background preloader

L'économie, mode d'emploi - Qu'est-ce que la spéculation?

L'économie, mode d'emploi - Qu'est-ce que la spéculation?

http://www.youtube.com/watch?v=eezr2UlOIiw

Related:  Économie expliqué

régler les différends et réduire les tensions commerciales Des relations plus étroites procurent d'énormes avantages, mais elles peuvent aussi susciter des frictions: l'accroissement des échanges augmente le risque de différends. Dans le passé, de tels différends ont dégénéré en conflits graves. Mais aujourd'hui, les tensions commerciales internationales peuvent être désamorcées parce que les pays peuvent s'adresser à des organisations, notamment l'OMC, pour régler leurs différends commerciaux. Avant la Seconde Guerre mondiale, il n'existait aucune enceinte pour mener des négociations commerciales mondiales ni aucune procédure juridique pour régler les différends.

Il est temps de passer à l'Action - Mimétisme La finance comportementale pour tous Nous aimons croire que nous investissons rationnellement mais la finance comportementale a montré que des facteurs sociaux, émotionnels et même cognitifs, peuvent influencer nos décisions d'investissement. En réalisant ces tendances inconscientes, nous avons davantage de chances d'atteindre nos objectifs d'investissement à long terme. La surépargne expliquée à M. Geloso La question de l’argent qui dort, ou ce que nous avons nommé la surépargne des grandes entreprises, continue à nourrir les réflexions économiques au Québec et au Canada. À 32% du PIB, cet amas de liquidités improductives témoigne de l’échec des politiques de stimulation de l’investissement par le biais de baisses d’impôts des revenus des entreprises. Au delà de ce constat plus politique qui cadre bien avec la polarité « gauche/droite », il y a la question de fond quant à la nature du cycle de croissance qui a émergé depuis une vingtaine d’années. Un cycle marqué par plusieurs grandes tendances qui accompagnent l’accroissement de ce capital liquide dans les coffres des entreprises non-financières.

Des mesures concrètes pour lutter contre les inégalités Quand on pense à la question des inégalités, c’est dorénavant le nom de Thomas Piketty qui nous vient le plus naturellement à l’esprit. En effet, compte tenu du succès planétaire de son livre Le Capital au XXIe siècle, son nom est sur toutes les lèvres. Il ne faut toutefois pas oublier que son succès est aussi dû à deux autres économistes qui ont travaillé avec lui, et même avant lui, à défricher le domaine qui l’a rendu célèbre, soit Emmanuel Saez et Anthony Atkinson. L’aspect le moins complet du livre de Piketty est certainement sa partie sur les solutions. Il faut dire que ce n’était pas vraiment l’objectif du livre. Louangeant le livre de son comparse, Atkinson a écrit récemment un texte (intitulé After Piketty, soit Après Piketty) où il tente, en partant de ses constats, de justement développer une série de mesures qui permettraient, selon lui, de réduire les inégalités.

Nouvelles et analyses économiques Le niveau d'endettement des ménages canadiens a atteint un nouveau sommet au quatrième trimestre, a indiqué jeudi Statistique Canada, les revenus des consommateurs ayant progressé … La Mauricie affiche un taux d'assistance sociale de 9,8 %, soit le plus élevé du Québec, devant la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (9,2 %) et l'Île-de-Montréal (9,1 %). Les entreprises Shaw et Vidéotron présentent les pires fiches, parmi une quarantaine de sociétés fournissant l'accès à Internet aux Canadiens, en matière de protection des … Vidéo - Édition du 12 mars 2015 Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a imposé une pénalité de 200 000 $ à la compagnie Consolidated Travel Holdings Group Inc, pour avoir … Vidéo - Tout ce que vous devez savoir du monde de l'économie aujourd'hui. Vidéo - Édition du 11 mars 2015 Vidéo - L'entreprise montréalaise Intellitix a mis au point une technologie qui facilite la gestion des foules.

Donner 628 millions à 7300 riches Les gains en capitaux sont une ponction sur l’activité économique qui n’a rien à voir avec l’investissement, mais tout à voir avec une élite qui profite de la spéculation pour s’enrichir Éric Pineault et Simon Tremblay-Pepin Chercheurs à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) Parmi les propositions mises de l’avant par le mouvement contre l’austérité au Québec, la pleine imposition des gains en capital est certainement une des mesures fiscales les plus facilement réalisables qui rapporterait plusieurs centaines de millions au gouvernement. On défend qu’un tel crédit d’impôt profite à tout le monde, incluant la classe moyenne, et qu’il stimule l’investissement. Est-ce vraiment le cas ? Nous croyons au contraire que ce crédit constitue un privilège fiscal dont bénéficie un petit nombre de contribuables fortunés et qu’il encourage la spéculation plutôt que l’investissement.

ATELIERS/FORMATIONS D'ATTAC-QUÉBEC OFFERTS À TRAVERS LE QUÉBEC Voici les activités que nous offrons à tous les organismes, syndicats, associations étudiantes et collectifs citoyens intéressés qui nous invitent à travers le Québec. Elles peuvent se décliner sous la forme d’ateliers ou de conférences. Les organismes sont simplement invités à participer à certains frais (cachet, déplacement, hébergement s’il y a lieu), selon leur capacité. Invitez-nous ! Pour plus de renseignements, contactez Marie-Sophie Villeneuve, cliquez ici.

Le retour de la croissance est inégal dans le monde La croissance économique mondiale est encourageante, l’Europe et le Japon montrant notamment des signes de reprise, mais les perspectives pour les États-Unis se sont un peu tempérées, indique le Fonds monétaire international (FMI) mardi. Le FMI prévoit toujours 3,5 % de croissance en 2015 pour l’ensemble du monde et 3,8 % pour 2016, ce dernier chiffre est en très légère amélioration par rapport à ses dernières prévisions de janvier. L’économie américaine ne devrait croître que de 3,1 % cette année, soit 0,5 point de moins que prévu en janvier, tout comme pour 2016 (-0,2 point). Cela est compensé par des chiffres un peu meilleurs pour la zone euro : 1,5 % en 2015 (+0,3 point) et 1,6 % en 2016 (+0,2 point). Le Japon aussi voit ses perspectives revues à la hausse avec 1 % en 2015 et 1,2 % en 2016 (+0,4 point dans les deux cas). Le FMI estime aussi que dans l’ensemble, les risques pesant sur son scénario sont moins prononcés qu’il y a un an.

L'emploi recule à Montréal malgré la croissance Globalement, l'économie de Montréal a connu une meilleure croissance en 2014 qu'en 2013. L'année dernière, le PIB a crû de 1,8% comparativement à 1,5% l'année précédente. La métropole a ainsi continué à afficher une meilleure performance que le reste de la province, qui a connu une croissance de 1,3%. La croissance reste toutefois plus faible que celle observée au Canada et aux États-Unis. Tous deux ont vu leur PIB augmenter de 2,4%. «On croît moins vite qu'on le voudrait, mais c'est à la hausse», indique le directeur du développement économique de Montréal, Serge Guérin.

Related:  14. La globalisation financière et l’efficacité du financement