background preloader

Thomas_lchrm

Facebook Twitter

II-2-2 La rentabilité économique et la rentabilité financière a- La rentabilité économique La rentabilité économique rapporte un indicateur de résultat à l'actif économique (capitaux propres + DLMT) mis en oeuvre par l'entreprise. Rentabilité économique = Résultat d'exploitation / Actif économique IPnet Experts n'a pas de DLMT, donc son actif économique se résume uniquement aux capitaux propres. Tableau n°7 : Détermination de la rentabilité économique Année 2006 2007 2008 Résultat d'exploitation Actif économique 30.952.649 152.816.010 44.347.177 247.550.032 -35.409.513 191.574.920 Rentabilité économique 20.25% 18% -18.4% Source : Etats financiers de 2006 à 2008 L'étude des données ci-dessus nous permet de déduire que la rentabilité économique d'IPnet Experts Sarl depuis 2006 ne cesse de diminuer. En effet en 2006 elle s'établit à 31.5% contre -31.1% en 2008 soit une chute de 62.6 points en deux ans. La chute du taux de rentabilité économique au cours du dernier exercice justifie un système d'exploitation relativement inefficace. b- La rentabilité financière La rentabilité des capitaux propres ou rentabilité financière se mesure par le rapport résultat net/ capitaux propres. Elle mesure la capacité de l'entreprise à rémunérer les associés. Tableau n°8 : Détermination de la rentabilité financière Année 2006 2007 2008 Résultat net Capitaux propres 27.952.649 152.816.010 38.955.692 247.550.032 -39.830.427 191.574.920 Rentabilité financière 18.3% 15.7% -20.8% Source : Etats financiers de 2006 à 2008 Les rentabilités financières obtenues en 2006 et 2007 sont très bonnes. Mais on remarque cependant que la rentabilité financière décroît en tendance sur toute la période de l'étude. Il devient négatif au cours de l'exercice 2008 (-20.8%) puisque le résultat net est négatif. Ce qui voudra dire que sur chaque 100 FCFA investis en 2008 par les actionnaires, IPnet Experts a perdu 20.8 FCFA. II-3 Etude du TAFIRE : Capacité d'Autofinancement Globale, Autofinancement et l'Excédent de Trésorerie d'Exploitation II-3-1 La Capacité d'Autofinancement Globale (CAFG) Elle représente l'ensemble des ressources générées par les activités de l'entreprise. Elle doit permettre de financer les investissements et de faire face au paiement de dividendes. En d'autres termes, elle constitue à n'en point douter un potentiel d'endettement pour l'entreprise. Elle se calcule de la manière suivante (méthode soustractive) : CAFG = EBE + produits encaissables restants - charges décaissables restantes (à l'exclusion des cessions d'actif immobilisés) Tableau n°9 : Détermination de la Capacité d'Autofinancement Globale (en F CFA) Année 2006 2007 2008 EBE Produit encaissable Charge décaissable 48.323.135 - (3.000.000) 80.600.650 - (5.391.485) 5.940.487 - (3.000.000) CAFG 45.323.135 75.209.165 2.940.487 Variations ns 65.9% -96.1% Source : Etats financiers de 2006 à 2008 L'observation du tableau nous permet de remarquer que les charges décaissables restantes sont constantes sur les années 2006 et 2008 de l'étude sauf en 2007 où nous assistons à une légère hausse de ces charges à cause des charges financières de 2.391.485 FCFA qui se sont ajoutées. Cependant, il est à noté que la capacité d'autofinancement globale est très faible en 2008 ; alors qu'elle est très élevé sur les année 2006 et 2007. II-3-2 L'Autofinancement Il est le reliquat de la CAFG après paiement des dividendes. Il doit servir au financement des investissements de l'entreprise. Il se calcule de la manière suivante : Autofinancement = CAFG - dividendes (y compris les acomptes aux dividendes) Tableau n°10 : Détermination de l'Autofinancement (en F CFA) Années 2006 2007 2008 CAFG Dividendes 45.323.135 - 75.209.165 - 2.940.487 - Autofinancement 45.323.135 75.209.165 2.940.487 Variations ns 65.94% -96.1% Source : Etats financiers de 2006 à 2008 Le niveau de l'autofinancement a augmenté en 2007 passant de 45.323.135 FCFA à 75.209.165 FCFA. Ensuite elle a connu une chute de 96.1 %en 2008. On peut conclure que l'aptitude d'IPnet Experts à s'autofinancer se dégrade. On note aussi que la CAFG et l'autofinancement sont égaux. Ce qui veut dire que les associés n'ont pas prélevé de dividendes sur les trois années d'étude. Cela pose le problème du mode de rémunération des associés. II-3-3 L'Excédent de Trésorerie d'Exploitation (ETE) L'ETE représente la trésorerie dégagée par l'ensemble des opérations d'exploitation de l'entreprise ; il permet de financer les investissements d'exploitation, de rembourser les emprunts, de payer