background preloader

Coronavirus (1/3) - Déconfinement - Acte I

Facebook Twitter

Ça y est. Le déconfinement à la fois espéré depuis 56 jours et redouté avec le risque d’une 2e vague d’épidémie est là.

Nous continuons à vous informer régulièrement des actualités, de l’évolution du monde, de nos ressentis, de nos colères et nos bonheurs, sans se faire d’illusions sur une fin et un retour rapides à la « normale ». Et courage à ceux qui reprennent enfin le travail ; les autres, on continue à se protéger et à observer les règles de distanciation sociale. Notre vie a de toute façon changé.

Carte de la propagation mondiale du virus Covid-19 - Copie

Coronavirus Update (Live): 3,230,433 Cases and 228,394 Deaths from COVID-19 Virus Pandemic - Worldometer. How dangerous is the virus? There are three parameters to understand in order to assess the magnitude of the risk posed by this novel coronavirus: Transmission Rate (Ro) - number of newly infected people from a single caseCase Fatality Rate (CFR) - percent of cases that result in death Determine whether asymptomatic transmission is possible How contagious is the Wuhan Coronavirus? (Ro) The attack rate or transmissibility (how rapidly the disease spreads) of a virus is indicated by its reproductive number (Ro, pronounced R-nought or r-zero), which represents the average number of people to which a single infected person will transmit the virus.

WHO's estimated (on Jan. 23) Ro to be between 1.4 and 2.5. [13] Other studies have estimated a Ro between 3.6 and 4.0, and between 2.24 to 3.58. [23]. Preliminary studies had estimated Ro to be between 1.5 and 3.5. [5][6][7] An outbreak with a reproductive number of below 1 will gradually disappear. See full details: Coronavirus Fatality Rate. INFOGRAPHIES. Coronavirus : morts, hospitalisations, âge des malades... Suivez l'évolution de l'épidémie en France et dans le monde. Pour vous donner jour après jour une vision complète de la progression de la pandémie de Covid-19 en France et dans le monde, nous mettons à votre disposition une série de cartes et de graphiques actualisés quotidiennement. En France, l’épidémie liée au coronavirus suit une croissance exponentielle. Pour observer son évolution, l’agence nationale Santé publique France publie quotidiennement des données précises, compilées à partir des informations fournies par l’ensemble des hôpitaux du territoire.

Dans un premier temps, c’est le nombre de cas confirmés qui a été mis en avant. Mais cette donnée s’avère peu fiable : elle dépend entièrement du nombre de dépistages qui, en France, sont loin d’être systématiques. Les autorités admettent ainsi que de nombreux cas ne sont pas comptabilisés. Chaque pays a sa propre méthode pour rendre compte de l’évolution de l’épidémie liée au coronavirus sur son territoire. Crédits Journalistes : Brice Le Borgne et Robin Prudent. Le leadership des villes américaines à l’épreuve de Covid-19. En 1966, le Président Johnson déclarait : "Quand le poids de la présidence me semble lourd, je me rappelle que les choses pourraient être pire : j’aurais pu être maire". Aux États-Unis comme en France, les gouvernements locaux font face aux effets terrifiants de la pandémie Covid-19 sur les territoires. Quand les premiers cas sont apparus sur la côte Ouest du pays, les maires ont réagi les premiers dans un climat d’incertitude.

L’absence d’une réponse robuste du gouvernement fédéral les a isolés face aux décisions à prendre : déclaration d’urgence, limitation des rassemblements, fermeture des écoles, et mobilisation des infrastructures de santé. "Pour les villes, c’est un marathon couru à la vitesse d’un sprint", partageait avec l’auteur de ces lignes un ancien haut fonctionnaire américain impliqué dans la gestion de l’ouragan Katrina qui avait dévasté la Nouvelle-Orléans en 2005. L’action des maires reste toutefois confinée aux limites de leur territoire. Confinement : les musées et monuments se visitent aussi virtuellement. De chez soi aussi on peut se cultiver. Et aller loin. Ce n'est pas parce qu'on doit rester tranquillement confiné chez soi qu'on ne peut plus continuer à se cultiver un peu.

