background preloader

Consommation

Facebook Twitter

Le Bon Coin : "Nous entrons dans une consommation du partage" Paru dans leJDD Antoine Jouteau, DG du site de vente entre particuliers; (Divergence pour le JDD) Des millions de Français vident leurs placards sur Le Bon Coin. Qu'apprend-t-on sur leurs pratiques de consommation? Quand on s'est lancé en 2006, on fonctionnait comme une brocante virtuelle. Aujourd'hui, nos clients nous écrivent. C'est la crise de 2008 ou l'explosion du commerce en ligne qui a fait le succès des ventes d'occasion? Nos habitudes de consommation ont-elles fondamentalement changé?

Ressentez-vous les effets conjoncturels de la crise à travers vos petites annonces? Le Bon Coin crée du lien entre vendeurs et acheteurs : êtes-vous prêts à devenir un réseau social? Bruna Basini - Le Journal du Dimanche.

Bon Plan

Airbnb, l'envers du décor. Un ours en peluche sur une étagère, des murs tapissés de dessins d'enfants, quelques ballons sur la moquette... Les vestiges d'un récent goûter d'anniversaire au cœur d'un chaleureux foyer ? Pas du tout. Nous sommes au bureau parisien d'Airbnb, le site de location entre particuliers. Depuis sa création à San Francisco en 2008, la petite start-up de la Silicon Valley a bien grandi : elle propose 300.000 logements dans 34.000 villes de 192 pays. Après New York, c'est à Paris que l'on trouve le plus d'adeptes de l'hébergement collaboratif. Airbnb y a ouvert une antenne au début de 2012. Au milieu de l'open-space, la petite chambre d'enfant témoin rappelle aux cadres pianotant devant leurs écrans les valeurs qu'ils doivent propager. La démocratisation de la location touristique Quatre millions de voyageurs ont déjà testé le concept.

Le temple de l'authenticité standardisée Le site peut rapporter gros, quand on flirte avec l'illégalité. Et ce n'est pas un cas isolé. Que dit la loi ? Le cauchemar de Vuitton et Gucci devient réalité: les riches du monde entier ne veulent plus de logos flashy. Temps de lecture: 2 min — Repéré sur The Washington Post, Business Insider Le Washington Post estimait ce 15 juin que Louis Vuitton, Gucci et Prada avaient des soucis à se faire.

La raison? Les riches du monde entier «préféreraient des pièces uniques en lieu et place des sacs à main ultra-reconnaissables des grandes marques». Le quotidien américain donne plusieurs raisons à cette évolution. Johann Rupert, le directeur-général de Richemont, propriétaire de Cartier et d'autres grandes marques de luxe, avait ainsi raconté lors d'une conférence que cela le tenait éveillé la nuit. «Les gens qui ont de l'argent ne souhaiteront pas le montrer. L'accroissement de l'écart entre les plus riches et les autres joue sans doute un rôle. «Marque pour secrétaires» Pour plusieurs personnes interrogées par Ewan Rambourg dans son livre sur les consommateurs de luxe chinois, Vuitton est trop tape-à-l'œil et ordinaire: «Je ne peux pas acheter de Vuitton, j'en ai trop vu, c'est une marque pour secrétaires.» Le monogramme Louis Vuitton, symbole du beauf et plus du luxe.

Le logo Louis Vuitton, le célèbre monogramme LV, est-il devenu trop beauf? Son sac (entièrement) siglé –peut-être devrait-on dire ce sigle qui prend la forme d'un sac– est partout, et on ne parle même pas des contrefaçons. Or, les chiffres ne sont pas bons. Louis Vuitton, déjà «fragilisé» par le départ de son créateur Marc Jacobs, star du cool, a pâti d’un ralentissement notable de la croissance des ventes de ses sacs à main (4% pour les neufs mois de l’année selon la BBC) quand le cours de ses principaux concurrents, comme le suisse Richemont, propriétaire de Cartier, a pris 28%, que Kering (Gucci) a avancé de 20% et que Burberry a grimpé de 30%, selon Reuters.

