background preloader

Démocratie & politique

Facebook Twitter

iPhilo – la philosophie en poche » Laurent Bouvet : le FN est le champion de l’insécurité culturelle. Laurent Bouvet, professeur de Science politique à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, a récemment publié L’insécurité culturelle. Sortir du malaise identitaire français (Fayard, 2015). Dans son interview avec la rédaction d’iPhilo, ce politiste et politologue analyse pourquoi les partis politiques n’arrivent plus aujourd’hui à mettre des mots sur le malaise français, sinon le FN, champion de l’insécurité culturelle. niPhilo : Peut-on dire que l’insécurité culturelle navigue entre réalité et perception, qu’elle est un ensemble de représentations ?

Laurent Bouvet : L’insécurité culturelle procède des représentations que se font les individus et les groupes sociaux de leur environnement. Ces représentations peuvent être plus ou moins fausses par rapport à la réalité. Nul d’ailleurs ne peut arguer d’avoir une représentation du monde ou de la société qui soit exactement conforme à la réalité des choses, chacun d’entre nous vit avec des représentations. Pierre Rosanvallon: pour une société des égaux - 5 septembre 2011 - Bibliobs - L'Obs.

Le Nouvel Observateur - «La Société des égaux» est le troisième volet, après «la Contre-Démocratie» et «la Légitimité démocratique», de votre réflexion philosophique et historique sur les mutations contemporaines de la démocratie. Quelle en est la logique? Pierre Rosanvallon - La démocratie se définit classiquement comme un type de régime politique. C'est sous cet angle que je l'avais appréhendée dans les deux volumes précédents. En analysant notamment les formes non électorales de l'expression de la souveraineté du peuple ainsi que l'émergence de nouveaux types d'institutions représentant la volonté générale.

Mais la démocratie est aussi une forme de société. En visant d'abord à clarifier le sens qu'elle avait revêtu dans les révolutions américaine et française. Il est en effet décisif. Cette égalité-relation était articulée autour de trois figures: la similarité, l'indépendance et la citoyenneté. Contre-révolution, le terme n'est pas trop fort pour qualifier le moment contemporain. Tour des Candidats et Maires de France: Forum mondial de la démocratie. Du 27 au 29 novembre 2013 se tenait le forum mondial de la démocratie à Strasbourg, Organisé par le Conseil de l’Europe, cet événement réunit des centaines de participants et des dizaines d’intervenants des quatre coins de la planète autour de cette question essentielle de la démocratie ...avec plus particulièrement cette année la question du numérique et donc de la e-démocratie. Je ne pouvais pas ne pas faire passer mon tour de France par le forum mondial de la démocratie et c’est à double titre que je suis intervenu : - Tout d’abord, dans la programmation officielle, en accompagnement de Cyril Lage, avec qui j’ai conçu et lancé Parlement & Citoyens, plateforme de co-construction de propositions de lois.

On y a aussi retrouvé Pascal Derville notre ami de Questionnez Vos Élus. Voici le papier publié dans Le Monde à cette occasion et dans lequel je décris ma vision de ce que le numérique peut changer à la démocratie : Armel Le Coz. Tour des Candidats et Maires de France: Un mois sur les routes. Voilà 1 mois que j’ai commencé ce tour de France à la rencontre des maires et des candidats aux prochaines élections municipales. J’ai rencontré une quinzaine de maires et candidats en Ile de France, dans le Centre, le Limousin et l’Auvergne : Paris (75) > Vincennes (94) > Courbevoie (92) > Dourdan (91) > Pierrefitte sur Sauldre (41) > Cormeray (41) > Vendôme (41) > Aubusson (23) > Ambazac (87) > La Villedieu (23) > Clermont-Ferrand (63) > Aubusson d’Auvergne (63) > Chalus (63) > Marçais (18). Ce premier « échantillon » est déjà riche de rencontres incroyables.

Une bonne moitié des candidats/maires m’ont accueillis chez eux, ce qui nous permet d’avoir des discussions informelles souvent aussi intéressantes que les interviews face caméra. Ayant choisi de me déplacer essentiellement en auto-stop et de dormir chez l’habitant lorsque je ne suis pas accueilli chez les candidats/maires, j’ai aussi l’occasion de parler démocratie avec des citoyens « lambda » . # Un ras-le-bol citoyen. Réfléchir ensemble à la démocratie de demain. Réflechir ensemble à la démocratie de demain. 670 vues Pour 83% des Français, les politiques ne prennent pas suffisamment en compte leurs préoccupations et pour 69% d’entre eux les élus et dirigeants sont plutôt corrompus (Source Cevipof, 2011). ... Pour 83% des Français, les politiques ne prennent pas suffisamment en compte leurs préoccupations et pour 69% d’entre eux les élus et dirigeants sont plutôt corrompus (Source Cevipof, 2011). Dans ce contexte de « crise du politique » et de « désenchantement démocratique», les processus démocratiques doivent évoluer.

