background preloader

Sepher Ha Zohar, le livre de la splendeur

Facebook Twitter

Sefer Ha Zohar wikipedia. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sefer Ha Zohar wikipedia

Pour les articles homonymes, voir Zohar. Le Sefer Ha Zohar (Livre de la Splendeur), aussi appelé Zohar (זֹהַר), est l'un des ouvrages majeurs de la Kabbale, rédigé en araméen. La paternité en est discutée : il fut originellement attribué à Rabbi Shimon bar Yohaï, Tana du IIe siècle, mais la recherche académique considère aujourd'hui qu'il fut rédigé par Moïse de León ou par son entourage entre 1270 et 1280. Il s'agit d'une exégèse ésotérique et mystique de la Torah ou Pentateuque.

Paternité de l'ouvrage[modifier | modifier le code] Selon le Midrash, les élèves de Rabbi Akiva se répartirent la responsabilité des différentes parties de la Torah, et Rabbi Shimon bar Yohaï prit la responsabilité de la doctrine secrète. Il n'y a pas de réel moyen de trancher, il existe des arguments pour les deux options. Le Zohar (Sepher Ha Zohar), le livre de la splendeur par rabbin Moïse de Léon.

Textes apparus fin XIIIème en Castille (Espagne), retranscrit par le rabbin Moïse de Leon. – epc

Rabbin Moïse de León wikipedia. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rabbin Moïse de León wikipedia

Statue de Moïse de León, à Guadalajara (Espagne) Vie[modifier | modifier le code] Autres Ecrits[modifier | modifier le code] Mis à part le Zohar, il a publié de nombreux autres livres. Il est aussi considéré comme l'auteur de : Le Sicle du sanctuaire ( Cheqel Ha-Qodech ) Notes et références[modifier | modifier le code] Cet article comprend du texte provenant de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « LEON, MOSES (BEN SHEM-ṬOB) DE » par Kaufmann Kohler & Meyer Kayserling, une publication élevée dans le domaine public.

Zohar, préambule. Les démons du Zohar. Il existe un livre très apprécié des ésotéristes et des kabbalistes, qui fut rédigé au XIIIe siècle par le rabbin Moïse de Léon sous le titre de Sepher ha-Zohar, ou Livre de la Splendeur.

Les démons du Zohar

Pourtant tout n’y est pas splendide, ainsi les Néphilim et autres démons affreux peints par le Zohar. « Les Néfilim Aza et Azaëlle étaient alors sur terre, enseigne Rabbi Yossi car le Saint, béni soit-Il, les avait chassé d’En-Haut, son lieu sacré. A ceux qui se demandent comment des Néfilim peuvent subsister en ce monde-ci, rabbi Hiya répond : « Ces êtres sont issus du peuple des « oiseaux volants sur terre » (source)Gen.1,20 On a vu comment ils apparaissent aux hommes sous une forme humaine. A ceux qui se demandent comment ils peuvent se transformer, je répondrai : illimités sont les pouvoirs de l’Esprit. Les Néphilim se transforment à leur gré. « Quand ils sont descendus, ils se sont imprégnés de l’ether du monde et ils ont ressemblé aux hommes. Mais ces choix sont irréversibles. Le Mauvais Oeil Selon le Zohar. INITIATION AU ZOHAR ou LIVRE DE LA SPLENDEUR Le Mauvais Œil selon le Zohar La Torah Sur 750 versets traitant du mal, le mauvais œil n'apparaît dans la Torah que dans une dizaine seulement; et il a pour sens "avare, près de ses sous, envieux ou même convoitant le bien d'autrui" (voir Proverbes 22/9 –23/6 –28/22).

Le Mauvais Oeil Selon le Zohar

En fait, le seul verset lié au "mauvais œil" tel qu'on peut l'entendre dans la Tradition concerne la rencontre entre Joseph et deux chambellans de Pharaon incarcérés dans l'attente de jugement (Genèse 40/7). Joseph fils de Jacob est le beau jeune homme jeté dans la prison de Pharaon pour avoir refusé les avances de la femme de Poutifar, ministre de l'intérieur. D'après le Talmud (Baba Metzia 107b), grâce à ses rêves, Rav a pu déterminer que, dans un cimetière, sur 100 morts seul un seul était mort de vieillesse, les autres ayant succombé à un mal dû au mauvais œil! Le ZOHAR annonce la reconstruction du Temple de Jérusalem. A quelques jours de Tisha Béav, anniversaire de sa destruction par les Romains.

Le ZOHAR annonce la reconstruction du Temple de Jérusalem

Le ZOHAR, ou « livre de la splendeur » est un ouvrage cabalistique, dont l’auteur serait Rabbi Chimone Ben Yo’haï. (2ème siècle) Ce texte du ZOHAR, I, 203 a – Trad de J. de Pauly) est extrait du 150èm numéro de Trait d’Union, publié en Nissan 5728. (Avril 1968.) « Depuis la destruction du Sanctuaire, il ne se passe pas de jour sans malédiction car, tant que le sanctuaire existait, Israël y pratiquait les cérémonies sacrées et y offrait des holocaustes et la Chéhina (présence divine) résidait dans le sanctuaire, comme une mère veille ses enfants. Tous les visages s’épanouissaient de joie, au point que les bénédictions se répandaient en haut et en bas. Il n’y avait pas de jour sans bénédiction et sans joie : Israël était la base du monde et tous les peuples étaient nourris par le mérite d’Israël.

Tout d’abord, pour rappel : une des règles régissant l’étude des textes ésotériques. Valeurs numérique des lettres.