background preloader

Cohésion sociale et conflits sociaux

Facebook Twitter

Saint-Valentin : treize preuves que le couple a changé depuis la génération de vos parents. Les âges du premier baiser, de la première relation sexuelle, du mariage et du premier enfant ont sensiblement évolué en quelques décennies. Le Monde | 14.02.2018 à 07h47 • Mis à jour le 08.05.2018 à 18h27 | Par Maxime Vaudano Des relations plus précoces, des engagements plus tardifs et des couples aux physionomies plus diverses : ces constats sur l’évolution du couple, dont chacun peut faire l’expérience, se vérifient à l’échelle de la population française. A l’occasion de la Saint-Valentin, tour d’horizon des principaux chiffres qui soulignent ces changements sociétaux. Faites le test : En couple, célibataire : êtes-vous dans la norme des Français ? Familles monoparentales : la progression continue. La proportion de familles monoparentales dans l’ensemble des familles est passée de 9,4 à 23 % entre 1975 et 2014, selon les données du recensement de l’Insee .

Au total, on compte deux millions de familles de ce type qui dans 82 % des cas sont constituées d’une mère avec ses enfants. Les familles monoparentales rassemblent 3,4 millions d’enfants, soit 1,6 enfant en moyenne, la moitié d’entre elles étant composée d’un parent avec un seul enfant. Selon une estimation de l’Ined, entre un quart et un tiers des femmes connaissent au moins une fois une situation de monoparentalité au cours de le leur vie . Toutes les couches sociales sont concernées, mais ces mères sont en moyenne moins diplômées : 23 % ont au minimum un niveau bac + 2, contre 30 % pour les mères de famille en couple avec enfants.

La progression de la monoparentalité est la conséquence de l’augmentation du nombre de ruptures. Jusqu’où peut progresser la part de familles monoparentales parmi l’ensemble des familles ? La famille change, le couple reste – Centre d'observation de la société. Les deux tiers des plus de 20 ans vivent en couple, avec ou sans enfants. Entre 25 et 65 ans, cette proportion est de 70 %. Le fait de partager son quotidien avec un partenaire et élever des enfants ensemble reste un modèle de vie très solidement implanté dans une société moins individualiste qu’on ne le dit. Ce couple est moins souvent déclaré en tant que tel. L’union « libre » – terme désormais un peu désuet – ne cesse de progresser : trois millions de personnes étaient concernées en 1990, contre plus de sept millions en 2009, soit de 11 à 24 % de l’ensemble des couples. Il est difficile de dire si la baisse enregistrée en 2011 constitue une rupture de tendance ou non car les données sont obtenues à partir d’une source distincte.

Officialiser l’union que l’on forme est de moins en moins une norme sociale contraignante, même si le Pacs a procuré un cadre juridique à une partie des partenaires qui vivaient auparavant en union libre. Les risques de mort par surmenage inquiètent le Japon. Selon un rapport, un cinquième des Japonais fait plus de 80 heures supplémentaires par mois, le seuil à partir duquel le risque de mourir de surmenage est considéré comme sérieux. « Karoshi ».

C’est le nom japonais pour « mort par épuisement au travail », un problème suffisamment sérieux pour qu’il fasse l’objet d’un livre blanc gouvernemental, dont le premier rapport a été approuvé vendredi 7 octobre par le cabinet du premier ministre, Shinzo Abe. Ce document a été livré alors que des centaines de décès liés au surmenage, par crise cardiaque, accident vasculaire cérébral ou suicide, sont enregistrées chaque année au Japon, ainsi que de nombreux problèmes de santé graves, ce qui entraîne des poursuites judiciaires et des appels à s’attaquer au problème. Un Japonais sur cinq concerné Ainsi, selon le rapport approuvé vendredi, un cinquième des Japonais qui travaillent risquent de mourir de surmenage. Lire aussi : Au Japon, les heures supplémentaires dans le collimateur de Shinzo Abe. Depp 2016 EF 91 La massification scolaire sous la Ve Republique 635045.

Quelles sont les valeurs des Français ? Les Français plébiscitent avant tout le libre choix, la tolérance et la participation démocratique Alors que les opinions peuvent être assez changeantes, les valeurs sont pérennes. Ce que chacun valorise est le fruit de son éducation et des expériences accumulées. On ne réagence son système de valeurs que lentement. C’est ce qui explique que les traits caractéristiques d’un pays soient valides sur le long terme et que les cultures nationales aient de la consistance. Parmi les tendances lourdes, il faut d’abord noter une forte individualisation, c’est-à-dire une culture de l’autonomie individuelle. Article de 1552 mots. Professeur émérite de science politique à l’IEP-Grenoble, il a notamment dirigé, avec Frédéric Gonthier, Atlas des Européens.