Pendant une pause, et pour changer d'un film ou d'une série, pourquoi ne pas s'offrir une petite sortie au musée ou une visite d'un monument historique mais de façon virtuelle ? Qu'ils soient en bas de chez vous ou à l'autre bout du monde, nombre de ces lieux culturels sont aussi accessibles en ligne notamment via le Google Arts & Culture. De Paris à New York, de Saint-Pétersbourg à Sintra, les visites en toute sécurité sont possibles. Quelques liens utiles (liste loin d'être exhaustive !) : En France À Paris, on peut flâner au Louvre, à Orsay, à la Tour Eiffel, au Grand Palais, à l'Opéra Garnier... Et ailleurs... Vatican (Italie) Galerie des Offices (Florence, Italie) Le Prado (Madrid, Espagne) The National Gallery (Londres, Grande-Bretagne) Musée Van Gogh (Amsterdam, Pays-Bas) MoMA (New York, États-Unis) À lire aussi :

Jean-Marc Jancovici : "Nous nous dirigeons vers un monde où nous aurons moins de moyens pour plus de problèmes" Le gouvernement en avait fait sa priorité pour l’acte II du quinquennat, mais c’était avant les difficultés que nous connaissons aujourd’hui. Faut-il y voir une opportunité pour les paroles se concrétisent ? Comment amorcer une transition sans effondrement social dans ce contexte ? Comment accompagner et guider les entreprises dans ce moment stratégique ? Pour en parler, nous recevons Jean-Marc Jancovici, ingénieur consultant en énergie / climat, enseignant à Mines ParisTech et président du think tank The Shift Project Pour écouter la première partie des matins, c'est ici.

Sommes-nous dans une nouvelle phase de la transition énergétique ? Il y a une transition énergétique cachée derrière cette crise dont on ne se rend pas compte qui concerne le pétrole. "La transition énergétique qui va se faire sans qu'on s'en rende compte, c'est que l'après ne pourra pas revenir au niveau de l'avant parce qu'il n'y aura pas assez de pétrole. Les conséquences d'une transition faite de force. S’inspirer du biomimétisme pour repenser l’organisation de nos sociétés. Le Covid-19 met au défi la communauté scientifique. Non seulement la médecine, la chimie ou la biologie, mais également les sciences humaines, de l’histoire à la science politique en passant par la géopolitique et l’économie. L’étude des événements et des ruptures, du rythme et des modalités de sortie du confinement, du consentement des populations au déploiement des projets de puissance… les interrogations sont aujourd’hui multiples.

De nombreux choix éthiques s’imposent à nous, entre santé et redémarrage économique, retour au modèle productiviste et transition écologique, groupes sociaux et territoires à sauver ou à négliger. Et si la meilleure manière d’opérer ces choix collectifs dans un contexte incertain et complexe était de réunir sciences dites « dures » et sciences humaines, afin de construire une architecture du système international inspirée de la nature ? C’est cela que l’on appelle le « biomimétisme ». Qu’est-ce que le biomimétisme ? Les quatre grands principes du biomimétisme.

L’heure de la Chine? Chaque semaine, Courrier international explique ses choix éditoriaux, les débats qu’ils suscitent parfois dans la rédaction. À la une de ce numéro, une interrogation sur le nouvel ordre mondial qui pourrait se dessiner après la pandémie. La Chine, d’où tout est parti, se pose aujourd’hui en modèle de gestion de la crise sanitaire et envoie de l’aide médicale partout dans le monde.

Les États-Unis, plus que repliés sur eux-mêmes, vont-ils perdre leur leadership? Les analyses de la presse étrangère. Depuis le début du confinement en France, chaque semaine, nous avons chroniqué les conséquences de la pandémie sur nos vies quotidiennes : le monde que nous voulons demain, la question démocratique, l’urgence sociale, le risque d’une crise alimentaire, la vie d’après, notre rapport aux autres… Cette semaine, nous nous éloignons un peu de nous, pour reprendre du champ et observer les grands équilibres du monde.

Les blocs sont-ils en train de bouger ? Bonne lecture. Claire Carrard. À quelles conditions la France peut-elle se réindustrialiser ? Les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire invitent à une prise de distance pour en traiter les causes, anticiper les effets à moyen terme et tracer les contours du nouveau modèle économique qui pourrait en découler. Dès les premiers signes de ralentissement économique en Chine au mois de janvier, les risques que l’interruption des chaînes d’approvisionnement faisaient courir aux entreprises européennes et françaises ont été soulignés, souvent tempérés par le fait que les stocks devaient suffire à passer la crise. Or pour des raisons de sécurité sanitaire, mais surtout car l’approvisionnement ne permettait plus le fonctionnement des établissements, les usines ont fermé tour à tour.

