background preloader

Jun 2o16

Facebook Twitter

Juncker s'assoit sur les parlements nationaux pour adopter le Ceta, cousin du Tafta. L'avis des parlements nationaux ?

Juncker s'assoit sur les parlements nationaux pour adopter le Ceta, cousin du Tafta

Jean-Claude Juncker n'en a cure. Le président de la Commission européenne a en effet décidé ce mercredi 29 juin de passer outre la consultation des représentations nationales pour conclure le traité de libre échange entre l'Union européenne et le Canda, le Comprehensive Economic Trade Agreement. Cousin du fameux Tafta (l'accord UE-Etats-Unis en cours de pourparlers), ce "Ceta" est en négociation depuis septembre 2014.

Cahier Spécial Mlc 2014. Why the British said no to Europe. Why the British said no to Europe 25 June 2016 The majority vote by Britons to leave the European Union was an act of raw democracy.

Why the British said no to Europe

Millions of ordinary people refused to be bullied, intimidated and dismissed with open contempt by their presumed betters in the major parties, the leaders of the business and banking oligarchy and the media. This was, in great part, a vote by those angered and demoralised by the sheer arrogance of the apologists for the "remain" campaign and the dismemberment of a socially just civil life in Britain. The last bastion of the historic reforms of 1945, the National Health Service, has been so subverted by Tory and Labour-supported privateers it is fighting for its life. A forewarning came when the Treasurer, George Osborne, the embodiment of both Britain's ancient regime and the banking mafia in Europe, threatened to cut £30 billion from public services if people voted the wrong way; it was blackmail on a shocking scale. La "banque centrale des banques centrales" appelle à préparer l'avenir.

Dans son rapport annuel publié ce dimanche 26 juin 2016, la Banque des Règlements internationaux (BRI), connu comme la « banque centrale des banques centrales », met en garde contre les effets à long terme des politiques monétaires actuelles.

La "banque centrale des banques centrales" appelle à préparer l'avenir

Guide_d_action_allo_parlementaires_pas_de_ceta. Procès Société générale / Jérôme Kerviel : Séismes à la cour d’appel de Versailles. C’est la 3ème fois que Jérôme Kerviel est face à un tribunal correctionnel, la 2ème fois en appel.

Procès Société générale / Jérôme Kerviel : Séismes à la cour d’appel de Versailles

Il s’agit ici d’une cour d’appel de renvoi. La Cour de cassation en a décidé ainsi, en cassant, le 13 février 2014, le volet civil de la condamnation de Jérôme Kerviel, c’est-à-dire en annulant les dommages et intérêts exorbitants – 4,9 milliards € ! Affaire Kerviel : le réquisitoire rétablit les responsabilités entre l’ex-trader et la banque. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pascale Robert-Diard Enfin, la raison dans une affaire qui, depuis huit ans, déchaîne passions et fantasmes.

Affaire Kerviel : le réquisitoire rétablit les responsabilités entre l’ex-trader et la banque

Ce moment est arrivé, vendredi 17 juin, avec le réquisitoire prononcé par l’avocat général, Jean-Marie d’Huy, au procès sur le volet civil de l’affaire Kerviel. En une petite heure, l’avocat général a rétabli chacun dans ses responsabilités. A Jérôme Kerviel, la faute pénale, telle que deux juridictions successives l’ont reconnue : l’ancien trader est définitivement coupable d’abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données informatiques, qui lui ont valu une condamnation à cinq ans d’emprisonnement, dont deux avec sursis. Comment la Banque Postale pousse, par tous les moyens, ses clients vers le crédit à la consommation.

La Banque postale se proclame « banque citoyenne » et assure des missions de service public.

Comment la Banque Postale pousse, par tous les moyens, ses clients vers le crédit à la consommation

En théorie. Paradis fiscaux : évasion que j'te pousse ! #DATAGUEULE 59. Ultimedia. « Le néolibéralisme a-t-il été surestimé ? » se demande le FMI. Un texte intitulé « Néoliberalism : oversold ?

« Le néolibéralisme a-t-il été surestimé ? » se demande le FMI.

», vient d'être publié ici, dans le numéro de juin de la revue du Fonds monétaire international. La BCE commence à acheter des dettes d’entreprises. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel C’est un petit événement sur les marchés : mercredi 8 juin, la Banque centrale européenne (BCE) a commencé à racheter des obligations d’entreprises.

La BCE commence à acheter des dettes d’entreprises

Cette mesure, annoncée le 21 avril, viendra en complément des rachats de dettes publiques que la BCE mène déjà depuis plus d’un an. Lire aussi : La BCE déploie un nouvel arsenal pour réanimer l’économie européenne Au total, ces rachats de titres publics et privés s’élèvent à 80 milliards d’euros mensuels. Ils devraient s’étendre jusqu’au printemps 2017 au moins. Des millionnaires plus nombreux, des paradis fiscaux florissants… Des riches de plus en plus riches, dans un monde pourtant en proie à la crise, où bon nombre d’économies tournent au ralenti.

Des millionnaires plus nombreux, des paradis fiscaux florissants…

Dans son rapport annuel sur la richesse mondiale des ménages, publié mardi 7 juin, le cabinet de conseil américain Boston Consulting Group (BCG) montre que le phénomène de concentration des richesses s’est confirmé en 2015. Le nombre de millionnaires a augmenté de 6 % en 2015, pour atteindre le chiffre de 18,5 millions. Racheter et effacer 15 millions de dollars de « dette zombie » pour alerter sur un système opaque. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Le Monde.fr Aux Etats-Unis, des agences de recouvrement peuvent racheter la dette d’un particulier auprès d’une banque, puis se charger elles-mêmes d’obtenir son paiement.

Racheter et effacer 15 millions de dollars de « dette zombie » pour alerter sur un système opaque

Un business juteux et particulièrement injuste, qui existe à la faveur de lois parfois trop flexibles changeant d’un Etat à l’autre et de tactiques bien rodées et peu scrupuleuses. Affaire Kerviel : la Société générale lourdement condamnée aux prud'hommes. Jérôme Kerviel fait condamner la Société générale © reuters - 2016 La Société générale est condamnée à payer 455.000 euros à Jérôme Kerviel, 39 ans, licencié début 2008 après un scandale de fraude interne qui avait défrayé la chronique.

C’est la première victoire judiciaire de l’ancien trader dans le bras de fer qui l’oppose depuis huit ans à son ancien employeur, la Société générale. Pour le conseil de prud'hommes de Paris Jérôme Kerviel a été licencié sans "cause réelle ni sérieuse" et dans des conditions "vexatoires" le 18 janvier 2008. La banque était "parfaitement au courant des opérations fictives" La Société générale avait alors affirmé avoir découvert que Jérôme Kerviel l’avait exposé la banque à un risque colossal : d’après elle, il aurait engagé frauduleusement jusqu’à 50 milliards d’euros sur les marchés financiers, soit plus que le total des fonds propres de l’établissement.

Enorme bug informatique au Crédit coopératif. Aucune information ne semble avoir encore filtré. Pourtant, ce vendredi 3 juin dans l’après-midi, de nombreux clients du Crédit coopératif ont trouvé porte close, bien avant l’heure de fermeture de l’agence. Selon une confidence recueillie devant l’agence Paris-Nation, au 252 boulevard Voltaire à Paris, l’ordre de fermeture des agences est venue de la direction générale du Crédit coopératif. En cause : un énorme bug informatique, qui paralyserait l’activité des agences du Crédit coopératif au moins depuis le 31 mai, et dont les premiers signes auraient commencé voilà déjà plusieurs semaines.