background preloader

2c un monde de filtre

Facebook Twitter

Trump président: Des employés rebelles de Facebook s’interrogent sur le rôle des fausses informations. Les liens faibles, moteurs de notre diversité informationnelle ? Les chercheurs de Facebook, menés par Eytan Bakshy, ont publié une nouvelle étude s’intéressant à comment les gens recevaient et réagissaient à l’information dans le cadre du réseau social. Une étude qui nous invite à « Repenser la diversité de l’information dans les réseaux (voir le papier de recherche, intitulé, lui, plus modestement, « Le rôle des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information »).

Pourquoi « repenser la diversité de l’information dans les réseaux sociaux » ? Parce qu’habituellement, les chercheurs s’accordent à penser que ceux-ci favorisent l’homophilie, c’est-à-dire des liens avec des gens qui nous ressemblent favorisant le « rétrécissement » de la taille du web que nous fréquentons. Les liens faibles sont les gens les plus influents de nos réseaux sociaux L’expérience de Bakshy était relativement assez simple. Image : Illustration des liens forts et des liens faibles issue de l’étude d’Eytan Bakshy. Le risque de l’individualisation de l’internet. La lecture de la semaine, il s’agit d’une petite partie d’un article paru dans la New York Review of Books.

Le risque de l’individualisation de l’internet

Intitulé « Mind Control and the Internet » (Internet et le contrôle de l’esprit), l’article de Sue Halpern consiste, comme c’est le cas la plupart du temps dans la New York Review of books, en le développement d’une thèse qui s’appuie sur la critique de plusieurs livres récemment parus. Médias. Comment le numérique a ébranlé notre rapport à la vérité. Que se passe-t-il quand les faits ne comptent plus, quand les électeurs n’ont plus confiance dans les médias, et quand chacun croit en sa vérité ?

Médias. Comment le numérique a ébranlé notre rapport à la vérité

La rédactrice en chef du Guardian, Katharine Viner, explique comment la technologie et les réseaux sociaux ont bouleversé notre rapport aux faits. La propagande des algorithmes ? Vraiment. Cet été, Katharine Viner (@kathviner), rédactrice en chef du Guardian a publié un long article sur Comment la technologie bouleverse la vérité (un article que vient de traduire Courrier International, et qui a déjà été largement discuté sur Rue89 ou Big Browser par exemple).

La propagande des algorithmes ? Vraiment

Sommes-nous dans un régime post-vérité ? L’article de Katharine Viner nous explique qu’à l’heure des réseaux sociaux, la vérité ne compte plus. Facebook censure une publication de la première ministre norvégienne. « Pendant que j’étais dans l’avion entre Oslo et Trondheim, Facebook a supprimé un post de ma page Facebook. » Vendredi 9 septembre dans l’après-midi, la première ministre norvégienne, Erna Solberg, a fait état, sur le réseau social, d’un nouveau cas de censure de la part de Facebook, dans une affaire qui commence à prendre des proportions importantes en Norvège.

Facebook censure une publication de la première ministre norvégienne

Elle avait voulu, en publiant une photo, soutenir une démarche hors du commun du plus prestigieux quotidien norvégien. Les géants d'internet contrôlent de plus en plus l'information. OFFENSIVE.

Les géants d'internet contrôlent de plus en plus l'information

"Ces 18 derniers mois, (ces géants d'internet) qui avaient jusqu'ici une relation distante avec le journalisme sont devenus des acteurs dominants de l'écosystème de l'information", résume le Tow Center for Digital Journalism de l'Université américaine de Columbia, dans une étude publiée en juin 2016. Beaucoup proposent aux éditeurs de presse de publier directement leur contenu sur leurs plateformes, à l'instar des canaux Instant Articles de Facebook ou Discover de Snapchat, et sont "désormais directement impliqués dans tous les aspects du journalisme", fait valoir l'étude. La plupart des médias nouent des partenariats avec ces nouveaux acteurs de l'information pour maintenir ou développer leur exposition sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux, mais les perspectives financières restent incertaines.

Rue89.nouvelobs. Intelligence artificielle pour Facebook, jury populaire pour Periscope : la modération évolue. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Comment réussir à filtrer efficacement les millions de contenus publiés chaque jour sur les réseaux sociaux pour éviter les messages haineux ?

Intelligence artificielle pour Facebook, jury populaire pour Periscope : la modération évolue

Cette question a toujours été un véritable casse-tête pour ces plates-formes, qui doivent faire évoluer leurs méthodes de modération à mesure qu’elles grandissent et que les pratiques de leurs utilisateurs changent. Aujourd’hui, la plupart des grands réseaux sociaux fonctionnent selon le même principe : les utilisateurs peuvent signaler des contenus problématiques, et une équipe d’employés de l’entreprise traite ces signalements et décide de censurer ou non les messages. Mardi 31 mai, Periscope, l’application de vidéo en direct appartenant à Twitter, a introduit un nouveau mode de fonctionnement. Quand un commentaire est signalé par un internaute, l’application sélectionne quelques utilisateurs au hasard et leur demande aussitôt si le contenu est bel et bien abusif. Condamner ou acquitter. Modération : Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft s’engagent devant la Commission européenne. « Une série d’engagements pour combattre la propagation du discours de haine illégal en Europe. » C’est ainsi que la Commission européenne définit, dans un communiqué publié mardi 31 mai, le « code de conduite » signé par les groupes américains Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft.

Modération : Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft s’engagent devant la Commission européenne

Facebook accusé de manipuler les internautes avec ses «trending topics» POLITIQUE Le réseau social a démenti en assurant que « ces allégations étaient infondées »… 20 Minutes avec agences Publié le Mis à jour le La rubrique « Trending » (qui n’existe pas dans la version française de Facebook) est une petite pastille qui se trouve en haut à droite de la page et mentionne les sujets dont on parle le plus sur le réseau social.

Facebook accusé de manipuler les internautes avec ses «trending topics»

Danger: bulle de filtres - Spread the TED. En 2011 dans un TED Talk, Eli Pariser, nous met en garde contre la « bulle de filtres » générée par Internet.

Danger: bulle de filtres - Spread the TED.