background preloader

Les Innovations

Facebook Twitter

Le smartphone sécurisé de Boeing quasi inviolable. Le constructeur aéronautique a dévoilé officiellement son smartphone nommé «Boeing Black» à destination d'agents du gouvernement. Le smartphone a la particularité de détruire son contenu en cas d'intrusion. Le «Boeing Black» pourrait devenir le téléphone officiel des chefs d'État et des espions.

Le smartphone n'est pas encore disponible dans le commerce mais Boeing serait en discussion avec des acheteurs potentiels après avoir passé 3 ans à développer l'appareil, selon une porte-parole du géant de l'aéronautique interrogée mercredi par Reuters. Le téléphone fonctionne sur le système d'exploitation Android. Le smartphone est assemblé aux États-Unis, a priori par Boeing lui-même, et certains composants sont fournis par STMicroelectronics, leader dans la fabrication de semi-conducteurs. «C'est un téléphone destiné à des entreprises qui souhaitent gérer un parc de smartphones sécurisés et connectables à leurs ordinateurs sécurisés existants», déclare le porte-parole de STMicroelectronics.

Un smartphone qui se recharge et reçoit des données grâce à la lumière. On pourrait presque prendre cela pour de la magie : placer un smartphone sous une lumière et voir une vidéo se lancer automatiquement. Il n’y a pourtant aucune sorcellerie derrière ce phénomène, mais la technologie de l’entreprise française SunPartner, basée à Aix-en-Provence. La société s’est d’abord spécialisée dans le composant Wysips Crystal. Transparente jusqu’à 90 %, cette couche s’intègre dans la composition des écrans tactiles de smartphones. "Il ne mesure que 500 microns d’épaisseur et nous allons certainement atteindre les 300 microns", précise à metronews Francis Robcis, son vice-président en charge des ventes et du marketing. Composé de cellules photovoltaïques, son but est de compenser la consommation toujours accrue de nos appareils.

Assurer des fonctionnalités vitales "Avec un rendement de 2,5 mW par centimètre carré, on estime le gain d’énergie d’environ 20 %", détaille Francis Robcis. Plus de pollution par ondes électromagnétiques. Paiements : le smartphone et la tablette sont-ils les caisses enregistreuses de demain ? Accueil > Actualité économique Par Vincent MIGNOT - Vendredi 27 décembre 2013 à 18h19 Analyse et décryptage - Mots-clés : BNP Paribas, Crédit Agricole, LCL / Crédit Lyonnais, Moyens de paiement, Téléphonie. L'année 2014 devrait voir le développement, en France, d’une nouvelle génération de terminaux de paiement par carte bancaire, à destination notamment des artisans, des petits commerçants et des PME. Plus légers et moins chers, ils s’appuient sur les smartphones et les tablettes, qu’ils transforment en véritables caisses enregistreuses.

Transformer un smartphone ou une tablette tactile en terminal de paiement et en caisse enregistreuse : c’est l’idée de génie qui a fait le succès de Square aux Etats-Unis. Payleven, le Square européen ? Après avoir conquis l’Amérique, Square envisage logiquement de développer son activité à l’international. Du coup, le marché européen de l’encaissement des paiements sur mobile est actuellement l’objet de convoitises, notamment en France. Samsung : des écrans en 4K en 2015 et pliables en 2016. Samsung a présenté sa feuille de route en matière de technologies d’écran. Dans la lignée du Galaxy Round, le constructeur annonce qu’il devrait être capable de produire des écrans pliables à partir de 2016. Pour les écrans traditionnels, le constructeur a indiqué que les dalles tactiles devraient se doter de la 2K et la 4K. Les écrans incurvés sont décidément très en vogue ces temps-ci. Après la sortie du Galaxy Round, un smartphone haut de gamme à écran incurvé, Samsung annonce la préparation de nouvelles technologies dans cette même lignée.

Evidemment ce n’est pas un scoop puisqu’on imaginait bien que le Galaxy Round allait ouvrir la voie à de nombreuses innovations en matière de flexibilité d’écran, mais il n’empêche que les plans du constructeur laissent plutôt rêveur. La technologie intégrée dans l’écran incurvé du Galaxy Round devrait permettre au cours de l’année prochaine de franchir un pas supplémentaire avec des écrans pliés.

LG, aussi dans la course Les écrans standard. Bientot les Smartphone à encre électronique. Apres l’apparition des Smartphone à écran incurvé et écran flexible, une autre innovation veut trouver sa place en modifiant nos Smartphone et ce, d’ici la fin de cette année. Cela a déjà été évoqué avec notamment le Yotaphone qui proposera deux écrans dont un à encre électronique. Notons également la possibilité d’ajouter une coque à encre électronique pour pouvoir bénéficier des atouts de l’encre électronique sur des Smartphones préexistants.

Mais la nouveauté la plus attendu est sans conteste le Smartphone avec un écran unique à encre électronique de Onyx, le Boox E43, dont nous avions déjà parlé il y a de cela un an. Depuis lors, il a mûri et pourrait bien se matérialiser et débarquer en Europe comme on peut s’en apercevoir sur une vidéo de Charbax en Anglais datant du 15 octobre dernier. En parlant de ses caractéristiques techniques, le E43 propose un écran à encre électronique de 4,3 pouces avec une résolution de l’écran tactile et capacitif de 800 x 480. Phonebloks : le smartphone que vous construisez! C`est Dave Hakkens, un inventeur néerlandais, qui a eu cette idée pour contrer l`obsolescence programmée de nos chers smartphones.

