background preloader

Les pesticides

Facebook Twitter

L'Assemblée décale l'interdiction de la production de certains pesticides à 2025. La mesure a été votée dans le cadre de l'examen en nouvelle lecture du projet de loi Pacte sur les entreprises.

L'Assemblée décale l'interdiction de la production de certains pesticides à 2025

L'interdiction en 2022 de la production, du stockage et de la vente de produits phytopharmaceutiques destinés à des pays tiers et contenant des substances prohibées par l'UE figurait dans la loi agriculture et alimentation (Egalim), promulguée en novembre. Mais à la faveur de Pacte, le Sénat à majorité de droite avait voté sa suppression pure et simple, en première lecture.

"une échéance claire aux industriels" Les alternatives au glyphosate mises en œuvre par les communes. Les pesticides de synthèse interdits aux particuliers à partir du 1er janvier. Pesticides : la consommation française cartographiée. Le glyphosate empoisonne la vie des députés LRM. L’interdiction de l’herbicide n’est pas inscrite dans le projet de loi agriculture récemment adopté par le Parlement.

Le glyphosate empoisonne la vie des députés LRM

Retour sur une bataille qui a secoué les élus de la majorité, dont certains font l’objet de menaces de mort. LE MONDE | 18.10.2018 à 06h39 • Mis à jour le 18.10.2018 à 22h14 | Par Alexandre Lemarié Tours, le 10 septembre, vers 11 heures. Une camionnette passe devant le palais des congrès, où se déroule le séminaire des parlementaires La République en marche (LRM). Une jeune femme ouvre la fenêtre et lance, rageuse : « Vous êtes tous vendus aux lobbys ! Depuis plus de quatre mois, les députés du parti présidentiel sont la cible de vives critiques de la part des citoyens qui leur reprochent d’avoir refusé d’inscrire l’interdiction de cet herbicide dans le projet de loi agriculture et alimentation, dont le vote définitif a eu lieu le 2 octobre au Parlement.

La première salve de critiques a été déclenchée après le 29 mai. Des intoxications en série provoquent la suspension d’un pesticide méconnu, le méthamsodium. Trois incidents en Maine-et-Loire, affectant près d’une centaine de personnes, ont mis en lumière la dangerosité de ce produit phytosanitaire très répandu dans la culture maraîchère.

Des intoxications en série provoquent la suspension d’un pesticide méconnu, le méthamsodium

Les yeux qui pleurent, l’impression d’avoir le visage qui gonfle et, pour certains salariés des pépinières Minier, à Brain-sur-l’Authion (Maine-et-Loire), des vomissements. Les intoxications localisées le 9 octobre dans la petite commune rurale située à l’est d’Angers – pour lesquelles le plan blanc avait été décrété au CHU d’Angers – n’auraient sans doute pas autant d’écho si d’autres incidents, provoqués par le même produit, le méthamsodium, un pesticide puissant interdit par nombre de pays de l’Union européenne mais toléré en France, ne s’étaient succédé en quelques jours. « Nous voulons des coquelicots » : l’appel contre les pesticides lancé dans « Charlie Hebdo » Une centaine de personnalités – scientifiques, artistes, militants, même l’Eglise catholique – réclament l’interdiction immédiate de tous les pesticides de synthèse.

« Nous voulons des coquelicots » : l’appel contre les pesticides lancé dans « Charlie Hebdo »

LE MONDE | 11.09.2018 à 03h16 • Mis à jour le 11.09.2018 à 14h28 | Par Stéphane Foucart. Le gouvernement s’attribue l’interdiction des néonicotinoïdes votée en... 2016. C’est la loi sur la biodiversité de 2016, votée sous le quinquennat Hollande, qui a permis d’interdire les néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles ». LE MONDE | 02.09.2018 à 17h03 • Mis à jour le 03.09.2018 à 11h50 | Par Maxime Vaudano Dans une semaine marquée par la démission de Nicolas Hulot et les critiques acerbes contre le manque d’ambition écologique de l’exécutif, la tentation était trop forte de ne pas profiter d’une décision majeure pour la protection de l’environnement pour se faire un peu mousser. Emmanuel Macron et ses ministres ont donc salué en chœur l’entrée en vigueur, samedi 1er septembre, de l’interdiction des néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » en France. Lire aussi : Qu’est-ce que les néonicotinoïdes ? Biodiversité : en France, la raréfaction d'espèces inquiète. L'Agence française de la biodiversité s'inquiète de la disparition de plus en plus d'animaux en France : oiseaux, chauves-souris, et certains poissons comme les saumons.

