background preloader

Divers 2

Facebook Twitter

Alexis Martinez - Dans l'ensemble, d'accord avec cette... Alexis Tsipras : « Le peuple grec a tenté de s'échapper de la prison de l’austérité. Rattrapé, il a été placé à l'isolement. Parlons de ces six mois de négociations. Quel bilan en tirez-vous ? Alexis Tsipras. Il faudra en tirer les conclusions de façon objective, sans s’avilir ni s’auto-flageller car ce fut un semestre de grandes tensions et de fortes émotions.

Nous avons vu remonter en surface des sentiments de joie, de fierté, de dynamisme, de détermination et de tristesse, tous les sentiments. Je crois qu’au bout du compte si nous essayons de regarder objectivement ce parcours, nous ne pouvons qu’être fiers, parce que nous avons mené ce combat. Vous-même, le gouvernement, Syriza étaient-ils prêts à affronter l’adversaire ? Alexis Tsipras. Est-ce que Syriza s’est rangé à l’unisson derrière cette ligne de la négociation ou y avait-il d’autres opinions ? Alexis Tsipras. Mais c’est vous le président de Syriza. Alexis Tsipras. Cela s’est vu aussi lors du référendum. Alexis Tsipras.

Alexis Tsipras. Pour que s’arrête la catastrophe… Alexis Tsipras. Alexis Tsipras. Alexis Tsipras. Alexis Tsipras. Alexis Tsipras. La Grèce a remboursé 3,4 milliards d'euros à la BCE. "La BCE confirme que toutes les obligations du gouvernement grec arrivant à maturité aujourd'hui et dues à la BCE et aux banques centrales nationales de l'eurosystème ont été remboursées par la Grèce", a fait savoir l'institution de Francfort (Allemagne) dans un communiqué. La somme, composée de 3,2 milliards d'euros de principal et de 200 millions d'intérêts a été versée en début de matinée, ainsi que 7,16 milliards d'euros destinés à rembourser un prêt-relais accordé le mois dernier au pays par les créanciers (UE, BCE, FMI, Mécanisme européen de stabilité), ce qui lui avait permis d'honorer un premier paiement à la BCE et de rembourser des arriérés dus au FMI. Mercredi soir, les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé le déblocage d'une première tranche de l'aide à la Grèce, d'un montant de 26 milliards d'euros, sur les 86 au total du plan d'aide, dont 23 immédiatement.

Grèce : et si la « troïka » cédait la place à un « quintet » ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) La « troïka » des créanciers de la Grèce – le Fonds monétaire international (FMI), la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission de Bruxelles –, si souvent critiquée en Grèce et par une partie de la gauche européenne, est-elle amenée à évoluer ? Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, en a fait officiellement la demande, mercredi 19 août, dans une lettre adressée à Martin Schulz, le président du Parlement européen. Il lui demande une « implication pleine et directe » du Parlement, en temps que « cinquième acteur » de cette troïka, qui est déjà en réalité un « quartet » si on y ajoute le Mécanisme européen de stabilité (MES, l’institution qui doit prêter l’essentiel des 86 milliards d’euros du troisième plan d’aide récemment validé pour la Grèce).

Lire aussi : Le nouveau plan de sauvetage de la Grèce validé par l’Eurogroupe « M. Schulz s’est entretenu avec M. La requête de M. M. Les milliards d’aide à la Grèce passent mal dans la majorité allemande, Europe. Le Bundestag a donné son feu vert mercredi, à une très large majorité, au troisième programme d’aide à la Grèce, même si Angela Merkel se voit confrontée à la fronde croissante de ses troupes. Au terme d’un débat de près de trois heures, 454 députés sur les 585 présents ont voté en faveur du programme de 86 milliards d’euros. Cent treize ont voté contre, dont 63 du groupe parlementaire CDU-CSU de la chancelière. Lors du dernier vote du Bundestag pour l’ouverture des négociations formelles entre l’Europe et Athènes, le 17 juillet, 60 députés chrétiens-démocrates s’étaient opposés, ce qui constituait déjà un record.

