background preloader

Revue de presse

Facebook Twitter

Honfleur. Classes bilangues : le maire de Honfleur écrit à la ministre de l'Éducation nationale. Je ne viens pas vers vous avec à l’esprit simplement une critique, mais après mûre réflexion et pour vous demander notamment de reconsidérer la situation des classes de sections bilangues dans nos collèges, et en particulier dans celui de Honfleur,

Honfleur. Classes bilangues : le maire de Honfleur écrit à la ministre de l'Éducation nationale

Réforme de l'éducation : "une offense", pour François Bayrou. La remobilisation des professeurs d'allemand contre la réforme du collège. Parmi les fonctionnaires en grève aujourd'hui, les enseignants du secondaire protestent toujours contre la réforme du collège.

La remobilisation des professeurs d'allemand contre la réforme du collège

Malgré les annonces de la ministre vendredi dernier sur le maintien de 70% de classes bilangues, les professeurs d'allemand craignent pour l'avenir de leur matière. Les enseignants du second degré font partie des 5,6 millions de fonctionnaires appelés à faire grève aujourd'hui, pour une hausse de leur pouvoir d'achat. Une intersyndicale est toujours mobilisée contre la réforme du collège qui doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine. Parmi les points de crispation : la disparition des classes bilangues. Vendredi dernier, la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, a confirmé qu'une partie de ces classes, qui permettent à des collégiens d'apprendre deux langues vivantes dès la sixième, seraient maintenues.

Écouter. Classes bilangues: la saignée dans l'académie de Caen et pas ailleurs! - France 3 Basse-Normandie. L'annonce avait fait descendre les profs d'allemand dans la rue, outre-rhin, la décision avait même viré à la crise diplomatique avec Berlin.

Classes bilangues: la saignée dans l'académie de Caen et pas ailleurs! - France 3 Basse-Normandie

Devant une telle mobilisation, force est de constater qu'il y a eu rétropédalage, minireculade...sauf dans l'académie de Caen qui affiche une baisse de 95 % des classes bilangues alors que dans l'Hexagone, elles sont majoritairement maintenues. Réforme du collège : imbroglio autour de l’avenir des classes bilangues. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia Quelques-uns, au sein de la communauté éducative, s’offusquent de ce qu’ils perçoivent comme un « rétropédalage politique ».

Réforme du collège : imbroglio autour de l’avenir des classes bilangues

Mais beaucoup, du côté des parents d’élèves notamment, s’en félicitent : une partie des sections bilangues devraient être maintenues à la rentrée 2016 – jusqu’à 70 %, avancent les syndicats d’enseignants, tout en pointant de « très fortes disparités d’un rectorat à l’autre » –, et ce quoi qu’ait pu déclarer, au printemps 2015, Najat Vallaud-Belkacem en divulguant son projet de « collège 2016 ». A l’époque, le ministère de l’éducation avait créé la polémique en annonçant que ces dispositifs permettant d’apprendre deux langues dès la classe de 6e, soupçonnés d’élitisme parce qu’ouverts à une minorité d’élèves (16 %), seraient « rendus obsolètes » par l’apprentissage « par tous » d’une seconde langue vivante dès la 5e – un an plus tôt qu’aujourd’hui.

Exclusif : Réforme du collège : Le privé se prépare à perdre des postes. Alors que le ministère promet la création de 4 000 postes d'enseignants dans les collèges en deux ans du fait de la réforme du collège, ses services déconcentrés préparent eux les suppressions de postes dans le privé.

Exclusif : Réforme du collège : Le privé se prépare à perdre des postes

Une situation qui alarme le premier syndicat du privé, la Fep-Cfdt, jusque là favorable à la réforme. Et qui pourrait s'étendre au public. A la différence du public, quand un établissement du privé sous contrat perd des heures les enseignants en contrat définitif peuvent perdre leur emploi. D'où l'obligation de se reconvertir d'une année sur l'autre d'une discipline à l'autre, en espérant qu'il y ait des postes disponibles dans cette nouvelle discipline. Reconversions forcées à Nantes C'est ce que prépare le rectorat de Nantes. Le blog de Pascale Fourier. Chaude ambiance à venir dans tous les collèges de France !