les intérêts, dividendes et les impôts. ETE = EBE - variation BFE - production immobilisée Tableau n°11 : Détermination de l'Excédent de Trésorerie d'Exploitation (en F CFA). Années 2006 2007 2008 EBE Variation du BFE Production immobilisée 48.323.135 (18.504.647) - 80.600.650 (151.041.986) - 5.940.487 144.227.658 - ETE 29.818.488 -70.441.336 150.168.145 Variations ns -336.23% 313.1% Source : Etats financiers de 2006 à 2008 L'excédent de trésorerie d'exploitation a chuté en 2007 et a fortement augmenté en 2008. Il est donc passé de -70.441.336 FCFA à 150.168.145 FCFA soit une hausse de 313.1 points. Cette augmentation de L'ETE en 2008 s'explique par la variation positive du Besoin de financement d'exploitation (144.227.658 FCFA) en 2008. II-4 Délai recouvrement des créances clients et délai règlement des dettes fournisseurs II-4-1 Délai clients Ce ratio mesure le délai accordé par l'entreprise aux clients pour le recouvrement de créance, il est exprimé en nombre de jours et calculé ainsi : Délai clients = Créances clients x 360j / Chiffre d'affaires TTC Tableau n°12 : Détermination du délai clients (en jours) Années 2006 2007 2008 Créances clients x 360j Chiffres d'affaire TTC 26.803.544 337.372.560 281.176.629 384.712.831 142.580.751 208.903.135 Délai clients 28j 263j 245j Source : Etats financiers de 2006 à 2008 Le tableau indique que les clients de l'entreprise ont obtenu 263j en 2007 et 245j en 2008 pour régler leurs dettes, un délai trop long. Cette situation indique que l'entreprise s'affaiblit, qu'elle accorde à ses clients plus de délais de paiements dans le but de maintenir ou d'améliorer son activité. II-4-2 Délai règlement fournisseurs Ce ratio mesure le nombre de jours accordé par les fournisseurs à la faveur de la société pour le règlement de ses dettes. Délai fournisseurs = Dettes fournisseurs x 360j / Achats TTC Tableau n°13 : Détermination du délai fournisseurs (en jours) Années 2006 2007 2008 Dettes fournisseurs x 360j Achats TTC 8.560.750 232.920.713 63.759.325 188.396.572 48.658.647 75.599.894 Délai fournisseurs 13j 121j 231j Source : Etats financiers de 2006 à 2008 Les délais de règlement accordés à IPNET EXPERTS Sarl par ses fournisseurs durant la période étudiée sont relativement moindres par rapport à ceux qu'il accordés à ses clients ; ceci traduit un rapport de force défavorable à l'entreprise entre ses clients et ses fournisseurs. Après avoir étudié les bases théoriques de l'analyse financière, nous avons diagnostiqué la performance d'IPnet Experts à partir de ses états financiers. Nous avons ainsi découvert un certain nombre de problèmes auxquels des solutions doivent être envisagées. Ces problèmes nous amènent à faire une analyse critique de la situation financière de ladite entreprise et à proposer des suggestions en vue de sa reprise effective. CHAPITRE 3 ANALYSE CRITIQUE ET SUGGESTIONS Certes, il nous est difficile en l'espace de notre période de stage d'identifier toutes les difficultés que connaît IPnet Experts. Mais avec un peu d'informations obtenues, nous voudrions recenser les points forts et les points faibles d'IPnet Experts afin de faire des suggestions objectives en vue de l'amélioration de sa situation financière. I- Analyse critique Il s'agit dans cette section de faire l'état des lieux des forces et faiblesses de la situation d'IPnet experts S.A. I-1 Les forces Comme forces, nous avons entre autres : I-1-1 La qualité de ses produits et services IPnet Experts a eu le privilège d'être la seule académie RedHat linux de la zone CEDEAO (Afrique de l'Ouest) et de la CEEAC (Afrique du centre), ce qui lui a permis d'élargir la marge de confiance entre elle et ses clients. I-1-2 Au niveau de la gestion stratégique IPnet Experts SA a réussi à conquérir de nouveaux marchés avec des produits et services déjà existants (conception d'architecture de réseaux, téléphonie sur IP, PIX Firewall, clusters HP, Switch Catalyst et routeurs CISCO, Serveurs HP DL 580 G4, serveurs Apache et Bind sur RedHat Entreprise Linux 4, Oracle 10g, protocoles de routage, systèmes de détection d'intrusion, etc.) pour pouvoir prolonger la durée du cycle de vie de ces produits et services. La zone CEDEAO, notamment la SIERRATEL (opérateur Télécom national en République Sierra Léonaise) et BENIN TELECOM, ont vu leur nombre d'abonnés à la téléphonie mobile sensiblement augmenter. I-1-3 Au niveau de la direction administrative et financière La direction administrative et financière s'assure de la gestion des paiements (financements des activités d'IPnet Experts, règlements des fournisseurs