background preloader

Technologies pour l'apprentissage et développement de compétence

Facebook Twitter

La « fabrique du cerveau » en tensions entre sciences sociales et neurosciences. Arminjon M. (2014), « Allostasie : cérébralité, physiologie et normativité sociale », Bulletin d’Histoire et de d’épistémologie des sciences de la vie, vol. 21, n° 1, pp. 87-100.

La « fabrique du cerveau » en tensions entre sciences sociales et neurosciences

Arminjon M. (2015), « Birth of the Allostatic Model: From Cannon’s Biocracy to Critical Physiology », Journal of the History of Biology, vol. 1, n° 27. Notre cerveau est neurosocial ! – les 7 du quebec. Voici le trosième article sur les richesses incommensurables de notre cerveau!

Notre cerveau est neurosocial ! – les 7 du quebec

L’article s’inspire du livre Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, une œuvre présentée par Patrice Van Eersel, rédacteur en chef du magazine Clés. M. Van Eersel interviewe dans son livre cinq chercheurs. Serge Tisseron. Posté par Serge TISSERON le 7 juin 2012.

Serge Tisseron

La première révolution engagée par la culture numérique est culturelle La culture du livre est une culture de l’un, dominée par une conception verticale du savoir : celui qui sait écrit un livre pour ceux qui ignorent. L'étonnante plasticité du cerveau humain. Les étonnants pouvoirs De Transformation Du Cerveau. Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ? Lecture en diagonale, perte de concentration... le Net et les technologies numériques bousculent nos façons de penser.

Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ?

Faut-il s'en inquiéter ? Pas forcément. On vous explique pourquoi. Sur le mur d'une galerie d'art de Toronto, ce slogan : « Mon cerveau d'avant Internet me manque » (1). C'est drôle. LES ÉTONNANTS POUVOIRS DE TRANSFORMATION DU CERVEAU. Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau, est un documentaire (0h52) sur le développement et le potentiel cérébral d'adaptation de l'homme, expliqué par le psychiatre Norman Doidge, auteur du livre sur la plasticité neuronale.

LES ÉTONNANTS POUVOIRS DE TRANSFORMATION DU CERVEAU

Le psychiatre canadien Norman Doidge explique de façon limpide et distrayante la plasticité neuronale et l'adaptabilité du cerveau. D'intrigantes histoires cliniques servent de point de départ à cette plongée dans les replis du cerveau. Livrant avec beaucoup de clarté les nouvelles connaissances sur les capacités de réorganisation structurale et fonctionnelle du cerveau, Norman Doidge nous ouvre les portes d'un domaine de recherche en perpétuelle évolution, à l'image du cerveau lui-même.Ce documentaire est une adaptation du livre éponyme du même Norman Doidge qui a figuré sur la liste des best-sellers du New York Times. Pendant des siècles, on a considéré le cerveau humain comme un organe figé. . - Voir aussi : MICHEL SERRES : La révolution culturelle et cognitive.

Les nouvelles technologies, est une conférence (1h04) donnée par Michel Serres, philosophe et historien des sciences, consacrée à la révolution culturelle et cognitive liée aux technologies modernes qui poussent l’homme à externaliser sa mémoire, à l’occasion des 40 ans de l’INRIA.

MICHEL SERRES : La révolution culturelle et cognitive

Michel Serres, célèbre académicien, philosophe et historien des sciences, explique comment la révolution informatique change notre rapport au monde. Comment la technologie modifie la manière dont on se pense? Boris Cyrulnik / Jean-Claude Kaufmann. La révolution cognitive. Je vous recommande vivement cette conférence de Michel Serres, intitulée « Les nouvelles technologies, révolution culturelle et cognitive » (je suis tombé dessus grâce à un tweet de Jérôme Colombain).

La révolution cognitive

Outre la vigueur et la clarté de Michel Serres (qui sont impressionnantes), le propos est lui-même passionnant. Il y aborde la manière dont les ordinateurs et internet (ce qu’on appelle souvent les nouvelles technologies) sont en train de modifier radicalement, le temps, l’espace et notre cognition. Michel Serres compare la révolution « internet » à d’autres révolutions dans l’histoire de l’humanité - en lien avec l’émission, le traitement, la réception d’informations - : l’apparition du langage, l’apparition de l’écriture et l’apparition de l’imprimerie. Cela replace les choses dans une échelle temporelle intéressante. Le numérique nous fait-il perdre la mémoire ? Nous confions de plus en plus le soin à des appareils d’enregistrer les informations à notre place.

Le numérique nous fait-il perdre la mémoire ?

Le fait de se reposer sur les technologies numériques pourrait permettre à notre cerveau de se consacrer à d’autres tâches. Mais cela ne risque-t-il pas, à terme, d’affaiblir notre mémoire ? Enquête auprès de spécialistes du sujet. Inhibition, analogie, erreur, face au numérique. Dans son dernier opuscule, destiné davantage au grand public spécialisé qu'aux chercheurs et spécialistes de la psychologie, Olivier Houdé (Apprendre à résister, le pommier 2014) nous parle de l'importance de l'inhibition comme mécanisme permettant d'apprendre.

