background preloader

Théories-courants

Facebook Twitter

La démarche inductive. Comparing Theories. Timeline. 5000 Year Timeline of Learning Theories. Learning Theories Every Teacher should Know about. Have you ever asked yourself what learning theories you know about and which ones you feel more connected to and apply in your teaching ? Generally speaking, theories inform and guide practice in any content area and a learning theory is a set of concepts on how people learn. It is more or less an investigation of the strategies and the underlying cognitive processes involved in learning. The educational field abounds in learning theories to the extent that it becomes hard to draw clear boundaries between some of them. The graphic I have for you below provides a clear categorization of the learning theories you need to know as a teacher and educator. Courtesy of edudemic. The Difference Between Instructivism, Constructivism, And Connectivism - The Difference Between Instructivism, Constructivism, And Connectivism by Terry Heick We spend so much time in education trying to make things better.

Better policies. Better technology. Better standards. Better curriculum. Better instruction. Better assessment. Better response to assessment data. And too with research, teacher collaboration, school design, parent communication, and so on. So while viewing a presentation from Jackie Gerstein recently, I was stopped at the very simple distinction she made between instructivism, constructivism, and connectivism.

So as you focus in your PLC or staff meetings on better “research-based instruction,” you’re looking at ways to improve how to better deliver instruction–more to understand how to better “give learning” than to cause it. Instructivism is definitely more teacher and institutionally centered, where policy-makers and “power-holders” create processes, resource-pools, and conditions for success. Gerstein’s definition’s appear below. Instructivism. Un point de vue historique des principaux courants théoriques ... (article)

A Listing of Instructional Strategies and Methods. Teaching strategies. If you have dropped into this Course Design Tutorial from somewhere else, you might wish to start at the introduction, overview, or table of contents. If you are working through the tutorial, you should have completed Part 2.1 before beginning this section.

At this stage of the tutorial, you have set overarching goals, organized content, and developed a course plan with ideas for how to give students the practice that will make it possible for them to achieve the course goals. In this section of the tutorial, you will make choices about what you will have students do in order to learn the course content and practice the goals. Before presenting a smorgasbord of teaching strategies, this section of the tutorial will explore briefly what is known about how people learn. Start by downloading the worksheet (Microsoft Word 22kB Jun16 05) that goes with this part, and use it as you work through the sections below. Student Learning Research shows clearly that a person must be engaged to learn. Courants pédagogiques. Théories d'apprentissage. Courants pédagogiques.

Connaître les grands courants de l'apprentissage. Bien souvent, enseignants et apprenants manquent de recul sur leurs pratiques. Ceci, parce qu'ils ignorent les grands principes connus qui régissent l'enseignement et l'apprentissage. Dans ces conditions, les choix pédagogiques relèvent de l'intuition et des représentations, et les insatisfactions de part et d'autres sont mal vécus. Le comble c'est quand pour un choix proclamé, le socioconstructivisme par exemple, on en vient à soumettre les apprenants à une pédagogie de transmission. De la connaissance des courants de l'apprentissage et du choix de l'un d'eux, on pourra définir un scénario pédagogique qui fait sens avec les objectifs visés. Toutefois, il faut s'empresser de le dire, chaque courant dispose de forces mais aussi de limites. Et il comporte des pistes d'exploitation plus ou moins précises. Vision de l'apprentissageRôle de l'enseignant et de l'élèveForces et limitesPistes de réflexion.

De l'apprenant passif à l'apprenant actif. Les 101 théories de la motivation. Les 101 théories de la motivation. En 1971, Deci montrait que la persistance des individus, durant une période de libre choix, est moins importante pour les sujets récompensés que pour ceux qui ne le sont pas. Ce résultat, contre-intuitif pour l’époque, montrait pour la première fois chez l’homme de façon expérimentale que la récompense n’est pas un facteur motivant dans tous les cas de figures. Depuis les années 70, Deci (1975, 1980) et Ryan (Deci & Ryan, 1985, 2000, 2002) ont proposé différentes formulations et reformulations théoriques qui ont permis de conceptualiser ce résultat et donne lieu à une volumineuse littérature afférente produite aux cours des trois dernières décennies. La dernière formulation en date (Deci & Ryan, 2002) repose, selon les propos des auteurs, sur ce qu’ils appellent des « mini-théories » : la théorie de l’évaluation cognitive, la théorie de l’intégration organismique, la théorie de l’orientation causale et celle des besoins de bases.

