background preloader

Concurrence : Disney

Facebook Twitter

Le Futuroscope - Le beau succès des parcs d'attractions - L'EXPRESS. _corporate_2012. JDN : web & tech, media, management, business, patrimoine, vidéos, Premium et Le Hub. Disneyland Paris. XEnvoyer cet article par e-mail Disneyland Paris XEnvoyer cet article par e-mailDisneyland Paris Business model Le succès est incontestable, mais le rêve a un coût Ce n'est pas un produit mais une expérience ; pas un parc à thème mais une destination… Chez Disneyland Paris, le choix des mots a son importance.

Disneyland Paris

Sur cette promesse - et sur certains efforts d'adaptation -, l'enseigne a su se fondre dans le paysage français. Des niveaux de fréquentation records assortis d'un taux de satisfaction de 89 %, une notoriété qui ignore les frontières autant que les générations, un titre de 1re destination touristique d'Europe et un autre de 5e pôle hôtelier de France… En langage non-comptable, cela s'appelle une success story, c'est bien ainsi que peut se lire l'histoire de Disneyland Paris. Pourtant, le modèle est viable. Le syndrome du Big-Mac Une “tchernobylisation de la culture”.

Car dans les années 1990, le marché français des parcs à thème est quasi inexistant. Restait à le faire savoir. Le Parc Astérix dévoile sa stratégie pour 2012. En 2012, le Parc Astérix casse sa tirelire.

Le Parc Astérix dévoile sa stratégie pour 2012

Sa dernière attraction, "Oziris", événement phare de la réouverture du parc le 7 avril dernier, lui a couté la bagatelle de 20 millions d’euros. Jamais la Compagnie des Alpes (CDA), propriétaire du parc, n’avait dépensé une telle somme pour booster la fréquentation de son parc. Son dernier gros investissement remonte à 2008 : 12 millions d’euros d’investis pour l’attraction "Le Défi de César".

Mais "Oziris" est d’un autre calibre. Sorte de grand huit à l’envers - le temps du parcours, on a les jambes dans le vide et les rails au dessus de la tête - le manège a nécessité trois ans de travaux. Reste que cet investissement colossal est loin d’être une folie. Un dispositif de communication multicanal Pour que les familles viennent nombreuses et pour amortir le budget investi, le parc gaulois n’a pas lésiné sur les moyens alloués à la communication. L’opération média ne s’arrête pas là.

Disneyland Paris joue l'émotion. Dans son nouveau spot de 40 secondes, avec pour signature «La magie commence au moment où on leur annonce», Disneyland Paris met en scène l'émotion des enfants apprenant la nouvelle en jouant sur le côté «docu-réalité».

Disneyland Paris joue l'émotion

Diffusé du 6 mars au 10 avril sur une douzaine de chaînes hertziennes et de la TNT, ce film s'inscrit dans le cadre d'un plan médias, orchestré par BETC Euro RSCG, pour le lancement le 6 avril de la nouvelle saison du parc d'attractions. Une campagne d'affichage et de programmes courts, réalisés par Zoé Cassavetes, diffusés sur TF1 du 7 au 31 mars complètent le dispositif. Disneyland Paris s'offre une campagne «docu-réalité»