background preloader

Coronavirus (2/3) - Déconfinement - Acte II

Facebook Twitter

Déconfinement, Acte II : Après une période de transition de 21 jours - soit 74 jours en tout depuis le 17 mars - ce sont les cafés et les restaurants, lieux de convivialité à la française, qui ouvrent enfin.

L’économie du pays et ses écoles restent dans un flou lié au moment historique que nous vivons. Et courage à ceux qui reprennent enfin le travail en continuant à se protéger et à observer les règles de distanciation sociale.
C’est pour cela que nous continuons à vous informer régulièrement des actualités, de l’évolution du monde, de nos ressentis, de nos colères et nos bonheurs, sans se faire d’illusions sur une fin et un retour rapides à la « normale ».
Notre vie a de toute façon changé.

INFOGRAPHIES. Coronavirus : morts, hospitalisations, âge des malades... Suivez l'évolution de l'épidémie en France et dans le monde. Pour vous donner jour après jour une vision complète de la progression de la pandémie de Covid-19 en France et dans le monde, nous mettons à votre disposition une série de cartes et de graphiques actualisés quotidiennement. En France, l’épidémie liée au coronavirus suit une croissance exponentielle.

Pour observer son évolution, l’agence nationale Santé publique France publie quotidiennement des données précises, compilées à partir des informations fournies par l’ensemble des hôpitaux du territoire. Dans un premier temps, c’est le nombre de cas confirmés qui a été mis en avant. Mais cette donnée s’avère peu fiable : elle dépend entièrement du nombre de dépistages qui, en France, sont loin d’être systématiques. Les autorités admettent ainsi que de nombreux cas ne sont pas comptabilisés. Chaque pays a sa propre méthode pour rendre compte de l’évolution de l’épidémie liée au coronavirus sur son territoire. Crédits Journalistes : Brice Le Borgne et Robin Prudent.

Carte de la propagation mondiale du virus Covid-19 - Copie

Coronavirus Update (Live): 3,230,433 Cases and 228,394 Deaths from COVID-19 Virus Pandemic - Worldometer. How dangerous is the virus? There are three parameters to understand in order to assess the magnitude of the risk posed by this novel coronavirus: Transmission Rate (Ro) - number of newly infected people from a single caseCase Fatality Rate (CFR) - percent of cases that result in death Determine whether asymptomatic transmission is possible How contagious is the Wuhan Coronavirus?

(Ro) The attack rate or transmissibility (how rapidly the disease spreads) of a virus is indicated by its reproductive number (Ro, pronounced R-nought or r-zero), which represents the average number of people to which a single infected person will transmit the virus. WHO's estimated (on Jan. 23) Ro to be between 1.4 and 2.5. [13] Other studies have estimated a Ro between 3.6 and 4.0, and between 2.24 to 3.58. [23]. Preliminary studies had estimated Ro to be between 1.5 and 3.5. [5][6][7] An outbreak with a reproductive number of below 1 will gradually disappear. See full details: Coronavirus Fatality Rate. Coronavirus : l’Union européenne accuse la Chine de désinformation. Dans le cadre d’un nouveau plan présenté ce mercredi 10 juin par la Commission européenne, Bruxelles a cité Pékin comme une source de désinformation sur les sujets liés au coronavirus.

Comme l’indique la presse internationale, c’est la première fois que l’UE “dénonce” officiellement l’attitude de la Chine. Ursula von der Leyen l’avait annoncé. Sa Commission serait “géopolitique”, ce qui veut dire qu’elle prendrait des positions fortes sur la scène internationale. Et c’est bien ce qu’a fait l’exécutif bruxellois ce mercredi 10 juin, lorsqu’il a annoncé son plan visant à lutter contre les mensonges en ligne liés à la crise du coronavirus. “Pour la première fois, la Commission européenne a mentionné Pékin comme une source de désinformation en ligne dont l’objectif est de saper les démocraties occidentales et de semer des divisions en son sein, annonce Politico sur son site.