et prestataires de services) et des avances après approbation du cabinet comptable. Elle s'assure de la gestion des comptes d'IPnet Experts ouverts dans les banques, elle assure le suivi financier d'IPnet Experts, rédige et soumet les rapports financiers mensuels/trimestriels avec les pièces justificatives des dépenses et les états de rapprochement bancaire. Elle se fait assister dans ses tâches financières et comptables par un comptable. I-2 Les faiblesses Dans le cadre de notre stage, les faiblesses relevées sont de diverses natures : I-2-1 Sur le plan humain Dans le souci de répondre aux critères de compétence du personnel, IPnet Experts S.A. devrait améliorer la décentralisation des tâches, au lieu de rattacher la prise de décisions uniquement aux dirigeants. Ainsi, il existe une rigidité dans la communication entre les différentes divisions, ce qui ne favorise pas l'avancement des services rendus. I-2-2 Au niveau du FR et BFR La faiblesse du fonds de roulement en 2008 traduit une non maîtrise de celui-ci, qui peut à long terme devenir négatif. Aussi, IPnet Experts accorde trop de délais de recouvrements des créances à ses clients que ceux qu'elle ne reçoit pour le règlement de ses fournisseurs, ce qui ne favorise pas la rentrée des fonds. D'ailleurs, on constate un important besoin en fonds de roulement en 2007 dû à l'importance des clients et par conséquent, du crédit accordé à ces derniers. I-2-3 Au niveau commercial Au cours de l'exercice 2007, les ventes de marchandises et de services s'élevaient à un totale de 384.251.675 FCFA soit une croissance de 13.9 % par rapport à 2006 , ce qui a agit sur le chiffre d'affaires qui s'est amélioré de 14%. En 2008, les ventes de marchandises et de services ont diminué respectivement de 151.755.613 FCFA soit 53.2% et 24.106.927 FCFA soit 24.3% par rapport à l'exercice 2007. Par conséquent le chiffre d'affaires a regressé de 45.7% points. I-2-4 Au niveau des charges de personnel La baisse considérable de l'EBE est expliquée par l'importance des charges de personnel par rapport à la valeur ajoutée durant l'exercice 2008. Ces charges ne cessent d'augmenter d'année en année et sont à la moyenne de 58% de la valeur ajoutée sur toute la période de l'étude. I-2-5 Au niveau des autres charges On constate une baisse remarquable de la valeur ajoutée sur la période étudiée. Cette situation peut s'expliquer par l'importance des consommations intermédiaires concourant à la détermination de celle-ci. Il faut noter également l'importance des charges hors activités ordinaires qui s'élèvent à 4.420.914 FCFA en 2008 alors qu'elles étaient nulles en 2006 et 2007. Ces charges ont entraîné un résultat HAO négatif sur cet exercice. I-2-6 Performances financières en dégradation La performance financière est en dégradation car on constate une baisse considérable des niveaux de rentabilité que ce soit au plan économique, financier ou commercial. Ce qui peut inquiéter les apporteurs de capitaux notamment les actionnaires. II- Suggestions A la lumière des problèmes ci-dessus évoqués, nous pouvons proposer quelques approches de solutions pour une amélioration du résultat d'IPnet Experts S.A. II-1 Sur le plan humain Pour motiver le personnel, IPnet Experts SA doit initier des politiques qui viseront la récompense des agents les plus performants par divisions ; par exemple, en leur accordant des promotions suite à des concours internes ou en leur donnant tout simplement des primes. Il est aussi important pour les dirigeants de présenter aux agents par moment leurs encouragements suite au travail bien fait. Décentraliser les tâches afin de permettre à chacun de jouer son rôle dans la gestion d'IPnet Experts. Assurer le suivi de l'absentéisme serait également souhaitable. Ces facteurs pourraient motiver le personnel de manière à obtenir le meilleur de lui et à le faire participer effectivement à la valeur ajoutée. II-2 Au niveau du FR et du BFR Le fonds de roulement net d'IPnet Experts, a régressé sur la période de l'étude. Pour remédier à cette situation, IPnet Experts doit contrôler son niveau d'investissement et veiller à la protection de ses capitaux propres. Par ailleurs, IPnet Experts doit revoir à la baisse les délais qu'elle accorde à ses clients pour le paiement de leurs dettes, ce qui aura un impact favorable sur le BFR. En outre, elle doit également négocier au mieux les délais de paiement des fournisseurs. II-3 Au niveau commercial IPnet Experts étant en partenariat et alliance avec les firmes américaines spécialisées dans l'informatique comme REDHAT