background preloader

Décodex

Facebook Twitter

Comment le "Decodex" du Monde va labelliser l'infaux en ligne. "Parodique, totalement faux, peu fiable ou fiable", choisissez votre camp. A partir du 1er février, Les Décodeurs du Monde proposeront une extension, financée par le fonds Google, censée permettre aux internautes de mieux se repérer en ligne, et séparer les bons et les mauvais sites d'info. Comment ça va marcher et quelle est la définition, au juste, d'un site "pas fiable" ? Mode d'emploi, à quelques jours du lancement du "Décodex". L'idée est née en décembre 2015, alors que Les Décodeurs du Monde commençaient à être débordés par les fausses infos et rumeurs qui se multipliaient sur le net après les attentats du 13 novembre.

"Si on déconstruit les intox une par une, on ne va pas s'en sortir", se souvient Samuel Laurent, responsable de la rubrique. Pour s'en sortir, les équipes du Monde ont donc pensé au "Décodex", un outil censé permettre aux internautes de mieux se repérer sur le net. Comment ? Concrètement, à quoi ressemblera "Décodex", qui devrait être lancé le 1er février ? «Vider un océan à l’aide d’une petite cuillère» Décodex : nos conseils pour vérifier les informations qui circulent en ligne. Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques).

Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité. Vous pouvez consentir à l’utilisation de ces technologies en cliquant sur « accepter » Décodex : le vieux Monde se meurt -- Grégoire LALIEU. Ça y est, le Décodex est en ligne ! L’outil pensé par les Décodeurs du Monde est censé faire le ménage sur la Toile en aidant les internautes à trier les vraies des fausses informations. Concrètement, le Décodex se présente comme un moteur de recherche. On y entre l’adresse d’un site d’info et l’outil nous dit s’il est fiable ou pas.

Une extension est même disponible pour les navigateurs Chrome et Firefox, ainsi que pour les réseaux sociaux Facebook et Twitter. « L’idée pour caricaturer, c’est de mettre en rouge les reptiliens et les illuminati, et en vert les médias plutôt fiables, qui vérifient la plupart du temps ce qu’ils publient », confie à Arrêt sur Images Samuel Laurent, le responsable de la rubrique[1]. Surprise ou pas, Michel Collon et le site Investig’Action sont repris dans le Décodex du Monde. L’auteur de cette pièce justificative est Christophe Ayad. La deuxième pièce justificative du Décodex est particulièrement éloquente. L’autre Monde Nous ne sommes pas seuls. Décodex : tout noir ou tout blanc. Le site d'information français Le Monde lance Décodex, un outil pour discerner le vrai du faux sur le web. La tendance actuelle est à la chasse aux "fake news" colportés sur la dangereuse toile, un terme qui n'a jamais été aussi utilisé que durant les derniers mois.

Alors que des médias satiriques en font leur gagne-pain (Le Gorafi, Nord Presse, The Onion...), d'autres s'allient avec Facebook pour lutter contre la vermine fausse information et Le Monde a même lancé un outil pour juger de la fiabilité des sites web : le Décodex. Le Décodex, qui n'a rien à voir avec le Pokédex, est en ligne depuis début février, un an après avoir fait émerger l'idée. Le Monde qualifie le fruit de son travail comme un "outil qui vise à lutter contre la diffusion virale de fausses informations et à aider les internautes à se repérer dans la jungle des sites producteurs ou relayeurs d’informations". Si l'idée du Décodex est louable, sa réalisation l'est un peu moins. Qui décodexera le Décodex? De la difficulté de labelliser l'information de qualité.

Le Monde a lancé un outil pour repérer les sites d'information non dignes de confiance. J’avais déjà évoqué ce problème dans un précédent article: pour lutter contre les «fake news», il faut déjà pouvoir délimiter leur champ. Dessiner une ligne claire entre le journalisme et les fausses informations n’est pas aussi évident qu’il y paraît. LeMonde.fr est confronté directement au problème. Le site vient de lancer Décodex, un outil qui permet de tester la crédibilité d’un site d’information et d’afficher automatiquement son niveau de confiance dans le navigateur web. «Vider un océan à l’aide d’une petite cuillère» Les intentions des journalistes du Monde sont louables. Le souci, c’est que pour faire marcher le Décodex, il faut donc établir une liste de sites d’information recommandables ou non. Fakir et Jacques Sapir en «orange» Il y a de nombreux cas litigieux. Le blog de l’économiste pro-russe Jacques Sapir obtient lui aussi un classement SEVESO orange.

Capture d’un tweet du Monde.fr. Le Décodex du Monde est-il vraiment fiable ? « On ne peut plus feindre qu’il y aurait des journalistes ‘engagés’ et d’autres qui seraient neutres. Derrière la bataille pour l’information se joue celle des priorités, et les choix de priorité renvoient à des visions différentes du monde. » Citation d’Hervé Kempf. En ce milieu de semaine, nous avons pris connaissance, comme une large partie de l’internet francophone, du nouvel outil développé par « Les Décodeurs » du journal Le Monde : Le Décodex. La plateforme en ligne se propose de lutter contre les fausses informations en classant plus de 600 sites d’information. Chaque site sélectionné se voit ainsi attribuer une couleur, un classement et une remarque générique. A notre grande stupeur, nos journalistes découvrent que notre site se voit catégorisé, dans la fiche du Monde, comme site « moyennement fiable » sans apporter aucun élément factuel ou argument justifiant ce choix.

Méthodologie inexistante d’un média juge et partie.