background preloader

L'alimentation

Facebook Twitter

Le business du bio, un nouvel eldorado ? - Vidéo Spécialités. Bienvenue dans le business du bio, un commerce juteux !

Le business du bio, un nouvel eldorado ? - Vidéo Spécialités

La France est le 3e marché mondial après les Etats-Unis et l’Allemagne. Des agriculteurs qui ne connaissent pas la crise, des produits qui aiguisent les appétits des distributeurs et font saliver les consommateurs… Le bio lui a rapporté 5,75 milliards d’euros en 2015. Il représente aujourd’hui 20% de la consommation française. Une aubaine pour les agriculteurs. L’agriculture Française comptait 31 880 producteurs biologiques, (+ 10 % par rapport à fin 2015). En fin d’année 2016, les surfaces cultivées selon le mode biologique représentaient plus de 1,5 millions d’hectares, (soit 20% d’augmentation par rapport à 2015) !

Cet engouement vient d’abord des consommateurs qui ne sont pas uniquement des bobos, issus des catégories sociales supérieures, mais aussi des personnes surtout désireuses de privilégier leur santé, l’environnement et le goût, passé 40 ans. Car il n’y a pas que l’agriculture concernée par le business du bio. La faim dans le monde progresse - Vidéo Géographie. 1 humain sur 9 souffre encore de la faim en 2019.

La faim dans le monde progresse - Vidéo Géographie

La situation s’aggrave pour la 3e année consécutive à cause des conflits, des crises économiques et du changement climatique. Pourtant nous produisons en théorie assez de nourriture pour nourrir toute la planète. Comment expliquer ce paradoxe ? Comment définir « la faim dans le monde » ? Les agences des Nations unies distinguent deux phénomènes. - La sous-alimentation. . - La malnutrition, appelée également insécurité alimentaire modérée. Si l’on considère la faim de façon large, en comptant les personnes souffrant de sous-alimentation et celles sujettes à l’insécurité alimentaire, 2 milliards d’individus sont touchés dans le monde.

Quels sont les pays les plus concernés ? La faim progresse particulièrement en Afrique, mais aussi en Amérique Latine et en Asie. Quelles sont les causes qui entrainent la sous-alimentation et la malnutritution ? - Les conflits armés. . - Le dérèglement climatique. Il y a urgence à enrayer la faim. Gaspillage alimentaire. Campagnes de communication du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt.

Gaspillage alimentaire

En France, le gaspillage alimentaire en chiffres. Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu.

Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité. Vous pouvez consentir à l’utilisation de ces technologies en cliquant sur « accepter » Se nourrir : vieux problèmes, nouveaux défis (2/4) : Les paysans en première ligne. Du Sénégal au Nigeria, en passant par le Mali, les paysans d’Afrique rencontrent de grandes difficultés pour subvenir à leur besoin et celui de leur famille.

Se nourrir : vieux problèmes, nouveaux défis (2/4) : Les paysans en première ligne

Mi-octobre, un rapport d’Amnesty International alertait l’opinion publique sur la situation en Angola, où des milliers de petits éleveurs risquent de ne pas réussir à se nourrir suffisamment du fait de la sécheresse. Une configuration tristement commune en Afrique subsaharienne, où ceux qui élèvent et cultivent mangent rarement à leur faim. Ils travaillent en effet dans des conditions très difficiles, pour un rendement souvent assez faible. Sans compter que la consommation de leur propre production, très spécialisée, est loin de subvenir à l’ensemble de leurs besoins nutritionnels, et la commercialisation de leurs surplus ne leur assure pas toujours un revenu suffisant pour s’acheter les aliments qui leur manquent. Comment les aléas climatiques, les choix politiques et les conflits pèsent-ils sur la faim des paysans ?