LINUX, CISCO, MICROSOFT, SYMANTEC, ORACLE, PEARSON VUE qui lui fournissent en externe des connaissances et des technologies complémentaires à son expertise et à son savoir-faire, doit proposer des produits et services nouveaux à sa clientèle ceci dans le but d'accroître ses ventes et ses prestations de service. II-4 Au niveau des charges de personnel Il convient de porter une attention particulière aux frais du personnel. Cette charge grève une partie importante de la valeur ajoutée. Elle doit aussi porter son regard sur la formation de ses agents, le recrutement des hautes compétences vu le manque des cadres par rapport aux besoins de l'entreprise. Pratiquer éventuellement le turnover (rotation du personnel). II-5 Au niveau des autres charges Comme nous l'avons suggéré dans notre analyse, nous proposons qu'un effort soit fait pour réduire les charges suivantes : § Les autres achats : - Achat d'eau ; - Achat d'électricité. - Fournitures de Bureau § Les services extérieurs : - Entretien et réparation ; - Téléphone. § Les charges exceptionnelles : - les créances irrécouvrables ; - les valeurs comptables des éléments d'actif cédés. Ainsi, nous venons de terminer avec les suggestions allant dans le sens de l'amélioration de la situation financière d'IPnet Experts d'une manière particulière. De façon générale, nous proposons à cette société un document qui peut être utile en temps opportun pour accroître ses moyens et ses systèmes de gestion. CONCLUSION Le secteur de l'informatique est fortement concurrentiel au Togo. Les entreprises opérant dans ce secteur en général et dans celui de l'import-export du matériel de télécommunication, informatique, électronique, électrique et électrotechnique en particulier doivent développer des stratégies de gestion nécessaires à leur survie. En effet, dans un environnement instable qui offre aussi bien des opportunités que des menaces, il s'avère important pour les entreprises de développer des performances pouvant leur permettre d'être compétitive tant sur le marché national qu'international. Dans un domaine comme celui de l'informatique, il s'agit des performances visant à réduire les charges et les coûts, à rentabiliser l'investissement, à assurer la qualité des produits et services, à adopter un comportement financier rationnel et à étendre les activités vers le reste du monde. La réalisation de ces performances ne pourrait se faire sans un diagnostic préalable afin de permettre aux dirigeants de prendre des mesures adéquates. C'est dans cet ordre d'idée que nous nous sommes lancés dans le diagnostic de la performance financière de la société IPnet Experts S.A. Ainsi, partant de nos observations, nous avons à partir des états financiers d'IPnet Experts procédé à l'analyse des équilibres financiers, l'analyse de la rentabilité, de l'autofinancement et de quelques ratios significatifs pour apprécier ses performances, à travers une évolution dans le temps ; ce qui nous a permis de déceler certaines faiblesses concernant notamment : - la baisse du fond de roulement ; - l'évolution croissante des charges salariales ; - la baisse des ventes et des prestations de services ; - l'augmentation des consommations intermédiaires. Il faut préciser que ce sont ces situations qui sous-tendent la chute de résultat net de l'exercice 2008. Tous ces problèmes réunis constituent un point de blocage pour l'entreprise vers la réalisation du but principal qu'est la maximisation du profit. Au terme de notre étude nous, ne nous sommes pas seulement limités aux remarques, puisque l'objectif essentiellement visé est d'apporter notre contribution à l'amélioration de la performance financière d'IPnet Experts S.A. Il va sans dire qu'il existe des approches pour une gestion saine d'IPnet Experts que nous avons formulé sous forme de suggestions à savoir: - la maîtrise du fonds de roulement par un contrôle de l'investissement et la protection des capitaux propres ; - la réduction des délais accordés aux clients d'où un impact favorable sur le besoin en fonds de roulement ; - la réduction des charges salariales; - l'accroissement des ventes et des prestations de services ; - la minimisation des coûts. Par ailleurs, le présent mémoire loin de présenter une étude complète de la performance financière d'IPnet Experts S.A. ne constitue que le point de départ des éléments pouvant attirer l'attention des dirigeants sur la nécessité d'un véritable diagnostic financier et par ricochet d'un diagnostic général. Nous espérons que nos suggestions seront prises en compte par les responsables de cette société.

