, Peter Wadhams, dans le Guardian, lundi 17 septembre, alors que la superficie des glaces de mer de l'hémisphère Nord est sur le point d'atteindre son plus bas historique. Wadhams, qui dirige le département de physique de l'océan polaire à l'université de Cambridge, en Angleterre, a passé de nombreuses années à recueillir des données sur l'épaisseur de la glace grâce aux mesures de sous-marins parcourant l'océan Arctique.

"UNE CATASTROPHE MONDIALE" en 2015 OU 2016 Peter Wadhams appelle alors à "des mesures urgentes" pour limiter l'augmentation des températures. Greenpeace lance "Save the Artic" Greenpeace surveille l’Arctique Depuis des années déjà, l’Arctique est menacé par le réchauffement climatique. Cette région se situant au pôle Nord se réchauffe, fond et disparait peu à peu avec la biodiversité qu’elle abrite. Au cours des trente dernières années, la banquise de l’Arctique a perdu un tiers de sa surface.

Les activités humaines ne font pas bon ménage avec l’environnement. La colonisation sans frontièresL’Arctic Sunrise et l’Esperanza, deux bateaux de Greenpeace, vont justement pouvoir être les témoins des mutations qu’a subit l’Arctique ces dernières années. Les grandes compagnies pétrolières ont déjà engagé leur argent dans le forage de cette zone restée éloignée des activités polluantes pendant longtemps. Greenpeace a décidé de dénoncer cette colonisation de l’homme qui n’en finit plus et entraine des mouvements de populations animales à travers un film prospectif. Crédits photos : Pierre Gleizes / Greenpeace. La fonte des glaces polaires s'accélère. La fonte des glaces polaires s'est accélérée ces vingt dernières années sous l'effet du réchauffement climatique, surtout au Groenland, contribuant pour 20% à la montée des océans sur cette période, selon l'estimation la plus précise jamais faite à ce jour et publiée jeudi.

Une équipe internationale de chercheurs a effectué cette étude importante, qui paraît dans la revue américaine Science du 30 novembre au moment où se déroule la dernière conférence de l'ONU sur le climat à Doha, au Qatar. Le niveau de la mer s'est élevé en moyenne depuis 1992 de plus de 55 mm (3 mm par an), dont la plus grande partie est attribuable à l'expansion thermique de l'eau. Ces scientifiques ont estimé à 11,1 mm au total l'élévation des océans ayant résulté de la seule fonte des deux plus grandes calottes glaciaires de la planète. Estimations plus précises Ces dernières estimations se situent dans la fourchette du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) en 2007. Nouveau record de fonte des glaces en Arctique | Science. Une photo des glaces en Arctique prise au nord-ouest de l'Alaska.

Photo : U.S. Coast Guard / NSIDC La banquise de l'océan Arctique a atteint un nouveau record de fonte, selon des chercheurs de l'Université du Colorado, qui y voient un nouveau signe des effets à long terme du réchauffement climatique. La banquise a rétréci de 70 000 kilomètres carrés depuis le dernier record de fonte, qui remonte à septembre 2007. Dans un communiqué, les scientifiques du Centre national américain de données sur la neige et la glace affilié à l'université américaine affirment que la banquise ne s'étend plus que sur 4,10 millions de kilomètres carrés. Comme l'été n'est pas encore terminé, les scientifiques estiment que le phénomène pourrait s'intensifier dans les semaines à venir. . « Ce record n'est qu'un chiffre [...], mais aussi le signe d'un changement fondamental de la couverture glaciaire de l'Arctique », a averti Walt Meier, scientifique à l'Université du Colorado.

La fonte de glaciers de l'Ouest de l'Antarctique « a atteint un point de non-retour » La fonte des grands glaciers de l'Ouest de l'Antarctique, qui contiennent assez d'eau pour faire monter les océans d'au moins un mètre, s'accélère sous l'effet du réchauffement climatique et paraît irréversible, selon les conclusions de deux études séparées publiées lundi 12 mai. La fonte des six plus grands glaciers de cette région, Pine Island, Thwaites, Haynes, Smith, Pope et Kohler, contribue déjà de façon importante à la montée des océans, lâchant presque autant de glace annuellement dans l'océan que toute la banquise du Groenland.

Ils contiennent suffisamment d'eau pour faire grimper le niveau des océans de 1,2 mètre et fondent plus vite que ne le prévoyaient la plupart des scientifiques. Lire : En Antarctique, le glacier du Pin recule inexorablement Regarder la carte interactive sur les impacts du réchauffement climatique Lire : Réchauffement : les 10 points marquants du rapport du GIEC. La fonte des glaciers d'Antarctique occidental est-elle irréversible ? Par Francetv info avec AFP Mis à jour le , publié le Après avoir épluché quarante ans d'observations menées sur le recul des six plus grands glaciers de la région, Eric Rignot, glaciologue à l'université de Californie et à la Nasa, estime que le point de non-retour est atteint. A eux seuls, ces glaciers lâchent déjà autant de glace dans l'océan que toute la banquise du Groenland. Et le danger, c'est qu'ils contiennent assez d'eau pour faire grimper le niveau des océans de 1,2 m. Une catastrophe à l'échelle mondiale.

Le mouvement de fonte risque d'ailleurs de s'accélérer. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) estime que les océans pourraient s'élever de 90 cm d'ici la fin du siècle. La banquise arctique pourrait complètement disparaître d'ici à quatre ans. Changement climatique : des données alarmantes. La carte des combats écologistes dans le monde. Réchauffement climatique : nouveau rapport alarmant du GIEC. Le deuxième volet du nouveau rapport du groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat assombrit encore un peu plus les perspectives de la planète au XXIe siècle. Sécheresses, inondations, maladies, migrations, pénuries alimentaires, risques de conflit, etc. : le deuxième volet du cinquième rapport du groupe intergouvernemental d'experts de l'ONU sur l'évolution du climat (GIEC), publié lundi 31 mars, recense les impacts déjà observables du changement climatique.

Selon ce texte du GIEC, résultat d'un immense travail de lecture et de compilation de douze mille publications scientifiques, le changement climatique a eu ces dernières décennies des impacts « sur tous les continents et dans les océans », essentiellement sur les systèmes naturels. Dans de nombreuses régions, le changement dans les régimes de précipitations et la fonte des neiges et des glaciers ont modifié les systèmes hydrauliques, « affectant les ressources en eau en quantité et en qualité ». Conséquences de la fonte des glaces - CLIMAT, Une enquête aux pôles - CNRS - sagascience :

Pourquoi se rendre aux pôles pour y étudier le climat ? Comment les recherches s’y organisent-elles ? Quels sont les domaines scientifiques concernés ? Comment vit-on aux pôles ? Autant de questions auxquelles cette animation donne des éléments de réponse, de façon vivante et ludique, à travers de nombreux films, photos, interviews et textes. Voir l'animation Augmentation du niveau des océans Au cours des deux derniers millions d’années, le niveau de la mer a varié de façon périodique au gré des alternances de périodes glaciaires et interglaciaires. Au cours du 20e siècle une nette augmentation de ce niveau est clairement détectée. Fonte des glaces terrestres La banquise, qui est de l’eau de mer gelée, flotte sur la mer. Contrairement à la fonte de la banquise, la fonte des glaces d'eau douce, c’est-à-dire des calottes glaciaires et des glaciers, contribue à la montée du niveau de la mer. Modification des courants océaniques De nouvelles routes maritimes au pôle Nord.

Réchauffement climatique : nouveau rapport alarmant du GIEC. Réchauffement climatique. Le climat et la couche d'ozone.