background preloader

2017

Facebook Twitter

Amélie Fleury : Raconter avec des robots ? Travailler avec des robots peut-il favoriser non seulement la capacité à programmer, mais aussi des compétences plus générales, par exemple créatives et narratives ?

Amélie Fleury : Raconter avec des robots ?

Professeure-documentaliste à Ornans, Amélie Fleury a mené une expérimentation en ce sens, en collaboration avec les professeur.e.s de français et d’arts plastiques de son collège. Des 6èmes se sont inspiré.e.s d'œuvres littéraires pour inventer des récits d'aventures : il s’agit de partir à la découverte d’îles imaginaires, qui sont cartographiées ; ces cartes servent alors de support à la rêverie, à une histoire, à un parcours programmé du robot Thymio. Bilan de ces narrations interdisciplinaires : « La programmation permet de découvrir l'envers du décor des mouvements et objets qui nous entourent. Elle permet du même coup de les questionner et d'avoir envie d'en devenir acteur. » Dans quel contexte le projet a-t-il été mené ?

Dans ces albums, le rapport entre le texte et l’image est étroit. 20 conseils pour l’oral de l’E.A.F. Conseils généraux 1- Avoir préparé à l’avance le matériel - ne pas perdre 2-3 mn pour retrouver le texte.

20 conseils pour l’oral de l’E.A.F

Cyril Mistrorigo : Ciel ! Des robots en cours de français ! Les robots vont-ils nous envahir ?

Cyril Mistrorigo : Ciel ! Des robots en cours de français !

La question parait relever de la science-fiction, un genre au programme de 3ème via le thème « Progrès et rêves scientifiques ». Professeur de lettres au collège d'Egletons en Corrèze, Cyril Mistrorigo ne s’est pas contenté de l’aborder : il a amené ses élèves à programmer des minirobots pour leur faire suivre le parcours d’un héros dont ils ont imaginé l’odyssée interplanétaire dans une rédaction.

La séquence s’avère très riche tant, par-delà l’intérêt et le plaisir du codage, elle met en jeu bien des valeurs et des dispositifs susceptibles de stimuler les apprentissages, de revisiter la littérature ou de créer du débat : créativité et collaboration, interdisciplinarité, communication via les réseaux sociaux, utilisation des appareils numériques des élèves … Bilan par une élève : « On avait des règles, on était encadrés, mais le fait de vraiment pouvoir s’exprimer était intéressant : M.

Mistrorigo nous laissait libres de nos choix ». Le musée imaginaire des 6èmes de Christelle Lacroix. Et si le numérique nous aidait à passer plus d’une nuit au musée ?

Le musée imaginaire des 6èmes de Christelle Lacroix

Et s’il permettait aux élèves de créer leur propre musée, y compris celui de leur imaginaire ? C’est la voie tracée par Christelle Lacroix, professeure de français au collège La Malassise à Longuenesse (62). Pasticher Ponge : De l’appli à l’exposition. Comment susciter et valoriser l’écriture créative ?

Pasticher Ponge : De l’appli à l’exposition

Laure Mayer, au lycée Maurice Janetti de Saint-Maximin, et Isabelle Albertini, au lycée Dumont d’Urville à Toulon, ont collaboré pour créer avec leurs élèves un étonnant objet numérique et poétique : un musée virtuel présentant des photographies d’objets enrichies de poèmes en prose à la manière de Francis Ponge. Une interview du « commissaire de l’exposition » imaginaire est venue parachever le travail en prolongeant l’interactivité entre les classes.

L'Ecole combat-elle l'homophobie ? La Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie est célébrée tous les 17 mai.

L'Ecole combat-elle l'homophobie ?

