background preloader

Thomas Jolly / Le radeau de la Méduse

Facebook Twitter

17 / 20 juillet - Gymnase du lycée Saint-Joseph

Sept jours de la vie d'un groupe d'enfants réfugiés sur un esquif au milieu de l'océan, fuyant la barbarie du monde des adultes.

Sept jours pour que la société égalitaire qu'ils ont essayé de construire se délite et que les instincts prennent le devant à la première menace. Thomas Jolly. Theatre-contemporain.net. Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement à mon théâtre vous êtes ici : Accueil Biographies Thomas Jolly ajouter cette biographie à mon théâtre Partager cette page »

theatre-contemporain.net

Thomas Jolly. Thomas Jolly (@Thomajolly) Avignon : Thomas Jolly embarque de jeunes acteurs sur « Le radeau de la méduse » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Fabienne Darge (Avignon, envoyée spéciale) A Avignon comme ailleurs, Thomas Jolly est une star, notamment auprès des jeunes.

Avignon : Thomas Jolly embarque de jeunes acteurs sur « Le radeau de la méduse »

En 2014, à 32 ans, il est ­entré dans la légende du Festival, en mettant en scène Henry VI, de Shakespeare, en un feuilleton théâtral de dix-huit heures plein d’allégresse. Cette année, il est doublement présent, avec deux belles propositions. Sa compagnie, la Piccola Familia, se taille un joli succès en proposant, tous les jours (ou presque), à midi, son feuilleton sur l’histoire du Festival. Sous les grands platanes du Jardin Ceccano, ce sont des acteurs joyeusement déchaînés qui, à chaque épisode, éclairent cette histoire née en 1947 sous un angle ou l’autre, qu’il s’agisse de souligner l’absence criante d’« autrices » dans la programmation ou d’examiner – diplomatiquement of course – le rôle de la critique. A Avignon "Le radeau de la méduse" selon Thomas Jolly: des enfants noyés dans le fanatisme.

En 1940, pour mettre des enfants à l'abri des bombardements, les Anglais organisent leur transport par bâteau vers les autres états du Commonwealth, le Canada et l'Australie.

A Avignon "Le radeau de la méduse" selon Thomas Jolly: des enfants noyés dans le fanatisme

Un paquebot qui transportait mille enfants est torpillé par les allemands. Trois ans après les faits, Georg Kaiser exilé en Suisse, raconte les sept jours passés par un petit groupe de rescapés sur un canot de sauvetage. 13 enfants dérivent sur un canot Sur la scène un grand canot sur lequel dérive des enfants, secoués au gré du vent et des vagues (le bateau qui tourne sur lui-même donne l'impression qu'il tangue).Un beau décor de ciel et des éclairages superbes reproduisent les éclairs, le brouillard et les éclaircies. Ecole du Théâtre National de Strasbourg. École du TNS (@EcoleduTNS) Théâtre National de Strasbourg. Théâtre national de Strasbourg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Théâtre national de Strasbourg

Théâtre national de Strasbourg TNS Historique[modifier | modifier le code] Theatre National De Strasbourg (@tns_strasbourg) Théâtre National de Strasbourg. TNS Theatre National Strasbourg. Le radeau de la méduse. Le 5 mai 1943, l'auteur écrivait à Julius Marx: "J'ajoute que je tiens Le radeau de la Méduse pour un phénomène unique dans la littérature universelle.

Le radeau de la méduse

" C'est en effet une pièce unique, incomparable. L'ambiance est magique, avec ce canot qui émerge des brumes et y replonge. Georg Kaiser. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Georg Kaiser

Pour les articles homonymes, voir Kaiser. Georg Kaiser Georg Kaiser, de son vrai nom Friedrich Carl Georg Kaiser, est un écrivain allemand, à la fois auteur de drames et de comédies, essayiste et poète né à Magdebourg (Allemagne) le et mort à Ascona (Suisse) le . Cet poète et écrivain prolifique de dialogues philosophiques et de drames historiques, de tragi-comédie et de roman s'est fait connaître pendant la Grande Guerre. Auteur de plus de 74 pièces modernes, dont la plupart furent parmi les plus jouées en Allemagne entre 1919 et 1933, il est communément considéré comme un des membres éminents du courant littéraire expressionniste, surtout par les pièces de théâtre nées de ses écrits dialogués, et jouées de 1917 à 1922. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance et jeunesse d'un écrivain[modifier | modifier le code] Le jeune élève étudie à l'école puis entre au collège du cloître Notre Dame (Unserer Lieber Frau) de Magdebourg à 10 ans.

