background preloader

Bure / projet Cigéo

Facebook Twitter

Cigéo : M. Hulot, protégez les hiboux de Bure ! Les auteurs de la lettre sont : les opposant-es d’ici et d’ailleurs, des habitant-es de Mandres-en-Barrois, les associations Burestop 55, Bure zone libre, Asodedra, Cedra 52, Eodra, les habitants Vigilants de Gondrecourt le Château, les habitants Vigilants de Void-Vacon, Meuse nature environnement, Mirabel Lorraine environnement.

Cigéo : M. Hulot, protégez les hiboux de Bure !

La liste de leurs soutiens est à la fin de la lettre ouverte. Monsieur le ministre, vous avez déclaré le 12 novembre 2011, à la suite de la catastrophe de Fukushima, que « le propre d’un accident nucléaire, c’est d’être inestimable dans le temps et dans l’espace. Et là s’arrête le risque acceptable dès lors que l’on ne maîtrise ni ne mesure plus ses conséquences ». Nous partageons totalement votre constat. Vous êtes ministre à présent. Contrairement à ce que vous affirmera l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), elle ne sera jamais prête, bien qu’affichant des certitudes de façade.

Bure : le Tribunal administratif de Nancy reconnaît l’irrégularité de la cession du Bois Lejuc à l’Andra ! Les travaux préparatoires à CIGÉO sont compromis ! Communiqué du 28 février 2017 Le Bois Lejuc, où l’Andra a commencé en 2016 des travaux en vue de la construction de CIGÉO, lui a été cédé à l’issue d’une délibération irrégulière !

Bure : le Tribunal administratif de Nancy reconnaît l’irrégularité de la cession du Bois Lejuc à l’Andra ! Les travaux préparatoires à CIGÉO sont compromis !

Suite à la décision du Tribunal administratif de Nancy, le sort de cet ancien bois communal de Mandres-en-Barrois est à nouveau entre les mains des habitants. Stockage de déchets nucléaires à Bure : le projet remis en question par des scientifiques. Sans uranium, il n'y aurait pas de centrale nucléaire.

Stockage de déchets nucléaires à Bure : le projet remis en question par des scientifiques

Ce métal radioactif que l'on trouve sous terre est utilisé pour produire notre électricité. Si 96% du combustible usé est réutilisé, il reste des déchets non recyclables et dangereux pour l'environnement.

Florent, militant interdit de territoire

Bure : pour les juges, l’Andra n’a pas menti sur la géothermie. « Un jugement mi-figue mi-raisin. » Pour Maître Etienne Ambroselli, l’avocat des opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires, dit Cigeo, à Bure, l’arrêt de la Cour d’appel de Versailles est « un progrès, même s’il est décevant ».

Bure : pour les juges, l’Andra n’a pas menti sur la géothermie

Contre l’avis des millitants, les juges ont en effet estimé que l’Andra ( l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs) - dont la mission est d’informer le public - n’a pas caché l’existence d’une ressource en géothermie sous le site de Bure. Même si la Cour a confirmé que les associations (Réseau Sortir du nucléaire, Bure Stop 55, Cedra...) avaient intérêt à agir - leur plainte contre l’Agence nationale des déchets radioactifs (Andra) est donc recevable - l’arrêt les déboute sur le fond. CIGEO : La justice refuse de sanctionner les dissimulations de l’ANDRA. Les juges de la cour d’appel de Versailles ont refusé de prendre acte de la faute commise par l’ANDRA quant à la dissimulation du potentiel géothermique de la zone pour la construction du centre d’enfouissement de déchets radioactifs appelé CIGEO.

CIGEO : La justice refuse de sanctionner les dissimulations de l’ANDRA

Pour FNE, ce refus est plus que décevant, mais l’existence du potentiel géothermique de la zone prévue pour CIGEO demeure et doit être pris en compte. Les associations requérantes envisagent de saisir la cour de cassation. Le potentiel géothermique, une raison majeure pour enterrer le projet. A Bure, cet été, une importante victoire du mouvement antinucléaire. La forte mobilisation estivale des opposants au projet de poubelle nucléaire, dit Cigéo, à Bure, dans la Meuse, a permis à leur lutte de sortir de l’ombre.