En comptant les abstentions et les 17 députés CDU-CSU qui n’ont pas participé au vote mercredi – par exemple en prolongeant adroitement leurs vacances –, la chancelière déplore plus de 80 défections sur les 311 députés de son camp. Un « burn-out du sauvetage de l’euro » « L’union de Merkel souffre d’un burn-out du sauvetage de l’euro », a commenté le « Handelsblatt ». Grèce: une croissance inattendue au deuxième trimestre.

Publié le 14/08/2015 à 14:42. Mis à jour le 14/08/2015 à 07:09. Contre toute attente, la Grèce a renoué avec la croissance au deuxième trimestre, avec un PIB en hausse de 0,8% par rapport au premier, indique jeudi 13 août Elstat, l'agence nationale des statistiques, dans une première estimation. Ainsi, sur un an, la croissance du PIB s'établit à 1,4% par rapport au deuxième trimestre 2014. La forte poussée du PIB au deuxième trimestre s'est appuyée sur de bonnes ventes de détail et sur le début solide de la saison touristique, a indiqué à l'AFP une des analystes d'Elstat. Nikos Magginas, économiste de la Banque nationale de Grèce, a indiqué à l'agence Reuters que "certains indicateurs de l'activité économique du deuxième trimestre, la consommation, la production industrielle et le tourisme, ont particulièrement résisté", tout en ajoutant "cela explique cet étonnant chiffre du PIB du deuxième trimestre".

La Grèce échappe finalement à la récession au premier trimestre. La course contre la montre d’Alexis Tsipras. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel La nuit du jeudi 13 au vendredi 14 août a été tumultueuse et interminable pour les trois cents députés grecs. A l’issue de plusieurs heures de débats, la Vouli, le parlement hellène, a adopté au petit matin le troisième plan d’aide de 85 milliards d’euros au pays, ainsi que la liste de réformes prioritaires à appliquer dès cet été.

Au total, 222 élus ont voté pour, 64 se sont prononcés contre – dont une trentaine membres de Syriza, y compris l’ex-ministre des finances Yannis Varoufakis –, 11 se sont abstenus (3 députés étaient absents). Le texte a donc été validé à la majorité grâce au soutien des trois grands partis d’opposition, Nouvelle Démocratie (conservateur), le Pasok (socialiste) et To Potami (centre gauche). Si l’adoption de ces mesures par la Vouli ne faisait que peu de doute, la fronde de l’aile gauche de Syriza a surpris par son ampleur.

Lire nos explications : Tout savoir sur l’accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers. Problem loading page. Article Flash actualité - Economie L'Allemagne a vivement profité de la crise en Grèce, selon une étude L'Allemagne, qui a adopté une ligne dure vis-à-vis d'Athènes, a fortement profité de la crise économique et financière en Grèce, révèle un institut d'études économiques allemand lundi.Selon des calculs de l'Institut Leibnitz de recherche... Grèce: premiers chiffres de la dévastation économique. Nationwide Poll on Political Developments in Greece - July 2015 - Bridging Europe. Au Pirée, la solidarité pallie les déficiences de l’Etat. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) Elenie et Niki ont le rire facile et communicatif.

Attelées à découper une montagne de carottes et d’aubergines, elles rivalisent de blagues et d’anecdotes en tout genre. Avec elles, c’est tout le centre social Solidarité du Pirée, situé dans la banlieue d’Athènes, qui se bidonne. « On est pauvres, hein.. ça ne veut pas dire dépressifs », ironisent les deux copines. Et pourtant, comme toutes les femmes présentes ce jour-là, Elenie Lazarakou, ancienne chanteuse de cabaret de 43 ans, est au chômage et ne touche aucun revenu depuis plus de quatre ans. Elle survit notamment grâce à l’aide alimentaire distribuée par le centre. « Trois fois par mois, je viens chercher un sac avec des pâtes, du riz, de la farine, du sucre et du lait condensé et ça me permet de passer le mois avec mon fils de 22 ans, lui aussi au chômage », dit-elle. En échange, elle donne de son temps pour cuisiner.

