background preloader

Déboulonnage statue/ iconoclasme

Facebook Twitter

PLANNER PP 2020-2021 – * – VIE DE CLASSE – * J’avais déjà tenté les années précédentes d’utiliser un document de Professeur Principal pour le suivi de ma vie de classe, de mes élèves, de l’orientation, des conseils… Mais je n’avais jamais pris le temps de créer vraiment un planner qui me permettrait de tout conserver.

PLANNER PP 2020-2021 – * – VIE DE CLASSE – *

C’est chose faite! Il est très simple et est composé de 3 parties, j’ajouterai des intercalaires une fois que je pourrai le relier. Ce planner est fait pour une classe de seconde (suivi du choix des enseignements de spécialités pour les conseils) mais la plupart des fiches peuvent être réutilisées pour tous les niveaux de classe. PARTIE 1 – LE SUIVI GENERAL: L’emploi du temps des élèves, les dates importantes (à venir), et surement un récapitulatif des adresses mail des élèves avec la confirmation de la connexion sur notre ENT (au vu de la situation), et bien entendu, les conseils de classe (la fiche pour le 2ème et le 3ème sera identique).

Et vous, vous utilisez quoi pour le suivi en tant que PP? La statue d’un marchand d’esclaves déboulonnée par des manifestants à Bristol. (Londres) Des manifestants protestant dimanche contre le racisme à Bristol ont déboulonné la statue d’un important marchand d’esclaves mort au 18e siècle, Edward Colston, située dans le centre de cette ville du sud-ouest de l’Angleterre au passé esclavagiste.

La statue d’un marchand d’esclaves déboulonnée par des manifestants à Bristol

Publié le 7 juin 2020 à 13h35 Mis à jour à 17h49 ✓ Lien copié Agence France-Presse. Protesters take down the Christopher Columbus statue in Baltimore’s Little Italy. Faut-il déboulonner les statues de personnages historiques controversés ? Avec Emmanuel Fureix. Nicolas Offenstadt, historien : "Emmanuel Macron fait une grosse confusion entre l'Histoire et la mémoire" L'historien Nicolas Offenstadt, maître de conférences à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l'invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.

Nicolas Offenstadt, historien : "Emmanuel Macron fait une grosse confusion entre l'Histoire et la mémoire"

"Ne pas rester figé sur un récit qu'il faudrait apprendre en bloc" Nicolas Offenstadt revient sur l'épisode la crise sanitaire : "Le futur nous informe sur le présent : il y avait une demande de changements forte (...) Mais dans toute transformation , il y a des transformations sociales : on ne voyait pas, ça invitait à la réserve. " Sans changement des structures sociales, il était difficile d'envisager un monde nouveau. Déboulonnage de statues : "la République a suffisamment de symboles forts, Faut-il déboulonner la statue de Colbert installée devant l'Assemblée nationale, à l'instar de celle de Léopold II à Anvers, en Belgique ?

Déboulonnage de statues : "la République a suffisamment de symboles forts,

Pour l'historien Frédéric Régent, si l'on veut comprendre l'esclavage, il ne faut pas occulter ce pan de l'histoire. Les récentes manifestations contre le racisme et la destruction de statues de personnages liés à l'histoire de l'esclavage, comme à Bristol le 8 juin dernier, ont relancé le débat sur les traces de l'histoire coloniale dans les pays qui ont participé à la traite négrière. Des rues, des établissements, des lieux portent le nom de personnalités de l'Histoire qui ont permis l'esclavage.

Parmi elles, Jean-Baptiste Colbert, contrôleur général des finances sous Louis XIV et auteur du Code noir, un ensemble de textes juridiques qui régissait l'esclavage dans les colonies françaises. Rien qu'à Paris, quatre voies publiques portent son nom, ainsi qu'un lycée et une école privée. Que faire du Code noir pensé par Colbert ? Déboulonner les statues? "Ces questions méritent un débat public" selon l'historien Nicolas Offenstadt. Faut-il déboulonner les statues liées au racisme ? ► Ce qui est frappant, ici, c’est l’ampleur de la contestation Jacqueline Lalouette, historienne, auteure d’Un peuple de statues.

Faut-il déboulonner les statues liées au racisme ?

La célébration sculptée des grands hommes (Mare & Martin, 2018). Le déboulonnage actuel des statues de personnages liés à l’esclavage et à la colonisation renvoie en réalité à un comportement très ancien. On pense aux guerres de religion, à la Révolution française, ou au XIXe siècle riche en changements de régimes, au cours duquel les représentations liées au régime précédent étaient rapidement mises à bas. Sous Vichy aussi, de nombreuses statues ont été déboulonnées, fondues, pour des raisons en partie idéologiques mais surtout pour récupérer les métaux non-ferreux pour l’agriculture et l’industrie (1). → À LIRE. Outre la politique intérieure, l’anticléricalisme est un autre motif de contestation. D’autres déboulonnages prennent plus de temps, c’est notamment le cas pour l’esclavage ou la colonisation.

Déboulonnage des statues : « L’anachronisme est un péché contre l’intelligence du passé » La fièvre iconoclaste qui s’est emparée d’un certain nombre de groupes épris de passion justicière, projetant de déboulonner les statues de certaines figures historiques, de débaptiser des lieux publics, de changer le nom de rues et d’établissements scolaires, a paru d’abord dérisoire.

Déboulonnage des statues : « L’anachronisme est un péché contre l’intelligence du passé »

Mais sa contagion serait un danger pour les principes républicains. Que la chute d’une dictature appelle un peuple à renverser spontanément et à effacer les représentations des tyrans : on fait plus que le comprendre, on a pu en être joyeux, souvent, on espère pouvoir l’être encore demain, tout autour de la Terre. En revanche, en démocratie, pareille initiative revient aux élus du peuple, quel que soit le niveau de leur responsabilité. Racisme : F.X. Fauvelle réagit au déboulonnage des statues. François-Xavier Fauvelle est historien et archéologue français spécialiste de l'Afrique.

Racisme : F.X. Fauvelle réagit au déboulonnage des statues

En 2019, il est devenu le premier professeur du Collège de France à détenir une chaire permanente et intégralement consacrée à l'histoire de l'Afrique ancienne. Il répond ici aux questions de Sciences et Avenir. Sciences et Avenir : Qu'est-ce que ces événements vous inspirent en tant qu'historien ? François-Xavier Fauvelle : Je comprends aussi bien l'urgence qu'éprouvent certains à déboulonner une statue de personnage historique que le désir engendré chez d'autres de préserver la même statue du déboulonnement. Cette ambivalence est partagée par tout le monde : chacun peut être en même temps attaché à un monument et vouloir promouvoir la disparition d'un autre. "Les Egyptiens martelaient les inscriptions pour faire disparaître certains personnages" Et dans le même temps, constatons que ce rapport n'est verbalisé qu'à la faveur d'une mobilisation collective.

Non. Polémique : faut-il déboulonner des statues ?