background preloader

Démocratie

Facebook Twitter

Hong Kong. Convocations en série de démocrates hongkongais. Ces députés dépités par leur mandat. La loi sur le non-cumul des mandats et le désenchantement poussent de nombreux parlementaires à quitter l’Hémicycle.

Ces députés dépités par leur mandat

Au Parti socialiste comme chez Les Républicains. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Zineb Dryef Aucun n’a oublié ce 19 juin 2012. Leur premier jour à l’Assemblée nationale. La France n'est pas une démocratie: UNANIMITÉ À ONPC. Ségolène Royal et ses amis aiment un peu trop les dictateurs. Il y a des jours où les informations s’enchaînent, sans trêve, et se bousculent parfois avec fracas mais (paradoxalement) dans le bruit feutré de médias qui écoutent ailleurs.

Ségolène Royal et ses amis aiment un peu trop les dictateurs

Le 7 décembre 2016 fut un de ces jours. Démocratie participative : le sommet de Paris s’ouvre sur fond de polémiques. A la veille de l’ouverture à Paris du sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert, des associations dénoncent les contradictions de la France en matière de démocratie numérique.

Démocratie participative : le sommet de Paris s’ouvre sur fond de polémiques

Politique : les impasses de la « civic tech » Ces derniers mois, la « civic tech » semble tourner en rond.

Politique : les impasses de la « civic tech »

Si de nombreux projets avancent techniquement, avec des « solutions » plus performantes, politiquement, ce n’est pas la même chose. Ce mouvement est devant des choix stratégiques qui commencent à être aperçus par certains acteurs (pas la majorité), et où les solutions semblent compliquées à mettre en œuvre, à moins d’opérer une mutation assez « radicale ».

Making of Ce billet a d'abord été publié sur l'excellent blog d'Authueil. Nous le reproduisons sur Rue89 avec son aimable autorisation. Jusqu’ici, ce mouvement « civic tech » s’est surtout concentré sur la consultation et la participation des citoyens au processus de décision et aux élections, sans remettre en cause les cadres établis. Pour la fondatrice du Parti pirate islandais, « il est toujours possible de hacker le système » Etats-Unis. Élites, arrêtez d’abîmer la démocratie ! Effarés par le vote en faveur du Brexit ou la popularité de Trump, certains, au sein des élites, réclament de mettre le mécontentement de masse en quarantaine.

Etats-Unis. Élites, arrêtez d’abîmer la démocratie !

Une attitude méprisante et irresponsable, juge cet auteur, qui dénonce la désagrégation de la vie démocratique. Il n’y a pas si longtemps, semble-t-il, tout le monde applaudissait la renaissance de la démocratie. On louait les médias sociaux, qui rendaient nos politiques plus fédératrices et plus participatives. Les faiseurs d’opinion portaient aux nues la “sagesse des masses” et la créativité de “l’esprit de ruche”. Occupy Wall Street et le Tea Party avaient déclenché une vague de manifestations politiques, à droite comme à gauche, telle que l’Amérique n’en avait pas vues depuis plusieurs décennies. Voter plus n’est pas voter mieux, par Alain Garrigou (Le Monde diplomatique, août 2016) Hasard du calendrier, à trois jours d’intervalle, par voie de référendum, les Britanniques se sont prononcés sur leur adhésion à l’Union européenne et, en France, les électeurs de Loire-Atlantique sur la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Voter plus n’est pas voter mieux, par Alain Garrigou (Le Monde diplomatique, août 2016)

Les deux questions, d’envergures très différentes, montrent la plasticité de ce type de consultation : l’une sur un traité international, l’autre sur un problème local. La spécificité du référendum comme procédure démocratique tient à ce qu’on peut l’appliquer à tout. Déjà, les appels à d’autres consultations de ce type se multiplient : aux Pays-Bas ou en Slovaquie, on envisage de voter sur la sortie de l’Union européenne ; Mme Marine Le Pen (Front national) veut que les Français se prononcent sur le retrait du pays de la zone euro, et M.

