background preloader

Les désastres de l'agriculture actuelle

Facebook Twitter

Comprendre les problèmes posés par les pesticides en 5 minutes. "Viticulteur, je contamine mes voisins, mes ouvriers et moi" Traitement des vignes (Esby/Wikipedia) Mardi soir après avoir regardé Cash Investigation France 2, Philippe, viticulteur de l’Entre-deux-Mers, a eu une nuit agitée, et en a fait part sur Facebook.

"Viticulteur, je contamine mes voisins, mes ouvriers et moi"

Rue89 Bordeaux a recueilli son témoignage, qu’il a souhaité garder anonyme. Je suis vigneron depuis 14 ans et mon père l’a été 30 ans de plus avant moi. Je sais que les produits utilisés polluent, malgré la réduction de dose que je m’impose, malgré le recours le plus possible aux produits homologués bio. Je me contamine, je contamine mes ouvriers et mes voisins. Je suis en colère et victime car, en 2006, j’ai perdu ma mère à 51 ans d’une leucémie. Il faut qu’on aille plus loin. Nos chers élus doivent imposer des conditionnalités d’aide et de vrais coups de pouce pour une culture plus raisonnable. Que faire après les révélations de « Cash Investigation » sur l’agriculture qui tue.

Image tirée du documentaire de Cash Investigation sur les produits chimiques Si vous faites partie des téléspectateurs du documentaire de "Cash Investigation" diffusé mardi 2 février sur France 2, vous devez sans doute vous demander comment limiter la quantité d'intrants chimiques dans votre alimentation et votre environnement. Au Mexique, au Brésil, en Chine et en Corée du Sud, le prix de la junk food baisse, celui des légumes augmente.

Et l'obésité bat des records.

Au Mexique, au Brésil, en Chine et en Corée du Sud, le prix de la junk food baisse, celui des légumes augmente

En deux décennies, le prix des fruits et légumes a beaucoup augmenté, plus que toutes les autres catégories d'aliments, tandis que celui de la junk food a fortement diminué en Chine, au Brésil, en Corée du Sud et au Mexique. C’est la conclusion d’une étude de l’Overseas Development Institute (ODI, un think tank britannique qui travaille sur le développement international et les questions humanitaires), après analyse des prix alimentaires dans ces pays entre 1990 et 2012.

Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Angela Bolis C'est un pas de plus vers la reconnaissance des maladies professionnelles des agriculteurs.

Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu

Lundi 7 mai, est entré en vigueur un décret qui reconnaît la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle et établit explicitement un lien de causalité entre cette pathologie – seconde maladie neurodégénérative en France après Alzheimer – et l'usage des pesticides. Un pas de plus car, dans ce domaine où règnait jusqu'ici la loi du silence, la prise de conscience des effets des produits phytosanitaires sur la santé des agriculteurs commence seulement à émerger. Des esclaves thaïlandais derrière les crevettes vendues en supermarchés. Youtube. L'enquête soja 2014. Enquête soja 2014 Le soja est la culture qui produit le plus de protéines à l’hectare.

L'enquête soja 2014

Elle est massivement importée d’Amérique du Sud. En France, 4,3 millions de tonnes de soja ont été importées en 2013. Près des ¾ du soja produit dans le monde sont utilisés pour nourrir les animaux, notamment la volaille et le porc. Le WWF s’inquiète car la surface totale dédiée au soja sur le continent sud-américain est passée de 17 millions d’hectares en 1990 à 46 millions d’hectares en 2010, et a principalement empiété sur les écosystèmes naturels. Pourtant, des solutions existent pour produire du soja de façon responsable sans détruire les écosystèmes naturels. Pourra-t-on encore consommer des produits laitiers ? Par Christian Rémésy, nutritionniste et directeur de recherche INRA La communauté européenne a cru bon d’en finir avec les quotas laitiers à partir du printemps 2015, pour libéraliser les échanges de lait et de produits laitiers au sein de l’Europe et stimuler leurs exportations.

Pourra-t-on encore consommer des produits laitiers ?

Finis ou presque, les petits élevages de 30 à 60 vaches laitières, la course à la productivité est engagée avec pour résultat une baisse durable du prix du lait. Pesticides : "personne n'y échappe", selon Greenpeace. Lorsque le bio devient de moins en moins bio. De nombreux articles ont, ces dernières années, remis en cause les modes de cultures des produits bio (serres), les transports à forte empreinte écologique depuis l’autre bout du monde jusque dans nos cuisines, sans parler de la qualité des semences elles-mêmes.

Lorsque le bio devient de moins en moins bio

L’enjeu est de taille aussi sur le plan économique puisque le secteur très porteur des produits alimentaires bio représente dans l’Hexagone un marché de 5 milliards d’euros en 2014, en hausse de 10 % sur un an. Monsanto condamné en appel pour l'intoxication d'un agriculteur. Par Francetv info avec AFP Mis à jour le , publié le La cour d'appel de Lyon a confirmé, jeudi 10 septembre, le jugement qui avait reconnu la responsabilité du groupe américain Monsanto dans l'intoxication d'un agriculteur charentais.