C. Bientôt Richard III : "Un monstre politique à l'horizon de 2017" Et puis Thomas Jolly fait de cette page si dense et si noire de l'histoire d'Angleterre une fable d'aujourd'hui, qu'il veut poursuivre jusqu'au bout en montant Richard III.

Bientôt Richard III : "Un monstre politique à l'horizon de 2017"

Car la folie du pouvoir de celui-ci, doit "éveiller les consciences et servir de repoussoir, à l'aune des élections présidentielles de 2017". Culturebox : Henry VI en tournée a-t-il demandé des adaptations par rapport à sa création en Avignon l'été dernier ? Thomas Jolly : Parce que l'on n'est pas dans le cadre d'un festival, car les gens ont aussi des vies professionnelles et familiales, on a coupé le spectacle en deux pour que ce soit plus digeste et aussi profiter des jours fériés du mois de mai.

Thomas Jolly : "Shakespeare a inventé le mainstream" Tu repartiras en tournée à l’automne avec Henry VI, cela fait plus de deux ans et demi que tu tournes avec cette pièce, t’attendais-tu à un tel succès ?

Thomas Jolly : "Shakespeare a inventé le mainstream"

Thomas Jolly – C’était imprévisible que la pièce soit plébiscitée à ce point. J’en suis très, très, très heureux. Cela fait cinq ans que je travaille sur cette pièce et il y a déjà eu environ une centaine de levers de rideau sur Henry VI. Vidéo : Richard III de Shakespeare par Thomas Jolly. Après l'intégrale Henri VI, Thomas Jolly s'attaque à Richard III dans sa version longue Thomas Jolly, comédien et metteur en scène de 33 ans, clôt sa saga Shakespearienne entamée en 2014 avec Richard III, pièce aux allures d'épilogue crépusculaire.

Vidéo : Richard III de Shakespeare par Thomas Jolly

La postérité a gardé de ce roi, interprété par Thomas Jolly lui-même, l'image d'un monstre machiavélique... Jeu vidéo "Richard III Attacks !" Le Festival d'Avignon. Épopée, saga, fresque historique, aventure théâtrale au long cours, odyssée dramatique...

Le Festival d'Avignon

Quel qualificatif employer pour cet événement qui rompt avec les habitudes et oblige à sortir des calibrages et des conventions d'un théâtre qui parfois semble s'étioler, se réduire, se censurer lui-même ? Thomas Jolly propose à « la communauté éphémère » des acteurs et des spectateurs dix-huit heures de représentation pour suivre presque pas à pas la vie du roi d'Angleterre Henry VI, à travers trois pièces et quinze actes, en côtoyant cent cinquante personnages, historiques ou sortis de l'imagination de l'auteur, en assistant à deux guerres et aux multiples conflits de famille qui ont émaillés les années de règne de ce roi trop bon et trop pieux.

Dans le chaos d'une époque en plein bouleversement, entre un Moyen Âge finissant et une époque moderne qui peine à sortir des limbes, William Shakespeare compose une trilogie complexe. Rencontre publique avec Thomas Jolly. C'est une aventure au long cours comme on les affectionne au Festival d'Avignon.

Un projet un peu fou : monter dans son intégralité l'une des œuvres-fleuve de Shakespeare : Henry VI. Pas moins de trois pièces, quinze actes, cent cinquante personnages et dix mille vers pour retracer les cinquante années de règne de celui qui fut proclamé roi d'Angleterre à l'âge de neuf mois et finit assassiné de sang froid par le futur Richard III.