A défaut de pouvoir retirer, les Grecs règlent par cartes bancaires. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel La saignée est brutale. Depuis la réouverture de la Bourse d’Athènes, lundi 3 août, les actions des banques grecques se sont effondrées de près de 60 %. L’économie hellène, exsangue, peinera à s’en relever. Il faudra recapitaliser les établissements – du moins, ceux qui survivront. Le contrôle des capitaux, instauré le 29 juin, ne sera pas levé avant des mois.

Et la limitation des retraits de cash aux distributeurs – ils sont aujourd’hui plafonnés à 420 euros par semaine et par personne – compliquera le quotidien des Grecs pendant des semaines encore. Cette dernière restriction a une conséquence surprenante : les Grecs se sont rués sur les cartes bancaires. Une petite révolution Ces demandes de carte émanent en particulier des retraités, qui avaient jusque-là l’habitude d’aller chercher leur retraite, en liquide, au guichet de leur banque.

Grèce : la Bourse d’Athènes termine en baisse de plus de 16 % Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) La Bourse d’Athènes a clôturé lundi 3 août sur une chute historique, avec une baisse de 16,23 % de l’Athex, l’indice principal, qui a fini à 668,06 points. Il faut remonter à décembre 1987 pour trouver trace d’une telle baisse. A l’époque, les pertes s’étaient élevées à 15,3 % sur la séance.

La Bourse d’Athènes avait rouvert ce matin après cinq longues semaines de fermeture. Dès les premières transactions, l’Athex avait perdu 22 % avant de se stabiliser autour des 16 % à la mi-journée. Les banques, qui représentent environ 20 % de l’indice boursier grec, ont particulièrement souffert : elles plongeaient en moyenne, à l’ouverture, de près de 30 %. Selon le quotidien grec Avgi, proche du gouvernement d’Alexis Tsipras, Athènes recherche environ 10 milliards d’euros ce mois-ci pour recapitaliser les établissements financiers hellènes, fragilisés par la fuite des capitaux. . « Nous avons rempli notre part du contrat » La Grèce et ses créanciers s’opposent sur le niveau de taxation des plus riches.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) Vendredi 31 juillet devait être la dernière journée de cette première semaine de négociations techniques entre la Grèce et les représentants de ses créanciers (Fonds monétaire international, Banque centrale européenne, Commission européenne et Mécanisme européen de stabilité). Mais les discussions continueront en fait dans les prochains jours car des premiers obstacles sont déjà apparus et étaient au menu de la rencontre, vendredi 31 juillet au matin, entre les chefs de délégation des créanciers et le ministre des finances grec, Euclide Tsakalotos, accompagné pour l’occasion du ministre de l’économie et du développement, Georges Stathakis. Voici les principaux sujets de crispation : Le niveau de taxation des hauts revenus Les projets de taxation du gouvernement grec ont été le premier sujet de désaccord à (ré) émerger cette semaine.

Le vote de nouvelles réformes avant l’adoption du plan d’aide M. Grèce : l’ultimatum du FMI. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) et Claire Gatinois Le Fonds monétaire international (FMI), sera-t-il acteur ou spectateur du prochain sauvetage de la Grèce ? Jeudi 30 juillet, l’organisation de Washington a fait savoir que sa participation au prochain plan d’aide à la Grèce était en suspens.

Elle le restera sans engagement « concret » des Européens à alléger la dette d’Athènes. La menace a suscité l’effroi à Bruxelles et surtout en Allemagne où la présence du FMI est jugée indispensable. Les discussions en cours portent sur l’octroi de 86 milliards d’euros à Athènes, troisième renflouement du pays depuis 2010. Créancier d’Athènes à l’instar des pays européens et de la Banque centrale européenne (BCE) le FMI exige que la restructuration de la dette grecque, soit explicitement mentionnée. L’organisation ne peut accorder des prêts à un pays que si sa dette est jugée « soutenable ».

