background preloader

A man's world

Facebook Twitter

Guide à l’usage des auteurs qui écrivent des livres sexistes (mais qui font pas exprès) Les femmes sont plus nombreuses à demander une augmentation, mais moins à en obtenir. Si les salariées gagnent en moyenne 25% (1) de moins que leurs collègues, on observe aussi une inégalité femmes-hommes dans les négociations pour les augmentations de salaires.

Les femmes sont plus nombreuses à demander une augmentation, mais moins à en obtenir

Selon une étude de RegionsJob, 31% des hommes ont bénéficié d’une augmentation de salaire en 2015, contre 25% des femmes, alors qu’elles sont plus nombreuses à l’avoir demandée, à 41%, contre 39% pour les hommes. Si la technique pour demander une hausse de salaire est identique entre les deux sexes, il persiste des différences notables de comportements entre les hommes et les femmes. 67% des femmes déclarent ne pas avoir négocié leur salaire avant leur prise de poste, contre 51% des hommes : «Les femmes grandissent dans un registre de “petite fille modèle” transmis implicitement par l’éducation. [Chiennes de garde] (In)Visibilité de la lutte contre le sexisme.

Comment comprendre cette coexistence ?

[Chiennes de garde] (In)Visibilité de la lutte contre le sexisme.

Pourquoi les mouvements féministes qui luttent pour l’égalité contre le sexisme ne sont pas plus visibles et valorisés ? 100 créatrices de BD valent moins qu’un auteur - Les Nouvelles NEWS. Un Collectif de dessinatrices obtient gain de cause après s’être élevé contre le Grand Prix d’Angoulême 100% masculin.

100 créatrices de BD valent moins qu’un auteur - Les Nouvelles NEWS

Riad Sattouf, nominé pour le Grand Prix, les soutenait. Clôturer le corps des femmes. Femmes, sorcières et contrôle de la reproduction dans le capitalisme Entretien avec Silvia Federici Propos recueillis par Claire Feasson.

Clôturer le corps des femmes

Et si les sorcières renaissaient de leurs cendres ? Ecrire inclusif : Coucou, c'est la facteure ! Cet article est le premier d’une série sur les pratiques d’écriture inclusives.

Ecrire inclusif : Coucou, c'est la facteure !

Je désigne ici par inclusif un texte dont « la forme » (grammaire, syntaxe, choix de termes) ne discrimine ou n’invisibilise aucune identité de genre. Je ne m’occupe donc pas du « fond » (thèse, arguments, exemples avancés) du texte, même si cet aspect est absolument primordial (mais votre humble sorcière ne peut que vous recommander d’aller jeter un œil ici). Dans la perspective du féminisme intersectionnel, une expertise totale est donnée aux personnes concernées par les oppressions dont il est question (sexisme, racisme, LGBTQIAphobies, validisme…) pour leur permettre de libérer une parole dominée dans l’espace public. Cet emphase mise sur la parole des opprimé-e-s ne peut qu’attirer l’attention sur l’importance de la langue utilisée, à la fois dans son lexique, sa grammaire et sa syntaxe. Et voici donc 1) La langue est séparée de ses conditions d’utilisation catégorie : sociologie de la langue. Tout va mieux: Coude Blues.

"Non c'est non" est intégralement en ligne.

Tout va mieux: Coude Blues

J'en parlerai à mon cheval. «Au Comptoir de la Pop Culture. Aujourd’hui, j’ai décidé d’opter pour un sujet plein de légèreté : celui de l’odeur des personnages féminins.

«Au Comptoir de la Pop Culture

Soyez galant, ça rend les femmes bêtes. Pour beaucoup de femmes, la galanterie est souvent l’envers de la goujaterie.

Soyez galant, ça rend les femmes bêtes

Pourquoi les hommes ont tant de mal à repérer la misogynie. We can do it (too) ! Article bonus en contrechamp du dossier « Femmes d’aujourd’hui » de C4 (n°218), on y parle de la place des hommes dans les mouvements féministes, de Léo Thiers-Vidal, et de Bertrand Cantat…

We can do it (too) !

Privilège du masculin. Les attributs du pouvoir et leur confiscation aux femmes. Le genre et la parole. Partie 1 : l’occupation de l’espacePartie 2 : le temps de parole et le choix des sujets de conversation Partie 3 : l’expression de la colère. Women in art: why are all the 'great' artists men? Here's a teaser.

Women in art: why are all the 'great' artists men?

How many female artists featured in the top 100 auction sales, ranked by price, last year? Gemma Rolls-Bentley, an independent curator, decided to find out. One day, not long ago, she sat down with the 2012 list, "and spent a couple of hours writing M next to the artists. I got to the end and there wasn't a single F. " Some of those artists were alive, some were dead, all were highly valued – considered "great" or "genius" – and all were men. Her count was part of a major project that began more than a year ago, in a packed church hall in Bethnal Green. As the arts director of ELF, she had come armed with statistics gathered by the campaigning group UK Feminista in 2010. A group of volunteers decided to do their own wide-ranging audit.

Given that many of those commissions date back years, these numbers reflect women's marginalisation in art history – it's often estimated that only around 5% of the work featured in major permanent collections worldwide is by women. Femmes. Contre le masculinisme. Petit guide d'autodéfense intellectuelle. Cette brochure se veut un outil « d’autodéfense intellectuelle » : nous proposons ici quelques pistes pour identifier les discours et les pratiques de ce mouvement réactionnaire que l’on nomme le masculinisme, de manière à pouvoir mieux les repérer et les « démonter ». Pour nous, tout a commencé à Grenoble, un soir de janvier 2011, où nous nous sommes retrouvé.e.s quelques potes à la projection d’un documentaire intitulé « Des hommes en vrai » [1] ; projection organisée par la mairie de Grenoble et en présence des membres du Réseau Hommes Rhône-Alpes (voir la partie 1).

Nous avons été atterré.e.s par ce que nous avons vu et entendu ce soir-là, et nous avons alors décidé de réagir. Nous avons commencé à mieux nous informer sur « le masculinisme » et à mettre en place un travail de veille. Quelques mois plus tard, nous avons organisé une soirée publique, histoire de diffuser de l’information et de partager nos analyses. Le texte se découpe en quatre parties.

Mansplaining. Hier, Sophie Gourion, une féministe que j’apprécie et que je suis sur Twitter, a eu un long débat à propos du marketing genré. Elle a écrit, il y a quelques mois, un article pour Slate sur cette stratégie "qui consiste à segmenter l’offre produit en fonction du sexe","une façon indirecte de démultiplier les intentions d’achat, deux produits sexués devant ainsi se substituer à un seul produit mixte au sein d’un ménage".

Une des personnes avec qui elle discutait n’y voyait pas de sexisme et, surtout, pas un sujet de préoccupation pour les féministes; d’où ce tweet (écrit par un homme): Sexisme & Arts. Quelques mecsplications. Le "male gaze" (regard masculin)