background preloader

Portrait

Facebook Twitter

Pourquoi Alexandre Grothendieck a-t-il rompu avec la recherche scientifique. RUPTURE.

Pourquoi Alexandre Grothendieck a-t-il rompu avec la recherche scientifique

Mort le 13 novembre 2014, le grand mathématicien Alexandre Grothendieck gardait depuis longtemps ses distances avec la communauté scientifique. Que s’est-il passé à la fin des années 1970 pour justifier un tel retrait ? "En 1971, Grothendieck apprend, lors d’un séminaire à l’IHES, que l’institut est en partie financé par des crédits militaires", expliquait à Sciences et Avenir en 2008 le mathématicien Denis Guedj (décédé en 2010). Un détail insignifiant pour beaucoup de chercheurs, mais qui a des résonances profondes chez ce pacifiste convaincu, apatride ayant fui l’Allemagne nazie avec sa mère. "Son père, anarchiste russe, avait été remis par les autorités de Vichy aux nazis et avait péri dans le camp d’Auschwitz. " LIVRE. DÉPART. Le prix Nobel de chimie 2014 récompense deux techniques de microscopie optique à haute résolution.

L'auteur Marie-Neige Cordonnier est rédactrice en chef adjointe du magazine Pour la Science.

Le prix Nobel de chimie 2014 récompense deux techniques de microscopie optique à haute résolution

Du même auteur Pour en savoir plus Aujourd’hui plus que jamais, le microscope optique est un outil incontournable du biologiste. Grâce à lui, on visualise en direct des processus cellulaires aussi précis que le recrutement dynamique de calcium qui intervient dans la plasticité des neurones, le déplacement de molécules individuelles dans les cellules ou le devenir de protéines particulières lors de la division cellulaire. Si de telles prouesses sont possibles, c’est en particulier grâce au développement d’une forme de microscopie, dite à fluorescence, où ce que l’on observe est la lumière produite à une certaine longueur d’onde par des molécules fluorescentes excitées à l’aide d’une source lumineuse (un laser en général).

La microscopie à fluorescence est utilisée par les biologistes depuis plusieurs dizaines d’années. E. Le prix nobel de physiologie ou medecine 2014 va aux neurones de lieu. L'auteur Philippe Ribeau-Gésippe et Guillaume Jacquemont sont journalistes à Pour la Science.

le prix nobel de physiologie ou medecine 2014 va aux neurones de lieu

Du même auteur Comment savons-nous où nous sommes, et comment pouvons-nous déterminer le chemin d'un endroit à un autre ? Et comment mémorisons-nous ces informations de façon à pouvoir retrouver immédiatement le chemin quand nous nous retrouvons dans la même situation ? Les lauréats du prix Nobel de physiologie ou médecine 2014 ont mis en évidence dans le cerveau un « système de localisation » qui permet de s'orienter dans l'espace, découverte qui met en évidence un fondement cellulaire de l’orientation.

EN IMAGES. Parmi les puissants du monde : un Russe, un terroriste... et trois Français - La Parisienne. Le plus grand mathématicien du XXe siècle est mort. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart et Philippe Pajot Considéré comme le plus grand mathématicien du XXe siècle, Alexandre Grothendieck est mort, jeudi 13 novembre, à l'hôpital de Saint-Girons (Ariège), non loin de Lasserre, le village où il s'était secrètement retiré au début des années 1990, coupant tout contact avec le monde.

Le plus grand mathématicien du XXe siècle est mort

Il était âgé de 86 ans. Apatride naturalisé français en 1971, également connu pour la radicalité de son engagement pacifiste et écologiste, ce mathématicien singulier et mythique laisse une œuvre scientifique considérable. Il naît le 28 mars 1928 à Berlin, dans une famille atypique. Sascha Schapiro, son père, est russe de confession juive, photographe et militant anarchiste.

A la fin de la guerre civile espagnole, au printemps 1939, Alexandre retrouve ses parents dans le sud de la France. . « C'était la guerre, et on était des étrangers – des “indésirables”, comme on disait. Dans la société française, « les opinions antisémites atteignent une haute intensité » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Chambraud Une enquête de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) donne l’image d’une société française « où les opinions antisémites atteignent une haute intensité dans des univers relativement limités mais dont l’expansion est une thèse raisonnable ».

Dans la société française, « les opinions antisémites atteignent une haute intensité »

Une société qui estime « que la plupart des groupes qui la composent sont victimes de préjugés et de racisme : les juifs, les musulmans, les maghrébins, les noirs, les blancs… », écrit le directeur de la Fondapol, Dominique Reynié. L’étude sur « l’antisémitisme dans l’opinion publique française » rendue publique vendredi 14 novembre, se fonde sur deux sondages menés par l’IFOP. Le premier a été conduit en ligne, du 26 au 30 septembre, auprès de 1005 personnes de 16 ans et plus représentatives de la population.