Sauf à l’Ecole en France ? L’association SOS Homophobie a publié son rapport annuel : elle a reçu 1575 témoignages, soit 19,5% de plus qu'en 2016 ! Parmi les constats : une nette augmentation de la haine envers les personnes trans, une parole qui sur internet exprime, anonymement, ouvertement, de plus en plus fréquemment, insultes et rejet, une homophobie qui reste importante au quotidien, en famille ou au travail. A l’Ecole en particulier, l’homophobie est hélas présente et, en témoignent beaucoup, très destructrice : chacun.e, enseignant.e, personnel de direction, ministre, en prendra-t-il la mesure pour enfin agir ? Yoan Fontaine : La modernité au travail en lettres. « A la fin tu es las de ce monde ancien » (Guillaume Apollinaire) : poétiquement et pédagogiquement ancien ?

Yoan Fontaine : La modernité au travail en lettres

C’est la question que nous posent à leur façon les 1ères de Yoan Fontaine au lycée Bellevue au Mans. Dans le cadre d’une séquence sur Apollinaire, ils ont réalisé leurs propres recueils pour explorer la modernité poétique jusque dans notre culture numérique. Les recueils sont réalisés sur Padlet pour accueillir des productions multimédias diverses.

Chacun•e rédige un « avertissement au lecteur » pour expliquer son projet, ses choix, la filiation avec le recueil étudié. Valérie Tabuteau : A la conquête littéraire de l'ICN. Les modalités de l’épreuve facultative d’Informatique et Création Numérique (ICN) en ES et L viennent de paraitre au B.O. : la présentation d'un projet de création numérique réalisé collectivement par un groupe d'élèves doit permettre d’évaluer les compétences acquises en informatique ainsi que dans les « enjeux épistémologiques ou sociétaux » du numérique.

Valérie Tabuteau : A la conquête littéraire de l'ICN

Comment en saisir l’esprit ? Comment s’y préparer au mieux ? Comment y mener un travail de création véritablement interdisciplinaire ? Karine Veillas : A l’écriture, collégiens ! Comment faire de l'écriture au collège une réelle pratique de classe, formatrice et réflexive ?

Karine Veillas : A l’écriture, collégiens !

Peut-elle-même constituer une aventure citoyenne ? A Rueil-Malmaison, les élèves de Karine Veillas montrent la voie en publiant régulièrement des ouvrages qui rassemblent leurs diverses créations. Ainsi, ses 3èmes ont récemment écrit 4 romans autour de la dystopie, qui invite à inventer un anti-idéal de société. Dans le cadre d'un EPI sur les manipulations génétiques, il s'est agi de relier science et fiction pour mener une réflexion sur la question du progrès scientifique comme sur les codes d’un genre littéraire. Par une « pédagogie du chef d'œuvre », active, créative, collaborative, les élèves font de l'écriture un mode d'apprentissage de la langue, de la littérature, du monde. Pourquoi le choix de travailler spécifiquement sur la dystopie ? Grégory Devin : Ecrire en classe avec Twitter. A l’Ecole, le plus souvent, les élèves n’écrivent qu’en situation d’évaluation : et si on faisait de l’écriture une réelle activité de classe, régulière et formatrice ?

Grégory Devin : Ecrire en classe avec Twitter

Comment alors favoriser les « écrits intermédiaires » chers à Dominique Bucheton, « le lent épaississement du texte » dans le « va et vient de la pensée singulière et collective » ? Grégory Devin montre la voie à Bricquebec dans la Manche. Par exemple, au début d’une séquence sur les monstres en 6ème, chaque élève rédige un texte où il combat une de ses peurs, puis l’enrichit par les interactions avec les pairs et l’enseignant. 175_Sommaire. Lettres : Mme la ministre, l'agrégation s'obstine à ignorer les femmes...

Malgré la consigne ministérielle, l'agrégation de lettres ignore les auteures. Sarah Pépin-Villar : Antigone encore à la une ! Humanités numériques : travaux pratiques en lettres. Comment mettre en œuvre les humanités numériques dans une discipline comme les lettres ? Les 7-8 mars à Grenoble, un colloque a examiné comment le numérique fait évoluer « la configuration des textes étudiés en classe et leurs approches scolaires. » A l’invitation de l'UMR Litt&Arts de l’Université Grenoble Alpes et du Groupe en Littératie Médiatique Multimodale de l’Université du Québec à Montréal, chercheurs, créateurs, enseignants du secondaire ont tenté de montrer comment dans la didactique de la littérature s’invitent de nouveaux supports, de nouvelles circulations, de nouvelles textualités, de nouveaux espaces et gestes d’apprentissage.