Nicolas Sarkozy sur un futur traité européen qui tournerait le dos aux accords de Schengen. Un tel engouement s’explique facilement. Espagne : les conservateurs acceptent le pacte anticorruption proposé par les centristes. L’Espagne va-t-elle enfin sortir de l’impasse politique ?

Espagne : les conservateurs acceptent le pacte anticorruption proposé par les centristes

Après huit mois de négociations, et deux élections législatives, les discussions avancent, notamment entre le Parti populaire (PP, conservateur), du premier ministre sortant, Mariano Rajoy, et le nouveau parti centriste Ciudadanos, dirigé par Albert Rivera. M. Rajoy va se soumettre à un vote d’investiture le 30 août. Lire aussi : Espagne : la droite sort renforcée des législatives, le doute persiste sur le futur gouvernement Vers une alliance entre le Parti populaire et Ciudadanos. Debout dans la nuit, par Léa Ducré (Le Monde diplomatique, mai 2016) «Venez !

Debout dans la nuit, par Léa Ducré (Le Monde diplomatique, mai 2016)

On ne sait pas ce qui va se passer, mais il va se passer quelque chose ». Que peut-il se cacher derrière ce « quelque chose » ? Le terme raconte tout autant l’indécision qui règne, place de la République, la volonté de n’exclure personne et la nécessité de créer un nouveau modèle qui ne porte pas encore de nom. Comprendre le changement des groupes parlementaires à l’Assemblée nationale. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Benjamin Bruel La rupture est définitivement consommée au sein des écologistes, entre soutiens et opposants au gouvernement : le groupe qu’ils étaient parvenus à former à l’Assemblée nationale après les élections législatives de 2012 a finalement été dissous jeudi 19 mai.

Comprendre le changement des groupes parlementaires à l’Assemblée nationale

Les tensions avaient de nouveau été exacerbées après l’affaire Denis Baupin, qui avait conduit ce dernier à démissionner de la vice-présidence de l’Assemblée nationale, remplacé par François de Rugy, chef de file de la tendance « progouvernementale » des écologistes. C’est la première fois, dans l’histoire de la Ve République, qu’un groupe éclate en pleine mandature : l’équilibre politique de l’hémicycle va-t-il en être modifié ? A quoi servent les groupes parlementaires ? Depuis la IIIe République, les membres de l’Assemblée nationale et du Sénat peuvent se regrouper par affinités politiques. Contester sans modération, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, mai 2016)

Demander peu et attendre beaucoup : dix-huit ans après la création de l’association Action pour une taxe Tobin d’aide aux citoyens (Attac), en juin 1998, le prélèvement de 0,01 % à 0,1 % sur les transactions financières inspiré par l’économiste James Tobin pour « jeter du sable dans les rouages » des marchés tarde à voir le jour (lire « En attendant la taxe Tobin »).

Contester sans modération, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, mai 2016)

La forme édulcorée que négocient sans enthousiasme les cénacles européens rapporterait une fraction du montant (plus de 100 milliards d’euros) initialement escompté. Mais, au fait, pourquoi avoir placé la barre si bas ? Pourquoi avoir tant bataillé pour l’introduction d’une si légère friction dans la mécanique spéculative ? Le confort du regard rétrospectif et les enseignements de la grande crise de 2008 suggèrent que l’interdiction pure et simple de certains mouvements de capitaux parasitaires se justifiait tout autant. Le fléau de l’arbitrage international, par Maude Barlow & Raoul Marc Jennar (Le Monde diplomatique, février 2016) Trump, le Brexit, ou la crise d’adolescence des démocraties connectées… — Culture Numérique. Quand Sapiens perd les pédales Yuval Noah Harari, dans son superbe bouquin “Sapiens, une brève histoire de l’humanité” avance une théorie selon laquelle la caractéristique fondamentale de l’humanité est la coopération.