Synthese sdg. Finance > L'action Carrefour > Performance boursière. CARREFOUR : hausse de la rentabilité opérationnelle au premier semestre. (AOF) - Au premier semestre, Carrefour (CA-21,71 € 0,00 %) enregistre un résultat net, ajusté part du groupe, à 235 millions d'euros, en hausse de 0,6%.

CARREFOUR : hausse de la rentabilité opérationnelle au premier semestre

Le résultat opérationnel courant (ROC) s'élève à 706 millions en croissance de 5,3% à changes constants. L'Amérique latine délivre à nouveau une belle performance opérationnelle avec une progression de son ROC de +12,3% à changes constants, à 273 millions. La rentabilité du Brésil continue de s'améliorer, dynamisée par la très bonne croissance des ventes.

Le chiffre d'affaires du groupe français de la grande distribution a atteint 40,552 milliards en croissance de 2,0%. Finance > Informations financières > Communiqués > Résultats semestriels 2016. Résultats semestriels 2016 : Carrefour poursuit sa dynamique de croissance rentable Forte hausse des ventes organiques : +2,9% Huitième semestre consécutif de croissance du ROC : +5,3% à changes constants Résultat net ajusté part du Groupe en hausse de +0,6% CA TTC de 40,6 Md€ au S1 (20,5 Md€ au T2) : nouvelle hausse des ventes organiques • Ventes en France et en Europe résilientes dans un environnement de consommation plus difficile, marqué notamment par une météo défavorable • Très forte croissance dans les pays émergents, tirée par l'Amérique latine et Taiwan ROC de 706 M€ au S1 : belle performance opérationnelle • Bonne tenue de la marge opérationnelle en France, stable à 1,8% • Belle progression dans les autres pays d'Europe, avec une marge opérationnelle en hausse de 30pb • Rentabilité opérationnelle en hausse en Amérique latine, avec un ROC en progression de +12,3% 1 Hors Cargo.