A Bure, cet été, une importante victoire du mouvement antinucléaire

Avec, en point d’orgue, la destruction le 14 août du mur érigé autour du bois Lejuc. Retour sur un événement majeur dans l’histoire du mouvement antinucléaire. Gaspard d’Allens, collaborateur régulier de Reporterre a choisi de suivre ce mouvement, non en tant que journaliste ayant un regard distancié sur l’événement, mais en tant que personne qui y est engagée. Bure (Meuse), témoignage « Ça y est, le mur de la honte est tombé ! « C’est un coup mémorable », « une action inédite et historique » : les opposants ne cachent pas leur joie. Bure, début d'occupation [MàJ: vidéo] Fil info du 19 juin : MANIF PIC NIQUE DANS LA FORET DE MANDRES — 11h : Une soixantaine de personnes sont en marche depuis Bure en direction de Mandres, avec 3 tracteurs en tête !

Bure, début d'occupation [MàJ: vidéo]

Les flics tournent, sans mettre de pression, attention quand même aux contrôles routiers. Départ prévus à 12h depuis Mandres vers le bois. — 12h : On est 200 personnes à Mandres, habitant.e.s, assos, toutes les composantes sont présentes et de nombreuses personnes qui ont fait le déplacement de plus loin. Conflit d’intérêts autour du stockage radioactif de Bure. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir La gestion des déchets nucléaires français n’est décidément pas un long fleuve tranquille.

Conflit d’intérêts autour du stockage radioactif de Bure

Elle a pris, depuis quelques jours, une tournure exacerbée par deux événements. D’une part, la nomination du président du conseil d’administration de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), le député socialiste de Seine-Maritime Christophe Bouillon, comme rapporteur d’une proposition de loi sur l’enfouissement de ces déchets. D’autre part, le lancement par l’Andra de travaux dans une forêt communale, à l’aplomb du futur site de stockage de Bure (Meuse). Deux initiatives dans lesquelles les opposants au « cimetière radioactif » voient une tentative de « passage en force ».

Cigéo et loi Macron

A Bure, « Cent mille pas » ont relancé la lutte contre les déchets nucléaires. Bure (Meuse), reportage “Bienvenue les courageux !

A Bure, « Cent mille pas » ont relancé la lutte contre les déchets nucléaires

CIGEO_analyse_ccl_DP_MIRABELLNE_05052014.pdf.

Trahison du "débat public" et pas de problème d'arrêt de ventilation durant tout ce temps envisagé ? Pffff c'est à se demander à quoi sert ce genre de débat vu qu'on arrive toujours au même résultat --> pour le nucléaire ! – alwen

Cigéo sorti (à suivre).... Ville sur terre. L’ANDRA, spécialiste de l’achat des consciences confie l’ingénierie de CIGéo à SNC LAVALIN, spécialiste de la corruption et des pots de vin.

Ville sur terre

SNC LAVALIN est un groupe québécois. BURE : STOP ! Le docu. La ressource géothermique sous BURE est confirmée. L’Andra prise la main dans le sac. L’étude réalisée par le cabinet suisse expert en géothermie GEOWATT (1), à la demande du CLIS de Bure, en octobre 2013, montre clairement que l’on a de la géothermie économiquement exploitable sous Bure, celle-ci restant à quantifier. Selon GEOWATT, "Un débit de 5 m3/h n’est à notre sens pas du tout représentatif des débits pouvant être obtenus à partir de formations présentant de telles transmissivités. " "Nous estimons qu’il est possible d’obtenir des débits du même ordre de grandeur que les débits d’exploitation obtenus en région parisienne.