La période souligne une nouvelle fois la relative fragilité des entreprises et des marchés vis-à-vis d’une rupture dans les grands flux d’échanges internationaux. Et ce en dépit de l’efficacité de plus en plus marquée des fameuses chaînes d’approvisionnement. . « Business as usual » Protocole de distanciation sociale en vue pour “Le Cri” d’Edvard Munch. On pensait que le célèbre tableau, dans sa version de 1910, se dégradait au contact de la lumière.

Mais non : c’est l’air expiré par les visiteurs qui est en cause. Le musée Munch d’Oslo va devoir modifier les conditions dans laquelle la toile est exposée. “Le Cri d’Edvard Munch va avoir besoin de pratiquer la distanciation sociale, annoncent des experts.” Le célèbre tableau du peintre norvégien (1863-1944), exécuté en cinq versions et interprété comme une représentation des angoisses de la modernité, a-t-il été contaminé au Covid-19 ? Certes, non, répond le quotidien britannique The Guardian. Mais l’une des toiles, exposée au musée Munch d’Oslo, risque de se voir appliquer un protocole digne du confinement : Il est probable que les amateurs d’art doivent laisser davantage d’espace au tableau daté de 1910, à cause des dégâts provoqués par l’humidité sur une peinture de mauvaise qualité.” Du jaune éclatant au blanc cassé. Penser l’après : En quoi Camus est-il indispensable pour nous aider à sortir de la crise ?

Les chercheuses et les chercheurs qui contribuent chaque jour à alimenter notre média en partageant leurs connaissances et leurs analyses éclairées jouent un rôle de premier plan pendant cette période si particulière. En leur compagnie, commençons à penser la vie post-crise, à nous outiller pour interroger les causes et les effets de la pandémie, et préparons-nous à inventer, ensemble, le monde d’après. Il y a deux raisons essentielles pour lesquelles Camus nous est indispensable pour sortir de la crise.

La première concerne un extrait de La Peste qui fait l’objet d’une abondante diffusion sur les réseaux sociaux. La deuxième, moins aperçue, est précieuse si l’on veut apprendre de Camus à vivre autrement. Ces deux raisons ont un socle commun, celui des évidences de notre temps, qui est le temps du triomphe du capitalisme depuis l’effondrement du bloc soviétique (le « communisme » chinois est loin d’être communiste au sens propre). « Personne n’avait encore accepté réellement la maladie. Ne pas traiter l'autre de petite merde - Tiktok dépasse les 2 milliards de téléchargements, mais Facebook domine toujours.

Si TikTok lui-même ne s’est pas encore exprimé sur le sujet, la plateforme d’analyse Sensor Tower affirme que le réseau social chinois a dépassé les 2 milliards de téléchargements dans le monde. Au cours du trimestre, elle cumulerait pas moins de 315 millions de téléchargements via l’App Store et le Google Play Store. Ces chiffres ne prennent pas en compte les autres boutiques d’applications, moins utilisées, mais qui ont quand même contribué à l’augmentation des téléchargements. Si les chiffres de TikTok sont particulièrement conséquents, il faut toutefois les mettre en parallèle avec la situation sanitaire actuelle. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, de nombreux pays ont confiné la population, à l’exemple de la Chine, l’Inde ou encore les États-Unis, des territoires où le réseau social compte logiquement le plus grand nombre de téléchargements.

Toutefois, Facebook est lucide et sait que cette hausse risque de n’être que temporaire. « Smart city » : d’autres imaginaires existent pour une ville intelligente. Le futur est peuplé de chimères. Certaines apparaissent comme étant plus fréquentes que d’autres. Traversant les époques en s’adaptant au style « futuriste » propre à chaque génération, elles constituent des attentions fictionnelles, selon le sociologue allemand Jens Beckert : du fait de leur présence récurrente au sein des imaginaires – ceux des films de science-fiction et des livres blancs prospectifs – ces objets imaginaires piègent la pensée en focalisant les débats vers eux.

