background preloader

Le cerveau attentif - Jean-Philippe Lachaux

Le cerveau attentif - Jean-Philippe Lachaux

http://www.youtube.com/watch?v=GbMWsmZJM2Q

Related:  A voir a lireattention cerveauanatoileNeuroneurosciences cognitives

Apprendre aux élèves à maîtriser leur attention I Cortex Mag Le programme Atole (pour « ATtentif à l’écOLE ») vise ainsi à développer les capacités attentionnelles de l’enfant et de l’adolescent dans un contexte scolaire. Il s’adresse à tous les enfants de 6 à 18 ans, et non pas seulement à ceux qui souffrent de troubles déficitaires de l’attention. Nous croyons en effet que tous les élèves gagneraient à acquérir une meilleure maîtrise de leur attention.

Les neuromythes en éducation Un neuromythe est une croyance erronée sur le fonctionnement du cerveau. De récentes études ont mis en évidence que plusieurs de ces neuromythes sont répandus en éducation, particulièrement dans la population enseignante. Shutterstock / NLshop Projet ATOL (ATTentif à l'écOLe. Développement en milieu scolaire d'ateliers d'apprentissage...) L’attention dite « exécutive » favorise de manière flexible les processus cognitifs les plus efficaces pour l’activité en cours et constitue un prérequis indispensable de toute forme d’apprentissage. Elle ne cesse d’être, à ce titre, réclamée par tous les enseignants auprès de leurs élèves, sans que ces derniers ne soient pourtant formés, à aucun moment de leur vie scolaire, à devenir maître de leur attention. Selon le père de la psychologie cognitive moderne, William James, « une éducation qui développerait cette faculté serait l’éducation par excellence » (James, 1890). Ce projet vise précisément la mise en place d’un programme de développement des capacités attentionnelles de l’enfant et de l’adolescent, expérimenté et utilisé en milieu écologique (la salle de classe) et déduit directement des résultats les plus récents des neurosciences cognitives.

L'essor des prothèses numériques "cognitives" et leur impact en termes socio-anthropologiques Les prothèses « cognitives » (les ordinateurs, les consoles de jeu, les smartphones, et bientôt les Google Glass®...) accompagnent étroitement l'activité mentale et sociale de l'individu. Le besoin irrépressible, pour certains « adeptes », de se connecter aux sites web comme Facebook, aux boîtes e-mail, pour s'adresser à son semblable, témoigne de l'essor de nouvelles pratiques sociales et culturelles qui se développent fortement depuis le début du XXIe siècle. Tous ces appareils semblent en mesure de provoquer une potentielle "cyberdépendance" chez certaines personnes et d'exercer une modification progressive et subtile, en cas d'usage intensif, de l'activité cognitive comme des modes de mise en relation des individus.

Notre cerveau, de plus en plus confronté à des "pannes d'attention" Voir la vidéo Francetv info Mis à jour le , publié le Ce que la recherche nous dit sur les styles d’apprentissage (ou retour sur un mythe tenace) La recherche sur les styles d’apprentissage, dont les origines remontent aux années 1930, a vu le jour en Europe occidentale et aux États-Unis et a réellement pris son essor depuis cinq décennies. Durant cette période, la densité des travaux de recherche a été fluctuante, mais connaît depuis plusieurs années un renouveau, sans doute lié à l’engouement pour la psychologie cognitive. La psychologie y tient toujours une grande place, comme pour les premières recherches, mais aussi la médecine, le management, l’industrie, la formation professionnelle.

Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures Maryanne Wolf, directrice du Centre de recherche sur la lecture et le langage de l’université Tufts est l’auteur de Proust et le Calmar (en référence à la façon dont ces animaux développent leurs réseaux de neurones, que nous avions déjà évoqué en 2009). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel au Centre Pompidou, la spécialiste dans le développement de l’enfant est venue évoquer « la modification de notre cerveau-lecteur au 21e siècle » (voir et écouter la vidéo de son intervention)… Image : Maryanne Wolf face au public sur la scène du Centre Pompidou, photographiée par Victor Feuillat. Comment lisons-nous ? « Le cerveau humain n’était pas programmé pour être capable de lire. Il était fait pour sentir, parler, entendre, regarder… Mais nous n’étions pas programmés génétiquement pour apprendre à lire ».