“Arme biologique” Des “tactiques copiées du ‘style’ russe” La crise sanitaire va-t-elle générer une nouvelle crise bancaire ? Les banques européennes sont plus solides aujourd’hui qu’elles ne l’étaient à la veille de la crise financière de 2007-2008, grâce aux réformes mises en place depuis. Mais le seront-elles suffisamment face à cette crise sanitaire inédite qui conduit les autorités à assouplir temporairement la réglementation pour soutenir l’économie réelle, faisant ainsi peser un risque sur les banques ? En effet, leur résilience dépend avant tout de leur capacité à absorber des pertes et donc du niveau de leurs fonds propres.

En cas de non-remboursement significatif des emprunts, les dispositifs actuels se révèleraient très probablement insuffisants, menant probablement à une crise bancaire. The Conversation France : les banques sont-elles aujourd’hui en mesure d’absorber le choc que représente la crise sanitaire du Covid-19 ? Selon le Comité européen du risque systémique (CERS), le risque de faillite des banques a fortement augmenté depuis le début de la crise du Covid-19. Vacances: les TER accessibles en illimité à petit prix pour les jeunes | Le HuffPost. Tendance : notre sélection des plus belles cabanes d'architectes. Le cabanon du Corbusier à Roquebrune-Cap-Martin, les maisons démontables de Jean Prouvé… il n’est pas un architecte de renom qui ne se soit frotté́ à̀ l’exercice de la cabane. On imagine celle-ci juchée entre deux arbres dans un souvenir d’enfance ou simplement faite d’une couverture attachée à̀ une table de salle à manger. Pourtant, la cabane résiste, s’affranchit et entre dans l’ère de la maturité en se rebaptisant « habitat modulaire ».

Mieux, son marché s’élève aujourd’hui à̀ 1,6 milliard d’euros et représentera près d’un quart des nouvelles constructions d’ici 2030 (1). Une vague qui attise les convoitises et nous interroge sur les raisons de cette déferlante, véritable tournant dans notre manière de vivre et de concevoir notre lieu de vie. Premier constat : la cabane est loin d’être anodine. Étendard d’un mouvement philosophique, porte flambeau d’une prise de conscience, elle est un acte de résistance pacifique. . (1) Source : Les Échos Études, janvier 2020. A Sudden Coronavirus Surge Brought Out Singapore’s Dark Side. From the earliest cases of the novel coronavirus, the government made it clear that lack of cooperation with health officials would be treated as a crime.

Ordinary, errant Singaporeans have been showily prosecuted, photographed outside the court, their misdeeds blasted on the news as a warning. A man who had been quarantined upon returning from a trip to Myanmar, then ventured to a food court for pork-rib stew, got six weeks in jail. A shopper who cursed in a supermarket argument over face masks could get a prison sentence. A Singapore citizen who traveled to Indonesia in violation of his stay-at-home notice had his passport suspended.

But despite all the threats, through collective complacency or failure of imagination, the government was blindsided by a vulnerability it might have easily anticipated. And yet the city reeled at the dizzying reports of illness emerging from the worker dormitories — hundreds of people, sometimes 1,000 or more, tested positive day after day. Coronavirus : des records de contamination dans 14 États américains et à Porto Rico. Depuis le début du mois de juin, la circulation du nouveau coronavirus semble s’accélérer dans une partie de l’Amérique rurale, dont la situation sanitaire était déjà précaire avant la pandémie.

Alors que la circulation du coronavirus ralentit dans des États “comme New York et l’Illinois” et que de nouvelles étapes de déconfinement sont franchies aux États-Unis, des parties du pays qui avaient jusqu’à présent été relativement épargnées par la pandémie enregistrent désormais “un nombre record de nouvelles contaminations”, rapporte le Washington Post. Selon le quotidien de la capitale américaine, 14 États américains et Porto Rico ont enregistré depuis le début du mois de juin leur plus forte moyenne de nouveaux cas de coronavirus sur une période de sept jours. Il s’agit de l’Alaska, de l’Arizona, de l’Arkansas, de la Californie, de la Floride, du Kentucky, du Nouveau-Mexique, de la Caroline du Nord, du Mississippi, de l’Oregon, de la Caroline du Sud, du Tennessee, du Texas et de l’Utah.