Live cultural map over time 1981 to 2015. Y-a-t-il une Europe des valeurs? Après le Brexit la question de ce qui fait l’unité de l’Europe est plus que jamais posée. Les forces centrifuges semblent se réveiller et d’aucuns craignent qu’elles ne finissent par disloquer le projet européen. Dans ce débat, la question des valeurs est rarement évoquée. Les Européens partagent-ils, et à quel degré, un corps de valeurs communes qui puissent cimenter leur unité? De ce point de vue, une série d’enquêtes, menées depuis le début des années 1980, en Europe (les European values surveys) apportent des enseignements très précieux. La dernière enquête menée en 2008 a été réalisée dans ce qui constituait alors les 28 pays de l’Union, mais également en Islande, Norvège et Suisse, dans les pays des Balkans non membres de l’Union, dans trois pays d’Europe orientale (Belarus, Ukraine, Moldavie), dans la fédération de Russie et dans quatre pays géographiquement à la lisière de l’ensemble européen (Georgie, Azerbaïdjan, Arménie, Turquie). © Telos.

268.pdf. Atlas of European Values. WVS Database. Www.valeurs-france.fr. Des emplois plus précaires. La précarité se développe, en particulier chez les salariés les moins diplômés et ceux dont l’emploi est déjà fragile. Selon l’Insee, fin 2014, la France compte 3,2 millions de personnes (soit 12,3 % des salariés) qui ont un emploi précaire, le plus souvent les peu qualifiés et les jeunes. Il s’agit le plus souvent de contrats à durée déterminée, en particulier dans le secteur privé, et des intérimaires.

Cette définition est discutable. Les apprentis et une partie des contrats aidés reçoivent une formation, il est possible de les compter à part, même si leur contrat de travail est bien précaire. Dans une période de chômage de masse, le statut de la fonction publique et le diplôme constituent des protections essentielles, qui permettent de se projeter dans l’avenir. L’évolution de la précarité de l’emploi Louis Maurin Directeur de l’Observatoire des inégalités. Ce qu'attendent les salariés. Les Français accordent une grande importance à la qualité de leur activité professionnelle.

Pourtant, les conditions de travail ne cessent de se dégrader. Malgré le taux de chômage extrêmement élevé, les Français n’ont en rien réduit leurs attentes à l’égard du travail, bien au contraire. La France reste l’un des pays de l’Europe où les individus sont les plus nombreux à affirmer que le travail est, pour eux, « très important » : dans la dernière vague de l’enquête européenne sur les valeurs 67 % des Français l’affirment contre 48 % des Allemands et 45 % des Anglais. Grâce aux exploitations des grandes enquêtes européennes et d’entretiens en face à face, nous savons que ces attentes recouvrent des dimensions de nature très diverse.

Les Françaises et les Français attendent bien sûr que leur travail leur procure un revenu, des droits sociaux et une place dans la société, mais aussi qu’il leur permette de mettre leurs capacités à l’épreuve, de s’exprimer et de se réaliser. Le travail s'intensifie en France. Plus contraint, davantage évalué, moins solitaire, tel se présente aujourd’hui le travail selon une récente enquête du ministère de l’Emploi. Devoir fréquemment s’interrompre pour réaliser une tâche plus urgente, respecter des délais serrés ou répondre immédiatement à la sollicitation d’un collègue ou d’un client… C’est à ce type de contraintes que se mesure ce que l’on appelle l’intensité du travail. Tous les sept ans depuis 1984, la Dares, le service de recherches et d’études du ministère du Travail, mène une enquête pour savoir comment évolue cette intensité. Et si l’enquête 2005 avait, contre toute attente, mis en évidence une « pause » dans l’intensification du travail qu’avaient diagnostiquée les volets précédents, l’édition 2013, dont la Dares vient de publier les résultats, montre que cela n’était en fait qu’une parenthèse : depuis trente ans, le travail n’a jamais été aussi contraint.

Rythmes et sollicitations Moins d’isolement. Travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2014-102.pdf. 2014-089.pdf. Travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2014-031.pdf. Salariés au Smic : portrait d’une France populaire. 7 juillet 2016 - 95 % des salariés payés au salaire minimum sont ouvriers ou employés. Près des deux tiers sont des femmes. Les jeunes aussi sont surreprésentés. Qui sont donc les smicards ? Qui sont ces salariés payés au minimum syndical ? On dresse rarement le portrait de cette « France d’en bas » des salaires qui chaque année attend de savoir si elle aura droit ou pas à quelques euros de plus que l’inflation. Cette France a pourtant un visage : la quasi-totalité des personnes payées sur la base du salaire minimum sont des ouvriers ou des employés, comme le montre une enquête du ministère du Travail qui n’a pas fait grand bruit lors de sa publication tant le désintérêt médiatique est grand sur la question [1].

Les jeunes et les femmes, plus concernés par le salaire minimum Smic et temps partiel 43 % des salariés rémunérés au Smic travaillent à temps partiel, alors que c’est le cas de 17,5 % de l’ensemble des salariés. Photo / Jack Hynes. Revenus-Salaires - Les principales ressources des 18-24 ans - Premiers résultats de l'enquête nationale sur les ressources des jeunes. Imprimer la page Premiers résultats de l’enquête nationale sur les ressources des jeunes Laura Castell, Insee, Mickaël Portela et Raphaëlle Rivalin, Drees Résumé Les aides des parents représentent un apport essentiel pour les 18-24 ans.