Conférences vidéos Cerveau et attention Jean-Philippe Lachaux, le 15 mars 2007 Notre cerveau est une puissance extrêmement complexe dont nous commençons à peine à appréhender le fonctionnement. Aucun modèle mathématique ne permet à ce jour de rendre compte d'une telle complexité. Qu'est-ce que les neurosciences cognitives ? - Prim à bord Les progrès considérables accomplis ces dernières années grâce au développement des techniques d’imagerie cérébrale permettent d’apporter de nouvelles réponses sur le fonctionnement du cerveau. Ces avancées dans le domaine intéressent de fait l’éducation et questionnent les méthodologies d’apprentissage proposées aux élèves. De nombreux scientifiques partagent ainsi l’idée que l’enseignant devrait se saisir des éléments de connaissance sur le cerveau pour enseigner et adapter ses pratiques aux activités cognitives de l’élève. Sans chercher à couvrir ce vaste sujet dans un seul article nous avons rassemblé plusieurs acteurs, chercheurs engagés dans cette problématique qui exposent en quoi les neurosciences cognitives peuvent apporter des éléments d’éclairage dans les pratiques pédagogiques ?

La pédagogie 3.0, ou l’art de valider l’impact direct de l’enseignement sur la réussite des élèves - École branchée Rencontre avec Stéphane Côté pour en savoir plus sur son approche d’enseignement novatrice, qu’il nomme « la pédagogique 3.0 ». Née d’une incessante remise en question de la part d’un enseignant du primaire, la « pédagogie 3.0 » se veut un bel équilibre entre la pratique enseignante et le besoin d’appliquer des méthodes probantes éprouvées en classe. En effet, Stéphane Côté, admirateur du professeur John Hattie, de l’Université de Toronto et auteur de Visible Learning, est l’un de ceux qui éprouvent le besoin de valider l’impact direct que ses stratégies d’apprentissage ont sur la réussite de ses élèves. C’est pour cette raison qu’il a bâti un bon nombre d’outils lui permettant d’obtenir une rétroaction de leur progression.

Comment sauver son cerveau des effets néfastes du multitâche? PSYCHO - Avec l’avènement d’Internet et des téléphones intelligents, plusieurs contraintes physiques ont disparu. Nous pouvons désormais prendre un café, discuter entre amis, faire du shopping sur Internet tout en regardant des bandes-annonces et suivre le quotidien de nos contacts sur les réseaux sociaux. En un mot: nous sommes multitâches. À l’époque du multitâche, les générations actuelles font subir à leur cerveau et à sa capacité d'attention, une pression qui peut s’avérer très néfaste leur cerveau.

Savoir - CTREQ Objectif : Fournir une vue d’ensemble de ce que dit la littérature scientifique des cinq dernières années et les références incontournables de plus de cinq ans ainsi que les savoirs d’expérience sur la dynamique de travail de l’équipe enseignant et ressources additionnelles au préscolaire, au primaire et au secondaire. Pertinence : Comme annoncé dans le budget 2017 et explicité dans le document Un plan pour la réussite, de la petite enfance et tout au long de la vie, des ressources additionnelles, en classe et dans l’établissement, seront déployées au cours des cinq prochaines années. Elles appuieront les interventions de l’enseignant du préscolaire, du primaire et du secondaire. Cet ajout d’effectifs, au nombre de 7 200 d’ici cinq ans, permettra ainsi d’agir immédiatement sur les difficultés dépistées auprès des apprenants en repérant très tôt les élèves ayant des besoins particuliers et en évaluant leurs besoins.

Related: