background preloader

Théorie du complot

Facebook Twitter

Apprendre à repérer les fausses informations. Enseignements pratiques interdisciplinaires et prof-doc : l’EPI Detox – DocTICE. Confrontés à une pluralité d’informations en ligne, il arrive que les élèves participent eux-même à leur viralité en partageant sans vigilance. Une éducation à la citoyenneté doit passer par un “activisme” critique envers la validité de ces contenus et leurs intentions. En s’appuyant sur l’EMI et l’Enseignement Moral et Civique, au travers d’un EPI, il est possible de construire des projets pédagogiques qui permettent de comprendre le processus qui fait se construire et se propager de telles informations. Présentation de l’action : L’EPI Detox, proposé en 4ème, permet de travailler ces questions, dans l’optique d’adopter une démarche d’investigation face à l’information, par l’ “anatomie” de messages posant problème.

Il s’agit également d’appréhender de l’intérieur la désinformation, en concevant soi-même un message de type-canular. Référent Cadre Descriptif Déroulement de la séquence : Pré-requis : Etape 1 – Je décrypte un contenu (3 heures)1. Parmi les élémen 4. Commentaires : Lettres : Quand des collégiens complotent contre les complots. Info ou intox ? Réagir face aux théories du complot | L'éducation aux médias et à l'information (EMI) dans l'académie de Besançon. Covid19 : point de situation hebdomadaire Chaque semaine, le bilan dans l'académie de Besançon. Les États généraux du numérique pour l’éducation en région académique Bourgogne-Franche-Comté Les États généraux du numérique pour l'éducation ont pour finalité de dresser le panorama des pratiques, valoriser les réussites et tirer tous les enseignements de l’épisode épidémique : échanger, débattre et apporter idées et expériences pour faire émerger une vision partagée du numérique pour l’éducation.

Carte des enseignements de spécialité de l’académie Le bac 2021 redonne au baccalauréat son sens et son utilité avec un examen remusclé et un lycée plus simple, plus à l'écoute des aspirations des lycéens, pour leur donner les moyens de se projeter vers la réussite dans l'enseignement supérieur. Propositions pour une pédagogie anticonspirationniste. Rédactrice : Servanne Marzin Enjeux pédagogiques et politiques du dossier Comme une trainée de poudre…La théorie du complot s’est trouvée au cœur des multiples témoignages d’enseignants confrontés, avec les attentats de Paris en janvier 2015, à un bien difficile objet pédagogique.

En même temps qu’elle gagnait les commentaires postés sur les sites des grands médias comme sur les réseaux sociaux, la tentation conspirationniste[1] envahissait les questions, les remarques et les prises de position dans les classes. De rétroviseurs en cartes d’identités, de « false flag[2] » en exécution sans trace de sang, tous les détails successivement relevés dans les débats de classe servaient d’autant de preuves de l’existence d’une vérité alternative, dédouanant les terroristes et impliquant, selon les lieux et les locuteurs, les services secrets, Israël, ou bien le gouvernement lui-même.

Pour beaucoup d’enseignants, ce fut un choc. Mais alors, où se situe donc la limite ? [2] Fausse revendication. EMC 3ème - Complots et conspirationnisme : pédagogie différenciée en éducation civique. Cette séquence a été présentée lors des animations collège pour les bassins d’Antony, de Vanves et d’Argenteuil-Gennevilliers. Elle a été réalisée dans la semaine qui a suivi les attentats de janvier contre Charlie Hebdo et l’HyperCacher de la Porte de Vincennes. Elle se veut une tentative de réponse aux diverses théories du complot que les événements ont fait naître, dans les heures qui ont suivi leur déroulement, relayées et amplifiées sur les réseaux sociaux.

Cette séquence a trois objectifs : faire réfléchir les élèves sur la notion même de "théorie du complot" ; réaliser des chroniques radiophoniques ; mettre en œuvre une pédagogie différenciée. Vous trouverez en PJ une présentation détaillée de la séquence, les textes destinés aux élèves et et trois exemples de chroniques enregistrées. Pour aller plus loin : Comme par hasard... - Les élucubrations de @lvighier. Dans le cadre de l'éducation aux médias et à l'information (EMI) et à l'occasion de la Semaine de la Presse et des Médias dans les Ecoles, les 3èmes médias ont été amenés à analyser la rhétorique et la mise en scène propres aux théories du complot. Entre observation et production, comment aiguiser l'esprit critique des élèves face aux flux contradictoires d'informations ? Cette séquence propose un élément de réponse, parmi tant d'autres.

Le projet "classe médias" au collège Pablo Picasso a vu le jour à la rentrée 2014. L'objectif de ce projet est de rassembler les élèves et l'équipe pédagogique de la classe autour d'un fil conducteur : la veille et le décryptage médiatiques. De la définition à l'analyse Le mot est défini (diapositive 2) et les élèves doivent chercher et mutualiser plusieurs exemples de théories du complot. Théories du complot/complotisme/conspirationnisme, par 3emediasL'analyse de certains des complots se fait en classe. De l'analyse à la production Liens, ressources. Lionel Vighier : La pédagogie contre les théories du complot.

Les jeunes seraient particulièrement sensibles aux théories du complot qui se diffusent sur internet : comment l’Ecole peut-elle construire un esprit critique suffisamment armé pour résister aux mensonges et manipulations ? Lionel Vighier, professeur de français au collège Pablo Picasso à Montesson dans les Yvelines, a choisi de prendre par les cornes le taureau du conspirationnisme: ses troisièmes ont mené des recherches en ligne sur les théories du complot, en ont démonté les mécanismes de raisonnement et de rhétorique, ont réalisé à leur tour des vidéos conspirationnistes sur le mode de la parodie, « excellent exercice de mise à distance et en même temps de création ». Le projet développe des compétences autour de l’argumentation, en particulier de la persuasion : il constitue aussi un remarquable exemple d’éducation à la citoyenneté numérique.

Avec un scoop : « Les preuves sont accablantes : les profs sont en réalité des vampires ! » Au final, quel bilan tirez-vous de l’expérience ?