LVMH a même vu son cours plonger de plus de 6% le 16 octobre à la Bourse de Paris, pour clôturer en recul de 4,24%. Une «alerte» pour le groupe de Bernard Arnaud, selon Emmanuel Cugny qui explique sur France Info: «Il y avait bien longtemps que le groupe français, leader mondial du luxe, n'avait pas connu cela. Caroline Piquet. Et si la consommation collaborative faisait bouger la grande distribution. Et si la consommation collaborative faisait bouger la grande distribution. Décathlon digitalise le Trocathlon ! | ConsoCollaborative. Le Trocathlon : de 1986 à aujourd’hui Depuis 1986, le célèbre Trocathlon permet aux particuliers de vendre ou d’acheter leurs articles de sport d’occasion qui ne sont plus utilisés. Ce dépôt vente qui fait le bonheur des sportifs a lieu deux fois par an durant une semaine, la troisième semaine du mois d’octobre et la troisième semaine du mois de mars. Cet évènement permet à tout un chacun de se faire le tri et de se débarrasser de son matériel pas utilisé ou peu utilisé, à des prix défiants toute concurrence.

Grâce à l’initiative de Décathlon, il est désormais possible de s’équiper avec du bon matériel, à moindre coût : le sport est à la portée de tous. Il y a quelques mois encore, il s’agissait de déposer son matériel sportif dans l’une des enseignes Décathlon participant à l’opération. Sur place, lors du dépôt, une évaluation technique d’un spécialiste de l’enseigne est prévue et un prix est ensuite fixé et reporté sur un contrat de dépôt vente. A vos marques, prêts, Trocathlonez ! Le Marketing Expérientiel : proposer une expérience unique à ses clients ! - Ankapi - agence conseil en marketing. Dans un monde de plus en plus concurrentiel, il est difficile pour chaque marque de faire sa place et d’y rester !

C’est pourquoi une multitude de stratégies et d’outils sont utilisés afin de réussir à se démarquer et à être meilleur que ses concurrents. Le marketing expérientiel en est le parfait exemple. Quoi de mieux que de livrer à ses consommateurs une expérience unique ! D’après Patrick Hetzel (2002), le marketing expérientiel est basé sur le fait que les consommateurs recherchent des univers qui les sortent de leur quotidien, qui les font rêver avec des concepts de plus en plus sophistiqués, où l’esthétique et l’ambiance sont de plus en plus omniprésents.

Effectivement, lorsque l’on entre dans un magasin, on ne peut que constater les efforts en terme de design qui ont été effectués ces derniers temps. Ce même Patrick Hetzel identifie 4 leviers de la « roue expérientielle » qui permettent une parfaite stratégie de marketing expérientiel : Les Enfants De La Surconsommation-A VOIR!!! Le diesel, un aveuglement collectif, la bêtise d’une élite (2) : pas quoi le remplacer !? Aujourd'hui, dans Libé, il y a deux pages sur la fin du diesel. Personnellement, cela fait au moins quatre ans que j'en cause, notamment dans La Fin du tout-voiture (voir plus bas, et billet du 24 novembre) paru en 2013. À lire ce papier, on enfonce encore des portes ouvertes… ce qui nous permet au moins de voir la concurrence déjà bien loin à l'horizon. PSA va en crever, Renault s'est mis en danger. Les constructeurs allemands et japonais sont, eux, depuis 10 ans, sur l'hybride, voire la pile à combustible.

Des cylindres comme des laboratoires Exit le diesel. En 1980, à poids égal, une voiture du type 504 consommait une dizaine de litres aux cent kilomètres. Le but, depuis l’invention du moteur thermique, est d’en limiter les pertes. L’injecteur en est un. Maigrir pour mieux grossir La miniaturisation du moteur est pourtant en partie contredite par l’effet rebond. Les marges de progrès existent encore, parce qu’elles sont déjà là, cachées derrière le superflu du confort.