La métacognition, qu'est-ce que c'est ? Concept du socio-constructivisme - Rp70110. CONSTRUCTIVISME ou SOCIO-CONSTRUCTIVISME ? Depuis 1978, les recherches sur la notion de conceptions préalables ou représentations initiales permettent aujourd'hui de distinguer trois grandes positions en éducation: Cette pédagogie, appelée "magistrale" ou "frontale" s'inspire des travaux de John Locke.

La connaissance transmise par l'enseignant viendrait s'imprimer dans la tête de l'élève comme dans de la cire molle. Cette théorie, appelée béhaviotrisme, prend appui sur les travaux de Thorndike, Pavlov, Skinner et Watson. L'apprentissage résulte d'une suite de conditionnements "stimulus-réponse". Les connaissances sont définies en termes de comportements observables attendus en fin d'apprentissage. Le constructivisme Le nouveau savoir n'est effectif que s'il est reconstruit pour s'intégrer au réseau conceptuel de l'apprenant.

C'est l'élève qui apprend et personne ne peut le faire à sa place. Le socio-constructivisme Interdépendance de l'apprentissage et de son contexte La métacognition. Le glossaire DISCAS. Jean-Paul Narcy-Combes, Didactique des langues et TIC : vers une recherche-action responsable. 1Ainsi qu’il l’indique dans le titre de son dernier ouvrage, Jean-Paul Narcy-Combes se propose de développer chez le lecteur une réflexion sur l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans l’apprentissage de la langue étrangère (ou L2, ici l’anglais).

Il explique de façon claire et très organisée les principes éthiques et méthodologiques sur lesquels repose la mise en place d’une recherche-action satisfaisante pour l’enseignant, efficace pour l’apprenant et susceptible de subir une validation scientifique suivie d’une diffusion utile à toute la communauté de recherche. 3Grâce à un réseau dense de références croisées qui facilitent un cheminement non linéaire, le lecteur peut organiser sa lecture en fonction de son expertise et trouver rapidement des réponses à son questionnement personnel. 7Jean-Paul Narcy-Combes propose ensuite de nombreuses pistes de réflexion afin de sensibiliser les enseignants à la recherche-action.

Définition des concepts clés en pédagogie. Méthodes pédagogiques : plaidoyer pour l’apprentissage profond. Au milieu des années 1970, quelques chercheurs ont élaboré la théorie de l’apprentissage profond. Ils soulignaient l’importance pour les étudiants d’exercer leur pensée critique, de créer du lien entre les concepts et de relier les nouvelles notions aux connaissances dont ils disposaient.

Un ensemble de démarches qui correspond bien à ce qui se passe lorsqu’on utilise les cartes mentales, conceptuelles ou argumentaires. Cela fait maintenant quelques années (doux euphémisme !) Que je travaille comme formateur et enseignant. Quelques années aussi que je recherche inlassablement outils et méthodes pédagogiques pour leur offrir le meilleur et surtout pour les aider à réaliser leur potentiel. Cliquez sur la mindmap Mindomo pour ouvrir la carte mentale interactive dans une autre fenêtre : Méthodes pédagogiques Approche profonde versus approche de surface J’ai trouvé un article de l’Université d’Oxford qui résume très bien les trouvailles de Marton et Säljö.

Formations pour étudiants J'aime : Construire ses savoirs. Tableau des 7 profils d'apprentissage. Qu'est-ce que le connectivisme ? Les théories et les modèles de l'apprentissage se suivent et ne se ressemblent pas forcément; chacun présente une approche spécifique avec ses avantages et ses limites et on n'a pas toujours intérêt à adopter inconditionnellement l'une ou l'autre de ces approches.

Le modèle transmissif où l'enseignant est le détenteur du savoir et s'évertue à le transmettre à un apprenant qui aspire à correspondre à un modèle a vu ses beaux jours décliner quoiqu'il soit encore appliqué dans des bastions réfractaires tels que certains espaces universitaires traditionnels (et les xMoocs). Le béhaviorisme, avec le balisage de l'apprentissage du plus simple au plus complexe avec force renforcements, positifs et/ou négatifs, des informations fournies juste à temps à l'apprenant et les remédiations pertinentes qui récupèrent tout retardataire vivra encore de très beaux jours et amènera des réussites ponctuelles satisfaisantes.