" "Nous somme d’avis que les ressources géothermiques au Trias dans la région de Bure peuvent être exploitées de manière économique". Et, tout aussi important, "l’enfouissement des déchets radioactifs empêche l’accès aux ressources géo-thermiques dans une région donnée et crée ainsi une perte au niveau économique. " Bure - Un potentiel géothermique caché. Après avoir conclu en 2005 à la faisabilité du stockage profond pour les déchets HA et MA-VL sur le site Meuse/Hte Marne, l’Andra a été chargée par la loi n° 2006-739 du 28 juin 2006, aujourd’hui codifiée, de choisir le lieu pour l’implantation d’un centre industriel de stockage géologique pour les déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue, dit CIGEO.

Parmi les différents critères à prendre en compte pour le choix du site, figure celui de l’absence de ressource géothermique potentiellement exploitable (voir point A2-­2.2.1 de l’annexe 2 du Guide de sûreté relatif au stockage définitif des déchets en formation géologique profonde du 12 février 2008). Depuis 1999, l’Andra n’a plus qu’un seul site : celui de Bure dans la Meuse. En décembre 2002, un géophysicien haut-marnais, A. Mourot (aujourd’hui décédé) révèle pour la première fois que ce site choisi est situé juste au-dessus d’une ressource géothermique estimée importante.

La France ouvre le débat sur ses poubelles nucléaires. Par Marion Douet PARIS (Reuters) - La France projette d'enfouir ses déchets nucléaires les plus dangereux à 500 mètres sous terre, le seul tombeau désormais envisagé pour protéger l'homme pendant les 100 prochains millénaires des substances les plus radioactives jamais créées. L'atome a fourni de l'électricité à la France en grande quantité depuis plus de 30 ans sans qu'une solution soit trouvée pour ses déchets. Le projet Cigéo doit répondre à ce paradoxe et sera détaillé dans un débat public qui s'ouvre mercredi.

CPDP CIGEO. Les questions classées par ordre chronologique. CIGEO : un débat public pour rien. La raison fondamentale, ou plutôt la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, est le refus de retarder de quelques mois ce débat. Pour un projet qui va s'étendre sur plus d'un siècle, refuser de le repousser de six mois alors que plus de quarante associations locales régionales et nationales le demandaient avec force prouve à l'évidence que la qualité du débat n'est pas le souci premier quand il s'agit du nucléaire. Dommage pour la CNDP qui n'en sortira pas grandie...

France Nature Environnement apprécie le travail de la CNDP et des diverses CPDP. L'intérêt des débats publics est d'abord leur durée et leur continuité (quatre mois) qui permet de faire grandir progressivement l'intérêt du public. De plus, il se situe suffisamment en amont du projet pour que l'opportunité même du projet soit abordé. Débats publics et nucléaire : un mariage raté Rappelons pour ceux qui l'auraient oublié que la loi avait prévu trois laboratoires afin de retenir le meilleur site. Cigéo : un stockage profond « éternel » pour les déchets nucléaires? Galerie d’expérimentation du laboratoire souterrain. © Eric Sutre Direction Bure, dans la Meuse.

À l’Est de la France, le projet Cigéo prend forme. Les déchets nucléaires y seront stockés à environ 500 mètres de profondeur, sur une superficie de 17 hectares, dans une couche de roche argileuse jugée imperméable à très long terme par les études géologiques préalables. Si les autorisations sont accordées, les travaux de construction des installations commenceront en 2019 pour une mise en service en 2025. Sur place, un laboratoire souterrain sert de lieu d’expérimentation depuis 2000. Des déchets nucléaires en partie déjà produits Les déchets hautement radioactifs (HA) contiennent différents radionucléides, à vie courte ou à vie longue, dont certains ont des durées de vie très longues. 60 % des déchets de moyenne activité à vie longue (MA–VL) destinés à Cigéo sont déjà produits et attendent d’être enterrés.

A Bure, des déchets nucléaires et des questions pour l’éternité. BURE ZONE BLOG. Projet Cigéo à Bure : non à l'enfouissement des déchets radioactifs ! Cyberaction BURE/Cigéo - Débat public : arrêtez-tout ! Cette cyberaction est maintenant terminée Mise en ligne du 12/06/2013 au 28/03/2014 Du 15 mai au 15 octobre a lieu le débat public sur Cigéo/enfouissement des déchets nucléaires Bilan de la cyberaction :