background preloader

Podcast France culture

Facebook Twitter

Ces drôles de zèbres. Collection Enquêtes Un documentaire de Nicolas Oudin et Christine Robert Prise de son : Georges Tho et Ivan Turk.

Ces drôles de zèbres

"Le Petit Prince", seulement pour les enfants ? "Le prix du silence, c'est m'isoler dans ma caravane à 800 mètres de toute habitation !" Le bruit des moteurs en ville, les pas du voisin du dessus, la musique de celui d’à côté… Nous sommes de plus en plus sensibles aux nuisances sonores : pour les 3/4 des Français, l’environnement sonore est désormais un critère essentiel dans le choix de son lieu de vie.

"Le prix du silence, c'est m'isoler dans ma caravane à 800 mètres de toute habitation !"

Une tendance très récente. Le bruit des soirées qui se prolongent un peu trop, les motos qui passent au pied de l'immeuble, le voisin qui répète son violon ou sa trompette... Les nuisances sonores prennent différentes formes. "Les Liaisons dangereuses" : sexualité et amour ne sont pas du même continent… Agnès Desarthe : "«Max et les Maximonstres» est un élixir de Maurice Sendak, il y a une force graphique et une force dans l’économie des mots" Agnès Desarthe, traductrice du livre "Le maxilivre hommage à Maurice Sendak", évoque la mémoire de cet auteur-illustrateur assez méconnu en France mais véritable Dieu aux Etats-Unis.

Agnès Desarthe : "«Max et les Maximonstres» est un élixir de Maurice Sendak, il y a une force graphique et une force dans l’économie des mots"

Retour sur le parcours, l'enfance et les influences d'un artiste qui traduisait en dessin la sensiblité des enfants. Aujourd'hui, dans Paso Doble : Avenir de l'espionnage. Dans une scène de “Skyfall” James Bond a rendez-vous à la Tate Gallery avec le remplaçant de Q, le vieil ingénieur qui lui fournissait les stylos explosifs et les MG à lanceurs de roquette.

Avenir de l'espionnage

Face à un tableau de Turner représentant un vieux bateau de guerre sur le point d’être détruit (attention : allégorie), est assis un jeune homme joli et un arrogant. C’est le nouveau Q. Et il tient à James Bond les propos suivants : je fais plus de dégâts avec mon clavier que vous avec toutes vos armes et vos gadgets. Dont acte, Q donne à James Bond pour tout matériel un révolver et une radio. “Tirez, je ferai le reste”, voilà à peu près son discours. Colette (1/4) : "Je veux faire ce que je veux" D'accord, pas d'accord : mais comment tomber d'accord ? Des tics dans la fiction. Il y a quelques semaines, nous parlions ici d’un roman d’Akhil Sharma intitulé Notre famille, publié en 2015, et récemment paru en livre de poche.

Des tics dans la fiction

Vous étiez présent Florent Georgesco et vous avez fait remarquer qu’Akhil Sharma, romancier américain d’origine indienne avait été élève d’un cours de creative studies, qu’il était lui-même aujourd’hui enseignant dans ce domaine, et que ça se sentait dans son écriture et dans la manière dont il avait construit son récit. Alors qu’est-ce que c’est, les creative writings? C’est d’abord une tradition américaine, bien implantée dans les universités, et surtout les plus prestigieuses, la classe la plus connue et la plus recherchée étant sans doute celle de l’université de l’Iowa, où a été fondé en 1897 un premier atelier pour apprentis poètes, et qui peut se vanter d’avoir 17 prix Pulitzer parmi ses anciens élèves.

Aujourd’hui en France, où la culture est plutôt récalcitrante à l’endroit d’un apprentissage de l’écriture, les tabous tombent. Discrimination par le langage : une violence méconnue. Glottophobie, un mot nouveau pour désigner les discriminations linguistiques, autrement dit le processus qui exclut ou stigmatise quelqu’un pour des raisons linguistiques.

Discrimination par le langage : une violence méconnue

Les usages de la langue et la façon dont elle renforce une domination, d'autant plus implacable qu'elle est invisible. Écouter Discriminations : combattre la glottophobie L'école est évidemment un enjeu essentiel pour comprendre et éventuellement corriger la stigmatisation de et par la langue. Philippe Blanchet est professeur de sociolinguistique et didactique des langues à l’université Rennes 2. Doctrice ou doctoresse ? Histoire de la langue française au féminin. Enki Bilal : "Le bleu est une respiration face à l’oppression de mon univers" Faut-il se méfier de nos amitiés numériques ? C’est une Mata-Hari 2.0 que l’armée israélienne vient de démasquer.

Faut-il se méfier de nos amitiés numériques ?