Consommateurs pris au piège. Consommation Collaborative. Distribution : les défis de l’omni canal - Marketing Professionnel - Marketing professionnel – Le marketing pour les professionnels. La distribution en point de vente vit actuellement une phase de mutation comme elle n’en a probablement pas vécu depuis les années 70 avec l’essor de la grande distribution. En une décennie, le E Commerce tend aujourd’hui à représenter en moyenne 7 à 15% du chiffre d’affaire des marchés développés des biens de consommation, Il représente 37 milliards € en 2011 en France. Surtout, il s’agit d’un levier exceptionnel de croissance : +22% en 2011 par rapport à 2010 en France. A tel point que de nombreux leaders sont issus du E Commerce : AMAZON ou ITUNE dans la distribution de biens culturels, CDISCOUNT dans la distribution de produits bruns, FREE dans la téléphonie et SNCF dans l’industrie du voyage … Les distributeurs historiques font donc face à des concurrents puissants dont le business model implique en sus une adaptation rapide de leur part.

Appréhender l’innovation A ce jeu, le point de ventes physiques est redéfini. Son avenir peut reposer sur de nombreuses innovations. Multicanal : fluidifier le parcours du client pour booster la rentabilité. Un client qui se renseigne sur Internet avant d'aller en magasin, ou l'inverse… doit être retrouvé par la marque où qu'il soit. ©DR Une étude McKinsey, réalisée auprès de 100 000 internautes dans 15 pays, dont la France, montre que le prochain défi pour les entreprises est de fluidifier au maximum le parcours multicanal du client. Pour Marc Lolivier, délégué général de la Fevad : "Le e-commerce est en train de réinventer le commerce et même au-delà, de transformer en profondeur la relation client, jusque dans le rapport à la marque.

Face à ce mouvement, les enseignes n’ont d’autre choix que de s’adapter à cette digitalisation du parcours client qui permet au consommateur d’interagir avec l’enseigne en temps réel, sur Internet ou en magasin, selon ses besoins et ses envies". Opportunité de croissance Néanmoins, l’importance de chaque point de contact varie par catégorie de produit. Catalina Cueto. Tribune | Comment l’omnicanal bouscule la sainte trinité du retail traditionnel. L’évolution du retail est une réalité à laquelle vous n’échapperez pas, et c’est tant mieux.

Là où le multicanal avait vocation à servir le plus grand nombre et à toucher une multitude de clients, l’omnicanal s’attache à servir chacun en érigeant en lettres d’or les principes d’individualité et de personnalisation. Aujourd’hui, peu importent les détails de votre feuille de route, la finalité est la même que vous soyez fin stratège chez Burberry ou digne héritier d’une PME familiale : vos produits devront être accessibles à tous vos clients, à tout moment, et où qu’ils soient ; vos clients achèteront partout et n’importe où, depuis une multitude de plateformes et de points de vente ; vos commandes seront envoyées, réceptionnées, et retournées selon une variété déboussolante de scénarios. Produit, stock et pricing : toujours plus de sur-mesure Rendre au client son individualité : acquisition et fidélisation en omnicanal Savoir-faire et adaptabilité : de la gestion des commandes en omnicanal. Omni Retail. Comment le cross-canal réinvente le commerce mondial - tendance marketing, tendance communication, veille marketing, veille communication, conseil stratégie relation client - La Poste -/le hub -

Indicateurs de performances: un langage commun... mais surtout un langage pour tous - Business Intelligence. Un langage commun mais surtout communément partagé. Dans la foulée d'une refonte de ses systèmes de gestion et d'encaissement, le groupe Galeries Lafayette a donné à pas moins de 2 000 de ses salariés des outils pour piloter leur activité au jour le jour. Le projet d'analyse de l'information que nous avons mené est l'aboutissement d'une longue démarche de refonte des systèmes utilisés dans les magasins du groupe Galeries Lafayette. Tout a démarré par une remise à plat des systèmes d'encaissement et de gestion, avec le passage à une véritable gestion à l'article sur toute la chaîne, de l'approvisionnement à la vente.