Le dernier numéro de la Revue de Recherches en Littératie Médiatique Multimodale éclaire quelques-unes de ces pratiques dans l’enseignement de la littérature. Au menu : blog, tableau numérique interactif, tablettes… Un blog pour lire-écrire ? Un TNI pour la lecture analytique ? Des tablettes pour de nouvelles modalités de travail ? Perspectives eBalzac. Eduspot : A la recherche des humanités numériques. Les humanités numériques ouvriraient-elles un nouveau champ de réflexion et d’action pour tous les acteurs de la communauté éducative ? Par définition, elles invitent à aborder le numérique comme milieu de construction, d’organisation et de diffusion des savoirs et à en faire un objet d’étude. Elles appellent aussi à tisser des liens entre enseignement supérieur et enseignement scolaire pour que théorie et pratique s’éclairent l’une l’autre.

Des voies en ce sens sont en train d’être tracées comme au salon Eduspot à Paris : un dialogue interdisciplinaire s’y est noué entre chercheurs, enseignants et interlocuteurs académiques au numérique Ce dont il s’agit pour les acteurs du monde éducatif, c’est peut-être de commencer à constituer un réseau : pour que tous se mettent en recherche ? Laure Mayer et Isabelle Albertini : Mystifications poétiques au lycée. Lettres : Delphine Poirier : Quand des tablettes vampirisent le collège.

Les tablettes numériques favorisent-elles les apprentissages ? Professeure de lettres au collège Pierre Vernier à Ornans, Delphine Poirier livre des éléments concrets de réponse. Ses 4èmes ont ainsi réalisé pas à pas un fort beau livre, numérique et multimédia, autour des vampires. Claire Berest : Vers une culture de l’égalité filles-garçons à l’Ecole ? Francoise Cahen : Favoriser en classe l'égalité filles-garcons. Aurélie de Mattéis : Plaisirs des mots à l’heure numérique. Delphine Morand : Cartoun pour partager et enrichir ses pratiques. Imaginons une carte numérique que chaque enseignant-e pourrait compléter à son gré pour présenter des pratiques pédagogiques jugées intéressantes, découvrir celles de ses collègues, les contacter pour en savoir plus ou même pour les rencontrer. Alain van Sante : Vers un territoire d’innovation pédagogique ?

Pour de nombreux enseignants, internet est devenu le principal lieu de formation professionnelle : un espace où trouver et diffuser documents, outils, pratiques, idées … Comment l’Education nationale peut-elle accompagner cette dynamique sans la brider ? C’est le défi que tente de relever Cartoun : la Cartographie des Usages Numériques qui a été lancée dans l’académie de Rennes et qui est en cours de déploiement national. Alain Van Sante, Délégué Académique au Numérique, explique ici le fonctionnement et la philosophie de cet « espace de partage qui repose sur la confiance entre pairs », qui veut « développer des réseaux horizontaux de proximité », où les publications sont réalisées « sans validation préalable par les corps d'inspection. » Quand l’institution favorise le « bottom up » et aide à construire un territoire d’innovation pédagogique : une chance à saisir ?

174_Sommaire. Lettres : Isabelle Farizon : Nouvelles pratiques lettrées au lycée. Eidos 2017 : Et si on hackait l'Ecole ? Créativité augmentée au collège : Un château hanté par des élèves ! Conférence Lyon 2017 : Le grand défi de l’EMI. Dans une culture numérique qui invente de nouvelles façons de trouver, produire, partager l’information, le défi est essentiel : être agi ou devenir acteur ? Conférence Lyon 2017 : Quand l’EMI transforme l’Ecole. FEI16 : Amélie Mariottat : Faire du français par l’EMI. Le numérique a-t-il un sexe ?