background preloader

Articles Géopolitique

Facebook Twitter

» Bosnie : Un futur conflit dans les Balkans ? Une vision russe sur un sujet à suivre… Source : Joaquin Flores – Fort Russ News – 26 septembre 2016 Le premier ministre Milorad Dodik prend la parole à un meeting pré-victoire à Banja Luka, capitalede facto de la Republika Srpska La Républika Srpska – l’état serbe autonome enchâssé dans la Bosnie-Herzégovine – a tenu hier [25 septembre, NdT] un référendum qui change la donne.

» Bosnie : Un futur conflit dans les Balkans ?

Ce référendum portait théoriquement sur la reconnaissance d’un jour férié : le Jour de l’Indépendance. » Syrie : marche turque vers Raqqa et marche funèbre pour les Kurdes ? Par Fabrice Balanche. Source : Le Figaro, Fabrice Balanche, 07/11/2016 Coimbattants Kurdes lors d’un point presse à propos de l’opération contre Raqqa, capitale syrienne de l’Etat Islamique.Crédits photo : RODI SAID/REUTERS FIGAROVOX/TRIBUNE – Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), dirigées par les Kurdes syriens, ont lancé l’offensive contre Raqqa, capitale syrienne de Daech.

» Syrie : marche turque vers Raqqa et marche funèbre pour les Kurdes ? Par Fabrice Balanche

Mais pour Fabrice Balanche, la situation est encore très incertaine sur fond de rivalité entre Kurdes et Turcs. Dimanche 6 novembre, les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), dirigées par les Kurdes syriens, ont annoncé officiellement le début de l’offensive contre Raqqa, capitale syrienne de l’État islamique. Cela fait suite aux déclarations de la Turquie, qui elle aussi souhaite s’attaquer à Raqqa avec l’aide des rebelles arabes qu’elle a utilisés pour sécuriser sa frontière entre Azaz et Jerablous au Nord de la Syrie.

Une lecture géopolitique du triomphe de Trump. L’élection de Donald Trump impose une lecture nouvelle : après les échecs institutionnels qu’ont connus L’Union Européenne et les États-Unis, l’issue — partielle — semble provenir d’outsiders conservateurs.

Une lecture géopolitique du triomphe de Trump

La « droite » semble mieux comprendre que la « gauche » l’actuelle vague de fond ; elle s’alimente de lieux communs et de peurs (le débat sur les réfugiés, à l’intérieur de l’UE, débat dans lequel François Hollande défend la position la plus progressiste en s’opposant aux murs (est-il si éloigné des sorties fracassantes de Trump sur les relations avec le Mexique ?) Et elle profite aussi d’avantages objectifs (plus de moyens et plus de pragmatisme). Cet article est écrit suite à la commotion mondiale que constitue le triomphe de Donald Trump aux États-Unis. Nous avons l’intention d’aborder quelques points et de procéder à une lecture géopolitique d’un événement qui définit un avant et un après sur la scène mondiale.

Histoire

Syrie. Les trois scénarios de la bataille d’Alep. Impossible de prédire qui, entre les troupes du régime et les rebelles, s’imposera dans la deuxième ville du pays.

Syrie. Les trois scénarios de la bataille d’Alep

Mais pour ce quotidien libanais, l’un des grands gagnants du siège est pour l’instant le groupe djihadiste Fateh Al-Cham. La guerre en Syrie ne se terminera pas à Alep. Géopolitique du Vatican. La papauté, institution mondialisée. LE 25 septembre 2015, lorsqu’il s’adresse à l’Assemblée Générale de l’O.N.U., en train de célébrer ses soixante-dix ans, le pape François choisit d’utiliser la langue espagnole [1].

Géopolitique du Vatican. La papauté, institution mondialisée

S’adresser à l’assemblée de l’O.N.U. est presque devenu chose commune pour un pape depuis le premier grand discours du pape Paul VI, le 4 octobre 1965. Un discours dont le pape François commémorait justement les cinquante ans. Géopolitique de l’Arabie saoudite : quelle diplomatie religieuse (...) - Moyen-Orient. Pierre Verluise (P.

Géopolitique de l’Arabie saoudite : quelle diplomatie religieuse (...) - Moyen-Orient

V.) : Pourquoi le prosélytisme est-il dans l’ADN du régime saoudien ? Pierre Conesa (P. C.) : Le triomphe de la famille des Al Saoud pour unifier la péninsule n’a été possible qu’avec l’appui de la famille des Al Cheikh, (celle de Abd al Wahhab). Celle-ci a légitimé la guerre des Saoud contre l’Empire Ottoman puis contre les autres tribus du Royaume en proclamant le djihad.

Même la prise des Lieux Saints contre le Chérif de la Mecque, pourtant descendant du Prophète, a été ainsi justifiée. Géopolitique. Un monde en quête de puissance - Amérique du Nord. LA FIN de la guerre froide en 1991 a marqué le passage d’un monde bipolaire à un monde unipolaire.

Géopolitique. Un monde en quête de puissance - Amérique du Nord

Débarrassé de ses oppositions idéologiques et territoriales à la faveur de l’effondrement de l’Union soviétique, le monde d’après la guerre froide s’est retrouvé face à l’existence d’une seule puissance : les États-Unis d’Amérique. De 1991 à 2008, cette puissance s’est constituée en gendarme du monde, au pire en intervenant militairement à l’extérieur et au mieux en influençant, par ses attraits culturels et économiques, les différents acteurs. La réunion de ces deux méthodes (hard et soft power) a créé chez le citoyen américain une conscience de puissance [1] d’une part et une reconnaissance de puissance chez l’observateur étranger d’autre part.