Le renouvellement de la démocratie au niveau national où le lien de confiance gouvernants-gouvernés est le plus dégradé est une priorité, comme en témoigne l’étude du CESE « Réfléchir ensemble à la démocratie demain ». Statistiques Vues Total des vues Vues sur SlideShare Vues externes Actions J'aime Téléchargements 2 Ajouts 487 Droits d'utilisation © Tous droits réservés. Réfléchir ensemble à la démocratie de demain - cese. « REFLECHIR ENSEMBLE A LA DEMOCRATIE DE DEMAIN »...une étude intéressante du CESE. Par Hélène Fauvel Themes: Vie économique, Dialogue social Comme l'indique le communiqué du Conseil Economique , social et environnemental à la suite de la publication de cette étude, "pour 83% des Français, les politiques ne prennent pas suffisamment en compte leurs préoccupations et pour 69% d’entre eux les élus et dirigeants sont plutôt corrompus (Source Cevipof, 2011).

Dans ce contexte de « crise du politique » et de « désenchantement démocratique», les processus démocratiques doivent évoluer. Le renouvellement de la démocratie au niveau national où le lien de confiance gouvernants-gouvernés est le plus dégradé est une priorité, comme en témoigne l’étude du CESE « Réfléchir ensemble à la démocratie demain ». Au-delà, une réflexion sur la gouvernance démocratique au niveau européen et mondial et, de l’autre côté du spectre, celui de la démocratie de proximité est elle aussi fondamentale. Un régime démocratique questionné dans sa capacité à produire des décisions légitimes et efficaces. Acteurs publics.

Réforme management et gouvernance publics

Devoir de réserve. La démocratie est une question de point de vue. "Alors, vous pensez quoi des résultats ? " La jeune fille s’est tournée vers moi, sombre, l’air d’attendre une réponse qu’elle a déjà en tête. Au milieu des autres invités allant et venant dans la vaste appartement dont l’immense salon a été réaménagé en salle-vidéo, un large écran plat accroché au mur faisant défiler les scores des candidats, elle tente de garder son air profond tout en donnant de discrets coups d’oeil à droite et à gauche à la recherche d’un des serveurs portant plateau d’amuse-gueules. Elle finit cependant par reprendre lorsqu’un invité la bouscule et manque de peu de faire choir un peu de son champagne sur sa robe de soirée.

Sa peau change légèrement de couleur, allant plus dans les tons de ma cravate, alors que pour ma part, je sirote dans ma flûte de ce mousseux de seconde zone que le propriétaire des lieux ose appeler champagne parce qu’il a payé suffisamment cher pour. "Diego, viens voir ! " Mais, parlons-en brièvement, si vous le voulez bien. L’extrême-groupisme. Sur les racines de la disparition de la pensée critique (1/2) - Lieux Communs. Disparition PenséeCritique Le projet d’autonomie, c’est-à-dire le projet pour une autotransformation radicale et démocratique de nos sociétés, ne peut se résumer à un changement de la structure politique et économique des régimes oligarchiques en place. Il nécessite en effet une mutation anthropologique, un changement radical en d’autres mots, qui toucherait toutes les sphères de la vie sociale, tant au niveau collectif qu’individuel. C’est précisément pour cette raison que toute tentative de revendiquer une telle perspective politique doit essayer d’élaborer une nouvelle forme de praxis, au sein de laquelle l’engagement proprement politique, au sens étroit du terme, se concilierait avec une tentative d’élucidation théorique.

Dans le cadre de cette approche, il faut reconnaître un fait fondamental : depuis la fin des années 1970, il n’existe plus de tradition majeure de pensée politique critique. Disparition de la pensée politique critique Evanescence de l’utopie [5] D. . [6] M. . [7] M.

Systèmes démocratiques alternatifs

Démocratie participative & délibérative. Techniques Educ pop. Cartographie de controverses. Démocratie et capitalisme / libéralisme. Populisme et extrême-droite. Crise de la démocratie. Echecs de la Démocratie représentative. Institutions politiques. Réformes institutionnelles. Pluralisme, Calcul temps de parole.