Wall Street sombre dans le rouge, les Bourses européennes dévissent. Wall Street a sombré dans le rouge jeudi, connaissant sa pire séance depuis son plongeon du mois de mars, dans un marché rattrapé par l'incertitude sur le front économique et sanitaire aux Etats-Unis. Les bourses américaines ont fortement été chahutées ce jeudi. Le Dow Jones, le Nasdaq et le Standard & Poor's 500 ont tout simplement leur pire séance depuis le mois de mars. Un nouveau plongeon qui survient après que la Fed a annoncé mercredi la baisse de ses taux d'intérêt entre 0% et 0,25% jusqu'en 2022 et des prévisions faisant état d’une chute de 6,5% du PIB cette année aux Etats-Unis. Le président américain Donald Trump a, lui, renoué avec ses critiques de la Fed, qui prévoit une chute du produit intérieur brut américain de 6,5% en 2020 avant un rebond de 5% l'an prochain.

"La Réserve fédérale se trompe si souvent. (...) Les bourses européennes ont également dévissé de plus de 4% ce jeudi : Paris (-4,71%), Francfort (-4,47%), Londres (-3,99%), Milan (-4,81%) et Madrid (-5,04%). Pourquoi notre santé et celle de la planète se jouent dans nos assiettes. La crise sanitaire mondiale provoquée ces derniers mois par le Covid-19 est symptomatique des interconnexions entre santé humaine, animale et environnement dans un contexte de mondialisation. Elle s’inscrit dans une période – depuis la fin du XXe siècle – d’accélération des phénomènes d’émergences épidémiques, qui a fait naître des courants de pensée proposant des approches intégrées de la santé. Initialement focalisées sur les zoonoses (maladies transmissibles de l’animal à l’homme), ces approches systémiques se sont progressivement étendues à d’autres domaines de la santé, jusqu’à considérer les liens entre santé humaine, état des écosystèmes et équilibre des grands processus qui régulent le système terrestre (à l’image du climat).

Dans ce cadre, la notion de « santé » caractérise la capacité des écosystèmes et de la planète à fournir, dans la durée, un ensemble de services appelés « écosystémiques », c’est-à-dire nécessaires à la survie et au bien-être de l’humanité. Cinq jardins exotiques pour prendre la poudre d'escampette. Le retour « à la normale », une notion dénuée de sens. Nous ne le savons que trop, l’enjeu du déconfinement est de mener pas à pas, de la meilleure façon possible, le mouvement qui doit nous reconduire à une vie « normale ». Le hic est que, si nous prêtons bien attention à tout ce qui s’est dit de la crise qui doit changer nos habitudes, nos évidences, nos manières de vivre, nous ne pouvons pas savoir à l’avance ce qui sera « normal » à l’avenir, ou de quoi seront faites nos évidences, nos habitudes, nos valeurs et nos vies. Or, il n’y a pas de crises que nous n’alimentions, ou que nous contribuions au contraire à apaiser. Autrement dit, à chaque fois que nous vivons une urgence, une scène de ménage ou une catastrophe, il dépend de nous, quels que soient nos moyens, de tout faire pour passer la crise et en sortir par le haut, au risque de s’y enfoncer.

Ni optimisme, ni pessimisme Je ne connais pas de posture plus délétère que celle qui consiste à affirmer que l’on connaît d’avance le futur et l’échec. Une telle attitude est exigeante. Coronavirus en Meurthe-et-Moselle : Un élève touché par le Covid-19, le maire ferme l'école sans attendre l'avis de l'ARS. Les élèves de l’école élémentaire Michel-Dinet de Ceintrey, en Meurthe-et-Moselle, sont chez eux ce mardi matin. Leur établissement a été fermé lundi après-midi, sur décision du maire de la commune, rapporte L'Est Républicain. En cause ? La découverte d’un cas de Covid-19 parmi les enfants. Dès dimanche soir par message, la directrice avait déjà encouragé les parents à garder leurs progénitures. Le rectorat, l’ARS et la préfecture ont depuis confirmé la fermeture de l’école, qui va maintenant être désinfectée.