Quitte à rendre évident et souhaitable des visions en réalité peux désirables. Ainsi, nous connaissons tous la voiture volante, reconnue depuis la fin du XIXe siècle et les aquarelles d’Albert Robida. Leur défaut ? En matière d’urbanisme, la ville intelligente, dite smart city occupe ce rôle à la fois d’horizon évident et d’épouvantail repoussant.

Et aussi à nous questionner : quels scénarios d’avenir la ville « intelligente » cache-t-elle ? Une ville libératoire ou totalitaire Une ville fluide et sans heurt. Les expats à l’heure du confinement et du déconfinement. Le confinement à l’étranger n’a pas été vécu de la même façon par tous les expatriés, les nombreux témoignages reçus par Courrier Expat en font foi. Voici une sélection très contrastée de récits et de réactions qui nous sont parvenus des quatre coins du globe. La pandémie a bouleversé la vie de beaucoup d’expatriés et de candidats à l’expatriation. Départs et projets annulés à la dernière minute, vie professionnelle soudain chamboulée, séparation d’avec ses proches plus durement ressentie qu’à l’accoutumée… la grande aventure a souvent pris un autre tour.

À Manille, aux Philippines, l’une des métropoles les plus peuplées du monde, la ville a été quadrillée par la police, avec check-points et hommes en armes aux coins des rues. Les expatriés ont vécu cette période dans la crainte que le confinement, s’il devait se prolonger, ne ravive des tensions sociales déjà fortes. Au Chili, les mesures de confinement n’ont été prises qu’au niveau local, explique Clémentine, expatriée à Valparaiso. L’élevage intensif nous mène droit vers la prochaine pandémie. Continuer à élever des animaux comme on le fait aujourd’hui équivaut à un suicide collectif, s’insurge dans cette tribune l’écrivain Jonathan Safran Foer. C’est maintenant qu’il faut agir, au risque de voir éclater une crise infiniment plus grave que celle du Covid-19.

Il peut paraître malvenu, ou simplement impossible, de se concentrer sur autre chose que l’épreuve que nous traversons actuellement. Et puisque tirer les leçons de cette crise ne changera rien à nos souffrances actuelles, il est tentant de les reporter à plus tard. Mais c’est justement parce que nous sommes dans une situation de vulnérabilité douloureuse que certaines discussions ne peuvent pas attendre. Imaginez : alors que votre pays pratique la distanciation sociale, le pays voisin réagit au Covid-19 en entassant ses citoyens dans des gymnases par dizaines de milliers.

Circulation entre espèces Les agents pathogènes ne respectent pas non plus la barrière des espèces. Nids à virus Jonathan Safran Foer et Aaron S Gross. Coronavirus : pourquoi le taux de mortalité par pays ne dit rien de la propagation de la maladie. Virus, religion et politique : Dieu appelé au secours de l’Amérique latine. Si la propagation du virus Covid-19 est mondiale, les discours politiques, médiatiques et religieux concernant la pandémie diffèrent selon les régions du globe.

En Amérique latine, la croyance religieuse est régulièrement présentée comme une réponse au virus, non seulement par les Églises (évangéliques et catholiques conservatrices) mais également par les forces politiques. Au cours des dernières semaines, les discours de dirigeants en appelant à Dieu pour contrer le Covid-19 se sont multipliés dans l’ensemble de la région. Un phénomène qui rappelle non seulement la relation ambiguë entre le pouvoir politique et la religion sur le sous-continent, mais reflète également l’incapacité des États latino-américains à apporter des réponses concrètes à cette crise.

Du Guatemala au Brésil, Dieu appelé au secours Même le président uruguayen Luis Alberto Lacalle Pou a participé à une « prière interreligieuse » convoquée par le cardinal Daniel Sturla, archevêque de Montevideo. Mieux s’alimenter pour prévenir les maladies chroniques et infectieuses. Confinement : l'expo sur Pompéi qui devait avoir lieu au Grand Palais, disponible en ligne. Peur, révérence, terreur : relire Hobbes aujourd'hui - Le Grand Continent. Coronavirus : soignants, profs, salariés de la grande distribution... Qui pourra bénéficier des "primes Covid" et sous quelles conditions ?

