background preloader

Réflexions autour de la lecture numérique

Facebook Twitter

Compétences, processus et stratégies de lecture en fonction des genres textuels numériques et des supports numériques. D'emblée, les responsables de ce projet nous partagent les questions qui ont guidé leur recherche : Dans quelle mesure l’acte de lire se définit-il « autrement » à l'ère numérique? Quelles sont les compétences requises, de même que les processus et les stratégies mobilisés par les lecteurs, dans ce nouveau contexte? Quelles stratégies de lecture doivent être mises en place par l’école pour une clientèle de fin primaire et pour tout le secondaire?

Aussi, dans leur rapport scientifique, les auteurs annoncent leur problématique : « L’ère numérique invite à enrichir la définition de la compétence à lire et de ses composantes. La transformation de la structure et de la forme du texte avec le numérique nous force à réévaluer la définition de la notion même de lecture (Healy et Dooley 2002 ; Bélisle, 2011) ainsi que des processus (perceptifs et cognitifs) et des stratégies qui lui sont associés (Matthewman, 2007). Dix recommandations sont proposées quant à la formation à la lecture numérique. Dossiers documentaires d'Educnet : TICE et éducation numérique. Ils sont liés à des priorités ministérielles. Leur approche se veut à la fois théorique et pratique, illustrée par des points de vue de chercheurs et de spécialistes du terrain. Les sujets sont explorés sous divers angles, pédagogique, technique, institutionnel, sociologique, économique et juridique.

Vous accédez aux dossiers par le classement thématique ci-dessous. À l'intérieur de chaque dossier, un encadré signale des dossiers associés. Plusieurs modes d'affichage sont proposés : en sommaire, tout le dossier [Voir tout], un chapitre ou une partie de chapitre. En haut de la page, des icônes permettent de naviguer dans le dossier. Conçus et réalisés par le centre de documentation, ces dossiers sont régulièrement mis à jour. Livre électronique, livre numérique, e-book. Les métamorphoses du livre... numérique — Enseigner avec le numérique. Cette prochaine édition aura lieu les 17, 18 et 19 novembre 2014, à la BnF, pour les deux premières journées et au Lycée Jean Zay, Paris 16e, pour le troisième jour.

Après avoir centré les précédentes éditions du Rendez-vous des Lettres sur les transformations du livre, de la lecture, de l’écriture et de l’image à l’heure du numérique, il a semblé intéressant d’aborder cette année ces transformations du point de vue de la parole et des pratiques de l’oral en classe. C’est en effet à la parole comme expression orale, verbale, de la pensée qu’est consacré ce séminaire, et aux voies nouvelles que lui ouvre le numérique par les transformations de la relation entre l’écrit et l’oral qu’il favorise. La révolution numérique a notamment pour conséquence d’effacer peut-être, ou de redistribuer du moins, les grandes oppositions entre l’écrit et l’oral, la parole et la musique, l’intime et le public. Manuel numérique, Manuel scolaire - Dossier TICE - Éducnet. Le rendez-vous des Lettres - Les métamorphoses du livre et de la lecture à l'heure du numérique.

La lecture change, nos cerveaux aussi. Science et Vie - Septembre 2009. Manuel numérique, Manuel scolaire - Dossier TICE - Éducnet. Les métamorphoses du livre... numérique. Lire et comprendre sur écran : faut-il limiter le temps de lecture ? Par Géraldine Charles-Dominique * Avec la diffusion des environnements numériques d’apprentissage, les élèves seront de plus en plus amenés à lire des textes sur écran. En dehors de la classe, ces textes seront disponibles à la lecture à tout moment, sans contrainte de temps. En classe en revanche, l’enseignant peut trouver un intérêt à limiter le temps de lecture pour pouvoir gérer son cours et exploiter au mieux la compréhension du texte. Faut-il laisser l’apprenant prendre tout son temps dans l’activité de lecture ou limiter le temps ? Dans ce cas, où situer la limite ?

Jeffrey Walczyk et ses collaborateurs de l’université technologique de Louisiane ont mené une étude sur les effets de la limitation du temps de lecture afin de savoir quelles conditions sont les plus intéressantes sur le plan pédagogique pour améliorer la compréhension du texte. Cette étude concerne notamment les élèves de lycée et de collège, mais elle peut servir à la réflexion des enseignants de tout niveau. Résultats. Améliorer la lecture sur tableau numérique et ordinateur.

Par Léa Pasqualotti * Nombreuses sont les études qui se sont penchées sur les différentes dimensions de la lecture électronique que sont la visibilité, la lisibilité et la compréhension. Cependant, pour un même support de lecture, ces aspects ont été étudiés séparément, indépendamment les uns des autres. Or, ils sont très liés puisque la visibilité - qui est notre capacité à voir, à distinguer des formes - influence la lisibilité - qui est notre aptitude à discriminer, à identifier des lettres/caractères. Et, de cette lisibilité dépend notre faculté à comprendre un texte. Dans le domaine des TICE, ces trois dimensions sont d’autant plus importantes qu’elles influencent l’apprentissage des élèves. Cadre de l’étude Le Laboratoire des usages en technologies d’information numérique (LUTIN, université de Paris 8), dont l’un des axes majeurs de recherche est la lecture électronique, a conduit lors de l’année scolaire 2010-2011 une étude sur les tableaux numériques interactifs (TNI).