Fin 2014, sept jeunes adultes sur dix bénéficient ainsi d’un soutien financier régulier, et ce soutien concerne neuf jeunes en cours d’études sur dix. Lorsqu’ils ne vivent plus exclusivement chez leurs parents, les jeunes en cours d’études perçoivent plus de 500 euros d’aide parentale par mois. La participation financière des parents varie selon le milieu social : lorsqu’ils sont aidés, les enfants de cadres reçoivent alors un montant total 2,5 fois plus élevé que les enfants d’ouvriers. Fin 2014, trois jeunes adultes sur dix ont un emploi.

Sommaire Publication Plus de la moitié des 18-24 ans vivent chez leurs parents Retour au sommaire Sept jeunes sur dix sont aidés financièrement par leurs parents L’aide des parents varie selon le milieu social. Travail-Emploi - Une photographie du marché du travail en 2015 - Le chômage se stabilise, mais les chômeurs de longue durée restent nombreux. Imprimer la page Le chômage se stabilise, mais les chômeurs de longue durée restent nombreux Simon Beck et Joëlle Vidalenc, division Emploi, Insee Résumé En 2015, en France métropolitaine, 28,4 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans, soit 71,5 % de cette tranche d’âge, sont actives, qu’elles aient un emploi ou soient au chômage. Parmi elles, 25,5 millions ont un emploi. Parmi ces actifs, on compte également 2,9 millions de chômeurs au sens du Bureau international du travail. Sommaire Encadrés Publication La hausse de l’activité en France est portée par les seniors En moyenne en 2015, 28,4 millions de personnes de 15 à 64 ans en France métropolitaine sont actives, soit 71,5 % de cette tranche d’âge.

Depuis 2005, en France métropolitaine, la population active âgée de 15 à 64 ans a augmenté de 1,2 million de personnes et le taux d’activité de 1,8 point. La hausse de l’activité est également due à une participation accrue des femmes au marché du travail. Retour au sommaire Encadrés. Les familles d'hier à aujourd'hui. Près de 32 millions de personnes majeures déclaraient être en couple fin 2011, soit les deux tiers des adultes. Parmi les couples, 73 % sont mariés, 4 % ont conclu un pacte civil de solidarité (pacs) et 23 % vivent en union libre. Depuis les années 1970, les mariages sont moins nombreux et plus tardifs. Alors que 417 000 mariages ont été célébrés en 1972, on en compte 231 000 en 2015. L’an dernier, les hommes convolaient à 37,4 ans en moyenne (contre 25,9 ans en 1972), les femmes à 34,9 ans (contre 23,8 ans en 1972).

Le nombre de remariages progresse depuis les années 1970, où ils représentaient environ 8 % des mariages. Article de 1254 mots. Familles à la carte. Les transformations de la famille donnent aujourd’hui davantage de liberté aux individus mais génèrent des problèmes inédits d’organisation. Dans « Introduction à la sociologie de la famille », Émile Durkheim soulignait la nécessité d’aborder l’étude de ces questions avec une « parfaite sérénité » car elles « nous touchent de si près que nous ne pouvons nous empêcher d’y mêler nos passions ».

Ce qu’il écrivait en 1888 reste vrai, comme en témoignent les vifs débats et manifestations qui ont accompagné les réformes relatives au « mariage pour tous ». Ces récentes réformes, l’accès du mariage aux couples de même sexe, comme l’éventualité de pouvoir divorcer par consentement mutuel, sans passer devant le juge aux affaires familiales, ont achevé la rupture avec la famille traditionnelle et son ancrage religieux. Désormais sécularisée, l’institution familiale fait une place grandissante à la fois à l’individu, à ses aspirations, à ses choix personnels et à l’État. Article de 2457 mots. Indispensables solidarités familiales Entretien avec Martine Segalen. Modern Family Structure. The traditional nuclear household, which is one or two parents and some kids under one roof, is an ideal many strive for. However, if television sitcoms can teach us anything it’s that the modern family structure isn’t always nuclear.

Nuclear is still the most common, but there are millions of households in the United States with a different family structure. Based on data from the 5-year American Community Survey from 2009-2014, I counted 10,276 different types of households. The graphic below shows the top 50. Relationships are relative to the surveyed head of household. These top 50 cover about 94 percent of all household types in the United States, and as you can see there is quite the mix.

Vie en couple. Ménages - Familles. Www.credoc.fr/pdf/4p/200.pdf. La solitude progresse en France. COUFAM15. Dis-moi ton prénom, je te dirai si tu auras une mention au bac. Les grèves à la SNCF depuis 1947 - Atelier de cartographie de Sciences Po. S2.2 - La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohési.

Comprendre

Pour le prof.