Ponebloks est composé de blocs détachables indépendants. Les bocks sont reliés à la base qui tient le tout ensemble pour en faire un téléphone complet et ergonomique. Si jamais l`un des bloc (composant) se casse ou si vous voulez l`upgrader, il suffit de remplacer le bloc lui-même et non le téléphone dans son entièreté. Comment ça marche? Le "Blokstore" ressemble à un Appstore mais pour composants. L`idée est là, l`envie et le besoin aussi, reste maintenant à trouver les financements de base.

Do it yourself: Le smartphone évolutif, bientôt une réalité? - News High-Tech: Hard-/Software. Do it yourself Motorola planche sur un mobile que le client pourrait assembler, personnaliser et réparer lui-même grâce à des pièces interchangeables. 1/10 Motorola veut créer un écosystème où les diverses pièces pourraient être assemblées en un smartphone sur mesure. Articles en relation Signaler une erreur Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer. Veuillez SVP entrez une adresse e-mail valide Partager & Commenter Votre email a été envoyé. Reviendra-t-on de l’obsolescence programmée? Début septembre, un designer néerlandais présentait le concept de Phonebloks, un smartphone modulable, sur lequel l’utilisateur pouvait fixer et remplacer les composants (écran, caméra, batterie, etc.) de son choix.

Son idée vient de prendre une tournure nettement plus concrète avec le «Projet Ara» dévoilé par Motorola lundi 28 octobre: «Nous développons une plate-forme matérielle ouverte dans le but de créer des smartphones hautement modulables. Motorola entend bien dépasser le stade du concept. Project Ara : le smartphone modulaire qui évolue selon vos envies (vidéo) Alors que nous en étions restés à un concept en photo, Paul Eremenko a su éveiller nos esprits lors du Launch 2014. Durant cette conférence, ce Googler qui participe à l’élaboration du Project Ara, ou devrions-nous dire Google Ara, montre pour la première fois en vidéo un aperçu du terminal modulaire. Bien plus qu’un smartphone, le Google Ara se présente comme la solution ultime du futur où la personnalisation et les composants seront choisis en fonction des nécessités et/ou du budget de chacun.

On ne présente plus le Project Ara, ce smartphone modulaire composé d’un endosquelette (avec une batterie de réserve) capable d’accueillir une multitude de modules. Avec le Project Ara, Google déclare vouloir rendre le changement d’un module aussi simple qu’installer une application. Google souhaite proposer la base dès 50 dollars en version Mini, annoncée pour le premier trimestre 2015. Lien YoutubeChaine Youtube FrAndroid Le Google « Project Ara » peut être aperçu autour de 7 minutes. Ara : le smartphone modulaire de Google se précisera dès avril. La date est fixée : ce sera les 15 et 16 avril 2014.

Pour assurer le battage autour de son projet Ara, Google mise sur une conférence à destination des développeurs. Il faut dire que le projet risque d'en intéresser plus d'un. La conférence, annoncée par Google ATAP (le même labo en charge du projet Tango) sur Google+, est aussi l'occasion d'en savoir plus. Le projet est remarquable à plus d'un titre. D'abord, précise Google, il doit mettre fin à un paradoxe : alors que les smartphones sont utilisés par près d'un milliard de personnes, très peu ont leur mot à dire sur leur conception. Evidemment, il ne faut pas écarter tout ce que cette annonce comporte de communication. Conférence en ligne Reste que le projet Ara se veut l'avènement d'un smartphone modulaire.

Il devrait y rester après la revente. Elle se tiendra en ligne, avec un streaming vidéo et des fonctionnalités de questions / réponses. La première conférence se concentrera sur le MDK (Module Developer Kit) d'Ara. Le smartphone, nouveau moyen de paiement pour les étudiants ? - L'Etudiant Trendy. C’était le fantasme des auteurs de science-fiction, et ça pourrait bien devenir notre quotidien : le paiement dématérialisé.

Faire de votre smartphone votre nouveau moyen de paiement est en effet le nouveau défi de nombreuses start-ups, et même de grandes sociétés. Quelles activités de la vie quotidienne tendent à être concernées ? On fait le point sur les diverses initiatives de e-paiement. Le NFC est un mode de paiement par ondes qui tend à devenir le standard du e-paiement. Facebook est actuellement en train de tester le règlement par mobile, en utilisant vos coordonnées de paiement – déjà intégrées si vous achetez des applis Facebook – pour faire d’autres achats, et donc le terminal sera toujours à portée de main.

L’horodateur. Les tickets resto vont également être dématérialisés, et disponibles via un compte sur votre smartphone. Google Wallet compile tous vos comptes et vos cartes de crédit sur votre téléphone, en mode virtuel. Le QR code peut également devenir un moyen de payer. Le smartphone pas assez sûr pour remplacer la carte bancaire pour une majorité de Français. Accueil > Actualité économique Par Benoît LÉTY - Mardi 29 octobre 2013 à 18h04 Mots-clés : Internet, Moyens de paiement, Sondage. BL - cBanque Entre la carte bancaire et les portefeuilles électroniques mobiles, pour l’heure, le match n’existe pas, selon un sondage Ipsos-Elia consulting. 87% des Français ne seraient pas prêts à troquer leur carte bancaire pour le seul smartphone comme moyen de paiement.

Régler les achats du quotidien sans même sortir la carte bancaire, simplement à l’aide d’un téléphone portable ? Cependant, lorsque l’on interroge ces mêmes personnes sur l’opportunité de « payer directement [leurs] achats sur internet ou en boutique avec [leur] téléphone mobile », sept sur dix répondent qu’ils ne sont pas prêts. Les Français sceptiques sur la sécurité du mobile Pourquoi tant de frilosité ?

Est-ce le fait de payer avec un mobile en magasin qui leur fait peur ? La banque, caution de fiabilité Comment rassurer les Français ? © cbanque.com / BL / Octobre 2013 Actualités à la une.