Finance > Informations financières > Communiqués > Résultats semestriels 2016

Carrefour: bénéfice et rentabilité en... Carrefour, numéro un français de la grande distribution, a annoncé jeudi un bénéfice net en solide progression de 16,7%, à 274 millions d'euros au premier semestre.

Carrefour: bénéfice et rentabilité en...

Le résultat opérationnel courant progresse lui de 7,9% à 833 millions d'euros. Le chiffre d'affaires, déjà communiqué, ressort à 40,3 milliards d'euros, en baisse de 1,7% en publié, pénalisé par des effets de changes. Une fois retraité de ces derniers, il augmente de 4,9%, "soit la meilleure croissance organique depuis cinq ans", fait valoir le groupe. "Carrefour réalise au premier semestre, une très belle performance et poursuit sa dynamique de croissance. Ses résultats et sa rentabilité progressent tous deux", a commenté le directeur financier Pierre-Jean Sivignon, lors d'un point téléphonique.

Le groupe ne donne pas de prévisions chiffrées pour le reste de l'année, mais avait jugé "raisonnable" mi-juillet le consensus médian des analystes situant le ROC annuel à 2,38 milliards d'euros. CARREFOUR en baisse, les performances 2015 déçoivent. (AOF) - Carrefour (-1,14% à 25,06 euros) signe la plus forte baisse du CAC 40 après ses résultats annuels.

CARREFOUR en baisse, les performances 2015 déçoivent

Études sdg. Comment apprécier la performance d'une organisations ? - SuperProfesseur.com : spécialiste du soutien scolaire, des cours particuliers, du coaching,cours en ligne et de la formation professionnelle. Chapitre 8.1.

Comment apprécier la performance d'une organisations ? - SuperProfesseur.com : spécialiste du soutien scolaire, des cours particuliers, du coaching,cours en ligne et de la formation professionnelle

Comment apprécier la performance d’une organisation ? Cours de Sciences de gestion (STMG, BTS, DUT tertiaire, Licence de gestion, Ecoles supérieures de Commerce et de Management, Master, chef d’Entreprise, Entrepreneur, gestion des administrations, gestion des associations, Formation professionnelle...) avec www.SuperProfesseur.com et l’application mobile de Super Professeur :mobile.superprofesseur.com © Ronald Tintin,Ronning Against Cancer Plan du cours I.

La performance organisationnelle II. III. La performance renvoie à un résultat positif. La performance d’une organisation correspond à un jugement porté sur ses résultats et à la façon dont elle les a obtenus. A. Chaque organisation poursuit des objectifs (profit, niveau de ventes, qualité des prestations…) et engage des moyens (ressources humaines, machines, argent…) pour les atteindre. 1. Un indicateurpermet d’apprécier la performance de l’organisation dans un domaine précis. 2. B. C. Résultat ∕ Moyens utilisés. Qu'est-ce qu'une organisation performante ? - Réviser le cours - Sciences de gestion - Première STMG - Assistance scolaire personnalisée et gratuite - ASP. L'analyse de la performance de l'organisation doit être envisagée dans ses diverses composantes, c'est-à-dire en établissant un lien entre les résultats obtenus et les aspirations des différents acteurs.

Qu'est-ce qu'une organisation performante ? - Réviser le cours - Sciences de gestion - Première STMG - Assistance scolaire personnalisée et gratuite - ASP

Il s'agit d'envisager comment ces aspirations sont traduites en termes d'indicateurs et comment la performance de l'organisation se situe par rapport à d'autres, ou comment elle évolue dans le temps. 1. La performance organisationnelle La performance organisationnelle se définit comme la réalisation d'un résultat équivalent ou supérieur à l'objectif fixé par l'organisation compte tenu des moyens mis en œuvre.

Il est important pour une organisation de pouvoir la mesurer. L'analyse de la performance va se décliner en deux grandes notions : L'efficacité mesure la capacité de l'organisation à atteindre ses buts. Une organisation est performante quand elle utilise au mieux ses ressources (matérielles, humaines et financières) afin d'atteindre ses objectifs. 2. La part de marché (PDM)