L’échéance du 20 août M. Syriza tiendra un congrès extraordinaire en septembre. Le comité central du parti de gauche radicale Syriza, au pouvoir en Grèce, a voté jeudi 30 juillet au soir en faveur de la tenue d’un congrès extraordinaire au mois de septembre, afin de définir une position commune vis-à-vis de l’accord passé avec les créanciers du pays (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international). Le premier ministre grec et dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, a fait cette proposition à l’ouverture de la réunion du comité central du parti, dont certains membres s’étaient opposés aux mesures de rigueur auxquelles le gouvernement a consenti le 13 juillet afin d’ouvrir la voix au déblocage d’un nouveau prêt à la Grèce.

Lire le détail : Quelles sont les nouvelles réformes voulues par les créanciers en Grèce ? « Une majorité a voté en faveur de la tenue d’un congrès extraordinaire en septembre », a indiqué à l’AFP, Costas Zachariades, membre du comité central, qui compte 201 membres. Une quinzaine de démissions. En Grèce, Alexis Tsipras face aux frondeurs de Syriza. Alexis Tsipras aimerait que le problème de Syriza « ne devienne pas le problème du pays ». Le premier ministre grec est désormais déterminé à mener les actions nécessaires pour faire taire les divisions qui grondent dans les rangs de son parti, celui de la gauche radicale.

Jeudi 30 juillet, devait ainsi s’ouvrir une réunion stratégique du comité central de Syriza au cours de laquelle l’avenir immédiat du parti devait être discuté. La veille, le premier ministre, en poste depuis six mois à peine, s’est lancé dans un entretien de plus de deux heures à la radio Kokkino, proche de Syriza, où il est longuement revenu sur ces tensions. « Je suis le dernier à vouloir des élections, a-t-il déclaré, mais si je n’ai plus de majorité parlementaire, alors je n’aurai pas d’autre choix que de convoquer ces élections. » « Je suis le dernier à vouloir des élections, mais si je n’ai plus de majorité parlementaire, alors je n’aurai pas d’autre choix que de convoquer ces élections. » M.

Grèce :Tsipras vole au secours de Varoufakis. Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a défendu vendredi l'intégrité de son ex-ministre controversé Yanis Varoufakis, accusé d'avoir voulu la sortie du pays de la zone euro. Répondant à une question à l'Assemblée, déposée par le parti de l'opposition socialiste, le Premier ministre a déclaré : "Yanis Varoufakis a peut-être fait des erreurs, vous pouvez l'accuser pour son style (...) mais vous ne pouvez pas l'accuser d'être corrompu", comme certains ministres des précédents gouvernements grecs. "Si vous voulez chercher des responsabilités pénales", il faut les chercher au sein des précédents gouvernements, a lancé Alexis Tsipras. Yanis Varoufakis, qui avait démissionné début juillet après s'être opposé à la décision du gouvernement d'Alexis Tsipras de négocier un nouveau prêt au pays assorti de la poursuite de la politique de rigueur, est accusé d'avoir élaboré un plan B pour le pays, visant la sortie du pays de l'euro.

Ces révélations ont provoqué un tollé en Grèce. La Grèce et ses créanciers s’opposent sur l’adoption de nouvelles réformes. Grèce : Alexis Tsipras prêt à de nouvelles élections. Martin Enlund on Twitter: "#Greece's economy started to worsen July 2014 - long b4 Syriza's election win @Frances_Coppola right, Eurogroup wrong. Plaintes contre Varoufakis après la révélation de son « plan B » de système bancaire parallèle grec. Angela Merkel réaffirme son opposition à une réduction de la dette grecque.

Le plan B « perché dans les nuages » de l’aile gauche de Syriza. Le rocambolesque « plan B » de M. Varoufakis. Quand Varoufakis concevait un « système bancaire parallèle » en Grèce. Comprendre le mécanisme européen de stabilité en trois minutes. Les prochains grands rendez-vous dans le dossier grec. « Il faut un ministère des finances de la zone euro » La «bonne drachme»? Modeste contribution au débat sur la Grèce. L'incroyable "plan B" de Varoufakis. Les représentants de la Troïka de retour dimanche à Athènes. En Grèce, le combat continue. Entretien avec Stathis Kouvélakis. La déroute d'Alexis Tsipras.