ENQUETE FRANCEINFO. "On nous a demandé de mentir" : comment des entreprises ont fait pression sur leurs salariés pour enfreindre les règles du chômage partiel. Plus d'un million d'entreprises ont eu recours à l'activité partielle depuis le mois de mars. Parmi elles, certaines ont exigé de leurs salariés qu'ils poursuivent leur travail en sous-main. Une pratique illégale. "Si j'avais su que j'étais en chômage partiel, je n'aurais jamais travaillé sept heures par jour.

" A l'autre bout du fil, Chloé*, salariée d'une agence immobilière dans la métropole lyonnaise, ne décolère pas : après avoir télétravaillé pendant deux mois en raison de l'épidémie de Covid-19, elle a découvert, en récupérant ses fiches de paie à la fin du confinement, que ses collègues et elle avaient en réalité été placés au chômage partiel. Pourtant, "compte tenu de la baisse d'activité de l'agence", Chloé s'était enquise auprès de sa hiérarchie d'une telle éventualité, comme en témoigne un e-mail daté de fin mars, consulté par franceinfo. Chloé est un cas loin d'être isolé. Les vendeurs continuent à traiter les appels, les mails, etc.

Quelles sont les compétences humaines les plus recherchées en temps de crise ? Management : La plupart des managers se sentent démunis lorsqu’ils doivent gérer des changements, a fortiori quand il est aussi soudain que celui que nous vivons. Quels comportements adopter ? Laurence Saunder : Pour affronter une crise, il existe un cadre de réflexion approprié qui consiste, dans l’ordre, à recueillir les informations sur son environnement, à les analyser, à prendre des décisions puis à les faire connaître. Dans de telles circonstances, le manager doit veiller à garder son sang-froid. S’il se laisse submerger par ses émotions, il ne sera plus capable de prendre du recul pour piloter la situation et ses équipes.

Or la crise actuelle lui impose une double contrainte, celle de réfléchir aux priorités et celle d’organiser un management à distance. Ce flux de nouvelles choses à mettre en place risque de produire une surcharge mentale et émotionnelle. Quel soutien apporter en priorité à ses équipes ? Justement, comment gérer le risque d'isolement ? Amazon empêche la police d'utiliser son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition. Après la mort de George Floyd, qui a déclenché une tempête de manifestations anti-racisme et de nombreuses émeutes aux Etats-Unis, Amazon a décidé d'interdire à la police d'utiliser son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition pendant un an. "Nous prônons des régulations plus strictes des gouvernements sur le recours éthique aux technologies de reconnaissance faciale, et le Congrès semble prêt à relever le défi", a indiqué mercredi le géant du commerce en ligne dans un communiqué.

Depuis la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc il y a deux semaines, les entreprises, ainsi que les autorités locales et nationales, tentent de réagir à la pression de la rue et des réseaux sociaux. Les manifestants exigent notamment des réformes en profondeur de la police et des systèmes de surveillance, dont ils estiment qu'ils ciblent les personnes noires de façon disproportionnée. >> A lire aussi - Elon Musk appelle à un démantèlement d'Amazon. Crise du Covid-19 : bulletin de prévisions politiques internationales.

Toutes les grandes crises ont eu des répercussions d’ampleur, tant sur les politiques intérieures que sur l’ordre international. La crise des années trente nous a légué l’agitation nationaliste, l’isolationnisme, le fascisme, la Seconde Guerre mondiale… Les attaques terroristes islamistes du 11 septembre ont incité les Américains à des interventions militaires douteuses en Afghanistan et en Irak ; elles ont servi de prétexte à des formes de contrôle et de surveillance des populations incompatibles avec les normes libérales.