Le volet décisionnel s'inscrit dans la continuité de cette refonte. Il vise d'abord à mettre en place des indicateurs communs dans l'ensemble de l'entreprise, un langage unique parlé par tous les services. Surtout, sur cette base commune, il s'agit de donner à chaque métier de l'entreprise les outils pour mieux piloter son activité propre. Un passage obligé vers le multicanal. Le conceptstore dans la presse | CONCEPT-STORE de l'INNOVATION à Laval. Le conceptstore dans la presse | CONCEPT-STORE de l'INNOVATION à Laval. Le client sera augmenté (Tendances relation client 2014 - 3/10) Une bibliothèque qui a tout d'une librairie aux Pays-Bas. Aux Pays-Bas, on ne fait pas les choses à moitié quand on sollicite un cabinet d'architectes pour la conception d'une nouvelle bibliothèque. L'établissement de la ville d'Almere, pour rassurer son public, a tout simplement demandé que les lieux soient les plus proches possibles d'une... librairie.

Le résultat est que l'ensemble de l'espace ressemble vraiment à une boutique moderne et très haut de gamme, avec cependant la totalité des services que l'on peut attendre dans une bibliothèque moderne. Plus de 4876 mètres d'étagères sur lesquelles retrouver des livres classés selon des thématiques, exactement comme dans une disposition de librairie.

La combinaison des matériaux verre et béton, avec des couleurs vives et de beaux (très beaux) volumes, rend la visite particulièrement agréable. Différentes zones sont aménagées selon l'âge des publics à accueillir, jeunesse, adultes, etc. Le rêve ? Pas loin... via BookRiot Pour approfondir. Le consommateur moyen a définitivement disparu. "2013, un consommateur caméléon" . A l'occasion de son dernier Media Morning, Kantar Worldpanel a fait le point, la consommation en France. Le contexte de l'année n'a pas été favorable à la consommation : des à-coups dans l'évolution du PIB en volume (-0,2% pour le 1er trimestre, +0,5% pour le 2ème, -0,1% au 3ème) ; une météo chaotique (hiver maussade, printemps le plus froid depuis 1987, bel été) ; hausse du chômage... Seul point positif : le redressement du pouvoir d'achat par unité de consommation à +0,8% au 1er trimestre, +0,3% au 2ème, après une baisse de 1,5% sur 2012.

"L'envie de dépenser n'est toujours pas au rendez-vous et la perception de leur pouvoir d'achat par les ménages est globalement plus négative au second trimestre", constate Gaëlle Le Floch, strategic insight director, en poursuivant : les arbitrages se poursuivent dans de nombreux secteurs hors-alimentaires.

Au cumul annuel 3 ème trimestre : les catégories qui s'en sortent le mieux sont : Quels enjeux pour demain ? Les hommes et le shopping : 6 profils par Ipsos et Unibail Romdaco - Observatoire du Shopping. Parcours d’achat des Français : le magasin... Les proches (parents ou amis) sont le meilleur vecteur d’influence pour déclencher un achat (31% des répondants), tandis qu’Internet est une source d’information pré-achat décisive (46% consultent les avis en ligne, par exemple), et que le magasin reste, de loin, le lieu préféré pour concrétiser l’achat, pour 62% des Français.

Voilà quelques-uns des résultats saillants de l’étude sur le parcours d’achat des Français à l’heure de la pluralité des canaux (magasin, web, mobile…), réalisé par l’Ifop pour le compte de Wincor Nixdorf. Objectif : cerner les contours de ses habitudes, brouillées par l’immixtion de plus en plus fréquente d’Internet sous toute ses formes, e-commerce (concurrent des magasins pour l’achat) et smartphones ou tablettes (pour consulter avis clients, comparer prix et produits…), les smartphones étant par ailleurs de plus en plus souvent utilisés à l’intérieur du magasin (la moitié des sondés l’utilise en point de vente, en lien avec leur parcours d’achat).

Le digital maintenant présent dans toutes les étapes de l'expérience d’achat. 90% des consommateurs français interrogés par Digitas se rendent désormais sur Internet avant d’effectuer leur choix en magasin, pour consulter des comparateurs de prix ou des avis des consommateurs. Même si le magasin physique demeure le deuxième canal pour l’information produit, il est de plus en plus utilisé comme simple showroom par les consommateurs.