Toutes ces approches correspondent à des pratiques courantes dans l'apprentissage. Etapes de l'enseignement explicite. Learning Theory v5 - What are the established learning theories? Courants Pédagogiques. 10 principes pédagogiques à prendre en compte pour concevoir des environnements d’apprentissage multimédia. Le statut de l'erreur. Quel statut donner à l’erreur ? L’erreur peut être considérée comme une faute dans un modèle d’apprentissage dit transmissif. Une faute mise à la charge de l’étudiant qui ne se serait pas assez investi, motivé et qui n’aurait pas mis en œuvre toutes ses compétences. Dans ce contexte, l’erreur sera souvent sanctionnée lors d’une évaluation finale. L’erreur peut être considérée comme un disfonctionnement dont l’origine serait une mauvaise adaptation de l’enseignant ou des contenus de la formation au niveau des étudiants.

L’erreur peut également servir d’indicateurs des processus intellectuels en jeu lors d’un apprentissage. L’enseignant peut avoir ce rôle : il doit situer les erreurs dans leur diversité afin de déterminer les modalités de l’intervention didactique à mettre en œuvre. Pour nous aider, Jean Pierre Astolfi nous propose, à cet effet, une typologie des erreurs en fonction de leurs origines. Typologie des erreurs. L’erreur peut relever de la compréhension des consignes. J'enseigne moins, ils apprennent mieux ... I teach less, they learn better.

Des lecteurs de ce Blog m’ont demandé de présenter un dispositif concret où je mets en action les cinq facettes de mon modèle d’apprentissage ou encore l’intégration des compétences dans l’enseignement … Voici une présentation de l’un de mes cours, un dispositif hybride dans lequel je mets en pratique ces idées (une version antérieure de cette présentation a été publiée dans notre journal « Résonances » de janvier 2011). Je l’ai écrite sous la forme d’une interview … que je me fais à moi-même … une opération de réflexivité ! La rédaction : Marcel Lebrun, on vous connaît comme conseiller « technopédagogique » à l’IPM, moins comme enseignant.

Même si on peut le deviner, qu’enseignez-vous au juste ? Marcel Lebrun : Et bien oui, outre mon travail à l’IPM, je donne des cours de technologies pour la formation, l’enseignement et l’apprentissage, des cours finalement assez éloignés de la préoccupation instrumentaliste. R : Et vos publics ? Objectifs et méthodes ML : Non et oui ! Informations. Le connectivisme, l'intelligence et la conscien. Les objectifs pédagogiques : guide pratique (3/3) Les objectifs pédagogiques : guide pratique (3/3) Un objectif pédagogique doit être exprimé avec précision et clarté, mais ce n’est pas suffisant : Pour être complet, un objectif pédagogique devrait comporter (« devrait », car dans la pratique, les objectifs pédagogiques comportent rarement tous ces éléments) : Un comportement observable (c’est-à-dire vérifiable de manière formelle) : le comportement est indiqué par le verbe dont l’apprenant est le sujet, par exemple :« être capable de remplacer un disque dur SATA défectueux par un disque en bon état ayant les même caractéristiques techniques »Des conditions d’exécution, précisant comment est effectuée l’action, par exemple :« en utilisant la documentation constructeur n° XY-385″Des critères de performances, qui précisent les limites d’acceptation de l’action effectuée, par exemple :« en moins de 30 minutes, et avec un taux d’erreur de moins de 5% » Quelques exemples d’objectifs pédagogiques précis et complets :

La pédagogie par objectifs. Qu’est-ce qu’un objectif ? Énoncé d’intention décrivant le résultat attendu à la suite d’une action. En pédagogie, un objectif est un énoncé d’intention décrivant ce que l’apprenant saura (ou saura faire) après apprentissage. Les objectifs sont normalement dérivés des finalités de l’éducation et des objectifs généraux de formation, lesquels se décomposent en objectifs intermédiaires de différents niveaux, puis en objectifs spécifiques. Les caractéristiques de chaque niveau d’objectifs : Une finalité : Elle est une affirmation de principe à travers laquelle une société ou un groupe social identifie et véhicule ses valeurs. Exemple : « L’enseignement des langues étrangères vise à favoriser : - l’accès à une documentation simple Ainsi cet enseignement permettra « une ouverture sur la culture humaine dans sa dimension universelle la plus féconde » Ordonnance N° 76/45 du 16 avril 1976.

Un but : - accéder à une documentation diversifiée en langue française 3. Exemple : 4. Les moyens d’évaluation : Courants Pédagogiques. Théories de l'apprentissage - Synthèse.