background preloader

ENR

Facebook Twitter

Le Monde de l'Energie. Une première en France : au printemps 2017, un parc photovoltaïque totalement géré par des citoyens va voir le jour à Aubais, dans le Gard.

Le Monde de l'Energie

Interview de Sophie Satbon-Cuisinier, membre de l’association « Les Survoltés » à l’origine du projet. Comment est née cette envie de monter un parc photovoltaïque citoyen ? A l’origine, en 2011, nous étions un groupe de personnes mobilisées contre les gaz de schiste. A la fin de ce combat, nous nous sommes dits qu’il serait intéressant désormais de mettre notre énergie pour quelque chose et non plus contre quelque chose. Nous nous sommes alors tournés vers le mouvement « Transition » initié par le Britannique Rob Hopkins. Sur quel type de terrain le parc verra-t-il le jour ? Il sera implanté sur une ancienne décharge publique d’une superficie de 4000 mètres carré appartenant à la commune à qui nous louons le terrain. [Etude] Coûts des EnR en France. Edition 2016. Pour objectiver ces baisses de coûts et publier des chiffres représentatifs des conditions de développement françaises, l’Agence présente pour chacune, non pas un seul et unique coût de production, mais la plage de variation typique des coûts en fonction des paramètres les plus impactants : coût d’investissement, qualité de la ressource disponible et perception du risque par les investisseurs.

[Etude] Coûts des EnR en France. Edition 2016.

Comment la transition énergétique va booster l’économie. La transition énergétique peut-elle aussi contribuer positivement à l’économie ?

Comment la transition énergétique va booster l’économie

Oui, sans aucun doute, estime l’Ademe dans une nouvelle étude publiée fin juin. L’organisme analyse les impacts macro-économiques de la transition énergétique à partir de trois scénarios (1) relativement ambitieux en termes de pénétration des énergies renouvelables (EnR) et de baisse de la consommation finale d’électricité. Réduction du chômage de 3,3% Résultat : l’effet est positif sur l’emploi et la croissance, tout en augmentant le revenu disponible des ménages.

Ainsi, la transition vers un système énergétique décarboné pourrait conduire à une augmentation du PIB de 1% en 2030 et comprise entre 3,6 et 3,9% à l’horizon 2050. Les investissements dans le secteur électrique seraient également boostés, avec une hausse globale se situant entre 46 et 58 milliards d’euros entre 2031 et 2050 par rapport à un scénario de référence tendanciel. Le secteur de la construction grand gagnant. Le pari durable et solidaire d’Enercoop Normandie, implantée à Saint-Etienne-du-Rouvray. Voilà dix ans que chaque foyer à la liberté de choisir son fournisseur d’électricité.

Le pari durable et solidaire d’Enercoop Normandie, implantée à Saint-Etienne-du-Rouvray

Pour le rappeler, UFC-Que choisir a lancé mardi 21 juin une offre d’achat groupé. Histoire de faire baisser le montant de la facture des participants et de montrer aussi que changer de fournisseur est d’une extrême simplicité. Dans la foulée, dit-on, l’union de consommateurs prévoit une nouvelle offre d’achat. « Elle ne visera pas les tarifs les plus bas mais l’électricité la plus propre », se réjouit déjà Laurent Ouvrard. La région du Vorarlberg en Autriche : en route vers l’autonomie énergétique. Financement des énergies renouvelables : des montages en mutation ? 2016 sera probablement une année de grand changement pour les énergies renouvelables.

Financement des énergies renouvelables : des montages en mutation ?

Le complément de rémunération, dont le décret devrait faire l’objet d’une notification à la Commission Européenne d’ici fin février, pourrait bien bouleverser le paysage réglementaire actuel. La plupart des infrastructures d’EnR bénéficieront d’un système à « guichet ouvert », tandis que les centrales photovoltaïques de plus de 100 kW seront cantonnées à des appels d’offres. L’intégration progressive des énergies renouvelables au marché aura sans doute des répercussions financières ; pour cette raison, des solutions de financement innovantes pourraient tout à fait avoir le vent en poupe. Cagnottes citoyennes anticarbone. Et si nos bas de laine servaient vraiment à financer la transition énergétique ?

Cagnottes citoyennes anticarbone

Malgré de grands discours, les banques investissent aujourd’hui massivement notre argent dans les énergies fossiles. Même quand on croit bien faire en ouvrant un «livret développement durable», en fait, on contribue au chambardement climatique : d’après les Amis de la Terre, moins de 10 % des dépôts servent effectivement à financer des projets «durables». Energie Partagée’s Videos on Vimeo. Votre épargne au service de la transition énergétique. Investir dans les projets. 100 % d’électricité issue des énergies renouvelables en France : c’est tout à fait possible.

Edito : 100 % d’électricité issue des énergies renouvelables en France : c’est tout à fait possible Actuellement, la consommation totale d’électricité représente environ 22 % de la consommation finale d’énergie en France (154 millions de TEP) mais cette consommation a globalement triplé depuis 40 ans et surtout sa structure a complétement changé : alors qu'en 1970 l'industrie consommait plus de la moitié de l'électricité utilisée dans l'Hexagone, c'est aujourd'hui la consommation résidentielle qui domine, à 35 %, devant le sectaire tertiaire et l'industrie (à 30 % chacun).

