background preloader

Afrique

Facebook Twitter

Comment les économies de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie et du Kenya tirent leur épingle du jeu grâce au numérique. L’expansion des nouvelles technologies porte le développement de certains pays africains, souligne une étude d’Euler Hermes.

Comment les économies de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie et du Kenya tirent leur épingle du jeu grâce au numérique

L’Afrique profitera-t-elle de la remontée des cours du pétrole observée depuis quelques semaines ? Tombé à 27 dollars en janvier, le prix du baril de brent s’établissait à 50,48 dollars lundi 31 octobre. Une lueur d’espoir pour les grands producteurs d’or noir de la région, qui ont particulièrement souffert de l’effondrement des cours en début d’année. De fait, la croissance africaine ne devrait pas, en moyenne, dépasser les 1,3 % en 2016, selon une étude publiée jeudi 27 octobre par Euler Hermes, le spécialiste dans l’assurance-crédit.

Ces pays africains en passe de remporter le pari du développement. Selon la Banque africaine de développement, 18 pays ont atteint des niveaux « moyens ou élevés » en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie.

Ces pays africains en passe de remporter le pari du développement

Pour « la santé, l’éducation et le niveau de vie », un tiers des pays africains ont atteint des niveaux de développement « moyens ou élevés », selon un rapport sur les « Perspectives économiques en Afrique » publié lundi 22 mai par la Banque africaine de développement (BAD), dont les assemblées annuelles se tiennent du 22 au 26 mai à Ahmedabad, en Inde. Même si « les progrès sur le front du développement humain restent lents et inégaux », « 18 pays africains » sur les 54 que compte le continent atteignent désormais un « niveau de développement moyen ou élevé », précise ce rapport réalisé conjointement avec l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

La moitié des jeunes sont sans emploi. L’Ethiopie entre croissance à marche forcée et répression. Comprendre la crise éthiopienne en six questions: les raisons de la colère, l’état d’urgence, les réactions internationales, la répression des réseaux sociaux.

L’Ethiopie entre croissance à marche forcée et répression

La famine « biblique » des années 1980 semblait indélébile dans la mémoire collective. Pourtant, l’Ethiopie a réussi l’exploit de se transformer en « tigre africain » aux yeux de l’Afrique et du monde. Fort d’une croissance insolente sur la dernière décennie – le Fonds monétaire international l’estime à 6,5 % en 2016 – le gouvernement éthiopien mène depuis un quart de siècle une politique de développement à marche forcée.

L’enseignement supérieur en Afrique : les chiffres. Le cacao « Mercedes », fève en or des planteurs ivoiriens. Cette variété hybride, mise au point par des scientifiques ivoiriens, offre une précocité de croissance et un rendement inégalé.

Le cacao « Mercedes », fève en or des planteurs ivoiriens

Mais elle est loin d’être accessible à tous. Sous un haut plafond de feuillage, loin de toute voie bitumée, une piste glissante mène à la plantation de cacao de Barthélémy Koffi. « C’est en Afrique que réside le futur de l’innovation » Alisée de Tonnac est la directrice générale de Seedstars Word qui organise, le 3 mars à Lausanne, une compétition mondiale de start-up de pays émergents.

« C’est en Afrique que réside le futur de l’innovation »

Seize pays africains sont représentés. Alisée de Tonnac est la directrice générale de Seedstars Word qui organise, le 3 mars à Lausanne, une compétition mondiale de start-up de pays émergents. Seize pays africains sont représentés. A Addis-Abeba, le Maroc gagne son retour dans l’Union africaine. Les chefs d’Etat de l’UA se sont prononcés en faveur du retour du royaume dans l’organisation, malgré les réserves de l’Algérie et de l’Afrique du Sud en raison du conflit sahraoui.

A Addis-Abeba, le Maroc gagne son retour dans l’Union africaine

Par Emeline Wuilbercq (Addis-Abeba, envoyée spéciale) et Charlotte Bozonnet (Addis-Abeba, envoyée spéciale) Ils ont tellement œuvré en ce sens qu’ils savourent leur victoire. Dans le luxueux hôtel Sheraton d’Addis-Abeba, lundi 30 janvier, les diplomates marocains ne cachaient pas leur joie après l’annonce de la décision des présidents africains réunis pour le 28e sommet de l’Union africaine (UA) : le Maroc sera bien le 55e membre de l’organisation panafricaine. Out comprendre à la poudrière du Sahel en cartes. Pour en finir avec le pillage des eaux africaines.

Selon Max Bankole Jarrett, de l’Africa Progress Panel, la pêche illégale coûte chaque année 1,3 milliard de dollars à l’Afrique de l’Ouest.

Pour en finir avec le pillage des eaux africaines

La pêche est une source d’emplois, d’alimentation et de revenus pour des millions de citoyens africains. Hélas, les riches eaux côtières de l’Afrique sont pillées depuis des années par des flottes étrangères, pratiquant souvent la pêche illégale. D’après Kofi Annan, président de l’Africa Progress Panel, « le pillage des ressources naturelles correspond à un vol organisé » dont les coûts sociaux et économiques sont considérables. La pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) représente un vol de revenus comparable à l’évasion fiscale, tandis que la surpêche, légale mais irraisonnée, réduit les stocks de poisson, fait du tort à la pêche locale et nuit à l’environnement marin. « Kigali est aujourd’hui une capitale totalement connectée à Internet » Pour Jean Philbert Nsengimana, ministre de la jeunesse et des nouvelles technologies, le Rwanda est devenu une « start-up nation à l’africaine ».

« Kigali est aujourd’hui une capitale totalement connectée à Internet »

Kigali, la capitale d’un pays métamorphosé depuis la fin du génocide en 1994 accueille du mercredi 10 mai au vendredi 12 la conférence numérique Transform Africa qui sera consacrée aux Smart Cities africaines. Près de 4 000 délégués viendront des dix-huit pays d’Afrique membres de l’alliance Smart Africa, une initiative voulue par le président du Rwanda Paul Kagamé afin de renforcer le poids du numérique dans le développement économique du continent africain. Entretien avec Jean Philbert Nsengimana, le ministre de la jeunesse et des nouvelles technologies, pour qui le Rwanda, qu’il qualifie de « start-up nation à l’africaine », est aujourd’hui prêt à exercer un leadership sur le continent en prenant la tête d’un mouvement africain des villes intelligentes. Vous dites que Kigali est devenue une « ville intelligente ». L'Afrique, continent fantasmé.

Les réactions suscitées par l’épidémie d’Ebola le montrent : l’Afrique effraie autant qu’elle fascine, comme si elle méritait un traitement à part dans la mondialisation.

L'Afrique, continent fantasmé

L’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest depuis six mois oblige à repenser nos représentations de l’Afrique. L’image donnée par les médias, en effet, enferme à nouveau le continent dans une sorte de fatalité de la malédiction, qui tranche singulièrement avec les visions enthousiastes de ces dernières années. L’Afrique émergente vient une nouvelle fois de s’effacer, pour laisser place à ce perpétuel ostracisme, comme si, telles les sept plaies d’Égypte, tous les malheurs du monde ne pouvaient que l’affliger.

Les compagnies aériennes ont suspendu leurs vols, les séjours touristiques et les manifestations sportives sont annulés, même à des milliers de kilomètres de l’épicentre de la maladie. Une extraordinaire hétérogénéité.