Une espionne aussi accorte que virtuelle, qui séduisait les soldats sur Internet pour mieux s’emparer de leurs données informatiques. D’après l’enquête des services de renseignement israéliens, le Hamas serait derrière cette supercherie en ligne. Quelle morale tirer de cette histoire ? L'art nous rend-il plus intelligent ? Les enfants sont-ils trop fatigués ? Nous allons commencer par évoquer un sujet qui concerne des millions d’enfants et d’adultes : la fatigue.

Les enfants sont-ils trop fatigués ?

Problématique éducative et sociale, la fatigue semble avoir envahi nos vies. On peut rappeler en préambule que la fatigue est un frein aux apprentissages des élèves, à la croissance des enfants, qu'elle favorise l’obésité et de nombreuses pathologies. C'est au quotidien des réveils qui sonnent trop tôt, des heures de cours qui s’enchaînent, des transports trop longs (ces bus après lesquels nous courons, les embouteillages interminables)… Les devoirs à terminer après le dîner et des écrans qui restent allumés trop longtemps. Parler de la fatigue, c'est aussi parler du décalage horaire entre les besoins biologiques et l’organisation scolaire mais aussi sociale du temps, du décalage entre les besoins des enfants et des adolescents et le temps disponible pour les adultes pour s’occuper d’eux.

Blog de Claire Leconte : Les Méditations métaphysiques de Descartes (1/4) : Puis-je douter de tout? Par cet itinéraire accidenté, à la lisière de l'irréalité, entre folie et raison, éveil et rêve, Descartes nous convie à une véritable expérience de pensée, que nous entamons aujourd'hui en compagnie de Thibaut Gress.

Les Méditations métaphysiques de Descartes (1/4) : Puis-je douter de tout?

La première méditation métaphysique raconte les pérégrinations d'une conscience qui s'allège peu à peu du poids du passé. C'est le voyage d'un esprit qui se déleste de la ténacité des certitudes et qui finit par s'affranchir de son propre corps : puis-je douter "que ces mains et ce corps-ci soient à moi"? Est-ce que 2+3 font toujours 5 lorsque je dors? Le texte du jour. Les Méditations métaphysiques de Descartes (3/4) : Puis-je prouver l'existence de Dieu? Écoutez l'excellent Denis Moreau prouver l'existence de Dieu, d'après les Méditations métaphysiques... avec une preuve supplémentaire de l'existence de Dieu : les Wampas.

Les Méditations métaphysiques de Descartes (3/4) : Puis-je prouver l'existence de Dieu?

Comment prouver que je ne suis pas seul au monde ? Comment prouver que les idées en moi ont une réalité extérieure ? C'est Dieu qui va nous aider dans cette quête : seule une substance infinie a pu mettre en moi, qui suis fini, l'idée d'infini. Pierre Bourdieu : "Nous naissons déterminés et nous avons une petite chance de devenir libres" Deuxième épisode de la série "A voix nue" consacrée à Pierre Bourdieu sur France Culture en 1988. Pour Pierre Bourdieu, les vérités sociales mises au jour par les outils spécifiques des sociologues font advenir plus de transparence et permettent un progrès dans le sens de la démocratie.

Dans ce deuxième entretien de la série "A voix nue" enregistré en 1988, Pierre Bourdieu compare le sociologue à Socrate, qui descendait dans la rue pour poser des questions et faisait de véritables enquêtes auprès de ses concitoyens. Socrate interrogeait, mais il ne prenait pas non plus les réponses pour argent comptant. Le travail du sociologue consiste à construire des outils spécifiques pour faire advenir plus de transparence dans le champ social. Quand la littérature devient publique : écrivains et prostitution au XIXe siècle.

La prostituée est une figure familière de la littérature du XIXe siècle. Sa position sociale en fait un personnage commode pour qui veut décrire la société dans son ensemble, son activité professionnelle permettant aussi à l'auteur d'aborder des thèmes tabous et de montrer en mots les corps. Mais si la prostituée occupe cette place centrale dans la littérature entre 1830 et le début du XXe siècle, c'est qu'elle apparaît aussi comme une métaphore : celle de l'écrivain lui-même, un écrivain devenu au cours du siècle un homme public, un homme face à un public, aussi mystérieux celui-ci demeure t-il. Dans un essai brillant, Eléonore Reverzy met à jour et analyse la puissance de cette métaphore d'une prostitution littéraire pour rendre compte des transformations profondes d'un monde qui passe en quelques décennies des "belles lettres" à cette "littérature générale" comme première manifestation d'une culture de masse.

Quelle place pour les femmes dans la ville ? Trump et la presse : la guerre est déclarée. Les journalistes craignaient les méthodes brutales de Donald Trump à leur égard après son investiture. L'inquiétude est justifiée : le président américain et son équipe malmènent déjà les médias, et la vérité. Retour sur une relation délétère. La stratégie des "faits alternatifs et du "point barre"