Le blog de Pascale Fourier

Car la mise en place de la réforme du collège, largement réprouvée par les enseignants, va s'appuyer sur... des jaunes... ou du moins les membres du Conseil pédagogique qu'on tentera de faire devenir tels... : telle est du moins la volonté de Najat Vallaud-Belkacem. Dès la circulaire n° 2015-106 du 30-6-2015 ( publié au BO du 2 Juillet), l'affaire était claire : « La première vague des enseignants formés en bassin est composée d'enseignants volontaires, en particulier des membres des conseils pédagogiques des collèges, qui pourront accompagner la réflexion pédagogique au sein des établissements ». Claire ? Non, pas vraiment, puisque la phrase suppose que les membres des conseils pédagogiques seraient nécessairement volontaires pour être les premiers formés à la réforme 2016...

Or on peut être nommé au Conseil pédagogique et être un farouche opposant à la réforme, non?... Mais qu'est-ce donc que ce « conseil pédagogique » ? Allemand : les impensés de la réforme du collège. La disparition des classes bilangues fait disparaître 40% des heures-élève, et cela en tenant compte de l'avancée de l'apprentissage de l'allemand en LV2 de la 4° à la 5°.

Allemand : les impensés de la réforme du collège.

Madame le Ministre a-t-elle bien pensé à toutes les conséquences de ce fait? Près de la moitié des enseignants d'allemand va être, il faut le dire, surnuméraire. Une réforme du collège? Non, une contre-réforme. A l’heure où l’OCDE publie sur l’école les résultats catastrophiques de l’expérience suédoise, qui applique depuis 1990 les principes et les modalités* décrétés en France dans la nouvelle réforme du collège, au lendemain d’une troisième journée de grève nationale des enseignants, et devant les projets étiques des nouveaux programmes, la réforme du collège est d’ores et déjà condamnée.

Une réforme du collège? Non, une contre-réforme

Malgré tous les sourires de la Ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et les coups de menton du Premier ministre, elle constitue déjà un échec. Et qu’on ne vienne pas nous dire que c’est un nouveau caprice de mammouth, car le principal adversaire de la Ministre, aujourd’hui, c’est le réel. Najat Vallaud-Belkacem et le retour en grâce de l’allemand. Deutsche Sprache in Frankreich: Au revoir, Goethe? - SPIEGEL ONLINE - Nachrichten - SchulSPIEGEL. Die Statements gehören zu beinahe jeder Sonntagsrede der französisch-deutschen Freundschaft: Seit mehr als 50 Jahre arbeiteten "beide Seiten an einer wichtigen Kooperation im Erziehungswesen, im Besonderen zur Förderung der Erlernung der Partnersprache".

Deutsche Sprache in Frankreich: Au revoir, Goethe? - SPIEGEL ONLINE - Nachrichten - SchulSPIEGEL

Am besten schon im Kindergarten, so das Bekenntnis der "deutsch-französischen Qualitätscharta" von 2013. Der Aufbau Europas werde durch Erziehung und Bildung gefördert, dank "eines aktiven Netzwerkes in kontinuierlicher Evolution", hieß es 2014 bei einem Ministerratstreffen. Und bei ihrem Berlin-Besuch sagte die sozialistische Bildungsministerin Frankreichs Najat Vallaud-Belkacem noch Anfang April: "Ich möchte betonen, dass der Deutschunterricht gestützt und verstärkt wird. " Doch die Realität sehe anders aus, kritisiert die Vereinigung zur Entwicklung der Deutschen Sprache in Frankreich (adeaf) die Bekenntnisse der Politiker. "Lügen, vorgebracht in Endlosschleifen", seien die Schwüre zur vertieften Partnerschaft. News verfolgen. Réforme du collège, deux mois d’émoi. Au grand dam de ses organisateurs, la manif contre la réforme du collège a été un petit bide.

Réforme du collège, deux mois d’émoi

Quelques milliers de profs sont descendus dans la rue, rien de comparable avec les grosses mobilisations dont les enseignants sont capables. Cette journée était un test très important pour le gouvernement, empêtré depuis plusieurs semaines dans cette réforme qui divise le pays. Quelques heures avant la manif, Manuel Valls déclarait, en serrant quand même les dents : «Je suis confiant, cette réforme va être mise en œuvre comme c’était prévu, et le décret sera publié le plus rapidement possible.»