Monsanto condamné en appel pour l'intoxication d'un agriculteur

Webdocumentaire. Fish for Cheap. Sur le quai N°10 du port de Dakar, au siège de la Sopasen, société de gestion franco-sénégalaise, Adama Lam s'emporte : «le gouvernement s'est soumis aux intérêts étrangers.»

Webdocumentaire. Fish for Cheap

Vice-président du Groupe des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (GAIPES), l'homme n'y va pas par quatre chemins et parle de «néo-colonialisme». Le Tafta, un traité qui maltraite l’agriculture paysanne ? Non le TAFTA n’est pas une étoffe de soie mais bien le plus grand traité commercial jamais envisagé entre l’Union européenne et les Etats-Unis.

Le Tafta, un traité qui maltraite l’agriculture paysanne ?

Censé booster l’économie mondiale, il pourrait dans son sillage mettre à plat l’agriculture paysanne hexagonale. Aurélie Trouvé, maître de conférences en économie et politiques agricoles, Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne et Jérémy Decerle, éleveur bovin vice-président de Jeunes Agriculteurs nous expliquent pourquoi.

Le Tafta, un cadeau empoisonné pour les éleveurs ? (Photo @Thomas Louapre) TAFTA, 5 lettres pour désigner le TransAtlantic Free Trade Area ou celui que l’on appelle aussi le PTCI, le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ou encore le TTIP, Transatlantic trade and investment partnership. Les députés ne veulent pas étiqueter les aliments issus d’animaux nourris aux OGM. Les étiquettes « nourri aux OGM » sur les barquettes de côtelettes de porc ou de steak du supermarché, ce n’est pas pour tout de suite.

Les députés ne veulent pas étiqueter les aliments issus d’animaux nourris aux OGM

Pourtant, si les cultures génétiquement modifiées sont interdites en France, « les OGM présentent une part significative de l’alimentation de près de 80 % des élevages, selon les professionnels du secteur », assurent les députés écologistes dans un communiqué. Sont particulièrement visés « [le] soja et [le] maïs NK603 associés à l’herbicide Roundup, importés des États-Unis et d’Amérique latine ». L’amendement de Brigitte Allain, députée Europe Écologie Les Verts (EELV) de la Dordogne, au projet de loi « portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne dans le domaine de la prévention des risques » (voir ici, demandait l’étiquetage systématique des viandes, charcuteries, laits, œufs, beurres, fromages et plats cuisinés issus d’animaux d’élevage nourris aux OGM.

Flambée des prix des aliments, comment l'expliquer ? - Greenweez Magazine. Lait, viande, céréales, poisson... Depuis 2007, les prix des produits alimentaires ont fortement augmenté en France, atteignant même leur plus haut niveau depuis 30 ans au premier semestre 2008. A cela, plusieurs raisons qui s'expliquent par une combinaison de facteurs. Pour commencer, il faut revenir à l'un des fondamentaux de l'économie : l'équilibre entre l'offre et la demande. Lorsque le marché est tendu, c'est-à-dire que la production et les stocks ne permettent pas de satisfaire la demande, les prix montent ; les produits concernés deviennent rares et prisés, ce qui augmente leur valeur d'échange. L'impact du dérèglement climatique et la baisse des stocks Plusieurs facteurs peuvent expliquer une diminution de l'offre, comme un manque d'investissement dans l'agriculture ou encore des conditions climatiques défavorables qui entrainent des pertes de récoltes.

Les nouvelles habitudes alimentaires et la production de biocarburants Du côté de la demande aussi, plusieurs facteurs jouent. Contrefaçons alimentaires : arnaques aux frontières. Avec le scandale de la viande de cheval, vous pensiez avoir tout avalé ? Vous croyiez que la contrefaçon était réservée aux Rolex et aux sacs Louis Vuitton ? Sachez que la discipline trouve ses champions également du côté de l’alimentation. Le récent rapport* d’Europol « souligne le fait que la contrefaçon est à présent considérée par les malfaiteurs comme une entreprise moins risquée et plus rentable que le trafic de drogue. L’agrobusiness, tueur en série, par Paul Scheffer (Le Monde diplomatique, mai 2015) « Produire toujours plus, toujours moins cher, avec toujours moins d’agriculteurs » : Aurélie Trouvé résume ainsi la logique de l’agriculture productiviste.

Dans son dernier livre, la coprésidente de l’association Attac, ingénieure agronome, montre avec clarté comment, sous couvert d’une modernité censée améliorer les conditions de travail et les revenus des agriculteurs, les politiques favorisant l’agro-industrie s’avèrent au contraire destructrices d’emplois et représentent une menace pour leur santé. L’environnement n’est pas épargné : l’eau, les sols et les paysages ont été fortement dégradés. La mainmise d’une poignée de multinationales sur les ressources agricoles ne cesse de s’étendre.

Potiron bleu ou blé qui ressent le vent : ces graines que la France bannit. Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires. Inde. Les suicides d’agriculteurs en forte hausse. Quelque 12 000 paysans se sont donné la mort dans le sous-continent en 2014. 60 ans que l'agriculture a tout faux- 18 juin 2015. L'alimentation low cost, "une catastrophe pour l’humanité" Xavier Beulin, le céréale-killer de la FNSEA.