Biodiversité : en France, la raréfaction d'espèces inquiète

Les pratiques agricoles, et notamment l'usage des pesticides, sont pointés du doigt. Chute du nombre d'oiseaux, mais aussi de chauves-souris ou encore de saumons : l'Agence française pour la biodiversité (AFB) a alerté lundi sur les menaces pesant sur le vivant, accusant notamment les pesticides. Une étude choc du CNRS et du Muséum d'histoire naturelle avait révélé en mars le déclin « vertigineux » des oiseaux des campagnes (-60 % de moineaux friquet depuis 10 ans, un tiers d'alouettes des champs disparues en 15 ans...), qui en plus s'accélère ces dernières années.

Les espèces d'oiseaux des milieux agricoles ont disparu à un rythme assez effarant depuis 30 ans. Mobilisation nationale des apiculteurs face à l’hécatombe des abeilles. Les apiculteurs ont manifesté dans plusieurs villes pour demander au gouvernement un plan de soutien exceptionnel aux sinistrés.

Mobilisation nationale des apiculteurs face à l’hécatombe des abeilles

Le Monde | 07.06.2018 à 10h55 • Mis à jour le 08.06.2018 à 07h07 | Par Alexandre-Reza Kokabi C’était à la sortie de l’hiver. Loïc Leray, apiculteur professionnel à Puceul (Loire-Atlantique), était impatient de découvrir le fruit de son labeur conjoint avec les abeilles, qu’il choie depuis quatre décennies. Il se souvient de ses genoux, tremblants, et de ses poils hérissés lorsqu’il ouvrit ses premières ruches : un silence assourdissant, des colonies entières d’abeilles mortes. Il a compté, au total, 180 ruchers sans vie, contre 300 vivants à l’automne dernier. « Je me suis senti comme un paysan éleveur qui, un matin, pousse la porte de son étable et retrouve toutes ses vaches mortes, glisse le vice-président de l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF). Chlordécone : les Antilles empoisonnées pour des générations. Il a vu ses collègues tomber malades et mourir tour à tour sans comprendre. « Cancer, cancer, cancer… C’est devenu notre quotidien.

Chlordécone : les Antilles empoisonnées pour des générations

A l’époque, on ne savait pas d’où ça venait », se souvient Firmin (les prénoms ont été modifiés) en remontant l’allée d’une bananeraie de Basse-Terre, dans le sud de la Guadeloupe. Bayer-Monsanto : plus rien n’empêche l’union des deux géants de l'agriculture et de la chimie. Rejet à l’Assemblée de l’inscription dans la loi de la date de sortie du glyphosate.

Les députés ont rejeté des amendements en ce sens, malgré des demandes jusqu’au sein de la majorité, l’exécutif voulant d’abord une solution pour les agriculteurs Il est 2 h 02 du matin, mardi 29 mai, et l’interdiction, dans les trois ans, du glyphosate, la substance classée cancérogène probable par l’Organisation mondiale de la santé, a été rejetée par les députés.

Rejet à l’Assemblée de l’inscription dans la loi de la date de sortie du glyphosate

Elle faisait l’objet de plusieurs amendements, traduisant la promesse d’Emmanuel Macron d’interdire en France cette substance, principe actif du Roundup de Monsanto, « dès que des alternatives auront été trouvées et au plus tard dans trois ans ». Graver dans le marbre de la loi cette interdiction était le but de Matthieu Orphelin, député LREM du Maine-et-Loire et proche du ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Son amendement a été repoussé (20 députés pour, 63 contre).

