Réflexion

Facebook Twitter

Notre civilisation touche à sa fin, assure la Nasa. Et si notre civilisation s'effondrait d'ici quelques décennies ?

Notre civilisation touche à sa fin, assure la Nasa

C'est en tout cas ce qu'assure une étude parrainée par le Goddard Space Flight Center de la Nasa et relayée par le journal britannique Guardian. Les chercheurs ne manquent pas d'argument pour justifier la fin de la civilisation industrielle. Selon l'agence spatiale américaine, la surexploitation des ressources et la répartition des richesses de plus en plus inégale seraient à l'origine de cet effondrement. Les scientifiques se sont appuyés sur l'histoire d'anciennes civilisations, et notamment les empires romain, mésopotamien, gupta, pour bâtir leur raisonnement. À l'aide du modèle inventé par le mathématicien Safa Motesharrei et des chercheurs en sciences sociales, les scientifiques se sont penchés sur la population, le climat, l'agriculture, l'énergie, la répartition des richesses des différents empires.

Crise : « Le succès des Allemands n’a rien à voir avec leurs efforts » Pourquoi la France a-t-elle décroché par rapport à l’Allemagne, en termes de compétitivité, de croissance et d’emploi ?

Crise : « Le succès des Allemands n’a rien à voir avec leurs efforts »

« Made in Germany » de Guillaume Duval On attribue généralement le succès allemand aux réformes engagées en 2000 par le chancelier SPD Gerhard Schröder, dans son « agenda 2010 » : flexibilisation du marché du travail et coupes claires dans les dépenses publiques. En 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Edgar Morin, sociologue et philosophe Hélas, nos dirigeants semblent totalement dépassés : ils sont incapables aujourd'hui de proposer un diagnostic juste de la situation et incapables, du coup, d'apporter des solutions concrètes, à la hauteur des enjeux.

En 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts

Tout se passe comme si une petite oligarchie intéressée seulement par son avenir à court terme avait pris les commandes. " (Manifeste Roosevelt, 2012.) "Un diagnostic juste" suppose une pensée capable de réunir et d'organiser les informations et connaissances dont nous disposons, mais qui sont compartimentées et dispersées. Une telle pensée doit être consciente de l'erreur de sous-estimer l'erreur dont le propre, comme a dit Descartes, est d'ignorer qu'elle est erreur. Sortir de la tyrannie du présent. La quantité massive de données dont nous disposons sur tous les sujets, des sciences sociales aux systèmes environnementaux, nous laisse espérer la possibilité de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Sortir de la tyrannie du présent

Mais les arbres ne cachent-ils pas la forêt ? Le mathématicien Samuel Arbesman (@arbesman) affirme dans Wired qu'il nous faut désormais compléter ces big data par les "long data" : des informations sur les phénomènes lents, se développant sur le très long terme. Onesta : «Les impôts, cela ne tuera pas le foot» Le projet de taxation à 75% au-dessus du million d’euros de revenus annuels défendu par le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, a fait réagir le monde sportif.

Onesta : «Les impôts, cela ne tuera pas le foot»

Le président de la Ligue de football professionnel, Frédéric Thiriez, y voit «la mort programmée des équipes françaises», une cinquantaine de joueurs concernés pouvant, selon lui, être tentés d’aller exercer leur art sous des cieux plus cléments fiscalement. Le sélectionneur de l’équipe de France de handball, Claude Onesta (56 ans), plus grand palmarès du sport collectif français (deux titres mondiaux, un titre olympique), n’est pas du même avis. Que pensez-vous de ce projet ? Je ne suis ni fiscaliste ni économiste. L'homme, cet animal suicidaire peint par Jared Diamond. LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Frédéric Joignot Il habite à Bel Air, quartier très chic aux jardins luxuriants de Los Angeles, dans une grande maison de bois pleine de gravures animalières.

L'homme, cet animal suicidaire peint par Jared Diamond

Avec son imposant collier de barbe, ses 74 ans, il fait penser à un vieux prêcheur amish. Sommes-nous seuls dans l'univers ? Il s'agit d'une question aux répercussions scientifiques et philosophiques considérables.

Sommes-nous seuls dans l'univers ?

Nous venons de présenter les lvres de deux cosmologistes 1) qui défendent une thèse que beaucoup de personnes détestent entendre formuler mais qui paraît aujourd'hui, en l'état de la science, la seule recevable : il n'est pas possible aujourd'hui d'identifier, à quelque endroit de l'univers que l'on se place, hors la Terre, de formes de vie et encore moins de formes organiques complexes susceptibles de comportement intelligents. Ceci quelles que soient les définitions que l'on donne de la vie et de l'intelligence. Cela ne veut pas dire que de telles formes n'existent pas ailleurs. Il est donc tout à fait conforme à l'esprit scientifique de chercher à les découvrir. Cette recherche, pour ouvrir les angles d'approche, peut tout-à-fait légitimement s'appuyer sur des définitions de la vie et de l'intelligence qui ne soient pas définies strictement par les modèles biologiques identifiés.

Edgar Morin, une voie pour éviter le désastre annoncé. A 89 ans, Edgar Morin continue de produire une réflexion riche et tournée vers l’avenir.

Edgar Morin, une voie pour éviter le désastre annoncé

Cet ancien résistant, ex-communiste, sociologue et philosophe, à qui, sans le savoir, Nicolas Sarkozy empruntait il y a quelques années le concept de « politique de civilisation », vient de produire un nouvel ouvrage, « La Voie », dans laquelle il fait à la fois un constat sévère et angoissant des maux de notre époque, et tente de donner quelques pistes pour l’avenir. Entretien avec Rue89. Rue89 : Nous avons été frappés par votre pessimisme en lisant votre livre. Vous prédisez une catastrophe de l’humanité tout en disant que le pire n’est jamais sûr.