background preloader

Nord/Sud, Ecologie

Facebook Twitter

Production de miel et véganisme. L'hypercarnisme: une menace pour l'humanité. Liste marques produits Monsanto. Impliqué dans des scandales sanitaires à répétition, Monsanto est plus que jamais montré du doigt.

Liste marques produits Monsanto

Si vous souhaitez boycotter Monsanto, voici la liste des sociétés qui utilisent leurs produits si controversés. En boycottant ces marques, vous choisissez d'éviter de donner de l'argent à Monsanto pour protéger la santé de votre famille, de vos enfants et des générations futures. La Liste des Marques à Éviter Nous avons obtenu la liste des sociétés utilisant les produits Monsanto sur le blog américain Collective Evolution. Comme ces sociétés sont peu connues en France, nous avons répertorié pour vous les marques qu'elles possèdent et qui sont vendues sur le marché français et européen. Cliquez ici pour accéder à la version imprimable. La conso de bœuf déforeste l’Amazonie. La forêt amazonienne est confrontée depuis de nombreuses décennies à des problèmes de déforestation.

La conso de bœuf déforeste l’Amazonie

Plus de 20% de sa forêt a disparu depuis les trois dernières années. La cause principale de cette déforestation massive est l’élevage de bovins, en particulier au Brésil. Les arbres sont coupés et la terre est convertie en pâturage pour pouvoir y mettre du bétail. L’augmentation de la population mondiale et l’augmentation de la consommation de viande sont donc responsables de la déforestation de l’Amazonie. L’avenir laisse craindre le pire. Pourquoi arrêter le miel ? L’argument écologique. Suite à notre article « 3 raisons de ne pas manger de miel » , qui a suscité un grand débat dans les commentaires, nous allons préciser le point 3 de notre argumentaire, c’est-à-dire de la sur-représentation des abeilles domestiques à miel par rapport aux abeilles sauvages et autres pollinisateurs.

Pourquoi arrêter le miel ? L’argument écologique

Nous allons étayer notre point de vue par l’article de Guillaume Lemoine (disponible ici), un ingénieur écologue du service espaces naturels sensibles. Son point de vue est donc très important, il n’est pas à la solde d’un quelconque lobby, et il est expert dans ce domaine. L’abeille domestique, une espèce artificiellement introduite et maintenue L’Abeille domestique dont les sous-espèces utilisées en apiculture sont souvent allochtones et constamment améliorées, bénéficie de pratiques apicoles comme tout autre animal domestique d’élevage. Ces pratiques sont le témoin d’un intérêt d’abord économique et des difficultés que rencontrent ces sous-espèces à se maintenir sans un perpétuel soutien. Le coût de la viande bon marché, par Agnès Stienne. A chaque scandale alimentaire, le même scénario se répète.

Le coût de la viande bon marché, par Agnès Stienne

Les politiques grognent, les industriels beuglent, la grande distribution bêle, et tous reprennent de concert : transparence ! Traçabilité ! Étiquetage ! Des mesures annoncées haut et fort, et tant de fois répétées… pour mieux persévérer. Si l’on veut comprendre pourquoi, il faut élargir la focale et passer de l’étiquette des lasagnes fourrées au « bœuf » à la carte du monde, où s’entrecroisent les fils d’un système agricole en pleine recomposition. Un système dévolu à la poursuite d’un unique objectif : produire à grande échelle pour l’exportation, en créant des pôles de spécialisation afin de dégager plus de profit. Sept kilos de céréales pour un kilo de bœuf. L'élevage animal à petite échelle, pas si vert que ça?

Le professeur d’histoire et auteur de plusieurs livres, dont Just Food : Where Locavores Get It Wrong and How We Can Truly Eat Responsibly, James E.

L'élevage animal à petite échelle, pas si vert que ça?

McWilliams, sera de passage à Montréal, le 26 septembre à l’Université McGill. Fier défenseur du végétalisme comme réel moyen de manger de façon responsable, James E. McWilliams offre une conférence gratuite à ce sujet. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) notait dans un rapport paru en 2006 que l’élevage animal représente le plus grand responsable de l’émission de gaz à effet de serre, avec 18%, devant le transport avec 13%.

Considérant la quantité d’eau et de terrain requis pour faire pousser les grains nourrissant les animaux et les élever, en plus de la quantité importante de méthane dégagé par les ruminants, comme la vache, pas étonnant que l’impact sur l’environnement soit si important. UN urges global move to meat and dairy-free diet. A global shift towards a vegan diet is vital to save the world from hunger, fuel poverty and the worst impacts of climate change, a UN report said today.

UN urges global move to meat and dairy-free diet

It says: "Impacts from agriculture are expected to increase substantially due to population growth increasing consumption of animal products. Unlike fossil fuels, it is difficult to look for alternatives: people have to eat. A substantial reduction of impacts would only be possible with a substantial worldwide diet change, away from animal products. " Professor Edgar Hertwich, the lead author of the report, said: "Animal products cause more damage than [producing] construction minerals such as sand or cement, plastics or metals. Biomass and crops for animals are as damaging as [burning] fossil fuels. " The recommendation follows advice last year that a vegetarian diet was better for the planet from Lord Nicholas Stern, former adviser to the Labour government on the economics of climate change.