Lire aussi : Au Parlement européen, les impasses de la commission pesticides. Bruxelles autorise le mariage entre le géant des OGM Monsanto et celui de la chimie Bayer. [VIDEO] La FNSEA va présenter "250 solutions" pour réduire l'usage de produits phytosanitaires. Les 35 partenaires réunis autour de la FNSEA pour mettre en œuvre la baisse de l'usage des produits phytosanitaires dans l'agriculture française signeront, avant la fin du semestre, un contrat de solutions qui les engagera tant auprès des autorités que de la société civile, ont-il indiqué lundi 26 février au Salon de l'Agriculture.

[VIDEO] La FNSEA va présenter "250 solutions" pour réduire l'usage de produits phytosanitaires

"Nous avons souhaité dire que les agriculteurs ont entendu les sollicitations et vont répondre aux attentes sociétales fortement exprimées, même violemment parfois, en direction des agriculteurs et de leurs partenaires", a indiqué la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, lors d'une conférence de presse. Zéro résidu de pesticides : des ONG évoquent des labels « trompeurs » Cultures Les démarches « zéro résidu de pesticides » fleurissent.

Zéro résidu de pesticides : des ONG évoquent des labels « trompeurs »

Une tendance contre laquelle plusieurs ONG mettent en garde dans une tribune signée le 11 mars. Elles qualifient ces labels de « trompeurs », et recommandent les produits bio ou issus d'une agriculture qui réduit l'usage des pesticides. Par Gaelle Gaudin - Publié le 13/03/2018 à 11:43. Sortie du glyphosate en trois ans : Nicolas Hulot évoque des « exceptions » « Je ne suis pas buté, si certains agriculteurs ne sont pas prêts, on envisagera des exceptions », explique le ministre de la transition écologique et solidaire au « JDD ». Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qui s’est battu en 2017 pour une sortie du glyphosate en trois ans, se dit prêt à envisager des « exceptions », dans un entretien à paraître dans le Journal du dimanche (JDD) du 25 février. « On est en train de recenser les alternatives qui existent et de leur donner les moyens de faire leurs preuves. Mais je ne suis pas buté et personne ne doit être enfermé dans une impasse : si dans un secteur particulier ou une zone géographique, certains agriculteurs ne sont pas prêts en trois ans, on envisagera des exceptions », a fait savoir le ministre, qui ne se rendra pas au Salon de l’agriculture ouvert depuis samedi. « Mais si on arrive à se passer du glyphosate à 95 %, on aura réussi », a-t-il ajouté.

Après l'échec du 1er, le 2ème plan du gouvernement pour réduire les pesticides. La feuille de route en préparation a pour but de « diminuer rapidement les substances les plus préoccupantes ». Le gouvernement a présenté, le 18 janvier, son plan d’action pour réduire la dépendance de l’agriculture française aux pesticides. L’Union européenne renouvelle pour cinq ans la licence d’exploitation du glyphosate. L’Allemagne a voté pour la prolongation de l’utilisation de l’herbicide, alors que tout laissait à penser qu’elle s’abstiendrait.

La France a voté contre. Après deux ans de négociations, les Etats membres de l’UE, réunis au sein d’un comité d’appel, ont voté lundi 27 novembre en faveur d’une nouvelle autorisation pour cinq ans du glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde. Suivez notre direct sur le vote des membres de l’UE Dans le détail, dix-huit pays ont voté en faveur de la proposition de l’exécutif européen, neuf s’y sont opposés et un pays s’est abstenu, permettant d’atteindre la majorité qualifiée requise. Glyphosate : révélations sur les failles de l’expertise européenne. Alors que l’Europe doit décider de sa réautorisation lundi 27 novembre, « Le Monde » raconte comment les agences officielles ont blanchi l’herbicide en recopiant les évaluations fournies par Monsanto. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart et Stéphane Horel Passé le dédale de passerelles et d’escalators, la salle « 2Q2 » est comble.