La rigueur au coeur du projet allemand pour l’euro. L’Europe impose à la Grèce un plan de privatisation punitif. La gauche alternative au défi du « diktat » européen. Alexis Tsipras aurait sollicité Vladimir Poutine pour aider la Grèce à imprimer des drachmes. Le Parlement grec valide le second train de mesures réclamé par les créanciers. Entre la Grèce et l'Allemagne, une relation ancienne et tumultueuse. Et si Angela Merkel s’était montrée trop faible à l’égard d’Alexis Tsipras ? Vangelis Goulas, Syriza France : « Les actes de nos partenaires de la zone euro relèvent de la guerre économique » Et le Parlement grec adopta un neuvième plan d’austérité en 6 ans.

Greece's Debt Due: What Greece Owes When. Grèce: la BCE relève ses aides d'urgence et juge "indiscutable" un allègement de la dette. Facebook. En Grèce, Syriza fissuré par un compromis incompris. Germany won’t spare Greek pain – it has an interest in breaking us | Yanis Varoufakis. Varoufakis: pourquoi l'Allemagne refuse d'alléger la dette de la Grèce. La défaite de la Grèce, la défaite de l'Europe.

Alexis Martinez - Un gros #pavay pour synthétiser ce qu'il... Flushdoc. Flushdoc. Flushdoc. Flushdoc. Italy's Renzi to tell Germany to accept Greece deal: newspaper. Facebook. Divisée, l'Eurogroupe exige des efforts supplémentaires à la Grèce. Alexis Martinez - Il y a 5 mois, si la perspective avait... Alexis Martinez - Juste comme ça : il y a cinq mois, en... Grèce : comment la France assiste les négociateurs grecs en coulisse. LIVE - La proposition du gouvernement grec aux institutions européennes. Le crépuscule d'une époque. Et pendant ce temps, l'Autriche restructure sa dette...

A-t-on vraiment aidé les Grecs. Syriza et l’UE après la première longue bataille: bilan des négociations. Only the No Can Save the Euro – by James K. Galbraith. Comment la Grèce en est-elle arrivée là ? Refuser de payer pour les Grecs ? On a bien payé pour l'Allemagne.... Grèce: la jeunesse désenchantée s’élève contre l’austérité. Paresseux les Grecs? En Europe, ce sont eux qui travaillent le plus....

Le discours d'Alexis Tsipras au Parlement, dans son intégralité. Athènes, fracturée par la crise. Walmart : la grande évasion fiscale. "Les Grecs ont le sentiment que François Hollande est aux abonnés absents" Dette grecque : Tsipras réclame "un compromis honorable pour éviter une rupture" Asphyxiée, la Grèce tente d'arracher une nouvelle aide. Martin Schulz veut un «gouvernement de technocrates» pour la Grèce | Union européenne. Pourquoi l’ONU a-t-elle choisi de soutenir l’idée du référendum grec? SPECIAL REPORT: European Commission interfering with the Greek banking system. Au terme de 7h de réunion (interrompue à... - Les #pavays d'Alexis Martinez sur la Grèce. La BCE pousse la Grèce vers la sortie de l'euro. Grèce : 5 jours d’épuisantes tractations et maintenant l’attente. Crise grecque : comment les journalistes courent le marathon. La Grèce, cette experte des règles du FMI que le FMI n'attendait pas. Paris et Berlin divergent dangereusement, Monde.

Tsipras veut un « non » massif pour pouvoir peser sur la suite des négociations. Juncker : « Des événements importants sont en train de se passer à Athènes » Les ravages de l’austérité en Grèce en dix graphiques. L’imposture Tsipras. Breaking: ECB states that Euro is reversible and not irrevocable. Hollande, médiateur isolé sur le dossier grec. Les banques grecques et la Bourse d’Athènes fermées pour une semaine.

Depuis 2010, 260 milliards d’euros ont été prêtés à la Grèce. "La crise que subit la Grèce ne se serait pas produite sans l'euro" Flushdoc. La BCE maintient pour l'heure son aide d'urgence aux banques grecques. Grèce: les créanciers ont refusé les propositions grecques. Face à la Grèce, Hollande joue les équilibristes. Une sortie de crise se profile pour la Grèce.