Nombre d’enseignants, bien qu’opposés au texte, ont certainement choisi de ne pas suivre la grève de peur d’être instrumentalisés par la droite qui a fait de la réforme un axe d’opposition avec le gouvernement. Retour sur deux mois de polémiques. 11 mars 18 mars 25 mars. Réforme du collège : Quel avenir pour l’allemand dans le système scolaire en France ? A travers le monde, ils sont environ 13,4 millions d’élèves à apprendre l’allemand en tant que langue étrangère. Le chiffre est issu d’une étude sur l’allemand langue étrangère à l’international (Deutsch als Fremdsprache weltweit), publiée en avril 2015 par le ministère fédéral des affaires étrangères.

Avec 1 005 444 élèves, la France occupe dans le classement une place de premier plan. Pour autant, le pourcentage des élèves français qui apprennent l’allemand à l’école ne dépasse pas 11,7 %. En 2002, afin de répondre à la désaffection grandissante des élèves vis-à-vis de l’allemand, perceptible depuis 1990, des classes bilangues ont vu le jour au sein des collèges.

Aujourd’hui, elles sont proposées par plus de la moitié des établissements. Frankreich: Schüler profitieren später vom Deutschunterricht. Wenn sich die Konzernchefs des französischen Börsenleitindex CAC-40 zu Fragen von Sechstklässlern äußern, muss etwas Außergewöhnliches vorgefallen sein. Collège : Vallaud-Belkacem se prend les pieds dans les chiffres de l'allemand. Le 14 avril 2015, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a répondu à l'Assemblée nationale à une question de Virginie Duby-Muller, députée de Haute-Savoie, sur le collège 2016 et l’enseignement des langues. Elle y dit : « Alors que vous avez aujourd'hui 10% de collégiens en classe bilangues qui bénéficient donc de l'allemand plus tôt, demain vous aurez 13% des élèves qui prennent allemand en LV2 qui en bénéficieront un an de plus avec 2h30 de plus dans leur scolarité ».

Dommage... Éducation : le projet de Najat Vallaud-Belkacem qui agace les Allemands. La proposition de Najat Vallaud-Belkacem de supprimer, dès la rentrée prochaine, les classes bilangues (qui proposent l'apprentissage de deux langues en parallèle dès la sixième à raison de trois heures d'anglais et deux heures d'allemand hebdomadaires) et les classes européennes laisse les Allemands perplexes. Cette réforme du collège va-t-elle donner le coup de grâce à l'apprentissage de l'allemand déjà si mal aimé dans les établissements scolaires français ?

Une langue qui rebute déjà beaucoup d'élèves en raison de la difficulté de sa grammaire. La France et l'Allemagne avaient donc décidé de donner un petit coup de pouce à l'apprentissage de la langue du partenaire qui déclinait à allure accélérée. Car en Allemagne aussi de moins en moins d'élèves optaient pour le français, une langue réputée difficile et choisie par "les filles sages et bonnes élèves". Les classes bilangues et européennes avaient donc été créées pour tenter d'enrayer cet effondrement. La réforme du collège menace-t-elle l'allemand ? L'inquiétude est née chez les enseignants. Elle a grandi chez les politiques et gagne, désormais, nos voisins d'outre-Rhin. La réforme du collège en cours signe-t-elle la mort de l'allemand ? Le texte, présenté la semaine dernière par Najat Vallaud-Belkacem et qui doit entrer en application à la rentrée 2016, prévoit la disparition d'une partie des classes "bilangues", qui prévoyaient l'apprentissage de deux langues vivantes dès la sixième, ainsi que la suppression des classes européennes, jugées trop élitistes.

Alarme, donc, chez les amoureux de la langue de Goethe. Une pétition lancée par l'Association pour le développement de l'allemand en France a recueilli 24 000 signatures. La ministre tâche de rassurer, en défendant son texte. L'élitisme, un argument "injuste" ? Autre élément : la deuxième langue vivante sera introduite dès la 5e à raison de 2,5 heures par semaine, au lieu de 3 heures par semaine à partir de la 4e aujourd'hui.