C'est ce que dévoile Digitas France, en collaboration avec VivaKi Advance, dans son second baromètre de l’Expérience Marchande Connectée, qui met en lumière les évolutions des comportements des consommateurs et de leurs attentes concernant leur expérience d’achat. L’étude révèle en effet que l’augmentation du taux d’équipement d’appareils connectés incite de plus en plus le consommateur à comparer les offres en ligne et hors ligne, avant de prendre sa décision.

Internet consulté avant et pendant l’achat en magasin Intégrer davantage d’outils technologiques in-store. ICS Show : les 5 innovations qui vont révolutionner votre quotidien - France ... Les futurs possibles de la relation client en 20 enjeux. Decathlon : l'expérience client en magasin se digitalise. Si, si, l'acte d'achat peut être "enchanteur", voici pourquoi. Découvrez le Qwartz, le centre commercial ultra-connecté du futur : Découvrez le Qwartz, le nouveau centre commercial ultra-connecté. Le magasin connecté a la côte auprès des Français. Ikea, Conforama, Leroy Merlin… leurs méthodes pour nous vendre plus - 1.

Après la Révolution numérique… ou : Le capitalisme se meurt, vive les communaux collaboratifs. Avec la crise, les Français adoptent de nouveaux comportements d'achat. Nouveaux Comportements d’Achat : les tendances mondiales du commerce connecté selon DigitasLBi. Enquête : le changement de comportement des consommateurs français. Etude « Les Français et la livraison e-commerce » – ★ Stratégie, Gestion & Optimisation E-commerce / SKEELBOX Paris. E-commerce : les conséquences d’une... Consommation: ce que les Français dépensent en temps réel - 21 juillet 2014. Choisissez un marché de niche. » Tarifs de la solution ecommerce WiziShop. L'entreprise en 2018 selon Marc Halevy, prospectiviste. La croissance de l'e-commerce se renforce : +13% en octobre. Sarah Hanini sur Twitter : "Classement des enseignes en France #eCommerce via @HerveMonier... McDonald’s pousse les commandes de Big Mac sur le Net.

Les magasins collaboratifs qui font travailler leurs clients. L’avènement du prosommateur et le déclin du consommateur. Ziferblat, l'AntiCafé: ces nouveaux lieux où tout est gratuit, sauf le temps. Histoire de la grande distribution. L'essor de la Grande Distribution. Pourquoi les jeunes Américains désertent-ils les malls ? Pinterest motive plus à l’achat que Facebook.

Kiabi Shopping Connect : Facebook et technologie RFID au service du shopping connecté. Une success story en toutes lettres. Les Français insouciants devant le risque environnemental - Journal de l'environnement. Projet Box. Emploi formation. Les marges de l’e-commerce vont se faire dans les points de vente. Liste des innovations retail. Rémy Rieffel: Internet et la culture, une vraie révolution? La série documentaire "Capitalisme".

Ikea, Conforama, Leroy Merlin… leurs méthodes pour nous vendre plus - 1. QUELLE UTILISATION DU DIGITAL DANS LES CENTRES COMMERCIAUX ? Les conseils pour une expérience client in-store réussie | Laboratoire Tendances Comportementales et Communication Digitale. Concours photo, l'exemple du Poitou-Charentes avec Sharypic et Instagram. Decathlon : l'expérience client en magasin se digitalise. Les futurs possibles de la relation client en 20 enjeux. RETAIL : CROSS CANAL, MAGASIN DU FUTUR, MERCHANDISING. Questions à la une du 8 septembre 2010, Questions à la Une : RTBF Vidéo. Questions à la une du 8 septembre 2010, Questions à la Une : RTBF Vidéo. Albert Jacquard La vraie intelligence.

Etienne Chouard. Etienne Chouard. Netflix. Henri Guillemin. Comportement d'achat. Optimiser ses Réseaux sociaux. Enquête : le changement de comportement des consommateurs français. L'open source, clef d'un monde plus équitable? Le revenu de base, qu'est-ce que c'est ? Les nouveaux Bovary, Georges Lewi, Pearson. Entreprises, gérez votre e-réputation, de Loïc Bodin. Prospective consommateur : nouveaux signes, nouveaux insights.