La crise financière de 2008 a attisé la colère des peuples contre les élites ; elle est directement responsable de la vague populiste qui a déferlé depuis sur le monde. Oui, mais la grande dépression des années trente a aussi été l’occasion de mettre en œuvre les méthodes keynésiennes de relance économique : le New Deal. Les attentats islamistes ont donné lieu à de belles manifestations d’unité nationale et de solidarité internationale (Charlie hebdo). L’école du changement : filmer les pédagogies alternatives. Les nouvelles héroïnes de Manara. «Bullshit jobs» contre «Premiers de Corvée»: le travail dans le monde d'après. L’abri et l’exil ? La "bubble" néo-zélandaise.

Plan B : Comment rendre une ville (vraiment) cyclable. Enki Bilal, le dessinateur du monde évaporé. Champs-Élysées Film Festival 2020, en ligne et gratuit / France Culture. Comment le confinement bouleverse-t-il notre rapport au temps ? 70 % des personnes infectées par le coronavirus ne l'ont transmis à personne, selon cette étude. Géographie de la pandémie de Covid-19 en France et en Allemagne : premiers enseignements. (Re)lire André Gorz, le père de l’écologie politique française. Julie Nioche : danse à l’hôpital, la spirale bienfaitrice. Brut - Une vie : Jacinda Ardern. Coronavirus : tour du monde des plus belles œuvres de street art face à la pandémie (réalisées avant confinement)

Amérique latine, nouvel épicentre de la pandémie de Covid-19. Quelles conséquences géopolitiques ? Bac 2020 : a-t-on fait le bon choix ? Topito - Ce que nous réserve encore 2020. La visite virtuelle du jour : la Fondation Beyeler à Bâle. Géographie et virologie de la France du déconfinement. ENQUETE FRANCEINFO. "Sans gants, ni gel, ni masque" : la colère des médecins généralistes, sévèrement endeuillés par le coronavirus.

Covid-19 : l'apprentissage en état d'urgence. Voici 8 pays qui vont ouvrir leurs frontières aux Français cet été. Tom Moore, le vétéran centenaire devenu superstar du confinement au Royaume-Uni. À quoi sert l’histoire en temps de pandémie ? “Le confinement à la danoise : une expérience propice à l’introspection” Face à un nombre élevé de décès, la Suède reconnaît des erreurs. Les trois erreurs qui plombent l'application StopCovid. Emile Chabal : "2020 année zéro ?" Covid-19 : nouveaux clusters, diffusion par aérosol, « deuxième vague »… Ce qu’on sait, ce qu’on ignore. En attendant l'école : les désillusions du déconfinement.

La France dit “oui” aux cafés, mais “non” à StopCovid. Visiter Barcelone sans quitter son canapé. La pandémie de Covid-19, regards croisés de géographes. Le confinement a coûté cher aux brasseurs de bière tchèques. Consommation de gibier : une mauvaise habitude à éliminer en Chine. Visiter l’exposition virtuelle "Faces of Frida" parce qu’on peut faire plein de choses de son lit ! Faces of Frida.

La continuité pédagogique à l'épreuve du temps. Le déconfinement en France : la levée des restrictions se poursuit, avec une reprise complète de la SNCF d’ici mi-juin. Pour le dessinateur Enki Bilal "nous sommes déjà dans la science-fiction" L'estampe japonaise. Covid-19 : comment la justice prépare l'après. Tu l'as vue, ma grosse bagnole ? Transition énergétique : quelles perspectives d’emplois ? | Le Huffington Post LIFE. Ce que la suspension du financement de l’OMS par Donald Trump signifie pour le monde. L’« Internet souverain » russe face au Covid-19. Jing Xie : "Comprendre la modernisation de la société chinoise à travers son expérience de l’épidémie" Info Coronavirus COVID-19. Le souci des ainés - Ép. 1/4 - Inquiétudes du déconfinement. Disparition de Guy Bedos - Regardez cette séquence incroyable dans laquelle Pierre Desproges faisait son éloge funèbre devant lui pendant 5 minutes ! - Vidéo culte - Vidéo Dailymotion.

Mondialisation et démondialisation au prisme de la pandémie de Covid-19. Le grand retour de l’espace, des territoires et du fait politique.