Déconfinement : « La nuit et la fête ont beaucoup de choses à dire au jour » Brexit : les deux camps s'accusent mutuellement d'antijeu. Le sauvetage de la culture et l'impensé écologique. Marie Chouinard : "L'amoureuse, la gravitation et son rire" «Le» ou «la» Covid-19? L’Académie française opte pour le féminin! @RFI. Hey! Il y a toujours Edward Hopper pour comprendre le confinement et intégrer les règles de «distanciation sociale». Confinement à la Hopper... Chacun son tour. Street art, pop culture et coronavirus : quand les consignes sanitaires inspirent l'art de rue. La communication sans visage. Le confinement pousse l’Éducation nationale à regarder vers le logiciel libre.

Les vacances à l’étranger ? Même pas en rêve ! Comment l’utilisation des emojis nous en dit beaucoup sur la crise actuelle. Confinement des personnes âgées : attention au syndrome de glissement. Le coronavirus sort-il d’un laboratoire ? Ép. 1 : la thèse du virus artificiel. CARTE. Coronavirus: où se situent les 25 nouveaux clusters identifiés depuis le début du déconfinement? « Confinés, mais pas enfermés » : le confinement en pays Boni – COVIDAM : la Covid-19 dans les Amériques. ️□ Qu'est-ce que les coronabonds ? - Maintenant, vous savez - Podcast. Quand l'histoire fait dates - 1347 : la peste noire. Que nous apprend la crise de la COVID-19 sur la Chine et le monde ? Alice EKMAN. Drogues : au Royaume-Uni, on envoie les ados dealer à la campagne. « L’incroyable mobilisation » des makers pendant la crise sanitaire.

Des vessies de porc au "fait maison" : l'épopée du masque. En 2005, une pandémie a ravagé World of Warcraft par accident. Résultat : des scientifiques ont pu découvrir l'irrationalité de certains comportements. Retour inquiétant du coronavirus en Chine et en Corée du Sud. Maif - Déconfinement : « La ville à vélo ? » Littérature : Defoe, Poe et Shelley en terrain contaminé. Le futur existe-t-il déjà dans l’avenir ?

Guerre du vaccin contre le Covid-19 : qui sont les laboratoires engagés aux côtés de Sanofi. Passe (pas) ton bac d'abord. Sur la route des circuits courts - Ép. 2/4 - La logistique c’est fantastique ! Jing Xie : "Comprendre la modernisation de la société chinoise à travers son expérience de l’épidémie" Alexandre Jollien : "Le déconfinement version bodhisattva" Vaccin : le français Sanofi cède au "America First" de Donald Trump. Docteur Adrien Proust, père de Marcel, à la recherche du cordon sanitaire - Ép. 4/4 - Un destin pour le soin : quatre figures de l’histoire du soin et de la médecine. Rolling Stone Hebdo N°4- 14 Mai 2020. La crise du coronavirus peut-elle transformer l'école ?

Déconfinement: la deuxième vague sérieusement envisagée par les chercheurs | Le HuffPost. Les groupes Facebook, une forme de déconfinement virtuel ? Déconfinement à Lyon : « Torchons », « serpillières », les masques fournis par la ville font l'objet de moqueries. 18 idées pour ranger son vélo dans son appartement. Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du travail tel que nous le connaissons ? Il y a beaucoup de patients zéro... Au Rwanda, le confinement accélère la livraison de médicaments par drones. Covid-19 et travail à distance : l'impossible retour en arrière. La dérive sécuritaire s’amplifie sous le couvert de la pandémie. Quand Internet sera chinois. Mathilde Monnier : "Je pense à tout ce qui n’a pas eu lieu" Déconfinement : voici l'attestation pour vous déplacer à plus de 100 km de votre domicile. Attestation-deplacement. 11 mai : 11 photographies du confinement analysées par deux sociologues de l'image. Pour fêter le 11 mai, ils ont dessiné leur confinement.

Coronavirus : Cette théorie du complot fascine les intellos. DIRECT. Déconfinement : des métros et RER bondés à Paris, gros couac sur les nouvelles mesures. Coronavirus : « Le 11 mai en France, 5,7 % de la population aura été infectée par le Covid-19 » Crises versus durabilité. 32 photos pour sortir de l’état d’inconscience généralisé. Masterpieces Up Close.

Regards de chercheur.e.s - Le Mans Université. Enseignement : «Faire de l’histoire maintenant»