Figure 1. Lecture à l’écran : défis du lecteur branché. Infobourg, publié le 15 octobre 2010 Un dossier conjoint de l’Infobourg et de Carrefour éducation Par Marc-André Brouillard Introduction Difficile aujourd’hui de passer une journée sans que nos yeux ne croisent un écran. Au cours des dix dernières années, le phénomène de la lecture à l’écran s’est répandu à l’ensemble de la société. Utilisé, il y a quelques années, presque exclusivement par les gens d’affaires, le téléphone intelligent est désormais entre toutes les mains. La culture du Web, la multiplication des réseaux d’accès à Internet et la miniaturisation des processeurs, permettant de développer de nombreux appareils mobiles, ont donné naissance à de nouvelles formes de lecture et d’apprentissage. Le livre, tel qu’on le connaît depuis plus de 500 ans, passe à l’ère du numérique et migre vers de nouvelles plateformes.

Pour lire la suite: Le lecteur face à l’écran L’enseignement et la lecture à l’écran Le livre numérique : la fin du livre papier? Conclusion Webographie et bibliographie. Comment le numérique modifie-t-il nos compétences de lecture. C’est un fait : nous vivons dans une société où nous sommes bombardés d’informations. Hyperconnectés, nous avons accès de manière quasi instantanée à des connaissances et des millions de contenus. Inévitablement, notre rapport à la lecture s’en voit modifier. Alors de quelle manière le numérique affecte-t-il nos compétences ? Tout d’abord, force est de constater que dans la galaxie numérique, la lecture est notre premier mode d’accès à l’information. Nous lisons en effet tout le temps : sms, whatsapp, contenus online, rapports, PDF, présentations slideshare, ebooks, courriels, commentaires et statuts de nos amis sur les réseaux sociaux… La lecture est immédiate et constitue la clé fondamentale du web.

On est donc bien loin du modèle ancestral d’une lecture volontaire, intentionnelle et qui nécessite une concentration intense. C’est vrai que la transposition d’un livre à la sphère numérique n’est pas seulement un transfert d’encre vers les pixels. A lire également sur Lettres numériques : Comment notre cerveau se débrouille-t-il avec les TICE ? Apprendre une information via le web, est-ce la même chose que de l’apprendre dans un livre ou de la bouche d’une personne ? Pas vraiment, si on en croit les différentes études menées sur les processus d’apprentissage et les nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement.

Depuis l’utilisation massive de la recherche d’information par les moteurs de recherche jusqu’à la lecture sur écran, notre environnement numérique chamboule notre cerveau. Cela commence par l’écriture qui depuis des millénaires s’effectuait sur des supports physiques ; les mouvements de la main guidant le stylo participent fortement à l’apprentissage ; avec la frappe sur un clavier qui remplace peu à peu la feuille de papier et le crayon, notre mémoire perd un atout précieux.

Même chose pour la lecture sur écran qui demande à nos neurones beaucoup plus d’efforts pour rester concentré. Néanmoins, le constat est loin d’être aussi négatif. > Comment notre cerveau apprend-il ? Comment notre cerveau apprend-il ? Satanée mémoire ! Parce que vous ne savez toujours pas quel est le temps de cuisson d’un œuf à la coque, vous décidez de l’apprendre une bonne fois pour toutes en consultant Internet. Cette simple décision va provoquer dans votre cerveau un enchaînement de processus complexes… Pendant la recherche de l’information, votre cerveau carbure déjà à plein régime et active plusieurs zones distinctes de façon simultanée : le lobe occipital, situé au-dessus de la nuque, vous permet de visualiser le contour et l’orientation des lettres qui composent le mot ; il travaille de concert avec le gyrus angulaire, via le cortex occipito-temporal situé sur les côtés de la tête au-dessus de l’oreille.

Grâce à ce dernier, vous pouvez associer les mots « cuissons » « œuf » ou « durée » avec les concepts qui y sont attachés. Les trois mémoires Une fois que vous avez trouvé l’information qui vous intéresse, il vous faut à présent la mémoriser correctement afin de pouvoir vous en servir plus tard. Ecrire à la main, c'est bon pour le cerveau. Que ce soit pour envoyer un message à un proche, prendre des notes pendant une réunion ou tout simplement se souvenir d’un rendez-vous, l’écriture manuelle semble lentement disparaître au profit de la frappe sur clavier physique ou numérique. Doit-on privilégier le clavier ? Aux Etats-Unis par exemple, le débat a été tranché puisque d’ici 2015, l’apprentissage de l’écriture cursive en primaire ne sera plus obligatoire. Dans certaines écoles suédoises, les enfants de maternelle apprennent à utiliser l’écran tactile d’une tablette avant de savoir écrire des lettres sur un cahier (source : Courrier International n°1194 du 19.09.2013).