Cumul des mandats. Présidentielle : une procédure anachronique et comment s’en débarrasser. L’élection du président de la République au suffrage universel direct serait devenue en France la suprême expression de la souveraineté populaire, donc un droit démocratique irréfragable. Or il s’agit là, à la fois d’une grandiose méprise (cette procédure ronge inlassablement la démocratie politique) et d’une illusion d’optique (la France est le seul pays en Europe à pratiquer ce rituel anachronique).

D’abord, la méprise. Ce type d’élection au suffrage direct serait populaire comme en témoignerait des taux de participation plus élevés que dans les autres scrutins ; elle serait donc démocratique. Rien n’est plus abscons : l’élection est un mode parmi d’autres de choix politique, mais n’est en rien synonyme de démocratie. Les régimes les plus autoritaires prennent soin de bien faire élire leur « guide ». En France, la tradition vient de loin ; des régimes bonapartistes où les plébiscites étaient la règle. Cette élection présidentielle est donc parfaitement anachronique.

Démocratie numérique

Communication politique. Référendums. Peuple et démocratie. Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? Notes Le dossier de ce premier numéro de la revue Participations reprend les huit contributions présentées lors de deux journées du Congrès du Groupement d’intérêt scientifique « Participation du public, décision, démocratie participative » intitulé « Participation du public et démocratie participative : état des savoirs et chantiers de recherche », qui s’est tenu du 18 au 21 octobre 2011, à Paris. La locution est employée pour l’une de ses toutes premières fois dans le Manifeste des Étudiants pour une Société Démocratique (le SDS) de Port Huron en 1962.

Sur cette histoire, cf. Sintomer Y., « Démocratie participative, démocratie délibérative : l’histoire contrastée de deux catégories émergentes », in Bacqué M. H. et Sintomer Y., La démocratie participative. Arnstein S., « A Ladder of Citizen Participation », Journal of the American Institute of Planners, 35 (4), 1969, p. 216-224. C. C. Voir par exemple Hauptmann E., « Can Less Be More ? Nous rejoignons ici les remarques de M. Cf. Cf. Pouvoir d'agir, enpowerment, capacitation.

Engagement

Education au politique. Jeunes et politique. Emancipation intellectuelle, révolution morale et émancipation politique chez Jaurès. Samedi 31 mars 2012. « Sous les soleils de Jaurès, la servitude fond… » par Roland Gori, psychanalyste et président de l’Appel des appels Cette fabrication d’un individu “entrepreneur de lui-même”, selon l’expression de Michel Foucault, est en contrepoint de la fabrique du citoyen que permet l’émancipation intellectuelle et culturelle que prône tout au long de son oeuvre et de sa vie Jean Jaurès. On trouve chez Jaurès comme chez Orwell ce même attachement aux valeurs morales qui seules évitent de transformer le socialisme en collectivisme totalitaire : “ La race humaine ne sera sauvée que par une immense révolution morale.” Jaurès, qui n’a de cesse de vouloir pour les enfants du peuple l’apprentissage d’un savoir qui les mènera au bout du monde en les mettant au contact avec les “idées de travail, d’égalité, de justice, de dignité humaine qui sont la démocratie ellemême” et il en “veut mortellement à ce certifi cat d’études primaires qui exagère encore ce vice secret des programmes.

Alexis de Tocqueville. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alexis de Tocqueville Sociologue occidental Époque contemporaine Alexis de Tocqueville par Théodore Chassériau (1850). Alexis-Henri-Charles Clérel, vicomte de Tocqueville, généralement appelé par convenance Alexis de Tocqueville, né à Paris le et mort à Cannes le [1], est un philosophe politique, homme politique, historien, précurseur de la sociologie et écrivain français. Il est célèbre pour ses analyses de la Révolution française, de la démocratie américaine et de l'évolution des démocraties occidentales en général.

Raymond Aron et Raymond Boudon entre autres, ont mis en évidence son apport à la sociologie[2],[3]. Biographie[modifier | modifier le code] Né à Paris le 29 juillet 1805 dans une famille légitimiste de la noblesse normande, Alexis de Tocqueville compte plusieurs aïeux illustres de la noblesse normande. Son père ayant été nommé préfet de la Moselle en 1817, Alexis fréquente le collège des Jésuites de Metz. Résumé du livre des "identités meurtrières" d'Amin Maalouf. Base de données de discours politique - Jean Veronis.