background preloader

INNOVATIONS

Facebook Twitter

Des matériaux du vivant aux nanomatériaux - Hervé Arribart. Pérou : ils produisent de l’électricité grâce à la photosynthèse des plantes. Des scientifiques péruviens ont imaginé un système autonome et durable capable de capter l’énergie de la photosynthèse d’une plante pour ainsi créer de l’électricité.

Pérou : ils produisent de l’électricité grâce à la photosynthèse des plantes

Un modèle nommé "Plantalámpara" permet désormais d’apporter la lumière aux populations rurales vivantes dans la forêt amazonienne. Quand l’homme contemple son environnement et s’inspirent de la mère nature, le résultat peut être extraordinaire. Cette même nature, dans toute sa splendeur, lui apparaît alors comme une source d’ingéniosité, de sagesse et le dirige dans la bonne direction. Il est fréquent que les solutions aux problèmes qui nous préoccupent le plus, soit moins complexes qu’elles n’y paraissent. "Plantalámparas": Plantas que dan luz. Antecedentes De acuerdo a la última Encuesta Nacional de Hogares realizada por el Instituto Nacional de Estadística e Informática (INEI), el 42% de las zonas rurales de la selva peruana no cuenta con energía eléctrica, frente a las zonas rurales de la costa y sierra, que cuentan con el servicio en un 78.5% y 72.4%, respectivamente.

"Plantalámparas": Plantas que dan luz

Cabe indicar que, según cifras de INEI, de todo el país la zona rural de la región Ucayali es donde existe la tasa más baja de acceso a la energía eléctrica, tal es así que únicamente el 35.1% de este grupo cuenta con dicho servicio. Comunidad nativa Nuevo Saposoa: La comunidad nativa Nuevo Saposoa pertenece al grupo étnico Shipibo Conibo y está ubicada en los alrededores del Rio Tachitea en Ucayali. En Australie, une centrale à vagues produit de l’énergie pour la première fois dans le monde.

- Perth, reportage De drôles de soucoupes volantes flottent sous l’océan indien, au large de Perth en Australie occidentale.

En Australie, une centrale à vagues produit de l’énergie pour la première fois dans le monde

Depuis fin février, la start-up Carnegie Wave Energy a mis en place une centrale houlomotrice reliée à un réseau électrique. C’est la première fois dans le monde que plusieurs unités d’une telle centrale fonctionnent en même temps, et alimentent avec succès un réseau. Des chercheurs ont réalisé une prouesse impressionnante : imprimer de la lumière sur du papier. Et si la lumière n’était désormais plus limitée aux écrans et aux ampoules ?

Des chercheurs ont réalisé une prouesse impressionnante : imprimer de la lumière sur du papier

Grâce à cette nouvelle innovation révolutionnaire nommée Lightpaper, il est maintenant possible d’imprimer de la lumière sur une feuille de papier. DGS vous présente cette nouvelle technologie lumineuse qui va révolutionner l’impression. BMX et jardin local, Aurélien change le monde en créant le sien. BMX et jardin local, Aurélien change le monde en créant le sien Entre Aubergine et Bicyclette est une vidéo-portrait d’Aurélien Hutchings.

BMX et jardin local, Aurélien change le monde en créant le sien

Il s’est installé il y a quelques années dans les environs de Volx, un village situé dans les Alpes de Haute-Provence. Son petit monde écologique est surprenant et risque de vous inspirer ! Passionné de BMX depuis son plus jeune âge, le jeune homme s’est toujours montré débrouillard et avenant. Vidéo > Interview : en quoi un ordinateur quantique est-il différent ? [INCONTOURNABLE] Laisser des messages secrets en pleine rue grâce à l’application Traces. Traces : une chasse au trésor en version message virtuel Avec la nouvelle application Traces il est possible de laisser une vidéo, une photo, de la musique ou encore de le voix dans le monde réel afin que seul son destinataire la retrouve.

[INCONTOURNABLE] Laisser des messages secrets en pleine rue grâce à l’application Traces

L’ami en question ne pourra trouver ce message Traces que s’il est au bon endroit au bon moment. Une fois le contenu Traces découvert, il disparaitra à tout jamais. Comment laisser une trace ? The Super Supercapacitor. Streetlamps Go Green. Synth (e) tech (e) Cology : une structure architecturale capable de transformer le CO2 en carburant. Un étudiant du Royal College of Art de Londres a imaginé une structure qui, fixée autour d’un immeuble serait capable d’aspirer le CO2 rejeté par la circulation routière et de le transformer en carburant.

Synth (e) tech (e) Cology : une structure architecturale capable de transformer le CO2 en carburant

Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Un étudiant du Royal College of Art de Londres, Chang-Yeob Lee, a élaboré une espèce de structure qui, fixée autour d’un immeuble (dans son idée la tour BT de Londres, haute de 177 mètres, et une des zones les plus pollués de toute la Grande-Bretagne), pourrait aspirer le CO2 rejeté par le trafic routier et le transformer en carburant. Cet aspirateur gant a été baptisé Synth[e]tech[e]cology. Concrètement, la structure viendrait d’accrocher à la tour grâce à des filins en acier. Un phototransistor en graphène et... de la chorophylle. La chlorophylle est présente à haute concentration dans les chloroplastes des cellules végétales vivantes.

Un phototransistor en graphène et... de la chorophylle

On voit sur cette image, prise dans le visible avec un microscope, des cellules avec chloroplastes. © Wilfredo R. et Rodriguez H., Wikipédia, DP Un phototransistor en graphène et... de la chorophylle - 2 Photos Si l’on pouvait réaliser de la photosynthèse artificielle ou produire de l'hydrogène en utilisant l’énergie du Soleil avec des systèmes performants et à bas coût, cela changerait le cours de l’histoire de l’humanité, selon le scénario imaginé par Freeman Dyson dans son livre Le soleil, le génome et Internet. L’idéal serait d’arriver à construire des cellules photovoltaïques ayant un rendement comparable à celui des plantes. Une pile à combustible microbienne pour produire de l’electricté par les plantes.

L’entreprise néerlandaise (Plant-E) développe ce nouveau « procédé qui permet de produire de l’électricité à travers l’interaction entre les racines des plantes et les bactéries présentes dans le sol.

Une pile à combustible microbienne pour produire de l’electricté par les plantes

En effet, lors de la photosynthèse, les plantes génèrent de la matière organique qui est ensuite Produire de l‘électricité à partir de plantes. Tel est le but du projet Plant-e mené à l’Université de Wageningen aux Pays-Bas. Un nouveau type de piles à combustible microbiennes a été mise au point par l‘équipe scientifique de Marjolein Helder. Elle produit de l’électricité grâce à l’interaction entre les racines des plantes et les bactéries. La pile tire avantage des 70% de matière organique produite par photosynthèse que la plante ne peut pas utiliser et qu’elle excrète par les racines. “Les panneaux solaires produisent plus d‘énergie au mètre carré, mais nous espérons réduire les coûts de notre technologie à l’avenir.