En ce 11 octobre à Bruxelles, le Parlement européen accueille une matinée entière d’auditions. Le sujet, le glyphosate, dégage un parfum de scandale. Le sort de l’ingrédient actif du Roundup, le désherbant best-seller de Monsanto, est suspendu à de laborieuses tractations entre la Commission européenne et les vingt-huit Etats membres. Pourquoi la FNSEA est-elle accro au glyphosate. « Il faut arrêter d’emmerder le monde agricole ! » Le 22 septembre dernier, 250 agriculteurs, emmenés par la FNSEA, le principal syndicat agricole, bloquent les Champs-Élysées en étalant de la paille. Ils dénoncent la position du gouvernement français sur le glyphosate – l’herbicide le plus utilisé au monde, ingrédient actif du Roundup, produit phare de la firme Monsanto, et classé cancérogène probable par l’Organisation mondiale de la santé. Le gouvernement français envisage alors de ne pas voter la proposition de la Commission européenne d’autoriser à nouveau le glyphosate pour les dix prochaines années [1].

Glyphosate: encore une reculade de la Commission Européenne. 80 % des insectes volants ont disparu depuis 30 ans, une catastrophe écologique imminente est à craindre. La toxicité du Roundup connue de Mansonto depuis au moins 18 ans. Etats-Unis : l’administration Trump maintient sur le marché un pesticide dangereux. Non, les pesticides ne sont pas nécessaires pour nourrir la planète. C’est un marché qui pèse 50 milliards de dollars par an (47 milliards d’euros) que l’industrie ne veut surtout pas lâcher, au point de véhiculer un «mythe» : les pesticides sont essentiels à la sécurité alimentaire d’une population mondiale qui devrait passer de 7 milliards aujourd’hui à 9 milliards en 2050. C’est totalement faux, démonte un rapport présenté le 8 mars au conseil des droits de l’homme des Nations unies qui accuse les multinationales (Syngenta, Monsanto, Bayer…) de nier les risques sanitaires et environnementaux liés à l’usage de ces produits toxiques.

Les experts européens blanchissent le glyphosate. Selon l’Agence européenne des produits chimiques, le pesticide n’est pas cancérogène. Dans le même temps, aux Etats-Unis, la justice met en cause l’indépendance des travaux conduits par l’Agence américaine de protection de l’environnement. La réduction des pesticides ne pèse pas sur la rentabilité des exploitations céréalières. 2017, année décisive pour les insecticides « tueurs d’abeilles » La Commission européenne a repoussé sa décision sur leur interdiction à l’automne, le temps pour l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de réévaluer les risques.

L’extinction des pollinisateurs menace 1,4 milliard d’emplois, selon un rapport. Quelque 1,4 milliard d’emplois et les trois quarts des cultures dépendent d’animaux pollinisateurs, gravement menacés, souligne un rapport publié lundi. « La sécurité alimentaire et les emplois dans le monde sont en danger, à moins d’une action rapide pour mettre un terme au déclin des pollinisateurs », préviennent des chercheurs de l’université de Reading, au Royaume-Uni, qui ont contribué à un rapport publié lundi 28 novembre dans la revue Nature. Monsanto-Bayer : « C’est un empoisonneur qui achète un autre empoisonneur » Pour quelles raisons Bayer souhaite-t-il racheter Monsanto ? Plus les agriculteurs polluent, plus ils touchent d’aides de l’Europe.

Les pesticides triplent la mortalité des abeilles sauvages. Embarras autour d’un rapport explosif sur la nocivité des pesticides. Les agriculteurs, premières victimes des pesticides. Le glyphosate discrédite le système d'homologation européen. 23 juin : journée cruciale pour le Roundup de Mosanto. + 10% de pesticides en France par an.

Tout comprendre aux pesticides néonicotinoïdes. Insecticides « tueurs d’abeilles » en forte hausse en France. En crise, Monsanto pourrait fusionner avec Bayer. Bayer-Monsanto : manger ou être mangé. L'avenir du Roundup de plus en plus compromis en Europe.