Si pour le moment aucun enfant n’a jamais été confronté à un apprentissage de l’écriture exclusivement réalisé avec des outils numériques, cette concurrence entre le stylo et le clavier suscite une controverse. C’est le corps qui écrit. rédacteur : David-Julien Rahmil pour aller plus loin Accédez aux sources à l'origine de cet article les SHS d'Orange Labs. Comment le numérique modifie notre cerveau lecteur. « I miss my pre-internet brain » (Mon cerveau d’avant Internet me manque) : avec cette phrase inscrite sur fond rose, l’artiste Douglas Coupland montre à quel point le web a changé notre façon de chercher des informations, de les comprendre et de les mémoriser. De toute l’histoire de l’humanité, nous n’avons jamais eu autant d’informations disponibles à la lecture qu’aujourd’hui. Pour faire face à ce raz-de-marée, notre cerveau serait en train de changer, d’évoluer et de créer une nouvelle forme de lecture adaptée au milieu numérique.

Si la lecture profonde sur écran nous demande davantage de travail cognitif, de nombreuses études ont montré qu’un lecteur lambda se révèle beaucoup moins attentif quand il lit des informations sur Internet. Seuls 28% des mots présents sur une page web seraient déchiffrés, tandis que la vitesse de lecture (près de 500 mots à la minute) serait paradoxalement plus rapide que la moyenne alors qu’elle devrait être justement plus lente. Profusion d’informations. Google nous fait-il tout oublier ? Quelle est la définition du verbe « googler » (prononcez gougueler) ? Si elle ne figure pas encore dans le dictionnaire, les internautes, et notamment les plus jeunes, la connaissent parfaitement.

Googler une information consiste à la taper sur le moteur de recherche du même nom afin de voir ce qu’il en sort. Et si ce verbe existe, c’est pour la simple et bonne raison que cette action est devenue un geste banal, voire un réflexe pour bon nombre de personnes. Après tout, qui n’a jamais eu un trou de mémoire sur une date, un événement ou un personnage important et a aussitôt recherché cette information sur son smartphone. Mais si ce geste semble anodin, il pose de grandes questions sur l’état de notre mémoire. Depuis moins d’une vingtaine d’années, le web nous permet d’avoir un accès pratiquement immédiat à l’ensemble des connaissances humaines. Se souvenir de quoi ?

Mémoire transactive rédacteur : David-Julien Rahmil pour aller plus loin Accédez aux sources à l'origine de cet article. Le livre numérique en éducation : mirage ou réalité. Conférence : “Le livre face au défi du numérique” Initiée il y a une vingtaine d’années, la métamorphose numérique du livre semble aujourd’hui bénéficier de toutes les conditions nécessaires à son essor. Au-delà de la numérisation, on assiste à une véritable transformation de la lecture avec l’intégration du multimédia, la possibilité de cliquer, annoter, copier-coller voire réécrire… Loin de s’inscrire dans une simple logique de substitution au livre imprimé, le transfert de la lecture du papier vers le numérique, se caractérise par une multiplication des supports : écran d’ordinateur, smartphone, liseuse dédiée ou tablette multitâche… S’il est difficile à l’heure actuelle de donner une véritable définition du livre numérique, son développement dépend de trois facteurs déterminants : une offre abondante et diversifiée, des supports de lecture ergonomiques et un prix attractif !

Qu’est-ce qui différencie la lecture papier de celle sur support numérique ? Le lecteur sera-t-il capable de s’adapter, et de devenir un « hyperlecteur » ? Archives.  Carm 37 - TICE et Lecture. Une série de dossiers de la SDTICE sur les "lectures numériques" Lecture sur ecran - Ratice Loire. Quelles lectures sur les écrans ? Quelles lectures enseigner. En publiant une synthèse sur la lecture de livres, numériques ou non, présentée ainsi « un Baromètre sur les usages du livre numérique en France dont l’objectif est d’évaluer les usages licites et illicites du livre papier ou numérique. » , le ministère de l’éducation fait écho à une étude qui pose problème au delà de ses résultats au demeurant fort intéressants.

Ce qui fait problème ce n’est pas le support de lecture (écran ou papier) mais bien le type de document lu (livre revue, lettre message article etc…) et donc le type de lecture auquel correspondent ces formes. Autrement dit peut-on isoler la lecture du livre de toutes les autres lectures. Plus largement pourquoi passe-t-on autant de temps à parler du livre et aussi peu à parler des lectures ? Pourtant ce même ministère publie aussi ce dossier sur la lecture sur écran . Ce qui est impressionnant c’est d’assister au constant développement des lectures multimodales dans le quotidien. Faut-il enseigner toutes les lectures ? Lecture profonde / Lecture sur écran. La litterature numerique. Mallette de lecture numérique. Lire sur internet, est-ce toujours lire ? Forum LH 7 mai 2010, Alain Giffard. Du livre au texte. Écrire pour former, pour informer by Alain MICHEL on Prezi.

Tablettes et littérature jeunesse - Pour de nouveaux chemins de lecture à l'école ?