100 % d’électricité issue des énergies renouvelables en France : c’est tout à fait possible

Les transports représentent 3 % de la consommation finale d'électricité et l'agriculture 1 %. L’électricité nucléaire est maintenant plus chère que l’électricité des renouvelables. Yves Heuillard est ingénieur et animateur du site ddmagazine, avec lequel cet article est publié en partenariat.

L’électricité nucléaire est maintenant plus chère que l’électricité des renouvelables

La semaine dernière, EDF et l’entreprise publique chinoise CGN ont signé un accord pour le financement de deux réacteurs nucléaires de type EPR sur le site de Hinkley Point, dans le Somerset (Sud-ouest de l’Angleterre). C’est le dernier avatar d’une saga qui a démarré en 2008 avec l’annonce par le gouvernement britannique d’une renaissance nucléaire dans le pays et avec le rachat en 2009 par EDF des 15 vieilles bouilloires atomiques de British Energy pour 15 milliards d’euros [1]. En fait, EDF a surtout acheté un ticket d’entrée sur le marché britannique. La mise en service du premier réacteur était alors annoncée pour 2017 [2]. Elle sera ensuite repoussée à 2019, puis à 2023, puis maintenant à 2025. Scénario « 100% renouvelable » de l'Ademe en 2050 : explications. L’Ademe a dévoilé la semaine dernière son étude exploratoire envisageant la possibilité en France d’un mix électrique reposant jusqu’à 100% sur les énergies renouvelables (EnR) à l’horizon 2050.

Scénario « 100% renouvelable » de l'Ademe en 2050 : explications

100 % d'électricité renouvelable : un atout pour l'économie locale. Une électricité 100 % verte en France en 2050, c’est possible.

100 % d'électricité renouvelable : un atout pour l'économie locale

Placer son épargne dans Énergie Partagée : Quelles opportunités ? Quels intérêts ? Énergie Partagée vous propose d’investir dans la transition énergétique en plaçant votre épargne dans des projets d’énergies renouvelables portés par des acteurs locaux. Les projets de territoire ont besoin de l’investissement des habitants. Aujourd’hui, grâce aux 8 millions d’euros collectés, ce sont 26 projets qui ont pu avoir recourt à l’investissement citoyen via Énergie Partagée. Poursuite du nucléaire? La charge de la preuve change de camp! A la lecture du scénario « Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050 » de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) qu’a révélé Mediapart dans son édition du 8 avril 2015, on comprend bien pourquoi les services du ministère de l’écologie et de l’énergie ont tout fait pour qu’il reste le plus longtemps possible dans un tiroir.

Certes, d’autres, notamment Négawatt et Global chance, avaient montré depuis plusieurs années qu’une sortie du nucléaire au profit des renouvelables était non seulement possible mais souhaitable en termes économiques et environnementaux. Mais il ne s’agissait guère que d’experts « indépendants » qu’on pouvait soupçonner de parti pris écolo. Mais si l’Ademe, appuyée d’un centre d’études du propre sérail du corps des mines (Armines Persée), se met à justifier en détail ce genre de scénario, la menace devient sérieuse. Electricité ou gaz, quel vecteur pour quelle transition énergétique ?

Pour développer fortement les énergies variables, la France devra s'appuyer sur le vecteur gaz, estime une étude publiée par l'Ademe. Mais auparavant, le modèle énergétique devra évoluer, le cadre économique et réglementaire être adapté. Aujourd'hui, il est classique d'entendre qu'au-delà de 30% d'énergies variables raccordées au réseau, la sécurité électrique française n'est plus assurée. Des solutions existent pour accroître la flexibilité du système électrique (adaptation de l'offre et de la demande, Step, interconnexions, effacement…), mais celles-ci sont limitées par des contraintes techniques, économiques, sociétales… Pour aller au-delà de cette barrière de 30%, une seule solution : la conversion de l'électricité en gaz stockable, estime une étude publiée fin octobre par l'Ademe, GrdF et GRTgaz.

Un changement de paradigme. Le solaire première source mondiale d’électricité en 2050. Le solaire première source mondiale d’électricité en 2050 L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit qu'en combinant les technologies photovoltaïques et thermodynamiques, l'énergie solaire pourrait représenter 26 % de la production électrique mondiale d'ici 2050.

Les panneaux photovoltaïques pourraient en effet produire 16 % de l'électricité mondiale (soit une puissance totale de 4.600 gigawatts) et les centrales thermiques à concentration des rayons solaires pourraient représenter 11 % de l'électricité produite d'ici 2050 (avec une capacité de 1.000 GW), représentant 6 milliards de tonnes d'émissions de CO2 évitées par an, soit les émissions de CO2 des transports de toute la planète. Selon l'AIE, "La baisse rapide des coûts des modules et systèmes photovoltaïques ces dernières années a ouvert de nouvelles perspectives pour utiliser l'énergie solaire comme une source majeure d'électricité dans les prochaines années et décennies". Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash. Les énergies renouvelables sont bénéfiques pour le climat et l'environnement. Les énergies renouvelables sont bénéfiques pour le climat et l'environnement.

Enr-idees_recues_cler-hespul-rac_2014.pdf.