Inhibition, analogie, erreur, face au numérique

Il rejoint en cela d'autres publications récentes, plus grand public, comme le numéro de la revue Cerveau et Psycho (septembre 2014) consacré au développement de l'enfant qui reprend aussi, entre autres, cette question de l'inhibition. Le terme inhiber n'a pas ici totalement le sens qui lui est attribué communément. On parle volontiers de timidité, de frein, lorsque l'on dit de quelqu'un qu'il ou elle est inhibé. Pour la psychologie cognitive inhiber est plus fort et est considéré comme un processus d'empêchement, de blocage fort.

De plus ce processus vise à en permettre un autre, ne pas se fier à la première perception, à la première représentation qui souvent entraîne, dans le contexte de l'apprentissage, à l'erreur. Les neuromythes - Elena Pasquinelli. Processus d’apprentissage à l'ère numérique. Peut-on prendre le risque d’enseigner et d’éduquer avec le numérique.

Bruno Devauchelle en bref Bruno Devauchelle est formateur-chercheur au Centre d’études pédagogiques pour l’expérimentation et le conseil de Lyon .

Peut-on prendre le risque d’enseigner et d’éduquer avec le numérique

Après avoir travaillé en lycée professionnel comme professeur de Lettres-Histoire, il a choisi de devenir formateur et s’est spécialisé dans le domaine des TIC en éducation et en formation . Docteur en sciences de l’éducation, il mène des activités de formation auprès des équipes éducatives et participe à des recherches en tant que membre de l’unité EA Techne (Technologies numériques pour l’éducation) de l’université de Poitiers. Enseigner avec le numérique. L'impact des nouvelles technologies sur le cerveau. La lecture : quelles influences sur le cerveau ?

Lecture et cerveau sont bien plus liés qu'il n'y paraît. L'éducation, l'alphabétisation, et la lecture de façon plus générale entrainent des modifications des différentes zones cérébrales, démontrant une certaine plasticité du cerveau, de la plus tendre enfance à l'âge adulte. Il y a deux types d'influence : celle qui est due à l'apprentissage-même de la lecture et celle d'une lecture plus moderne, celle que l'on pratique sur le web. L'apprentissage de la lecture modifie le cortex Des études dirigées par une équipe internationale de chercheurs, basées sur des observations par imagerie médicale ont récemment mené à des conclusions jusque-là insoupçonnées : Le cerveau en constante reconstruction : le concept de plasticité cérébrale.

« The interaction of individual animals and their world continues to shape the nervous system throughout life in ways that could never have been programmed. Modification of the nervous system by experience is thus the last and most subtle developmental strategy » Le développement du cerveau des mammifères et à fortiori celui de l’espèce humaine est un extraordinaire aboutissement. À partir d’une population de cellules immatures et indifférenciées émerge un organe complexe dont le fonctionnement dépend des interconnexions de milliards (1011) de neurones possédant des caractéristiques très diverses, par l’intermédiaire de billions de synapses. L'étonnante plasticité du cerveau humain. Digital media, the developing brain and the interpretive plasticity of neuroplasticity.

Keywords adolescence, brain development, cognitive neuroscience, extended mind, Internet,plasticity Baroness Susan Greenfield, a prominent UK neuroscientist and public intellectual,recently warned the public against the dangers of Internet and digital technologyfor children and teenagers, cautioning us about the ‘‘unprecedented changes’’brought about by young people’s interaction with digital technology and urgingus to recognize that the issue is ‘‘almost as important as climate change’’(‘‘Baroness Susan Greenfield,’’ 2010). Can never speak for themselves nor teach the truth adequately toothers’’ (Plato, 2008). The pursuit of wisdom, for Socrates, was not through read-ing and writing but through real time and space dialogue (Carr, 2010).

In the 18thcentury, the novel was perceived as a cause of female depravity and literacy wasconsidered threatening to women’s safety and moral purity, while both women andyoung people were considered vulnerable to the corrupting influences of the. Le cerveau attentif - Jean-Philippe Lachaux.

Comment les outils numériques modifient notre cerveau - La Croix. Des études scientifiques ont montré que l’utilisation massive d’Internet transforme notre mémoire et notre attention Réécouter l'émission de France Inter "La tête au carré" présentée par Mathieu Vidard, en partenariat avec La Croix. « Internet rend-il bête ? Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures. 1 - L'impact du Web en 4 questions. L'essor des prothèses numériques "cognitives" et leur impact en termes socio-anthropologiques. Les prothèses « cognitives » (les ordinateurs, les consoles de jeu, les smartphones, et bientôt les Google Glass®...) accompagnent étroitement l'activité mentale et sociale de l'individu.

Le besoin irrépressible, pour certains « adeptes », de se connecter aux sites web comme Facebook, aux boîtes e-mail, pour s'adresser à son semblable, témoigne de l'essor de nouvelles pratiques sociales et culturelles qui se développent fortement depuis le début du XXIe siècle. Tous ces appareils semblent en mesure de provoquer une potentielle "cyberdépendance" chez certaines personnes et d'exercer une modification progressive et subtile, en cas d'usage intensif, de l'activité cognitive comme des modes de mise en relation des individus.

Ils peuvent donc vraiment bouleverser significativement certains rapports sociaux et également certains processus pédagogiques. En savoir plus Crédit photo : Champion studio / Shutterstock.com Niveau : Universitaire.